Relâchez cette Sorcière | Release that witch | 放开那个女巫
A+ a-
Chapitre 1347 – La production du message silencieux

«Vraiment? » L’humeur de Roland s’améliora instantanément. La façon de parler de Barov laissait clairement entendre que la mise en place de l’installation n’avait pas été si simple. «Vous avez également entendu le signal? »

Ce soi-disant ‘projet des tours de fer’ était la première étape du plan de communication sans fil de Roland. Pour satisfaire aux exigences d’avoir de grandes antennes pour la transmission des ondes radio à basse fréquence, le Ministère de la Construction fit construire des tours de transmission de près de cinquante mètres de haut entre la Montagne du Versant Nord et la Cité d’Argent. La majorité des tours de transmission étaient simplement de longs poteaux d’épaisseur aussi large qu’un homme adulte, et par conséquent ressemblaient à de fines aiguilles de loin. En ajoutant les ballons de repères aériens remplis d’hydrogène qui permettaient une extension ou une contraction des fils métalliques, les antennes s’étendaient jusqu’à 100 mètres de hauteur.

Les tours n’étaient pas considérées comme difficiles à construire mais les tours de communication étaient considérées comme de l’ingénierie des systèmes. Le cœur du projet était les émetteurs-récepteurs à la base des tours. Lors du débogage, de multiples vagues électromagnétiques s’étaient déclenchées. Heureusement, dans ce monde où il n’y avait pas d’interférences, tout était transmis clairement.

«Oui, Votre Majesté», répondit Barov avec enthousiasme. « C’est comme vous l’avez prédit, le système produit spontanément une sorte de réponse magique. Cependant je ne sais pas si la Cité d’Argent en est responsable. »

«Je pense que nous le saurons très bientôt», murmura Roland. «Informez le chef du bureau administratif que nous allons partir ensemble, je ne pense pas qu’ils voudraient manquer la chance de voir l’histoire se créer. »

Après avoir traversé plusieurs années de développement, la Montagne du Versant Nord n’était plus le site minier d’autrefois avec quelques passages étroits. De larges chemins cimentés et des voies ferrées avaient été construites sur les pentes et les passagers à bord des trains pouvaient atteindre le sommet en quelques minutes.

Non loin de la tour de fer se trouvait une rangée de maisons communes à un étage qui avaient été construites avec des briques rouges. Des glaçons pendaient du coin des toits. Sa grandeur était loin d’être comparable aux nouvelles usines sur la rive sud de la rivière Redwater. En termes d’apparence, personne n’associerait l’endroit à une révolution technologique.

À l’intérieur de la première maison, Anna donnait des instructions aux membres de la Société des Métiers Extraordinaires pendant qu’ils se préparaient. En voyant Roland, elle fit un signe pour lui dire que tout allait bien avant de se plonger dans son travail.

Roland ne put s’empêcher de sourire.

Lorsque les plans initiaux concernant les ondes électromagnétiques furent mis en place, cela provoqua une vive discussion au sein du bureau administratif. La majorité des gens étaient bien conscients de l’impact que le projet allait avoir pour l’espèce humaine. Si les informations et les directives pouvaient être transmises en temps réel, ils pourraient réagir plus rapidement pour aider leurs forces au combat.

Les lignes de téléphone, les messages en utilisant le ‘Goéland’ et le Sceau d’Écoute prouvaient que sous l’utilisation combinée des trois, les anciennes factions nobles de Graycastle n’avaient jamais trouvé l’occasion de se regrouper et de faire un retour. Beaucoup de nobles croyaient auparavant pouvoir regagner leur pouvoir une fois que l’armée serait partie, mais après avoir été renversés par la Première Armée, ils n’avaient jamais eu la chance de provoquer des vagues. Cela était dû au fait que grâce aux transmissions d’informations très efficaces, les nobles devaient faire face à la Seconde Armée dès qu’ils commençaient à comploter ou, pire encore, que la police intervenait au moment même où ils tentaient de se regrouper.

Mais les lignes de téléphone avaient besoin d’être reliées par un fil et les deux derniers moyens de communication avaient besoin de pouvoir magiques, ce qui fait que les fonctionnaires avaient de la peine à comprendre. Mais le projet des tours de fer n’avait pas de lignes de connexion et était théoriquement encore plus puissant que tout ce que le pouvoir magique pouvait créer. C’était encore plus inconcevable. Bien que les manuels de l’enseignement primaire introduisent les bases des ondes électromagnétiques, la théorie était intangible. Comme c’était quelque chose qu’ils ne pouvaient pas voir ou toucher, beaucoup étaient sceptiques. En un sens, des messages invisibles qui se déplaçaient plus vite que le son était encore plus difficile à imaginer que les biplans.

Bien sûr, le débat n’affecta pas les progrès réels. Après tout, trop de merveilles étaient apparues à la Cité Sans Hiver sous le règne de Roland. Même s’il annonçait soudainement qu’il avait l’intention d’envoyer des hommes sur la Lune Sanglante, le Bureau Administratif ferait tout son possible pour l’aider.

Mais les communications sans fil n’étaient pas la spécialité de Roland et il n’était pas aussi certain de la réussite de ce projet que lorsqu’il avait construit des machines. L’équipement de transmission était un produit entièrement construit grâce au prototype du Bureau d’Etudes de Graycastle et personne ne savait s’il fonctionnerait vraiment. Lorsqu’il vit la gestuelle d’Anna, il ne craint plus de perdre la face devant ses sujets.

«Alors commençons. »

Roland tint la main d’Anna et la guida vers l’émetteur.

«Euh… Roland? »

«C’est le fruit des efforts du Ministère de l’Ingénierie et il est naturel que vous soyez la première à le tester. » Il fit un clin d’œil à Anna en répondant. En dépit d’avoir été impliquée dans le processus de débogage et d’avoir fait quelques tests préliminaires, seul le test officiel serait consigné dans les annales.

«Il y a toujours la position du receveur, lequel d’entre vous veut être le premier à en faire l’expérience? »

Barov et les autres se regardèrent et levèrent la main en même temps. «Votre Majesté, laissez-moi essayer! »

Après un long débat, le vieux directeur s’appuya sur son ancienneté et réussit à prendre le dessus. Il devint l’un des deux participants au premier test de communication longue distance.

En théorie, la transmission du télégraphe pouvait être effectuée par une seule personne, mais la séparation de l’envoi et de la réception à deux personnes était plus commode à des fins de vérification. Pour les personnes qui n’avaient jamais connu les communications sans fil, le point clé était de les convaincre, l’autre groupe à plus de 100 kilomètres de distance pouvait-elle vraiment recevoir un message envoyé d’ici? La méthode la plus simple consistait à permettre au récepteur de recevoir des informations connues uniquement de l’émetteur.

Après avoir simplement expliqué la méthode de test une fois, Roland demanda au garde en chef de couvrir les yeux de Barov. Anna dessina trois lignes horizontales et deux points sur un petit tableau: la ligne horizontale représentait un long ton tandis que le point représentait un ton court.

Anna appuya sur le bouton et envoya le message après que tout le monde ait vérifié les informations sur le tableau.

«Trois sons longs, deux sons courts. »

Au moment où le circuit électrique se connecta, des étincelles bleues apparurent au centre.

Comme le contacteur n’était connecté à aucun avertisseur sonore, la pièce était complètement silencieuse.

Tout le monde retint son souffle. La lumière dégagée était si faible que même ceux à l’extérieur avaient du mal à en être témoins, encore moins la Cité d’Argent qui se trouvait à quelques centaines de kilomètres.

Même Roland ne put s’empêcher d’avoir la chair de poule.

À cet instant, il eut l’impression que quelque chose avait traversé son corps.

Sans aucun doute, c’était son imagination. Sous l’amplification de faible puissance, les ondes électromagnétiques étaient incapables d’affecter le corps humain. Mais dans son esprit, il avait ressenti chaque étincelle bleue. L’étincelle électrique ressemblait à un flash qui mourut instantanément, mais le courant électrique envoyé oscilla entre l’inducteur et le condensateur. Les oscillations par seconde pouvant atteindre des millions de fois provoquèrent la fluctuation rapide du champ électrique de l’antenne et du fil de terre dans toutes les directions.

C’était le premier message silencieux produit par l’homme dans ce monde. Personne ne pouvait entendre le son, mais il était plus fort et plus clair que tout autre son émis.

Même après quelques centaines de kilomètres, la transmission ne disparut pas et fut enregistrée par l’antenne de la Cité d’Argent.

Deux destinataires accueillirent la transmission.

Après avoir capturé les ondes électromagnétiques, la poudre de métal à l’intérieur du tube de verre coagula, ce qui abaissa la résistance électrique à l’intérieur du circuit, permettant à l’ampoule à l’origine éteinte de libérer une lumière jaune chaude. Sa plus grande utilité était d’informer le récepteur qu’il y avait un message qui venait d’être envoyé.

L’autre machine était le détecteur de galène. Le détecteur de galène ne nécessitait aucune source d’alimentation externe et était constamment sur le côté de la réception. Un morceau de minerai de cuivre et un fil conducteur formaient un semi-conducteur naturel qui produisait un faible courant électrique dû au rayonnement à l’intérieur, permettant au récepteur d’entendre le son produit avec un récepteur téléphonique.

Quand aucune fréquence n’était reçue, le détecteur de galène émettait un vague buzz au lieu de tiques claires, mais était maintenu ouvert pour recevoir les fréquences transmises avec précision.

L’étape suivante consistait simplement à inverser le processus.

La distance n’était plus un problème, la fréquence était aussi rapide que la lumière. En d’autres termes, le message était la lumière elle-même.

Anna répéta le message trois fois avant d’abaisser le levier.

Selon l’arrangement, si la Cité d’Argent recevait la transmission, elle enverrait exactement le même message. Si cela était fait par un moyen conventionnel, le temps nécessaire pour que le message soit envoyé et ensuite retourné était d’environ cinq à sept jours. Par courrier aérien, il fallait au moins une journée.

Mais juste après qu’Anna eut abaissé le levier, une lumière apparut sur le récepteur.

Le processus entier n’avait pris que quelques secondes!

Les spectateurs ne purent s’empêcher de réagir.

Ignorant tout, Barov, les yeux bandés, écouta attentivement avant de noter lentement le message qu’il avait reçu.

Quand il enleva le bandeau et le casque, il n’eut pas besoin de demander si le test avait été couronné de succès. Le choc dans les yeux de tous était une réponse évidente.

Sur le papier se trouvaient trois lignes horizontales et deux points!

❤️Soutenez le novel sur Tipeee Je soutiens la trad de Galadriel ! Je clique ici ! 
🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Charon
  • 🥈2. K1nggor
  • 🥉 3. Jimmy
  • 4. Julien Martin
  • 5. Guillaume Vomscheid
  • 6. Julien
  • 7. Lawliet
  • 8. Xetrix
  • 9. Frederic
  • 10. Cesar
  • 11. Damou
🎗 Tipeurs récents
  • K1nggor
  • Xetrix
  • Cesar
  • Julien Martin
  • Frederic
  • Charon
  • Lawliet
  • Jimmy
  • Damou
  • Guillaume Vomscheid
  • Julien


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 1346 – La lettre de Tilly Menu Chapitre 1348 – Coma