La Voie Céleste | Library of Heaven’s Path | 天道图书馆
A+ a-
Vol.3 / Chapitre 204 : Les capacités d’estimation de Lu Xun

– « Bien! Étant donné que vous êtes tous les deux d’accord, Tian Gang, apportez-moi cette peinture. » Dit maître Tian.

– « Oui! » Très vite, Tian Gang revint avec une grande boite dans les bras.

– « Voici la peinture que m’a offert maître Liu. Je crois que le mot “Perfection” lui convient totalement. À chaque fois que je la regarde, je ne peux m’empêcher d’être ravis. Aujourd’hui, vous allez avoir la bénédiction de pouvoir observer l’œuvre d’un Maître incroyable! » Sans ambages, le vieux Tian afficha sa fierté en sortant la toile de la boîte.

– « J’espère vraiment rencontrer un maître peintre de cet acabit avant de quitter cette vallée de larmes afin de pouvoir témoigner de ses extraordinaires aptitudes. » Les yeux du vénérable maître brillaient.

Il y avait de nombreuses similitudes entre la préparation du thé et la peinture, et Maître Tian était aussi un grand passionné de l’art pictural. Même s’il lui fallait encore atteindre le niveau de maîtrise, il était assez instruit dans le domaine.

– « Bon, je vais arrêter de parler et vous laisser, les garçons, observer cette peinture. Zhuang Xian, Zheng Fei, puisque vous êtes aussi tous les deux doués en peinture, vous donnerez votre avis. »

Le vieux maître déroula la toile avec le plus grand soin.

Un cerf mangeait de l’herbe tranquillement, et de belles fleurs sauvages tapissaient le sol tout autour. Pendant un instant, les spectateurs pouvaient réellement sentir l’odeur des fleurs. Même s’il ne s’agissait que d’une peinture, le cerf donnait l’impression qu’il aurait pu bondir hors de l’ouvrage.

– « C’est…une peinture de niveau 5 ? » Les yeux de Lu Xun se plissèrent et sa respiration s’accéléra.

Appartenant à une famille de peintres distinguée, il avait une connaissance pointue sur le sujet. En tant que tel, il pouvait saisir l’ingéniosité de la toile en un simple regard.

Le niveau de cette œuvre dépassait clairement la Vraisemblance Époustouflante.

Dans tout le Royaume de Tianxuan, il fallait attendre un siècle entier pour avoir la chance de trouver une telle oeuvre. C’était un grand honneur pour Lu Xun de pouvoir l’expertiser.

Même un Maître Peintre comme son père n’avait jamais vu une peinture de ce niveau.

– « En effet, c’est une peinture de niveau 5. Toutefois, il est dommage que le peintre n’y ait pas mentionné son nom ni celui de l’œuvre. Autrement, je lui aurai déjà rendu visite personnellement! » Dit le vieux Tian avec regret :

– « Bien, commençons l’expertise maintenant. Cette fois, les trois Maîtres Enseignants et moi-même seront les juges, donc, inutile de douter de notre impartialité. Professeur Zhang, vous commencez le premier. »

Toute la salle devint silencieuse, et tout le monde regarda en direction de Zhang Xuan, pourtant, ce dernier paraissait interloqué. Ce qui ne manqua pas d’agacer Maître Tian.

Une peinture de niveau 5 n’était pas pour les amateurs, car ceux-ci ne pouvaient pas faire la différence entre la fiction et la réalité. Le professeur Zhang semblait être perdu!

Comment un tel individu pourrait comprendre la peinture ? Le choix du vieux Tian était, à coup sûr, un bon choix pour Lu Xun.

– « Hem! Après vous être tant vanté, Maître Peintre, que se passe-t-il ? Vous nous faites une plaisanterie ? » Tian Long ricanait en voyant le jeune Zhang perdu.

Si les propos de Maître Yanuyu l’avaient fait douter, le comportement de Zhang Xuan était désormais plus qu’explicite.

Comment un vrai Maître Peintre pourrait se mettre dans un tel état devant une toile de niveau 5 ?

– « Professeur Zhang! » Insista Maître Tian.

– « Oui! » Zhang Xuan sortit de sa transe et d’un air bizarre répondit :

– « Oh, inutile. Je vais d’abord laisser faire le professeur Lu. Je…vais d’abord écouter son expertise! »

– « D’accord, je commence alors. Néanmoins, j’espère que vous ne trouverez pas d’excuses lorsque vous perdrez! » Jugeant du manque de courage du professeur Zhang, Lu Xun devint méprisant.

Cela a fonctionné une fois, mais dorénavant je suis prêt!

Ses manches virevoltant au rythme de sa hâte, il rejoignit le milieu de la salle, avec une totale confiance en lui.

– « En tant que peinture de niveau 5, cette œuvre a été réalisé par un Grand-Maître. Pour cette raison, je n’ose pas dire que je comprends toute la signification de cette toile, et si je commets des erreurs dans mon expertise, libre à chacun de me corriger! »

Il s’approcha de la peinture avec l’expression caractéristique de l’expert :

– « Pour expertiser une toile de cet acabit, vous devez lentement entrer à l’intérieur, et doucement plonger dans les détails de son essence. Aussi, je parlerai d’abord de la peinture dans sa globalité. » Il ne voulait plus se faire avoir à nouveau par Zhang Xuan.

Si je dis tout ce qui peut être dit, qu’allez-vous dire ensuite ?

– « Même si le peintre n’a pas laissé son nom sur cette peinture, il se dégage une conception artistique très profonde. D’un seul regard, vous sentez que vous êtes dans une grande prairie, entourée par des fleurs, et vous regardez un cerf sauvage manger calmement son herbe…Je crois que le Grand-Maître, qui a peint cette toile, devait se trouver dans une grande prairie, admirant le spectacle et la tranquillité lorsque lui vint l’inspiration. »

– « Si nous devions lui donner un nom, je pense que cela serait… Ciel Bleu Brillant! »

– « Ciel Bleu Brillant ? Pas mal. C’est un nom qui en impose! Je crois qu’il reflète l’état d’esprit du peintre, époustouflé par ce qu’il a devant lui! » Tian Long faisait déjà ses louanges…

Avez-vous vu ça ?

C’est un véritable Maître Peintre, capable de voir immédiatement à travers l’essence de la toile, et de véhiculer de nobles pensées aux autres.

– « Maintenant, je vais parler de son contenu et de la technique utilisée. La technique employée est évidemment celle du Double Crochet. Premièrement, il a dessiné le contour des éléments avant d’appliquer sa beauté gestuelle, en ajoutant les couleurs des fleurs, de l’herbe, et du cerf. Ce n’est qu’avec cette méthode que l’on peut faire de la grande peinture. » Les yeux de Lu Xun étincelaient.

– « La technique du Double Crochet ? Ne pensez-vous pas qu’il s’agisse plutôt des Deux Dragons qui Serpentent ? » Commenta Zhang Xuan.

– « Les Deux Dragons qui Serpentent ? Savez-vous au moins ce que cela signifie ? » Interrompit Tian Long :

– « La technique des Deux Dragons est utilisée par les artisans des rues lorsqu’ils sont pressés par le temps. Elle leur sert à reproduire une peinture et ce n’est qu’en recommençant de nombreuses fois que l’on réussit à reproduire une toile dont les détails sont minutieux. Pourtant, vous dites que cette peinture de niveau 5 a été créé avec cette technique ? Ah ah, êtes-vous sûr de comprendre quelque chose à cet art ? » Tian Long regardait Zhang Xuan avec dédain, le maître Tian ne s’en priva pas non plus.

– « Vous avez une imagination débordante! » Lu Xun ricana. La suffisance dans son regard en disait long. Il se tourna à nouveau vers la toile et poursuivit son explication :

– « Je n’ai parlé que de la toile dans son ensemble. Je vais maintenant aborder les détails. Sur cet aspect, le Grand-Maître a été très méticuleux, avec une incroyable impression de vie. Regardez ces fleurs, vous pouvez voir leurs veines ; quant au cerf, vous pouvez distinguer la fourrure sur son corps…Même si le peintre est un Grand-Maître, il lui a fallu probablement deux à trois jours pour terminer sa peinture. Ce n’est qu’en sculptant doucement les détails à la perfection et avec élégance, que l’on évite les erreurs. Je dois dire que la patience de ce maître est impressionnante! »

Lu Xun était stupéfait :

– « Dernière chose mais pas des moindres, même si sa peinture est pointue et que son nom n’est pas connu, je peux, d’après mes années d’expérience dans l’expertise des toiles, donner grossièrement son identité. »

– « Oh ? Vous êtes capable de cela ? Qui est-ce ? » Le jeune Zhang ne put se retenir de poser la question, alors qu’un air étrange apparaissait sur son visage.

Les mains derrière le dos, Lu Xun regarda vers le haut. Puis, avec son air méprisant et sa confiance en lui insoutenables, il ajouta :

– « Il n’y a pas plus de sept maîtres dans les royaumes avoisinants capables de peindre avec ce niveau de qualité. Depuis le siècle dernier, sur les sept, seuls trois ont produit des peintures de cette sorte, et je peux vous citer, de mémoire, ces 3 peintres, qui sont : le Maître Jin Mantang du Royaume de Beiwu ; le Maître Wu Jiechao du Royaume de Hanwu ; et le Maître Yun Shaoqing du Royaume de Shenwu. »

– “ Jin Mantang a laissé une œuvre d’art dans laquelle des pins étaient peint avec des traits puissants, donnant un air préhistorique à sa toile. Pour cet aspect, je dirais que c’est extrêmement similaire à la façon dont ont été dessinés le cerf et la prairie. Toutefois, le Maître Mantang est décédé il y a 8 ans, et il n’a laissé que cette peinture. Donc, il est fortement improbable qu’il soit notre peintre. ”

– “ Quant au Maître Wu Jiechao, il peint particulièrement des animaux. On dit qu’il a jadis peint une grue blanche couchée au sol, et que celle-ci avait attiré de vraies grues qui pleurèrent sa mort. Il est très probable qu’une personne de ce niveau soit capable de peindre ce cerf sauvage. Toutefois, il ne dessine que des animaux, pas de faune ni de flore. Très certainement, des royaumes qui sont proches, le seul qui puisse peindre une œuvre d’art aussi époustouflante, se trouve être le Maître Yun Shaoqing! Et surtout, c’est qu’il est le seul survivant des trois Grands-Maîtres. Aussi, je pense que cette œuvre est de lui. » Sur ce, Lu Xun regarda fièrement le vieux Tian.

– « Bien, votre analyse est approfondie et logique! » Tian applaudit.

Vous avez vu ça ? Qu’est-ce que le professionnalisme ? Eh bien c’est ce que vous venez d’entendre!  

– « Parfait. Professeur Zhang, c’est à vous! »

– « À moi ? Êtes-vous sûr de vouloir entendre mon exposé ? »

– « Bien entendu. Pourquoi, Allez-vous dire que j’ai déjà tout dit et qu’il n’y a plus rien d’autre à ajouter ? » La moquerie de Lu Xun rayonnait.

– « Non… Oui, je ne pense pas avoir plus à dire…Après avoir contemplé la toile pendant un long moment, je n’ai que quelques mots à ajouter! »

– « Quelques mots ? » Le vieux Tian et son petit-fils fixèrent Zhang Xuan, perplexes.

– « Ouais! » Le jeune Zhang se gratta la tête, embarrassé :

– « Si je ne m’abuse…J’ai peint cette toile! »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Lionel
  • 🥈2. SaPhirYNA
  • 🥉 3. Cinthia
  • 4. Florian
  • 5. Reinox
  • 6. jack975
  • 7. Caroline
  • 8. PascalW
  • 9. Marco
  • 10. Alexis
  • 11. Max973
  • 12. Cindy
  • 13. guillaume
  • 14. Ba-Soma
  • 15. Thomas
  • 16. nevri
  • 17. Aeyna
  • 18. Ali
  • 19. Starbuck
  • 20. Martin
  • 21. Ronan
  • 22. Xetrix
  • 23. JOSEPH
  • 24. Pierre
  • 25. Cédric
  • 26. Frederic
  • 27. Cesar
  • 28. Yaozard
  • 29. Korros
  • 30. lancelot
🎗 Tipeurs récents
  • Yaozard
  • Ba-Soma
  • nevri
  • Xetrix
  • Thomas
  • Cédric
  • Ali
  • Martin
  • Cesar
  • Reinox
  • Florian
  • Pierre
  • Ronan
  • Caroline
  • Frederic
  • Max973
  • Starbuck
  • Lionel
  • Aeyna
  • Marco
  • jack975
  • Alexis
  • Cinthia
  • guillaume
  • SaPhirYNA
  • Cindy
  • lancelot
  • PascalW
  • JOSEPH
  • Korros


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Vol.3 / Chapitre 203 : Erreur sur la personne Menu Vol.3 / Chapitre 205 : Suis-je victorieux ?