L'enfant de la Lumière | Child of Light | 光之子
A+ a-
Vol.11 / Chapitre 07 : Murmures

Ce jeune Ke Er Lan Di ressent quelque chose et examine son environnement. Je ne veux pas avoir de problèmes alors j’utilise quelques petites téléportations pour entrer dans la ville. Je me fiche d’eux car je veux me reposer. Après avoir trouvé une auberge pour y dormir et après avoir mangé, je m’allonge sur un grand lit confortable et je sombre dans un sommeil extrêmement sain. Il est déjà difficile pour moi, une personne paresseuse, de courir toute une journée. Je veux me reposer maintenant et encore plus demain pour récupérer mon énergie. J’ai déjà entraîné mes compétences en méditation en dormant pendant plus d’un jour ou deux. Mon corps se détend. Je fais circuler mes pouvoirs de fusion et absorbe les éléments de lumière autour. J’entre rapidement dans un état de rêve avec mon corps au chaud et à l’aise.

Paresseux, je me lève le lendemain matin. Non seulement les pouvoirs de mon corps se sont rétablis, mais je me sens exceptionnellement bien. Je mets ma capuche pour couvrir mon visage hideux alors que je me dirige au salon de l’auberge pour manger, dans la solitude.

Cette auberge doit faire rarement des affaires car il n’y a que quelques tables remplies de clients.

J’entends soudain quelqu’un derrière moi murmurer pendant que je mange. Cela semble être un couple.

Le gars dit, « Lan Lan, j’ai entendu dire que lorsque le Marshall Feng Hao, de notre royaume, est revenu en ville, il a demandé à Sa Majesté de pouvoir démissionner. Il travaille dur depuis toutes ces années, même s’il n’a pas beaucoup contribué. De plus, c’est lui qui en sait le plus sur la ligne de front. Sa démission est une honte. »

La fille semble très douce. Elle dit, « En! Je pense que le Marshall Feng Hao est traité injustement. En fait, celui qui devrait changer sa position c’est Sa Majesté, et le Marshall est le bouc émissaire. J’ai aussi entendu dire que l’Empereur du Royaume d’Aixia a déjà abdiqué sa prétention au trône à cause de cette affaire. »

Le gars répond : « Qui leur a dit d’offenser les Envoyés de Dieu ? La négociation avec l’alliance Démon-Bête est vraiment une bonne chose car nous pouvons éviter la perte de vies humaines. Cependant, je sens que ces Envoyés de Dieu ne sont pas bons. Ils ne cessent de dire que la race des monstres est en train d’émerger et que les différents royaumes doivent se préparent à résister. On ne sait toujours pas si c’est vrai ou non. De toute façon, je n’ai jamais entendu parler de la race des Monstres. Ce pourrait bien être quelque chose de fabriqué par les Envoyés de Dieu pour nous effrayer. »

La fille dit : « Ça suffit, vous ne devriez pas continuer à commenter sur eux. Actuellement, les Envoyés de Dieu ont beaucoup de fidèles. S’ils entendaient ce que vous dites, ils vous combattraient de toutes leurs forces. J’ai entendu dire que le chef des Envoyés de Dieu est un mage extrêmement laid. Il est originaire du Royaume d’Aixia, mais il a été arrêté pour diverses raisons. Il a soudainement disparu après cela. Il est devenu l’Envoyé de Dieu après sa réapparition. »

Je ri intérieurement après avoir entendu leur conversation. Il semble que les pensées des gens sur la situation actuelle soient plutôt optimistes. Ce qu’ils disent ne me dérange pas car une fois la race des Monstres apparue, il y aura plus de carnage. Et le sang qui coulera réveillera tous les incroyants.

Mon bon appétit disparaît après les avoir écouté. Les humains ne me feraient certainement pas confiance à l’écoute de mes simples dires. Je ne peux pas non plus rester dans la rue à avertir les gens, en disant à tout le monde que je sais à quel point le Roi des monstres est effrayant. Si je devais le faire, je serais probablement arrêté comme fou.

Je sors de l’auberge un peu mélancolique après avoir réglé la facture. La météo n’est pas bonne aujourd’hui. Il bruine et le ciel est sombre. J’inspire l’air froid pendant mes déambulations sous la pluie. Qu’est-ce que je devrais faire maintenant ? J’ai accompli beaucoup d’efforts, mais à l’heure actuelle, il y a encore des gens qui ne comprennent pas mon dur labeur. Même si les paroles de deux personnes ne sont pas représentatives de tout le monde, il doit certainement y avoir un groupe qui pense de même. Serait-ce vraiment qu’ils ne comprennent que lorsqu’il y a des morts ? Une déprime remplit mon cœur. Je me sens si impuissant cette fois.

– « Qu’en penses-tu frère ? » Une voix claire résonne de mon côté. Je sais que je suis celui à qui l’on parle car je peux sentir son regard sur mon dos. Je dis calmement, « Vous me parlez ? Je ne pense pas que nous nous connaissions. » Je sais que le pouvoir de cette personne est proche du rang de Chevalier Rayonnant, à en juger par l’aura que je ressens pour elle.

– « Peut-être, mais avec la magie profonde de mon frère, c’est vraiment dommage de ne pas rejoindre l’armée. »

Je suis surpris en me retournant et je regarde cette personne. Ah! Contre toute attente il s’agit de celui qui conduisait la cavalerie en ville hier, le commandant Ke Er Lan Di. Il porte toujours une armure d’argent et une longue épée à la taille, il me regarde avec intérêt.

Je baisse la voix. « Comment savez-vous que ma magie est profonde ? »

Ke Er Lan Di répond : « Vous me l’avez dit vous-même! »

Je réponds, abasourdi, « Moi ? »

Il hoche la tête. « Je n’ai jamais vu un mage comme vous auparavant. Vous pouvez rester sous la pluie et ne pas être mouillé, et cela sans lancer d’incantation. Quiconque verrait ça serait choqué. Vous devez être à mon avis au moins au niveau d’un érudit en magie. »

Je regarde donc vers le haut après ce qu’il vient de dire. Et c’est exact, la pluie qui devrait tomber sur moi se décale automatiquement de 10 centimètres, me laissant complètement au sec. Cependant, il a tort de penser que je suis un érudit en magie, en ce moment même, mon pouvoir magique est au-delà de celui du premier magister du continent, le professeur Zhen.

Ke Er Lan Di répond : « Si le frère ne veut pas choquer les spectateurs, il devrait se rapprocher ici. » En disant cela, il désigne son côté. Il se tient à l’entrée de l’auberge que je viens de quitter. L’averse qui coule du toit est comme une barrière nous séparant.

Je regarde autour. Il n’y a pas beaucoup de monde à cause de la pluie, et maintenant personne ne ferait attention à moi. Je ne connais pas le but recherché par Ke Er Lan Di, mais je m’approche de lui, et demande, « Puis-je savoir de quoi vous voulez discuter ? »

Il n’a pas l’air troublé, et porte un léger sourire sur son visage. « J’ai vu que mon frère se tenait dans les rues, découragé, alors j’ai pensé que vous pourriez avoir des problèmes. Je ne sais pas ce qui ne va pas, mais peut-être que je peux vous aider ? »



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Vol.11 / Chapitre 06 : Accès refusé à la ville Menu Vol.11 / Chapitre 08 : Invitation d’une grande gentillesse