Star Odyssey | 踏星
A+ a-
Chapitre 8 – Cristaux de feu

Observant l’agitation à l’extérieur, Lu Yin commanda deux plats au hasard avant de regarder autour de lui. Ce restaurant était clairement soutenu par quelqu’un d’important, des soldats patrouillaient constamment dans la rue, et la foule à l’extérieur n’osait pas poser de problème. Un restaurant qui pouvait fonctionner en ces temps chaotiques était définitivement hors du commun.

«Voici votre nourriture, profitez-en.» Le serveur posa les plats rapidement. Lu Yin prit une seule bouchée et fronça les sourcils, même si la nourriture était bien meilleure que les rats ou les chiens mutants qu’il avait dû manger, ce n’était toujours pas à son goût. Tout en avalant, il commença à étudier sa carte.

Peu de temps après, un groupe d’une douzaine de personnes entrait dans le restaurant. Le visage du propriétaire du restaurant s’éclaira dès qu’il les vit : «Jeune Maître Kang, entrez ! La pluie est terrible dehors, dites-nous ce que vous voulez et nous vous l’enverrons tout de suite.»

Le jeune homme à la tête du groupe se contenta de hocher la tête en signe de reconnaissance et s’asseya à une table voisine, ne jetant qu’un bref coup d’œil à Lu Yin avant de détourner le regard et de tapoter la table : « Amenez-le.»

Une personne fut jetée au sol avec un bruit sourd, renversant plusieurs sièges. L’homme leva les yeux vers le Jeune Maître Kang en tremblant, «Je suis désolé, Jeune Maître Kang, je ne savais pas qu’il vous appartenait. Si j’avais su, je n’aurais jamais osé le prendre. Je suis tellement, tellement désolé, s’il vous plaît laissez-moi partir cette fois !»

Le garçon ricana : «Te laisser partir ? Si je faisais ça, je perdrais le respect de mes disciples. Savais-tu que j’avais l’intention de donner cet objet à mon oncle ? Maintenant que tu l’as perdu, je te donne deux choix : me payer trente cristaux ou mourir.»

«Jeune Maître Kang, non !» se vautra-t-il dans le désespoir, «Je ne savais vraiment pas qu’il était à vous. S’il vous plaît, pardonnez-moi laissez-moi partir, et je serai votre esclave pour le reste de ma vie !»

Cependant, le jeune se contenta de taper du poing sur la table et sortit un pistolet, visant la tête de l’homme : «Si tu n’as pas les cristaux, tu es mort.»

La personne recula en gémissant d’horreur, mais remarqua soudainement Lu Yin assis à proximité. Il le montra du doigt : «C’est lui ! C’est à lui que je l’ai donné !»

Tout le monde se retourna pour regarder Lu Yin, qui posa simplement son verre et resta silencieux. Il avait remarqué dès que le groupe était entré que l’homme battu était le même cultivateur louche qui lui avait vendu la carte qu’il étudiait. Il avait payé trois cristaux pour la carte, et l’homme lui avait également donné une pilule. Il avait trouvé ça étrange sur le moment, car la pilule était très chère, mais maintenant il réalisait que la pilule avait été volée à ce Jeune Maître Kang.

Le jeune homme fixa Lu Yin pendant un moment avant de donner un coup de pied au cultivateur louche, «Comment oses-tu me mentir, Xu San ? Pointer du doigt une personne au hasard ne te sauvera pas la vie !»

Xu San protesta désespérément, «Mais c’est vrai, c’est vraiment lui ! Il m’a acheté une carte. Regardez, je lui ai vendu la carte sur la table, il y a ma marque dans le coin inférieur droit.»

Le jeune maître Kang et ses disciples regardèrent pour vérifier, tout comme Lu Yin. Il y avait effectivement une marque sur le coin, et le groupe traîna immédiatement Xu San vers eux. «Frère, si tu as pris quelque chose qui n’était pas à toi, ne devrais-tu pas le rendre maintenant ?»

«Allez vous faire voir», les renvoya Lu Yin.

Le jeune jeta un regard noir, et l’un des cultivateurs derrière lui se mit en colère : «Quelle attitude dure. Sais-tu seulement qui est derrière le jeune maître Kang ? Tu as du cran !»

Quelqu’un d’autre essaya de capturer Lu Yin au moment où l’homme arrêta de parler, mais Lu Yin se contenta de prendre une baguette et de la lancer. Le bambou fin transperça les bras de plusieurs cultivateurs avant de finalement heurter le mur, s’effritant au passage. Du sang jaillit des victimes alors que le mur lui-même s’effondrait, des hurlements de douleur retentissant dans toute la zone. Le jeune homme pâlit et bâtit en retraite avec le reste de sa bande, tandis que les autres cultivateurs et le propriétaire du restaurant s’enfuyaient sous le choc.

Le jeune maître Kang pointa son arme sur Lu Yin : «Mon oncle est capitaine. Ne nous faites pas de mal et rendez-le moi, et tout pourra s’arranger.»

«Je l’ai jeté» répondit Lu Yin.

Le jeune Maître Kang ne l’avais visiblement pas cru. «Je te le répète : donne-moi cette chose, sinon tu connaîtras le vrai désespoir. Tu ne peux pas te permettre de mettre en colère une puissance du royaume de la Terre.»

Lu Yin fut perplexe : «Si ton oncle est un expert du royaume de la Terre, pourquoi a-t-il besoin de cette pilule ?»

«Comment osez-vous insulter mon oncle ? Vous devez avoir envie de mourir. Lao Wu, contacte mon oncle maintenant», bafouilla le jeune Maître Kang tandis que son visage se crispait. Il n’était pas stupide non plus et savait que le pistolet ne serait pas capable d’arrêter Lu Yin.

Ce dernier regarda le corps à moitié mort de Xu San sur le sol. Il avait cru que le jeune homme arrogant voulait la pilule, mais il se rendit compte qu’il cherchait en fait autre chose et que Xu San lui avait fait porter le chapeau. Xu San le remarqua et évita son regard, mais il sourit. Cela ne le dérangeait pas de porter le chapeau, mais il était maintenant curieux de savoir quel objet avait pu susciter l’intérêt d’un capitaine. Il savait que l’évolution de la Terre donnait naissance à de nombreux objets exotiques, c’est pourquoi tant d’étudiants des académies de tout l’univers étaient venus s’entraîner ici. Il était possible que ce capitaine ait trouvé quelque chose de spécial.

Peu de temps après, un homme d’âge moyen s’approcha du restaurant et fit signe aux soldats de partir avant de regarder à l’intérieur. Le jeune homme leva son arme en l’air et cria avec excitation : «Mon oncle, par ici !».

Lu Yin regarda et reconnut l’homme comme étant Kang Dafeng, l’un des capitaines qui avait été vaincu par Zhao Yu. L’homme fit un signe de tête vers son neveu, «Tu l’as trouvé ?»

«Je l’ai trouvé, mais ce type l’a emporté !» répondit le jeune en colère.

Kang Dafeng avait un regard rempli de colère similaire à son neveu, mais cette expression changea rapidement à la vue de Lu Yin. L’image de la défaite de Zhao Yu était encore gravée dans son esprit, et il avait même envié le nouveau capitaine qui avait vaincu une Vierge des Neiges avec facilité. Il s’approcha en souriant : «Frère Lu !»

Lu Yin lui rendit son sourire, «Quelle coïncidence, Frère Kang. Es-tu ici pour un repas ?»

Kang Dafeng répondit : «Ce restaurant appartient à mon frère, donc nous venons ici pour nos réunions assez souvent. Je dois m’excuser pour ce qui s’est passé aujourd’hui, j’espère que Frère Lu n’en tiendra pas rigueur à mon neveu. Il est jeune et ne connaît pas grand-chose.»

Tout le monde était sidéré par ce qu’il voyait. Qu’est-ce que cela signifiait ? Avaient-ils affronté une puissance ?.

Lu Yin souria : «Tout va bien, ce n’était rien de grave.»

Kang Dafeng avait immédiatement lancé un regard furieux au jeune homme : «Viens ici et fais des excuses à Frère Lu.»

Le neveu n’était pas stupide, et n’arrêta pas de se poser des questions, il sourit et s’inclina en signe de respect, «Pardonnez-moi, Capitaine Lu, je ne vous avais pas reconnu. J’espère que vous ne m’en voudrez pas.»

«J’ai dit que c’était bon», Lu Yin le balaya d’un revers de main, discutant avec Kang Dafeng pendant un moment avant que l’homme ne parte avec les jeunes en remorque. Il n’était pas approprié de trop en dire à une nouvelle connaissance, mais avant que l’homme ne parte, Lu Yin demanda à ce que Xu San soit laissé derrière. Pendant ce temps, le propriétaire du restaurant servit personnellement Lu Yin et lui offrit plusieurs des meilleurs plats par courtoisie.

A l’extérieur du restaurant, le jeune Maître Kang montra finalement sa confusion, «Oncle, pourquoi avez-vous été si poli avec cette personne ? N’est-il pas un autre capitaine comme vous ?»

Kang Dafeng parla doucement : «N’oublie pas d’être poli si tu le rencontres à nouveau. Il est extrêmement puissant.»

«N’êtes-vous pas aussi dans le royaume de la Terre, mon oncle ? Comment peut-il être aussi fort ?»

«Chut ! Ce type est plusieurs fois plus fort que moi. En dehors du Bourreau lui-même, personne à Nanjing ne peut le vaincre. Même Li Hongliang n’est peut-être pas de taille.»

La bouche du jeune maître Kang s’ouvrit, et il regarda le restaurant d’un air hébété avant de s’enfuir. Il ne réalisa qu’à cet instant à quel point il avait failli mourir.

De retour au restaurant, Lu Yin regarda Xu San froidement, «Tu es assez courageux pour rejeter la faute sur moi.»

Xu San avait l’impression que toute sa chance l’avait quitté. D’abord, il avait volé quelque chose pour découvrir qu’il appartenait au jeune Maître Kang, puis il avait essayé de blâmer quelqu’un d’autre qui s’était avéré être encore plus puissant ! Même un capitaine avait fait preuve de déférence ! Xu San était convaincu que Dieu l’avait abandonné et qu’il était sur le point de mourir.

«Quelle était la chose que Kang Dafeng voulait ?» Lu Yin demanda avec désinvolture.

«Un cristal rouge, mais je l’ai déjà vendu», Xu San s’effondra sur le sol et répondit avec amertume.

«Oh ? C’était assez chaud ?»

«Comment as-tu su ?» Xu San fût choqué.

Lu Yin avait immédiatement reconnu l’objet comme étant un cristal de feu. De nombreuses techniques de combat nécessitaient de tels cristaux car ils permettaient de produire des flammes à leur contact. Leur utilisation était similaire à celle de la Paume de givre de Zhao Yu, il s’agissait d’objets externes qui pouvaient aider à exécuter une technique de combat. Les cristaux de feu étaient très populaires dans l’univers, et étaient naturellement très rares dans un endroit comme la Terre. Il n’était pas étonnant que Kang Dafeng désirait autant en posséder un.

«Savez-vous d’où il vient ?» demanda-t-il.

Xu San secoua la tête.

«Hahaha. Donc tu as rejeté la faute sur moi et fait de moi un ennemi aléatoire sorti de nulle part, et pourtant il n’y a pas de compensation ?»

Xu San se mit à pâlir, «Je suis désolé, je suis tellement désolé.»

Lu Yin se mit à jouer avec sa baguette, «Tu veux parier que cette baguette peut te transpercer la gorge ? J’ai envie de le tester.»

Xu San tremblait de peur, se souvenant de la scène précédente où une autre baguette avait transpercé les bras de plusieurs cultivateurs. Il commença à se frapper le front contre le sol, ses courbettes répétées formant une petite bosse sur son front et amenant Lu Yin à secouer la tête, il était allé si loin que l’homme voyait maintenant l’ombre de sa mort. Sirotant son eau, il se prépara à partir.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 7 – Dans la ville Menu Chapitre 9 – Clairvoyance