La Voie Céleste | Library of Heaven’s Path | 天道图书馆
A+ a-
Vol.3 / Chapitre 162 : Deuxième Niveau

– « De plus, la peinture dépend de l’état d’esprit. Sans conception artistique, peu importe la netteté de l’œuvre , celle-ci sera inutile. La technique des Deux Dragons qui Sillonnent divise puissamment une peinture en deux portions, créant une séparation de la conception artistique… Donc, même si les deux côtés correspondent parfaitement, il serait difficile d’atteindre le 3ème niveau. Exhiber sa technique picturale au risque de perdre de vue l’objectif principal, je trouve qu’il exagère ! » Expliqua Maître Yuanyu.

Après son premier choc, non seulement l’impression qu’il avait de Zhang Xuan ne s’était pas améliorée, mais elle s’était même plutôt empirée. Pour lui, le jeune Zhang était arrogant et irrespectueux. Il les avait fait attendre quatre heures pleines en prétextant un ajustement de son état d’esprit quand il savait qu’il était convenu que l’examen devait se tenir à midi. Et désormais, il exhibait sa technique plutôt que de se concentrer sur une création artistique majeure, en mettant complètement de côté l’âme de l’œuvre.

Sans un état d’esprit calme et paisible, mais une intention de stupéfier les autres, il était impossible de créer des pièces maîtresses, et cela quelque soit l’aptitude de l’artiste. Impossible de devenir un grand maître!

– « Frère Zhang est encore jeune, il est normal qu’il veuille nous impressionner… » Maître Lu Chen comprenait la franchise de son ami, et il lui fit un petit sourire apaisant.

C’est un jeune, après tout, il est normal qu’il montre ses techniques. On ne peut pas s’attendre à ce qu’il soit comme nous. Nous avons déjà un pied dans le tombe.

– « Réaliser une véritable œuvre serait une bien meilleure façon de nous impressionner. La Technique des Deux Dragons qui Sillonnent est utilisée par les artistes de rue pour produire des peintures en quantité industrielle. S’il ne renonce pas à ce genre de mauvaise habitude, il lui sera difficile d’achever de grandes choses à l’avenir! » Répondit Yuanyu sans se retenir.

– « .. » Huang Yu et Bai Xun restèrent silencieux devant une telle évaluation. Ils n’avaient pas d’expérience ni d’autorité dans le domaine, donc ils étaient incapables de réfuter quoi que ce soit.

Au moment où Lu Chen s’apprêta à dire quelque chose, la voix de Bai Xun retentit :

– « Regardez, il commence à connecter les deux extrémités… »

L’attention de tous se porta sur la peinture, et comme le disait Bai Xun, les brosses de Zhang Xuan étaient en train de converger.

– « Mais… il ne peut pas les connecter! » Commenta Huang Yu.

Les deux parties allaient se rapprocher, mais prises individuellement, elles étaient complètement différentes, que cela soit la profondeur des couleurs, l’attrait sous-jacent, et le style pictural. Une moitié était brillante et l’autre moitié était sombre… Si Zhang Xuan les combinait, il échouerait, à coup sûr!

– « Il est impossible de combiner les deux moitiés ensemble… »

Maître Lu Chen avait l’intention de s’exprimer pour le jeune Zhang, mais devant une telle situation, il devint muet comme une carpe et occupa son désarroi en tirant sur sa barbe, dont il arracha quelques poils!

Même s’il ne voulait pas l’admettre, en se basant sur ses connaissances picturales, il pouvait bien se rendre compte que les deux moitiés étaient incompatibles. Comme deux mondes différents ; Il était absolument impossible que les deux extrémités coïncident. Se pouvait-il que, comme venait de le dire Yuanyu, Frère Zhang soit juste un prétentieux ?

Même s’il l’avait déjà rencontré précédemment, il préférait rester prudent, bien sûr, en restant courtois…

S’il s’avérait que le professeur Zhang soit réellement ainsi, il aurait beaucoup de difficultés à atteindre les hauteurs de cet art…

– « S’il n’arrive pas à réunir les deux parties, ce sera un échec, tout simplement. Dire que j’ai attendu toute l’après-midi pour ça… » Maître Yuanyu était déçu.

En dépit d’être tout à fait incapable, il a choisi de feindre l’expert avec sa technique des Deux Dragons qui Sillonnent plutôt que de peindre normalement. Maintenant, regardez ce que nous avons, deux extrémités qui ne correspondent pas du tout. J’ai hâte de voir comment il va pouvoir se tirer d’affaire.

Si vous désiriez vous la “jouer” expert, vous auriez dû vous assurez d’avoir toutes les cartes en main. Parce que là, vous avez l’air d’un idiot!

Après un soupir, Maître Yuanyu ferma les yeux pour ne plus continuer à regarder ces absurdités! Ce n’est pas qu’il voulut en arriver là, mais il préférait conserver son tempérament plutôt que de s’emporter.

– « Ah? »

– « Attendez, c’est… »

– “Comment est-ce possible ?”

Yuanyu entendit s’exclamer tout autour de lui, comme si quelque chose d’inconcevable se produisait. Il ouvrit ses yeux et vit Maître Lu Chen, Huang Yu, et Bai Xun regardant, choqués, ce qui se trouvait devant eux. Comme s’ils avaient vu un fantôme.

– « Que se passe-t-il ? S’il échoue en reliant les deux parties, il n’y a pas de quoi être choqué! »

Perplexe, Maître Yuanyu se retourna pour regarder par lui-même et fut à son tour stupéfait. Il sentit son corps vaciller :

– « Mais…Mais…Qu’est-ce que c’est ? »

Devant ses yeux ébahis, à la frontière où se rejoignaient les deux extrémités, Zhang Xuan érigea un mur d’un gentil coup de pinceau, créant ainsi une barrière qui séparait les deux entités peintes. Cette fracture, créée par le mur, venait d’effacer toute dissonance entre les deux parties dont le contraste s’harmonisait en donnant la sensation d’observer deux mondes différents simultanément .

– « Il s’agit de cette cour intérieure… » S’exclama Bai Xun. Il venait de réaliser ce que représentait la peinture. Ce que Zhang Xuan avait peint de la main gauche était la cour intérieure dans laquelle ils se trouvaient. Il y avait quelqu’un qui peignait, quelqu’un qui commentait la peinture et la scène était tranquille. Sur la droite, il y avait une autre cour avec des fleurs, des oiseaux et des animaux dansant, et aussi des cigales dont le chant était net. C’était comme un paradis naturel à l’écart de la société grouillante des hommes.

D’un côté le monde des hommes, de l’autre celui de la nature. D’un côté le calme, de l’autre l’agitation. Deux scènes différentes, deux états d’esprit différents et deux sensations différentes. Néanmoins, les deux parties fusionnaient parfaitement grâce à ce mur providentiel, harmonisant parfaitement les deux thèmes.

– « Un coup de pinceau divin, vraiment divin… » Complimenta Maître Lu Chen.

Il y avait de l’agitation dans le silence, et du silence dans l’agitation.

Un simple mur et voilà que naissait un monde complètement différent. Le niveau de l’œuvre s’élevait vers les plus hauts sommets.

– « Incroyable… » Maître Yuanyu ne put s’empêcher de faire des éloges. Il ne s’attendait pas à cette apparition d’un mur unificateur.

Si la conception artistique des deux côtés du mur avait été la même, l’œuvre aurait été un échec!

Après la touche finale du mur, la peinture fut terminée. Zhang Xuan posa la brosse et rit doucement :

– « Veuillez évaluer mon travail! »

– « Laissez-moi jeter un œil! » Lu Chen approcha et étudia l’ouvrage. Huang Yu et Bai Xun firent de même, tous très impressionnés.

Le dessin de la cour intérieure était précis et semblait vivant. Sous le travail de sa brosse, la belle image paraissait flotter hors du papier.

– « Comme c’est beau… » Les beaux yeux de Huang Yu brillaient d’admiration.

Même si les deux moitiés avaient été créées simultanément, chaque détail minutieux était présent et exempt de toute imperfection. En fait, même les tables et les chaises étaient clairement visibles. Les expressions de la foule dans la peinture ressortaient vraiment. C’était comme s’il avait pris tous les éléments du monde réel pour les imprimer directement sur la toile. C’était presque incroyable que cette peinture puisse être si élégante.

– « C’est dommage… » Maître Yuanyu hocha la tête. En fait, même Lu Chen exprima sa déception!

– « Cette peinture est si belle, que pourrait-elle avoir qui ne va pas ? » Demanda Bai Xun, incapable de comprendre ce qui se passait.

– « Cette toile avait une confection parfaite. Il n’y a pas la moindre erreur, et en termes de peinture, de contraste, de complément…On peut dire véritablement que c’est de premier ordre. Juste que, comme je l’ai dit auparavant, travailler simultanément avec les deux mains peut engendrer un problème avec l’une ou l’autre des mains, faisant ressortir plus de détails d’un côté ou de l’autre, par exemple, au détriment de la conception artistique! Sans celle-ci, on ne peut atteindre que le deuxième niveau, Le Canevas Spirituel. Cette peinture est encore très loin du niveau Imprégnation des Intentions. » Expliqua Lu Chen.

La peinture du jeune Zhang était parfaite en ce qui concerne le thème, les contours, la confection. Mais il était dommage qu’elle manquait de conception artistique.

Sans cette touche, il ne pouvait pas y avoir de chef-d’œuvre.

– « C’est dommage, mais Frère Zhang est encore jeune. Quand il aura notre âge, il pourra facilement nous faire une toile de niveau 3, et même une de niveau 4! » Maître Lu Chen rassura Zhang Xuan, mais il était tout de même impressionné par ce travail.

– « Il semble qu’il possède de véritables capacités! » Yuanyu hocha la tête en signe d’approbation, puis il se retourna vers notre jeune professeur pour le réprimander :

– « Toutefois, il est toujours préférable, même si l’on est jeune, de rester humble! »

Son impression sur Zhang Xuan n’était pas très bonne. Pourtant, il reconnaissait que sa peinture était de qualité supérieure. Mis à part le manque de conception artistique, il ne put trouver aucun défaut. De toute vraisemblance, ce jeune garçon n’était pas un imposteur. Il possédait de réelles capacités.

– « Humble ? » Zhang Xuan savait tout ça! Il savait qu’il les avait fait poireauter et que ses manières ne plaisaient pas à tout le monde. Et pour cela, il était embarrassé :

– « Je m’excuse de vous avoir fait attendre si longtemps! »

– « C’est mieux ainsi! » Yuanyu fut satisfait :

– « Vous avez de bonnes bases. Si vous affinez vos capacités et que vous accumulez de l’expérience, vous pourrez certainement bientôt faire une peinture de niveau 3. S’il vous plaît, ne gâchez pas vos talents par trop de suffisance! »

– « Oui. Afin de créer une toile avec une touche de conception artistique, vous devez acquérir davantage de compréhension du monde en faisant attention à votre environnement! » Conseilla sagement Lu Chen.

– « Merci pour vos conseils! » Zhang Xuan savait qu’ils avaient de bonnes intentions.

– « Très bien, maintenant que nous avons tous terminé de peindre, il est temps pour vous deux d’évaluer les œuvres… » Lu Chen ne s’attarda plus sur le sujet de la peinture de Zhang Xuan mais porta plutôt son attention sur Huang Yu et Bai Xun. Néanmoins, Bai Xun fut à nouveau choqué :

– « Ce n’est pas vrai…Maître Zhang, pourquoi est-ce que les humains et les oiseaux dans votre peinture…n’ont-ils pas d’yeux ? »

Tout le monde s’était attaché à expertiser la toile dans son ensemble et non dans ses détails. Jetant un nouveau regard dessus, ils réalisèrent, en effet, que les humains et les oiseaux étaient dépourvus d’yeux!!

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Lionel
  • 🥈2. SaPhirYNA
  • 🥉 3. Cinthia
  • 4. Florian
  • 5. Reinox
  • 6. jack975
  • 7. Caroline
  • 8. PascalW
  • 9. Alexis
  • 10. Max973
  • 11. Marco
  • 12. Cindy
  • 13. guillaume
  • 14. Ba-Soma
  • 15. Thomas
  • 16. nevri
  • 17. Aeyna
  • 18. Ali
  • 19. Starbuck
  • 20. Martin
  • 21. Ronan
  • 22. JOSEPH
  • 23. Xetrix
  • 24. Frederic
  • 25. Pierre
  • 26. Cédric
  • 27. Yaozard
  • 28. Korros
  • 29. lancelot
  • 30. Cesar
🎗 Tipeurs récents
  • Yaozard
  • Ba-Soma
  • nevri
  • Xetrix
  • Thomas
  • Cédric
  • Ali
  • Martin
  • Cesar
  • Reinox
  • Florian
  • Pierre
  • Ronan
  • Caroline
  • Frederic
  • Max973
  • Starbuck
  • Lionel
  • Aeyna
  • Marco
  • jack975
  • Alexis
  • Cinthia
  • guillaume
  • SaPhirYNA
  • Cindy
  • lancelot
  • PascalW
  • JOSEPH
  • Korros


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Vol.3 / Chapitre 161 : Les deux dragons qui sillonnent Menu Vol.3 / Chapitre 163 : Je vous en ferai une autre…