La Voie Céleste | Library of Heaven’s Path | 天道图书馆
A+ a-
Vol.4 / Chapitre 289 : Peindre par le biais d’une bête sauvage (Partie 2)

Les montagnes et les ruisseaux étaient les thèmes préférés de Ji Mo. S’il devait peindre ce qui le touche le plus, il ferait assurément une toile de niveau trois. Il venait juste de gagner son étoile en peinture, et il cherchait une occasion de faire grandir sa réputation.

L’idiome “Donner un oreiller à celui qui crève de sommeil” convenait parfaitement à la situation. L’apparition de Zhang Xuan venait à point nommé!

– « Très bien, comme il n’y a aucune objection, vous pouvez commencer dès maintenant! » Les Vices Directeurs de la Guilde donnèrent le top départ.

– « D’accord! » Ji Mo ramassa son pinceau, le trempa dans l’encre, et commença à peindre. Cette fois, afin d’obtenir une victoire plus convaincante, il choisit d’utiliser des tas de techniques flamboyantes. Ce qui lui valut les acclamations de la foule.

Subjugué par la grâce de Ji Mo, tout le monde y allait de son petit pronostic :

– « Pensez-vous que le seigneur Ji Mo va gagner ? »

– « Bien sûr! Il est le plus talentueux de la jeune génération. Le Directeur de la Guilde a même dit qu’il pourrait le remplacer plus tard. Comment pourrait-il perdre contre un bouseux ? »

– « C’est vrai… »

– « Oh ? Le seigneur Ji a déjà commencé à peindre, mais pourquoi ce péquenaud se tient immobile ? A-t-il parlé trop vite ? Peut-être qu’il ne sait pas peindre du tout ? »

– « Cela doit être ça…regardez, il est totalement immobile… »

– « Il y a quelque chose qui ne va pas ? Vous avez un problème que vous n’arrivez pas à exprimer à haute voix ? N’hésitez pas à en parler. » Le voyant dans un tel état, Wu voulait comprendre.

– « Oh, voilà… » Zhang Xuan se gratta la tête, comme si quelque chose le perturbait :

– « Je pense à quelque chose. Si je devais peindre et gagner simplement comme ça, ce serait s’acharner contre lui. Il n’est est pas question. Etant donné que j’ai dit qu’une bête sauvage pouvait se débrouiller mieux que lui, puis-je vous demander…si vous avez des bêtes sauvages ici ? Et si oui, puis-je en emprunter une ? Soyez tranquille, dès qu’elle aura fini de peindre…je vous la restituerai! »

La foule regarda Xuan :

– « Quoi ? »

– « Il a l’intention de laisser une bête sauvage…concourir contre Ji Mo ? »

– « Fichtre, mes oreilles doivent me jouer des tours! »

Même si les bêtes sauvages peuvent avoir une forme élevée d’intelligence. Cela reste insignifiant comparé à la pensée des humains. Par conséquent, il est impossible qu’une telle créature soit capable de peindre.

Opposer une bête sauvage à un peintre officiel dans un concours de peinture…

Comment est-ce possible ?

Vous devez vous moquez de nous!

Tout le monde le prenait pour un fou. Et même s’ils le voyaient de leurs propres yeux, ils en douteraient encore!!!

Le corps du jeune Mo tremblait. Il avait l’impression que dix milles bêtes divines tournoyaient autour de sa tête. En même temps, il avait envie de flanquer son pinceau dans la ‘poire’ de son ‘adversaire’.

Trouver une bête sauvage pour me défier ?

Vous voulez dire que je ne suis pas digne d’être votre adversaire ?

S’il gagne avec une bête sauvage, cela signifierait que je suis inférieur à elle, non ? Ou bien, si je gagne contre elle, cela voudrait dire au plus que je suis meilleur qu’elle!

Fichtre alors!

– « Hem hem, même si les bêtes sauvages sont intelligentes, elles ne peuvent pas peindre. Vous êtes…certain que c’est ce que vous voulez ? » Wu était aussi très étonné de la demande du jeune homme. Demander plus de temps, une meilleure qualité de papier, ou une meilleure encre, oui, mais… ça…

– « Oui, j’en suis certain! » Le jeune Zhang était très sérieux. Il pouvait peindre facilement une toile de niveau cinq.

– « Est-il possible qu’il n’y ait pas de bête sauvage ici ? Ou est-ce trop compliqué d’en trouver une ? » Demanda le professeur, pressé.

Après tout, je me trouve à la Guilde des Peintres, peut-être qu’il est difficile d’en trouver dans la Cité Royale de Tianwu!

– « Difficile… » La foule était sidérée.

Ce n’est pas du tout le problème!

Comment voulez-vous qu’une…bête sauvage puisse peindre ?

– « Arrogant personnage ! » Alors que Wu n’avait pas de mots, Cheng se mit en colère. Il s’était immergé dans la peinture depuis des décennies, et il ne comprenait pas comment une bête sauvage pourrait surpasser un peintre officiel!

– « Pourquoi pas…je vais sortir pour en chercher une ? Il y en a une dans les parages… » Le préposé à la robe verte parla.

– « Allez-y! » Répondit Zhang Xuan.

– « Oui! » Le préposé sortit et revint rapidement avec une créature dans ses bras. Plutôt qu’une bête sauvage, c’était tout au plus un animal non domestiqué. Semblable à un chien ou à un chat que l’on trouvait dans les maisons. Elle n’avait aucune capacité offensive, et elle se demandait ce qu’elle venait faire là!

Le professeur Zhang regarda l’animal, et même s’il n’était pas très satisfait, il n’était plus temps de faire le difficile car la compétition avait commencé depuis longtemps.

Il est temps de tester mes capacités de Maître Poison! Pensa Zhang Xuan, avec l’animal dans les bras.

Quant à savoir pourquoi il avait osé faire un tel pari avec son adversaire…Même si une bête sauvage était apprivoisée, il était impossible qu’elle obéisse exactement aux pensées de son maître. Si l’on voulait créer une peinture dépassant le niveau deux, on ne pouvait pas placer d’espoir sur quelque chose que l’on ne contrôlait pas. Il fallait une maîtrise absolue sur le processus de création de la toile.

En tant que dompteur deux étoiles, il était impossible pour le jeune Zhang de contrôler précisément sa bête sauvage. Toutefois, depuis son voyage à la Salle aux Poisons, la situation avait changé! Après dix jours d’étude, non seulement il était parvenu à pratiquer le Corps Poison, mais sa maîtrise avait aussi atteint le niveau Maître Poison deux étoiles. De plus, il disposait désormais d’une utilisation supplémentaire du zhenqi de la Voie Céleste. Il pouvait le convertir en tonifiant d’une simple pensée et le transformer en poison mortel avec une autre.

Le zhenqi de la Voie Céleste se trouvait être l’outil idéal pour contrôler les mouvements d’une bête sauvage de façon précise, uniquement par le mental.

Étirant ses mains, il fit jaillir du zhenqi dans les méridiens de la bête sauvage. Puis, avec sa simple volonté, il le distribua dans les divers acupoints répartis sur le corps de l’animal.

– « ll est temps de commencer! » Les préparatifs étant en place, il fit rouler l’animal dans l’encre avant de le lancer sur le papier.

La foule s’agita :

– « Fait-il vraiment dessiner la bête sauvage pour lui ? »

– « J’aimerais voir quel genre de toile il peut faire! »

– « J’ai déjà vu cet animal, et il n’a aucune intelligence. Quelle peinture pourrait-il faire ? »

– « C’est grotesque! » Cheng était fou.

Peindre est un métier raffiné et respectable. Peindre de la sorte est une véritable provocation!

Cheng avait décidé de chasser Zhang Xuan une fois le défi terminé. Il ne pouvait pas laisser l’art pictural être insulté de la sorte. Sentant le mécontentement en lui, il lança un regard froid au jeune Zhang quand soudain il entendit une petite voix dans son oreille :

– « Quelque chose cloche. Cheng Feng, regarde! » Lui dit Wu.

– « Qu’est-ce qui cloche ? » Cheng se tourna vers Wu et il le vit ébahi. Il décida alors de regarder la toile et fut stupéfait :

– « Comment…Comment est-ce possible ? »

La bête sauvage hésita un moment avant de se mettre à flâner sur le papier, laissant derrière elle des fleurs de prunier dans son sillage. Il n’y avait pas de tracé spécifique pour ces marques, mais elles suivaient une ligne droite et étaient comme suspendues à une vigne informe.

– « On dirait une sorte de technique de dressage! » Dit Wu aux oreilles de Cheng.

– « C’est vrai! » Cheng Feng le réalisa. Non seulement l’animal ne s’était pas enfui, mais il marchait droit vers le papier. Cela montrait qu’il écoutait les ordres de quelqu’un, et cela devait être une technique très avancée!

Est-il possible que…ce gars extrêmement jeune soit un dompteur ?

– « Toutefois, et quand bien même il parvient à dompter une bête sauvage! Même si ses pas sont nets, ce n’est pas de la peinture. Naturellement, il est impossible que l’animal atteigne le niveau Représentation de la Réalité, ou Peinture Spirituelle. » Cheng Feng montra de l’étonnement…tout au plus…

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Lionel
  • 🥈2. SaPhirYNA
  • 🥉 3. Cinthia
  • 4. Florian
  • 5. Reinox
  • 6. jack975
  • 7. Caroline
  • 8. PascalW
  • 9. Marco
  • 10. Alexis
  • 11. Max973
  • 12. Cindy
  • 13. guillaume
  • 14. Ba-Soma
  • 15. Thomas
  • 16. nevri
  • 17. Aeyna
  • 18. Ali
  • 19. Starbuck
  • 20. Martin
  • 21. Ronan
  • 22. Xetrix
  • 23. JOSEPH
  • 24. Pierre
  • 25. Cédric
  • 26. Frederic
  • 27. Cesar
  • 28. Yaozard
  • 29. Korros
  • 30. lancelot
🎗 Tipeurs récents
  • Yaozard
  • Ba-Soma
  • nevri
  • Xetrix
  • Thomas
  • Cédric
  • Ali
  • Martin
  • Cesar
  • Reinox
  • Florian
  • Pierre
  • Ronan
  • Caroline
  • Frederic
  • Max973
  • Starbuck
  • Lionel
  • Aeyna
  • Marco
  • jack975
  • Alexis
  • Cinthia
  • guillaume
  • SaPhirYNA
  • Cindy
  • lancelot
  • PascalW
  • JOSEPH
  • Korros


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Vol.4 / Chapitre 289 : Peindre par le biais d’une bête sauvage (Partie 1) Menu Vol.4 / Chapitre 289 : Peindre par le biais d’une bête sauvage (Partie 3)