Subjuguer les Ténèbres | Tales of Herding Gods | 牧神记
A+ a-
Chapitre 26 – De l’épaisseur d’un bras

Tous les gens présents à la forge observaient la scène sans la comprendre.

Un attribut venait réellement d’apparaître dans le Qi vital du Corps impérial de Qin Mu. Il s’agissait en plus de l’attribut du feu, le Qi vital de l’Oiseau Vermillon.

Sourd était sur le point de crier de joie, mais le chef du village l’interrompit : « Ne t’emballe pas, Sourd. Mu’er, maintenant concentre ton esprit et observe l’eau, ne pense à rien d’autre. »

Qin Mu obéit et observa l’eau. Son Qi vital se changea alors en un ruisseau qui se déversa dans son Trésor divin de l’Embryon spirituel pour apaiser son embryon spirituel. Tous les villageois qui s’étaient précipités après avoir appris la nouvelle remplirent bientôt la petite forge. Vieux Ma, Boiteux, Boucher, Apothicaire et Aveugle s’y étaient tous entassés pour voir Qin Mu en train d’observer l’eau. Tous retenaient leur respiration.

La voix du chef du village se fit à nouveau entendre : « Tu te souviens de la compétence de lance qu’Aveugle t’a enseignée ? Imagine que tu tiens une lance dans la main et frappe ! »

Qin Mu leva les bras et donna un coup tout en faisant virevolter la pointe de la lance. À l’instant où sa main vide asséna le coup, son Qi vital se transforma en vapeur blanche comme la neige et jaillit sous la forme d’une lance. En même temps, on entendit le son de l’eau alors que la vapeur dessinant la silhouette d’un dragon tournait sous l’effet des secousses.

« Il a réussi, il a réussi… »

Vieux Ma pleura de joie : « Il a finalement réussi. Nos années de dur labeur n’auront pas été vaines… Mu’er, tu as grandi… »

Il ne put s’empêcher de tourner la tête sur le côté pour essuyer ses larmes avec son unique main.

Un sourire sincère illumina le visage de Boiteux qui murmura : « Enfin, notre Qin Mu pourra survivre dans les Grandes Ruines… C’est pas vrai, Vieux Ma, tu peux arrêter de pleurer ? Tu vas me faire pleurer moi aussi ! Mamie Si est à la Ville du Dragon frontalier pour des achats. Si elle était là, c’est elle qui verserait le plus de larmes !

« Pourquoi on pleurerait ? »

Les yeux d’Apothicaire devinrent rouges et il sourit : « Nous devrions plutôt nous réjouir ! Quand nous mourrons de vieillesse, Qin Mu sera capable de survivre seul. C’est une très bonne chose et cela devrait nous rendre heureux ! »

« Tu as raison, complètement raison ! »

Sourd riait de bon cœur : « Apothicaire, même si je ne te tiens pas en haute estime, tes paroles m’ont fait du bien ! »

Un rire à réveiller les morts résonna dans la petite forge. Qin Mu ressentit une vague de chaleur parcourir son corps alors qu’il regardait ces vieillards si joyeux.

Tous ces gens, plus ou moins handicapés ou avec des problèmes physiques, pouvaient parfois avoir une allure démoniaque. Mais ils étaient tous sa famille, ses plus proches parents !

Soudain la voix de mamie Si retentit à l’extérieur, rieuse : « Qu’est-ce que ces vieux débris font-ils serrés là-dedans à rigoler ? »

Qin Mu était surpris et ravi. Mamie Si était enfin revenue de la Ville du Dragon frontalier !

Boiteux lui expliqua de quoi il retournait et l’étonnement s’empara de mamie Si. Les yeux rouges, elle sourit : « C’est bien, c’est bien, Mu’er a enfin grandi… C’est bien… »

Repensant aux épreuves de ces onze dernières années, elle ne put empêcher des larmes de couler. La petite femme âgée s’assit et s’essuya les yeux : « Quand nous serons morts, Qin Mu pourra nous survivre… Ne me touche pas, j’ai du sable dans les yeux, c’est tout… »

Discrètement, le chef du village soupira de soulagement. Les nuages noirs qui planaient au-dessus de sa tête avaient disparu à l’apparition des attributs dans le Qi vital de Qin Mu. Maintenant qu’il était capable de libérer toute la puissance de son Qi vital, il avait exprimé l’identité de son ‘Corps impérial’ et ainsi résolu une crise au sein du village.

Toutefois, malgré ses remarquables capacités, il demeurait perplexe. Comment les attributs avaient-ils pu apparaître aussi soudainement dans le Qi vital du Corps impérial de Qin Mu ?

Et le plus étrange dans tout cela était que le Qi vital du Corps impérial de Qin Mu possédait deux attributs, celui du feu et celui de l’eau !

Tout le monde savait qu’en tant que Corps spirituel, ils ne pouvaient posséder qu’un seul attribut, jamais deux.

Qin Mu était clairement un humain ordinaire et pourtant il avait deux types d’attributs. De plus, il s’agissait des attributs du feu et de l’eau. Or, ceux-ci ne pouvaient pas cohabiter, ce qui ajoutait du mystère à ce qui s’était passé.

« Est-ce qu’un humain ordinaire dispose toujours de deux sortes de Corps spirituel quand il éveille son embryon spirituel ? »

Il était perdu : « Qu’est-ce que Muet lui a appris exactement pour que son Qi vital développe les attributs du feu et de l’eau ? Est-ce que n’importe quel humain ordinaire peut le faire aussi ? »

Il savait qu’au cours de ces derniers jours, les villageois avaient essayé par tous les moyens d’aider Qin Mu à libérer la pleine puissance du Qi vital de son Corps impérial. Apothicaire avait utilisé des compléments médicinaux. Boiteux, Boucher et Vieux Ma lui avaient fait suivre un entraînement musclé. Aveugle n’avait pas hésité à lui transmettre ses yeux divins. Sourd avait voulu que Qin Mu suive la voie de la peinture et de la calligraphie, pour peindre son art divin. En revanche, il ne savait pas du tout ce que Muet avait tenté.

Il n’aurait jamais pensé que Muet réussisse à éveiller le pouvoir du Qi vital du Corps impérial de Qin Mu.

Il savait seulement que Muet avait demandé à Qin Mu d’observer le feu et l’eau. Que le Qi vital de Qin Mu ait pu obtenir les attributs du feu et de l’eau en les observant demeurait un mystère.

Muet était le forgeron du village et il n’avait jamais révélé ses talents. Aveugle était le villageois le plus frivole. Boucher était le plus effronté tandis que Vieux Ma était le plus serviable et gardait toujours son sang-froid. Boiteux paraissait constamment plein d’enthousiasme mais en réalité, il était le plus sournois. Apothicaire était la définition même du gars terre à terre et Sourd était dénué de tout désir. Mamie Si la Bossue était la plus lunatique de tous et Muet l’homme le moins compréhensible.

Le chef du village ne connaissait rien de la vie de Muet. Il savait seulement que quelqu’un lui avait tranché la langue et qu’il était doué pour forger des outils. En général, les villages voisins lui commandaient des couteaux de cuisine, des charrues et des houes pour les travaux agricoles.

À part lui, la cultivation et la perspicacité de Muet étaient probablement les meilleures pour aider Qin Mu à libérer le pouvoir de son Qi vital.

« Mu’er, peux-tu maintenant transformer le Qi en fil ? » lui demanda mamie Si.

Qin Mu essaya de donner la forme d’un fil à son Qi vital. Celui-ci s’échappa de son corps et s’embrasa. Il était aussi gros qu’un bras.

L’énorme et massif ‘fil de Qi vital’ s’empara du couteau Tueur de cochon et frappa. Avec une force stupéfiante, il coupa en deux le pieu de bois de la taille d’un tonneau d’eau !

Les villageois étaient sans voix et regardaient le fil de Qi vital de l’épaisseur d’un bras.

Il est vrai que le fil de Qi vital de Qin Mu était assez puissant. Toutefois, pour raffiner le Qi en fil, il fallait raffiner le Qi vital en fil fin. Cela le rendait ainsi plus souple et plus imprévisible pour manier les épées au trésor qui utilisaient le Qi et exécuter des mouvements impossibles à réaliser par des humains ordinaires.

On ne pouvait pas dire que le fil de Qi vital de Qin Mu était un fil. Il s’agissait plutôt d’un bras de Qi vital.

Mais un ‘fil’ de Qi aussi épais consommait aussi beaucoup plus de Qi vital.

Boiteux se gratta le crâne et dit : « Je pense que ce n’est pas si mal d’avoir un bras de Qi vital. C’est comme posséder un troisième bras et cela peut être très avantageux en combat. »

Les autres ne savaient pas s’ils devaient le féliciter ou le plaindre. Mamie Si secoua la tête : « Le fil de Qi vital est plus maniable ; le bras de Qi vital est beaucoup trop épais. Sa souplesse et son agilité sont très inférieures au fil de Qi vital. Mu’er, il faudra raffiner ton Qi vital en fil le plus vite possible. »

Qin Mu approuva de la tête.

L’attribut du feu n’émergeait de son Qi vital pour devenir similaire au Qi vital de l’Oiseau Vermillon que lorsqu’il observait le feu. Sans cela, son Qi vital restait du Qi vital ordinaire.

Observer le feu tout en raffinant le Qi en fil lui demandait encore un peu d’effort.

Le chef du village et les autres remarquèrent aussi que quelque chose clochait. Si Qin Mu ne pouvait libérer ses attributs du feu et de l’eau qu’en observant ces deux éléments, cela le mettrait dans une position extrêmement défavorable pendant un combat !

Lorsqu’il se battrait, ses ennemis lui laisseraient-ils l’opportunité d’observer le feu et l’eau ?

Au début, ils s’étaient dit que le Corps impérial de Qin Mu était vraiment très puissant puisqu’il possédait les attributs du feu et de l’eau. Mais ils commençaient finalement à en douter.

« Ah ah ! »

Muet fit quelques signes des mains en souriant de toutes ses dents.

Sourd le comprit et sourit lui aussi : « Muet a raison. Pour le moment, Mu’er ne connaît que les bases. C’est par la pratique qu’on se perfectionne. S’il continue de cultiver, il réussira sûrement à les maîtriser ! »

Posséder les attributs du feu et de l’eau dans son Qi vital revenait à éveiller à la fois le Corps spirituel de la Tortue Noire et le Corps spirituel de l’Oiseau Vermillon. Quand Qin Mu observait le feu, son Qi vital devenait le Corps spirituel de l’Oiseau Vermillon et quand il observait l’eau, il devenait le Corps spirituel de la Tortue Noire.

Au village, Qin Mu dirigeait son Qi vital de l’épaisseur d’un bras pour exécuter la compétence du couteau Tueur de cochon. Lorsque le couteau Tueur de cochon s’envolait, il manquait parfois de couper Qin Mu en deux. À chaque fois que cela arrivait, Aveugle se servait de sa canne en bambou pour détourner le couteau Tueur de cochon et éviter ainsi que Qin Mu ne finisse en émincé.

Raffiner le Qi en fil afin qu’il manipule une épée nécessitait de suivre un entraînement précis de cultivation. Utiliser un fil de Qi vital pour manier une épée au trésor dans le but de tuer des ennemis était extrêmement dangereux. Seuls ceux qui s’entraînaient avec assiduité parvenaient à le maîtriser sans incident.

Le couteau Tueur de cochon de Boucher appartenait à la Faction des Techniques de combat. Même si Boucher avait obtenu des mérites de la Faction des Arts divins et qu’il savait manier son couteau sans les mains, la différence entre les mouvements de la Faction des Techniques de combat et ceux de la Faction des Arts divins était de taille. Manier le couteau Tueur de Cochon pour s’entraîner à manipuler l’épée avec le Qi était réellement dangereux.

Les mouvements de Boucher étaient trop déments et casse-cou. Quand il perdait la tête, dire qu’il risquait de se tuer n’était pas qu’une façon de parler.

Les Huit attaques du coup de tonnerre que Vieux Ma lui avait apprises provenaient de la Faction des Techniques de combat. Il ne pouvait pas s’en servir avec des méthodes qui nécessitaient du Qi pour manier une épée.

La technique de la Création du Démon céleste que mamie Si lui avait enseignée était considérée comme un sort. La technique des jambes de Boiteux, les compétences aux bâton d’Aveugle, la calligraphie et la peinture de Sourd, la décoction d’Apothicaire et les techniques de forgeron de Muet étaient manifestement inutiles pour s’entraîner à manier une épée avec le Qi.

Par conséquent, la seule façon pour Qin Mu de cultiver le Qi s’il voulait manier l’épée était de s’entraîner avec la dangereuse compétence du couteau Tueur de cochon.

À l’entrée du village, le chef du village se prélassait paresseusement au soleil. Apothicaire se tenait à côté de lui et regardait Qin Mu. Le garçon déployait d’énormes efforts pour cultiver le Qi et manier l’épée. Soudain, Apothicaire demanda au chef du village : « Aveugle a permis à Mu’er d’accéder à ses yeux divins. Boucher lui a transmis ses compétences au couteau, Boiteux lui a expliqué sa technique des jambes et puis Sourd lui a enseigné la calligraphie et la peinture… Et toi, chef du village, tu comptes faire quoi ? »

Le chef du village tourna la tête vers lui.

Le ton d’Apothicaire était agressif : « Nous maîtrisons tous des choses différentes. Mais nous ne savons pas tous utiliser le Qi pour manier l’épée. Tu possèdes une expérience bien plus importante que n’importe lequel d’entre nous et tes capacités nous sont également supérieures. Pourquoi refuses-tu de les lui enseignées ? En matière de manipulation du Qi pour manier l’épée, qui d’autre que toi dans ce monde serait plus talentueux ? »

Le visage du chef du village s’assombrit lorsque son regard s’abaissa à l’endroit où ses jambes auraient dû se trouver. Il répondit doucement : « Je voudrais lui enseigner tout cela, mais la responsabilité est trop grande pour Mu’er. Quand j’avais encore mes membres, je n’ai pas su assumer cette responsabilité. Sinon je n’aurais pas eu besoin de me cacher dans les Grandes Ruines… sais-tu comment je suis devenu estropié ? »

Apothicaire secoua la tête.

« Ce sont des blessures à l’épée. »

Le chef du village leva la tête et dit d’un air hébété : « On m’a sectionné les membres avec une épée. Quiconque hérite de mes techniques devra assumer la responsabilité que je suis incapable de gérer. Et aujourd’hui, lui encore moins qu’un autre. »

❤️Soutenez le novel sur Tipeee Cliquez ici pour lire les chapitres en avant-première
🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Valentin
  • 🥈2. Alexis
  • 🥉 3. guillaume
🎗 Tipeurs récents
  • guillaume
  • Alexis
  • Valentin


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 25 – Le deuxième éveil Menu Chapitre 27 – La technique de l’Embryon spirituel