Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 16 – Skycloud, La ville sainte

Cloudhawk avait voyagé avec la Bloomnettle Company pendant quelques jours avant d’arriver à destination.

« Tout le monde descend, préparez-vous pour l’inspection. Nous sommes sur le point de passer dans les terres élyséennes. »

La garde de la caravane semblait épuisée. Il fallait s’y attendre après tant de temps sur la route. Cependant, outre l’épuisement, il y avait du soulagement dans sa voix. Cloudhawk sentit la charrette ralentir, alors il ouvrit la porte et rejoignit les autres dehors. Il portait toujours son masque, mais s’était changé pour être plus présentable. Au moins, il n’avait plus l’air d’un mendiant.

A peine ses pieds avaient-ils touché le sol herbeux que ses yeux furent frappés par la scène qui se déroulait devant lui. Ils traversaient un énorme canyon avec des montagnes imposantes de chaque côté. Celles-ci s’élevaient si haut que c’était comme si leurs sommets perçaient le ciel. Ils étaient assez hauts pour que la pointe soit obscurcie par les nuages. Le canyon lui-même était sombre car aucune lumière directe ne pouvait les atteindre.

Il n’avait jamais vu de montagnes majestueuses comme celle-ci de toute sa vie,
mais ce n’était pas ce qui l’avait saisi le plus. Ses yeux étaient collés sur le mur de cinquante mètres de haut qui bloquait leur chemin. L’épaisse paroi était différente des anciennes montagnes de chaque côté. Il brillait d’une lumière métallique d’or foncé comme s’il était fait de cette matière précieuse.

C’était absolument énorme ! Les gens qu’il voyait marcher le long des remparts avaient l’air aussi petits que des fourmis.

C’était la grande muraille des terres élyséennes, un col parmi d’autres qui reliait les hautes montagnes les unes aux autres. Elle s’étendait sur toute la terre et culminait en un cercle géant qui servait de frontière aux terres élyséennes. Tout à l’intérieur était le royaume des dieux. Les habitants des terres désolées ne traversaient jamais. Aucune mesure de force ne pouvait briser les murs imprenables. Pour les peuples des terres élyséennes, leur grande muraille était leur plus grande défense contre les maux du monde extérieur.

Chaque col était gardé par un millier de soldats.

La compagnie Bloomnettle, en tant que commerçants frontaliers, avait une permission spéciale pour aller et venir selon ses besoins. Cependant, à chaque fois qu’ils passaient les murs, ils devaient permettre l’inspection de leurs marchandises. Les soldats avaient l’ordre strict de ne laisser aucune marchandise élyséenne quitter leurs frontières ou de ne jamais laisser entrer des substances interdites provenant de l’extérieur – y compris toute personne suspecte. Leurs murs insurmontables et leurs protocoles d’inspection stricts garantissaient la sécurité des terres élyséennes.

Il n’y avait aucun doute qu’ils trouveraient Cloudhawk.

Il s’appuyait sur son déguisement de chasseur de démons. Il s’assurerait de trouver une raison de montrer son gage et sa capacité à utiliser des reliques. D’après ce que savaient ces soldats, il n’y avait jamais eu de déserteur qui avait le pouvoir d’un chasseur de démons, et encore moins qui portait un gage de haut niveau. Ainsi, personne ne lui causait de problèmes et le traitait avec le plus grand respect.

Arriver ici n’avait pas été facile ! Sans le jeton de la reine, il n’aurait pas pu faire un seul pas à l’intérieur. Maintenant, il avait enfin compris pourquoi la reine avait ri de sa détermination à venir ici.

Il avait passé l’inspection et avait traversé le puissant mur, pour finalement sortir de l’autre côté. Quand il l’avait fait, il avait soudain eu l’impression d’être passé dans un autre monde. Partout où il regardait, le sol était tapissé d’herbe verte et de poches de fleurs sauvages. Les flancs de la montagne étaient couverts d’arbres. Tout était si vibrant, si vivant.

Deux mondes, séparés par un mur.

Toute la vie du monde semblait concentrée ici. Le vaste terrain d’où il venait était stérile et toxique, tandis que devant lui s’étendaient des collines verdoyantes et un climat parfaitement adapté à une vie confortable. Il ne l’aurait pas cru sans le voir de ses propres yeux. Aucune explication naturelle ne pouvait expliquer un changement aussi radical.

Chaque semis était béni ici, destiné à grandir et à porter des fruits, alors que s’il avait eu la malchance d’exister hors de ces murs, il mourrait avant la tombée de la nuit le premier jour.

Ils n’étaient séparés que d’une centaine de mètres. Seule une centaine de mètres faisait toute la différence.

C’était comme une ligne de jugement, un mur où la vie et la mort étaient déterminées, la frontière entre le ciel et l’enfer. Les murs encerclaient une zone de centaines de milliers de mètres carrés où un pouvoir surnaturel dépassant l’entendement humain ramenait le maudit paysage de la profanation. Il avait défié les terrains vagues de tous les côtés et refusé d’être englouti par sa saleté. Peu importe qui vous étiez, la différence vous ébranlerait jusqu’au plus profond de vous-même. Qu’est-ce qui pourrait être responsable de cela si ce n’est un miracle façonné de la main des dieux eux-mêmes ?

Mais, Cloudhawk avait été surpris trop tôt. Une fois la compagnie Bloomnettle passée dans la vallée, ils avaient été accueillis par une flotte de navires massifs.

Les véhicules exquis étaient simples mais raffinés. Chacun d’eux mesurait une centaine de mètres de long et était fait de bois sculpté avec art. Mais ce qui l’avait vraiment étonné, c’était la façon dont les navires se déplaçaient.

Ils ne flottaient pas sur l’eau. Non, à la place, une puissance inexplicable les soulevait du sol, les suspendant en l’air. Ils étaient tous reliés entre eux, et les gens passaient de l’un à l’autre en utilisant des toboggans et des ponts suspendus, créant ainsi une ville flottante et animée.

Quel était cet endroit ? Le choc ressenti ne pouvait pas être exprimé avec des mots.

Et pourtant, pour les Élyséens, il n’y avait pas de quoi s’exciter. En fait, personne ne semblait y prêter beaucoup d’attention.

Le vieux chardon salua une barge qui planait à proximité. Elle s’était mise à flotter et avait ouvert sa coque, après quoi les marchands étaient montés à bord sans prononcer un mot. Cloudhawk s’était dit que c’était une sorte de plaque tournante du transport. Ces navires volants, absolument gigantesques, étaient une forme de transport en commun.

Il était la chose la plus éloignée d’un homme de culture, mais il avait obtenu les bases.

Mais, comment un bateau en bois pouvait-il voler ? Il ne voyait aucun moteur ou appareil qui pourrait l’expliquer, encore moins une source d’énergie. Qu’est-ce qui les faisait s’élever du sol ? Après avoir posé des questions détournées, il avait découvert que les bateaux n’avaient besoin d’aucune sorte d’énergie. Qu’ils soient en l’air depuis dix ans ou cent ans, cela ne leur coûtait pas une goutte d’énergie.

Si les Élyséens disposaient de ce type de technologie, pourquoi ne s’étaient-ils pas simplement emparés des terrains vagues ?

Finalement, il avait appris que les bateaux devaient respecter des règles strictes. Dès lors que les bateaux, ou en fait, 90 % des outils des Élyséens, avaient quitté les terres saintes, ils perdaient leurs capacités mystiques.

Le bateau sur lequel ils s’élevaient maintenant subissait lui aussi ces restrictions. Tant qu’il restait à l’intérieur des frontières élyséennes, il pouvait aller où il voulait sans avoir besoin d’aucune sorte d’énergie, de gaz, de vent ou de main-d’œuvre. Une puissance mystique et insondable le maintenait en l’air.

Pourtant, s’il flottait au-dessus des murs, il ne franchirait pas même un mètre dans les terrains vagues, avant de s’écraser sur la terre. Même à ce jour, personne ne savait pourquoi. Ils avaient simplement attribué ce phénomène à la volonté mystérieuse et incompréhensible des dieux. Tout comme les friches étaient un lieu de montagnes déchiquetées et d’eaux troubles, les terres élyséennes étaient à l’opposé du pôle – une terre d’abondance mystérieuse et pittoresque.

Les terres élyséennes avaient clairement été bénies par la grâce des dieux. C’était une terre qui regorgeait de miracles. Que ce soit la flore et la faune infinies ou l’énergie sans limite, tout était au-delà de l’entendement. Cela ne pouvait s’expliquer que par l’intervention des dieux.

Cloudhawk s’assit sur le bateau qui s’élançait à travers les cieux vers la cité de Skycloud. Le bateau était assez rapide, et on lui avait dit qu’ils atteindraient leur destination en deux jours environ. Il passa le temps à regarder l’horizon tentaculaire, constamment barré par des visions de paysages harmonieux et verdoyants. Des rivières étincelantes traçaient des chemins comme des artères argentées pour apporter de l’eau vitale à chaque coin du domaine.

C’était enivrant à voir. Il était si captivé qu’il ne remarquait guère le passage du temps.

À l’aube du troisième jour, un membre de l’équipage cria aux passagers : « Tout le monde dehors ! Nous arriverons à Skycloud dans vingt minutes ! »

Les nuages avaient été peints en or par le soleil levant, et lorsqu’ils s’étaient séparés, une ville plus magnifique que ce que l’on pouvait imaginer avait été révélée.

Il s’était précipité sur le pont où il avait regardé avec émerveillement ce qui apparaissait devant lui. C’était une ceinture de joyaux suspendus dans les nuages. Ce n’était pas de vrais bijoux, bien sûr. C’était en fait une rivière qui serpentait à travers les nuages et tombait du ciel. Du plus profond des nuages, l’eau bouillonnait vers le haut en colonnes de sources d’argent. Elles se rassemblaient en une cascade qui tombait dans les lacs en dessous.

De loin, on ne voyait que la cascade qui tombait d’une source sans fin née des nuages. En se rapprochant, on pouvait sentir sa puissance brute. C’était comme si cent mille dragons d’eau rugissaient vers la terre. La source des lacs en dessous était cette chute céleste, et le lac se divisait ensuite en rivières et en affluents pour alimenter l’ensemble du bassin. C’était la source de toute la vitalité de la terre. C’était le cœur du domaine sacré.

Un fleuve céleste ! Une chute d’eau céleste !

C’était le plus incroyable des miracles de toutes les terres élyséennes !

Cloudhawk était gelé, privé de sa capacité à bouger et à penser. Ses yeux jouaient sur la surface ondulante du lac qui ressemblait à l’image d’un paradis féerique. D’innombrables arcs-en-ciel traçaient des chemins tout autour et là, sur les rives, une ville émergeait.

C’était une ville chatoyante de lumière sacrée avec des dizaines de bateaux qui allaient et venaient. Des milliers de magnifiques bateaux s’y croisaient. Elle semblait si pleine de vie et d’exubérance. Du haut des airs, il pouvait voir que chaque rue, chaque bâtiment, chaque pavé était parfaitement et méticuleusement placé. C’était comme un rêve.

Cloudhawk sentit des larmes chaudes dans ses yeux.

Dix ans. Plus de dix ans !

Pendant tout ce temps, il s’était battu et avait lutté dans les terrains vagues. Chaque jour était un cauchemar rempli de peur et de désespoir. Dans ses rêves, il avait désiré un endroit comme celui-ci… juste comme ça.

Ses rêves se réalisaient-ils ?

La ville de Skycloud. C’était ça, la destination la plus vivante de tout le domaine de Skycloud.1 Un paradis à la dérive dans une mer de friches purulentes.

« Hé, ça va ? » Squall avait vu que Cloudhawk tremblait. Il lui avait donné une tape sur l’épaule. « Prépare-toi. Le bateau va bientôt descendre. On va t’amener au manoir du gouverneur. Bientôt, tu pourras rencontrer l’homme et accomplir ta mission. »

Cloudhawk était presque désespéré de voir chaque partie de Skycloud. Retenant son cœur qui battait à tout rompre, il suivit Squall depuis le pont. Le navire avait commencé à ralentir et à se diriger vers le sol jusqu’à ce qu’il s’amarre dans sa zone désignée. La coque s’était ouverte et les marchands avaient débarqué de manière ordonnée, envahissant la ville sainte.

  1. Il fait ici la distinction entre ville et domaine. Skycloud est aussi le nom de tout ce domaine en plus de la ville.
🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 15 – Départ Menu Chapitre 17 – Entrer dans la ville de Skycloud