Vision Transcendante | Tranxending Vision | 超品透视
A+ a-
Chapitre 66 – La beauté à longues jambes du Wing Chun

La femme qui était entrée avait une vingtaine d’années. Elle tirait une valise derrière elle et était grande, avait de longues jambes et était jeune et belle. Ses jambes, d’un blanc jade, étaient si longues qu’elles représentaient plus de la moitié de sa taille, c’était vraiment accrocheur. Elle pourrait être mannequin de première classe rien que pour ses jambes.

Sa poitrine était ferme et guillerette, étroitement serrée par un T d’équipage à col arrondi, façonnant ses seins pour qu’ils ressemblent à deux obus d’artillerie de gros calibre. Ajoutez à cela son joli visage délicat et ses cheveux longs noirs corbeau et vous obteniez une sorte d’Angelina Jolie tout droit sortie d’Hollywood, sexy et charmante mais héroïquement galante.

« C’est une femme très spéciale » , pensa Xia Lei.

Il ne l’avait pas vue ces derniers jours, mais d’après la façon dont elle parlait, elle n’était pas une nouvelle étudiante.

« Liang Si-Yao. Quand es-tu rentrée ? »

Lu Sheng la salua en guise de bienvenue et afficha un sourire béat sur son visage.

Liang Si-Yao ? Xia Lei regarda Liang Zheng-Chun puis Liang Si-Yao qui approchait et vit soudain la ressemblance entre les deux.

« Je suis descendue de l’avion ce matin. Je suis de retour, papa », dit Liang Si-Yao.

Liang Zheng-Chun avait toujours l’air sévère : « Pas même un coup de téléphone pour dire que tu es de retour. Tu me vois toujours comme ton père ? »

Liang Si-Yao sourit en disant : « Papa, je ne voulais pas te fatiguer avec un aller-retour à l’aéroport. »

« Combien de temps resteras-tu cette fois ? », demanda Liang Zheng-Chun.

« Je ne partirai pas cette fois-ci. Papa, j’ai quitté mon travail là-bas. Je t’accompagnerai tous les jours à partir de maintenant, d’accord ? », dit Liang Si-Yao.

« Bien, bien. Heh heh. »

Liang Zheng-Chun sourit.

En vieillissant, les gens voulaient avoir leurs enfants à leurs côtés, non pas pour des raisons cachées, mais parce que c’était réconfortant. C’était une sorte de bénédiction.

« Si-Yao, si tu es revenue pour assister ton père, je suis sûr que l’école aura beaucoup de nouveaux élèves. », dit Lu Sheng en souriant.

Liang Si-Yao sourit en retour : « Je vais poser mes bagages et discuter avec toi à mon retour. »

Elle tira ses bagages vers une porte à l’intérieur. En passant devant Xia Lei, elle dit : « Ne vous chamaillez pas avec le moine. C’est un barbare. »

« Moine » était le surnom de Lu Sheng et il était meilleur que le nom que les étudiants proches de lui utilisaient, qui était « Sagesse profonde Lu. » (NdT Sagesse Profonde est l’un des 108 brigands du roman Au Bord De l’Eau.)

Xia Lei sourit : « Non, on ne fait que s’amuser. »

Liang Si-Yao tira ses bagages derrière elle et entra dans la pièce. Sa petite taille, ses fesses rondes et ses longues jambes offraient une vue particulièrement belle sur son dos.

Xia Lei détourna le regard. En fait, il n’avait qu’à le vouloir et cette beauté du Wing Chun aux longues jambes serait totalement exposée à ces yeux, mais il ne voulait pas le faire. Il était très difficile pour d’autres hommes de pouvoir voir une femme dans sa forme naturelle et originale, c’était pourquoi les femmes étaient pour eux un mystère. Mais pour Xia Lei, c’était trop facile. Il pouvait atteindre le but simplement en le voulant, le mystère était donc perdu depuis longtemps pour lui et ne présentait plus d’attrait. De plus, il ne voulait pas s’engager dans cette voie, il pouvait donc toujours faire preuve de retenue. Jiang Ru-Yi étant bien sur une exception.

Lu Sheng regarda Xia Lei.

« Garçon. Vous avez déjà pratiqué le Wing Chun ? »

Xia Lei secoua la tête : « Non. »

Lu Sheng ne le crut pas.

« Vous mentez, hein ? Je vous ai vu frapper le mannequin de bois tout à l’heure. Vous n’étiez pas si mauvais que ça. Je me suis entraîné pendant huit mois avant de pouvoir le frapper avec votre niveau de compétence. Vous osez dire que vous n’avez jamais pratiqué le Wing Chun avant ? »

« Je ne l’ai pas pratiqué. »

Xia Lei ne voulait pas continuer à s’expliquer.

A ce moment, Liang Zheng-Chun s’était approché et pointa le mannequin de bois en disant : « Lei, frappe-le encore et laisse-moi voir. »

« Bien sûr. »

Xia Lei se dirigea vers le mannequin de bois, prit une grande respiration et frappa, mouvement par mouvement.

Son œil gauche transmit les images des mouvements de Liang Zheng-Chun à son cerveau, alors qu’il apprenait les mouvements et les appliquait. Cette fois, il avait été plus rapide car plus entraîné. Ce n’était pas dû à sa capacité de compréhension, mais à son adaptation à la vitesse de transmission de l’œil. Son corps s’était également habitué à des mouvements de type “mimétique” et avait pu copier les mouvements de Liang Zheng-Chun plus rapidement et plus précisément.

Ce processus semblait compliqué et miraculeux, mais il était en fait similaire à la façon dont ces vieilles dames qui dansaient sur les places publiques apprenaient leurs mouvements en regardant des DVD. La différence était que le DVD des dames âgées se trouvait sur un partère de fleurs tandis que le « DVD » de Xia Lei était son œil gauche et faisait partie de son corps. C’était aussi un avantage unique qu’il avait et que personne d’autre ne pouvait surpasser.

Bam bam bam, bam bam bam…

Lorsque Xia Lei frappa le mannequin de bois, ses frappes devinrent de plus en plus rapides et précises. Il était complètement immergé dans le monde du Wing Chun et avait oublié tout le reste autour de lui.

Les élèves séniors arrêtèrent leur propre entraînement et se rassemblèrent autour, regardant Xia Lei frapper le mannequin de bois.

Le groupe de personnes, dont Liang Zheng-Chun, était stupéfait par l’étrange scène qui se déroulait sous leurs yeux. Pour eux, Xia Lei ne ressemblait pas à un débutant qui avait commencé à pratiquer le Wing Chun depuis quelques jours, mais à un praticien aguerri qui s’entraînait depuis au moins dix ans. Xia Lei semblait posséder des connaissances cachées, faisant semblant d’être un stupide cochon pour vaincre le tigre. (NdT : autrement dit, se faire passer pour plus stupide que l’on est.)

« Ce n’est pas possible ? Ce garçon est l’élève débutant ? »

Un étudiant senior ayant un an d’expérience regardait bouche bée, sans en croire ses yeux. Même s’il allait jusqu’au mannequin de bois, il ne pourrait pas le frapper aussi bien que Xia Lei.

« Certainement pas. Ce type a un motif plus profond et se fait passer pour un débutant. Vous pensez que c’est quelqu’un d’une autre faction, venu ici pour causer des ennuis ? », dit un étudiant senior.

« Il ne pourrait pas être ici pour draguer, hein ? », dit quelqu’un.

« Peut-être. Liang Si-Yao est vraiment une beauté. Ce type a peut-être cette intention », dit quelqu’un.

« Qu’est-ce que tu racontes ? La Demoiselle Liang travaillait aux États-Unis et ne revenait même pas deux fois par an. Ce type n’a jamais vu son visage auparavant, alors comment pourrait-il avoir cette intention ? Pfft. Je pense qu’il est certainement envoyé par une autre faction pour causer des problèmes », dit quelqu’un.

Les étudiants marmonnèrent entre eux dans une conversation animée, mais sans bruit.

Le visage de Lu Sheng devint de plus en plus houleux. Il s’approcha de Liang Zheng-Chun et lui dit à l’oreille : « Maître Liang, il a dit qu’il n’avait appris le Wing Chun que pendant quelques jours. Regardez son habileté. Est-ce le niveau d’une personne qui n’a pratiqué le Wing Chun que pendant quelques jours ? »

Liang Zheng-Chun secoua la tête de manière réfléchie et étendit trois doigts.

« D’après ce que je vois, il a pratiqué pendant au moins trois ans. »

« Maître Liang, vous avez pratiqué le Wing Chun toute votre vie. Si vous dites que c’est trois ans, alors c’est définitivement trois ans. Pourquoi ce garçon ment-il ? », dit Lu Sheng.

« Non, ce n’est pas ça, c’est comme… »

Liang Zheng-Chun fronça les sourcils et avait soudainement l’impression de ne plus pouvoir juger. Xia Lei était comme un brouillard impénétrable à ses yeux.

Juste à ce moment, Liang Si-Yao sortit et sé tint également à côté de Liang Zheng-Chun pour regarder Xia Lei frapper le mannequin de bois. Elle ne cacha pas non plus sa surprise.

« Papa, quel est le nom de cet élève ? Pourquoi ne l’ai-je jamais vu auparavant ? »

« Il s’appelle Xia Lei. Il n’est là que depuis quelques jours. C’est pour cela que tu ne l’as jamais vu avant. », dit Liang Zheng-Chun

« A-t-il déjà pratiqué le Wing Chun ? », demanda Liang Si-Yao.

Liang Zheng-Chun secoua la tête.

« Non. Il a dit que c’était la première fois qu’il apprenait le Wing Chun. »

La petite bouche de Liang Si-Yao s’entre-ouvrit, en état de choc.

« Pas question. Ses mouvements ont l’air déjà tellement pratiqués. Comment pourrait-il être novice ? »

« C’est une personne honnête et non un menteur. Mais il ne semble pas vraiment être quelqu’un qui n’a appris le Wing Chun que pendant quelques jours. Je ne peux pas m’en occuper, je ne vois rien à travers lui », déclara Liang Zheng-Chun.

« N’est-ce pas simple ? Je connaîtrai ses profondeurs si je m’entraîne avec lui », dit Liang Si-Yao.

« Si-Yao, laisse-moi faire. Je vais m’entraîner avec lui », dit Lu Sheng.

« Non, non, non. Tu as du caractère et tu ne sais pas comment te retenir. Il est préférable que je le fasse », dit Liang Si-Yao.

Elle se dirigea aussitôt vers Xia Lei.

Celui-ci venait de terminer le dernier mouvement et relâcha sa position.

Il était fatigué d’avoir frappé le mannequin de bois et son front et son corps étaient perlés de sueur. Ses membres lui faisaient également très mal et étaient enflés à plusieurs endroits. Ce qu’il avait frappé n’était rien d’autre que du bois dur et bien qu’il ait des callosités sur les mains, il avait toujours des blessures dues au fait de frapper du bois en permanence.

Cette expérience avec le mannequin en bois avait accru le savoir-faire de Xia Lei dans le domaine du Wing Chun et sa force. Cela pouvait être considéré comme un gain.

« Xia Lei, c’est ça ? Vous n’êtes pas mauvais. », dit Liang Si-Yao en souriant.

C’est alors que Xia Lei découvrit que Liang Si-Yao avait marché jusqu’à ses côtés. Il sourit également et dit poliment : « Mlle Liang, vous devez me taquiner. Je m’entraînais juste à l’aveuglette. »

« Une pratique à l’aveugle et pourtant aussi incroyable ? »

Xia Lei rit mais n’ajouta rien.

« Vous voulez vous entraîner avec moi ? », demanda Liang Si-Yao.

Xia Lei secoua la tête : « Je n’ai appris le Wing Chun que depuis quelques jours et je suis déscolarisé à bien des égards. Je ne peux pas être votre partenaire d’entraînement. Je dois refuser. »

Liang Si-Yao tira soudainement vers l’avant et frappa Xia Lei à la poitrine avec un coup de poing d’un pouce.

Xia Lei ne s’attendait pas à ce qu’elle l’attaque tout d’un coup et n’avait pas réagi à temps. Il avait été touché par son attaque. Liang Si-Yao pouvait sembler être une frêle jeune femme, mais sa force n’était pas plus faible que celle d’un homme. Le coup de poing le fit reculer de deux mètres et fit brûler sa poitrine de douleur.

Avant que Xia Lei ne puisse retrouver son équilibre, Liang Si-Yao s’était de nouveau approchée de son front et lui avait donné un coup de pied au-dessus du genou. La puissance de son coup de pied fit tomber Xia Lei au sol en un tas ébouriffé.

Les spectateurs applaudirent et Lu Sheng leva également le poing en exagérant.

Une attaque comme celle-là !! Et elle n’y va pas de main morte. Bon sang ! Xia Lei la maudissait intérieurement. Il se retourna et rampa jusqu’à ses pieds, puis se mit en position de combat, prêt à s’entraîner avec Liang Si-Yao.

« Vous auriez dû faire ça dès le début. »

Dès qu’elle eut fini de parler, Liang Si-Yao s’élança devant Xia Lei en un clin d’oeil avec un coup de poing dirigé vers son cœur.

Xia Lei était préparé cette fois-ci et s’était défendu en déviant le coup avec son bras droit, en déplaçant son coup de poing sur le côté. Au même moment, son coude droit s’était déplacé vers la taille de Liang Si-Yao sous la forme d’un coup de poing.

La main gauche de Liang Si-Yao était descendue en bloc et appuya sur le coude droit de Xia Lei, puis elle poussa en avant avec force. Les deux adversaires avaient effectué plusieurs mouvements d’attaque et de défense en un clin d’œil et aucun d’entre eux ne pouvait battre l’autre.

Leurs yeux s’étaient croisés et ils recommencèrent à se battre à la seconde suivante.

Liang Si-Yao avait appris le Wing Chun de Liang Zheng-Chun depuis qu’elle était enfant. Son expérience et son niveau de compétence n’étaient pas comparables à ceux d’un novice comme Xia Lei, mais Xia Lei avait aussi son avantage, et c’était son œil gauche. Peu importe la vitesse de Liu Si-Yao, elle n’était pas plus rapide que son œil et ses mouvements ne lui semblaient donc pas rapides. Il utilisait son œil gauche pour se concentrer sur Liang Si-Yao et pouvait prédire ses mouvements avant qu’elle ne les fasse, lui permettant ainsi d’esquiver chacune de ses attaques féroces.

Les deux adversaires firent des allers et venues : tu frappes, je donne un coup de pied, tu pousses ta paume, je donne un coup de coude. Il était difficile de voir qui avait le dessus. Au fil du temps, Xia Lei reçut des coups de poing et des coups de pied, et Liang Si-Yao également, à plusieurs reprises. Ils semblaient être à égalité.

Alors qu’ils s’affrontaient, une pensée vint à Xia Lei : « En tant qu’homme, je suis certainement plus fort que Liang Si-Yao, mais les coups qu’elle me donne semblent plus forts que les miens. Cela doit être lié à une technique d’envoi de puissance. Mon œil gauche peut voir ses mouvements et elle ne peut pas être plus rapide que mon œil, mais puis-je voir comment elle dirige sa puissance ? Si je peux la voir, je pourrai rapidement saisir le secret du Wing Chun . Une fois que j’aurai maîtrisé cela, je n’aurai plus à avoir peur d’adversaires comme Lu Sheng ! »

Avec cette pensée en tête, l’œil gauche de Xia Lei bougea et le T-shirt, le soutien-gorge et les autres vêtements de Liang Si-Yao disparurent. Son champ de vision était rempli d’un paysage blanc comme la neige, les parties pâles ressemblaient à la neige du printemps tandis que les parties roses étaient comme des fleurs de pêcher en mars. La vue attirante bloqua son attention et sa réaction fut décalée d’un battement.

« Hei ! »

Liang Si-Yao cria doucement et son pied rejoignit le bas-ventre de Xia Lei.

Un bruit sourd retentit, Xia Lei serra son ventre alors qu’il tombait au sol.

« Vous… allez bien ? »

Liang Si-Yao se dépêcha d’aider Xia Lei à se relever.

Il se dépêcha de fermer les yeux et se gronda lui-même : « Tu l’as bien mérité ! »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. PascalW
  • 🥈2. j
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • j


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 65 – Le Wing Chu n’est pas compliqué Menu Chapitre 67 – Application de la vision à rayon-X aux arts martiaux