Relâchez cette Sorcière | Release that witch | 放开那个女巫
A+ a-
Chapitre 1348 – Coma

«Votre Majesté, puis-je essayer? » Demanda Kyle Sichi, impatient.

«Bien sûr», répondit Roland en hochant la tête.

L’Alchimiste en Chef réfléchit un moment, puis ramassa une craie et écrivit une chaîne de caractères de différentes longueurs comprenant plus de 20 motifs étranges. Si les trois lignes horizontales et les deux points étaient une coïncidence, ce long message éliminait le facteur chance.

Barov resta le receveur.

Il était clair qu’il ne souhaitait pas que cette rare expérience se termine. Sans même attendre l’ordre de Roland, il se précipita sur le bandeau.

Des arcs électriques sautèrent à nouveau dans le circuit.

Cette fois, le vieux directeur prit plus de temps pour écouter attentivement.

Lorsque sa réponse apparut sur la feuille de papier devant tout le monde, le public s’était mis à applaudir avec enthousiasme!

Il y avait deux erreurs dans la longue ligne de plus de 20 caractères, mais il n’y avait aucune erreur dans les chiffres qui était identique au message de Kyle!

Il était impossible que cette coïncidence soit attribuée à la chance.

Cela signifiait qu’en quelques secondes, des informations avaient été communiquées entre la Cité Sans Hiver et la Cité d’Argent, ce qui expliquait pourquoi le vieux directeur connaissait le message que Kyle avait écrit.

«Votre Majesté, quelle est la distance maximale que les messages envoyés par les tours de fer peuvent parcourir? » demanda Barov avec enthousiasme.

«Théoriquement, si vous augmentez le nombre de tours, même quelques milliers de kilomètres ne seront pas un problème. »

«Vous voulez dire qu’il peut couvrir tout le territoire des Quatre Royaumes? »

En entendant cela, tout le monde ne put s’empêcher de murmurer.

«Ce n’est pas limité à cela, il peut même couvrir toutes les Plaines Fertiles. »

«Que Graycastle sache tout ce qui se passe dans son royaume en une seconde, cette idée est vraiment inconcevable! »

«En effet, si je n’aurais pas eu l’occasion d’assister à ce miracle, je n’oserai jamais croire que c’est quelque chose que l’homme peut réaliser…»

Barov réfléchissait déjà à des questions plus profondes.

«Votre Majesté, si nous parvenons à donner un sens spécifique à ces codes, nous pourrons peut-être obtenir un contenu plus complexe, par exemple en donnant des instructions ou un décret gouvernemental…»

En voyant la nouvelle invention, il réfléchit immédiatement à son utilisation, il fallait dire que les connaissances et les idées de Barov étaient plus avancées et étendues que ses pairs. Même à son âge avancé, il était capable de suivre le Royaume en pleine expansion. «Vous êtes dans la bonne direction, mais mon plan est d’aller encore plus loin que votre idée. »

«Êtes-vous en train de dire que…? »

«Nous n’allons pas attribuer de symboles avec des connotations spécifiques, mais pour assigner efficacement notre langue écrite actuelle avec les symboles correspondants.

Après avoir considéré les paroles de Roland, les yeux de Barov s’illuminèrent.

De toute évidence, il avait pris conscience de l’énorme signification de la ‘nouvelle langue’.

Comme la langue du monde adoptait un système de téléphonie complètement différent, il était impossible pour Roland de copier complètement les codes télégraphiques de son monde. Cependant, le principe restait le même, et ils avaient simplement besoin de mettre un peu d’effort dans la formulation de tables de code appropriées. Avec les tables de codes, toute information textuelle pouvait être transformée en code correspondant et diffusée à la vitesse de la lumière sur tout le continent.

Roland avait déjà des plans quant à la personne responsable de la création du langage télégraphique.

En tant que responsable de l’enregistrement des informations des deux mondes, personne n’était plus approprié que Sophia.

«Votre Majesté…» Sirius Daly leva les mains avec impatience, «Puis-je essayer cette machine à télé… graphe?

«Bien sûr. » Roland regarda la foule. «Si quelqu’un d’autre est intéressé, n’hésitez pas à en faire l’expérience. »

Les hauts gradés de la Cité Sans Hiver réagirent aussitôt. Tous bondirent en avant et la table avec l’équipement fut bientôt encerclée.

En voyant cette scène, Anna se dirigea vers Roland et secoua la tête d’amusement.

Roland comprit naturellement la signification de son sourire. L’émetteur à éclateur et le récepteur de galène n’étaient que le niveau le plus bas de la technologie pour les communications sans fil. Le premier était capable d’envoyer des messages par fréquence radio, tandis que le second pouvait recevoir toutes sortes d’informations. Les deux apparaissaient comme un défi fait au ciel, mais ne pouvaient envoyer et recevoir un ensemble d’informations qu’à un moment donné dans la même région. En fait, après que l’émetteur à éclateur avait été remplacé par l’équipement sans fil à tube à vide plus avancé, ses quelques caractéristiques uniques ont causé un émoi momentané dû à la perturbation de la réception radio. En tant que tel, ses effets ne pouvaient être considérés que comme moyens.

De plus, le système nécessitait un grand nombre de contrepoids et une puissance de transmission; par conséquent, l’espace et le poids qu’il occupait étaient difficiles à réduire. Le système était destiné à être installé dans un petit nombre de villes importantes.

Au moment où les prototypes de tubes à vide seraient prêts, ils seraient capables de diffuser directement des messages vocaux sans perturber la transmission et la réception. A ce moment, les communications sans fil atteindront vraiment leur apogée.

Qui savait quel genre d’expressions de surprise ils auraient alors.

Il savait qu’Anna anticipait aussi cela.

Il fallait dire qu’ils étaient tous les deux extrêmement similaires sur ce point.

Tandis que tout le monde testait et ‘discutait’ avec la Cité d’Argent, Roland ressentit soudain un vertige intense.

Cela arriva si brusquement que tout dans la pièce devint double à ses yeux. Il ferma inconsciemment les yeux pour tenter d’étouffer le vertige, mais son corps semblait avoir perdu son centre de gravité.

Anna fut la première à sentir le changement en lui. Elle tendit la main et lui attrapa le bras. «Roland, allez-vous bien? »

Je vais bien… Roland voulut répondre, mais eut toux violente lorsqu’il ouvrit la bouche. Il ferma la bouche et ressentit un goût piquant et doux dans sa gorge.

Que se passait-il?

Ses paupières se fermèrent rapidement, comme si elles pesaient cent fois leur poids. Ses paumes se couvrirent de taches rouge vif qui se démarquaient sur sa main blanche. En dépit de faire de son mieux pour rester lucide, sa conscience lui échappa rapidement. Anna semblait crier quelque chose, mais à part le brouhaha des bruits, il ne put rien entendre.

Il perdit le contrôle de son corps et tomba en arrière. La dernière scène qu’il vit fut la silhouette de Rossignol qui sortait de la brume.

Lorsque Roland ouvrit les yeux, il réalisa qu’il était de retour dans sa chambre.

«Sa Majesté est réveillée! »

Avant même qu’il ne se lève, Sophia, qui était à ses côtés, avait déjà alerté les autres.

Une série de pas précipités suivit et, en un clin d’œil, Anna apparut près du lit. De toute évidence, elle était restée dans la pièce pendant tout ce temps et n’était pas loin de lui.

«Comment vous sentez-vous ? » Elle se pencha et plaça sa main sur son front et demanda doucement: « Avez-vous mal quelque part? »

«Hmm …» Roland réfléchit un moment. «Non, je me sens extrêmement léger, comme si je venais de faire une longue sieste. »

Voyant les deux regards pleins de doute, il étendit ses mains, impuissant. «C’est vrai, sauf que…»

«Sauf quoi? » Anna et Sophia l’interrogèrent à l’unisson.

«Sauf que j’ai un peu faim…» Roland se frotta le ventre. «Combien de temps ai-je dormi? »

L’expression d’Anna se détendit finalement. -«Environ six heures. C’est le coma le plus court que vous ayez eu. Je vais informer la cuisine de préparer quelque chose. Mais… Vous allez vraiment bien? »

«Je ne pourrais pas me sentir mieux. » Roland haussa les épaules. «Bien, où est Rossignol, elle peut immédiatement déterminer si je dis la vérité ou si je mens dans le but de vous rassurer. »

Au moment où il termina sa phrase, Rossignol apparut dans l’ombre. Elle ne s’approcha pas du lit et prit un moment avant de hocher la tête. «… Sa Majesté dit la vérité. »

«Vous voyez? » Roland sourit. En effet, il ne se sentait pas malade, et ce qu’il disait était la vérité, mais la réponse de Rossignol était beaucoup plus lente que normalement. Bien qu’il eut l’impression que quelque chose la dérangeait, il ne l’interrogea pas. «Quant à savoir pourquoi je me suis évanoui, c’est peut-être simplement parce que je ne me suis pas suffisamment reposé? »

❤️Soutenez le novel sur Tipeee Je soutiens la trad de Galadriel ! Je clique ici ! 
🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Charon
  • 🥈2. K1nggor
  • 🥉 3. Jimmy
  • 4. Julien Martin
  • 5. Guillaume Vomscheid
  • 6. Julien
  • 7. Lawliet
  • 8. Xetrix
  • 9. Frederic
  • 10. Cesar
  • 11. Damou
🎗 Tipeurs récents
  • K1nggor
  • Xetrix
  • Cesar
  • Julien Martin
  • Frederic
  • Charon
  • Lawliet
  • Jimmy
  • Damou
  • Guillaume Vomscheid
  • Julien


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 1347 – La production du message silencieux Menu Chapitre 1349 – Le temps