Le Système Technologique d’un Etudiant Hors Pair | Scholar's Advanced Technological System | 学霸的黑科技系统
A+ a-
Chapitre 44 – Le ressentiment des solitaires

Chapitre 44 – Le ressentiment des solitaires

Le matin, dans la bibliothèque.

Une fois que Lu Zhou fut enfin libéré de la controverse, il vint ici pour étudier.

Comme d’habitude, il avait rencontré Chen Yushan, qui étudiait pour l’examen d’entrée aux études supérieures.

Ils discutaient des mathématiques et commencèrent à parler de ce qui s’était passé récemment.

Les yeux de Chen Yushan s’élargirent quand elle entendit que Lu Zhou rejetait l’offre.

“Tu as rejeté l’offre de Shunfeng ?”

C’est un salaire d’un demi million de yuans !

Ça ne lui ressemble pas…

“Ouais, je ne peux pas juste m’arrêter d’étudier et travailler à Shenzhen,” dit Lu Zhou en roulant des yeux. Il ajouta : “Ça tuerait mon père.”

“Oh oui, si tu acceptes le poste, tu ne peux pas continuer tes études,” dit Chen Yushan en acquiesçant. Elle se toucha le menton avec un stylo et dit : “Alors, ne pars pas. Obtenir un diplôme de licence est important.”

Lu Zhou rit.

De son point de vue, le diplôme de la licence n’était pas si important.

C’était juste que les missions étaient plus faciles à réaliser dans une école. Il pouvait lire tous les livres de la bibliothèque, télécharger tout le matériel de recherche gratuitement, et même parler aux professeurs.

Dieu sait quelles missions impossibles le système lui ferait une fois qu’il aurait quitté l’école.

Il devrait rester dans l’école avant de monter de niveau. Il voulait démarrer une entreprise de technologie et il n’y avait pas meilleur endroit pour faire de la recherche que dans une université.

Chen Yushan dit : “Oh oui, ma tante voulait que je te demande si tu es libre ce soir.”

Lu Zhou répondit : “Je suis libre, qu’est-ce qu’il y a ?”

Chen Yushan dit : “Elle veut nous payer le dîner.”

“Dîner ? Pourquoi ?” demanda Lu Zhou en regardant Chen Yushan avec curiosité.

Pourquoi voudrait-elle me payer le dîner sans raison ?

Bien sûr, si quelqu’un insistait pour lui acheter de quoi manger, il n’allait définitivement pas refuser.

Chen Yushan sourit et dit : “Tu as donné des cours à ma cousine, n’est-ce pas ? Les résultats des examens de ce mois-ci sont sortis et sa note en maths était meilleure que prévue. Ma tante veut t’inviter à dîner en signe de reconnaissance. Bien sûr, c’est moi qui t’ai obtenu ce travail, donc je devrais m’en attribuer le mérite. J’y vais aussi.”

Lu Zhou sourit et demanda : “Combien a-t-elle eu ?”

“116 ! Elle était ravie quand elle a entendu le résultat, tout comme ma tante! Je ne l’ai pas vue aussi heureuse depuis longtemps,” dit Chen Yushan. Elle dit d’une voix boudeuse : “Tu vois, je t’avais dit que tu serais bon pour enseigner les mathématiques.”

Les mathématiques du lycée…

Revoir les grandes lignes, les erreurs, et le livre “Les examens du lycée faits en trois ans”.

Si vous aviez ces trois choses et un peu de temps, vos résultats ne seraient pas mauvais. Cependant, si vous voulez des résultats élevés, alors cela dépendrait du talent. Certaines personnes sont naturellement douées avec les nombres. Il était impossible de rattraper son retard en travaillant dur si vous n’étiez pas doué.

Par exemple, Lu Zhou avait un camarade de classe du secondaire qui pouvait faire des équations bidimensionnelles sans stylo. Il pouvait le faire dans sa tête. Chaque fois que la professeure de mathématiques parlait de perdre des points faciles à l’examen, elle mentionnait ce génie.

Han Mengqi avait en fait un certain talent pour la science. Une fois qu’on lui avait appris quelque chose une fois, elle ne se trompait plus jamais. Si elle adoptait la bonne attitude d’apprentissage, elle pourrait facilement rattraper son retard.

Lu Zhou sourit et dit : “Peut-être parce que ta cousine et ma sœur ont à peu près le même âge. S’occuper d’adolescents de son âge est surtout une question de communication.”

“Tu as une sœur ?” demanda Chen Yushan alors que ses yeux s’illuminèrent.

Au même moment, une forte toux vint du premier rang.

Le duo sentit une forte plainte et ferma les lèvres.

La rancœur venait du solitaire assis près d’eux.

Chen Yushan sortit sa langue. Elle prit son cahier d’exercices et ramena la chaise à sa place.

C’était difficile de bavarder et de rire dans la bibliothèque. Même s’ils étaient silencieux, les gens qui étudiaient pouvaient toujours les entendre. Lu Zhou le savait et sourit. Il était gêné et il arrêta rapidement de parler et commença à lire son livre…

Hier, il avait fini le livre [Topologie]. Il avait fini tous les livres de mathématiques de la liste. Le prochain sujet qui l’attendait était la science de l’information.

Le système n’avait pas généré autant de livres de sciences de l’information sur la liste des livres. Il n’y en avait que trois au total. L’un d’entre eux impliquait un nouvel algorithme tandis que les deux autres contenaient principalement des connaissances avancées en C ++.

Ce qui était ennuyeux, c’était qu’il serait difficile d’apprendre une programmation avancée juste en lisant le manuel. Il devait lire beaucoup d’autres livres. Il n’était pas facile non plus de choisir une thèse de valeur sur le grand océan de l’informatique.

Ce fut également à ce moment que Lu Zhou réalisa profondément que le véritable “cancer académique” était ceux qui soumettaient des thèses inférieures aux normes. Ecœurant.

Dans la soirée, Lu Zhou rangea ses affaires et se rendit aux portes de l’école avec Chen Yushan.

Une Maserati blanche s’arrêta sur le côté de la route et une jeune fille vêtue d’une robe se tenait à l’extérieur, devant la porte ouverte.

Quand Han Mengqi vit les deux personnes, elle leur fit un signe de la main.

En parlant de cela, c’était la première fois que Lu Zhou voyait la voiture de Mme Yang. Le véhicule haut de gamme le choqua.

Les gens qui possèdent une entreprise sont si riches.

Cette voiture vaut plus que les maisons de la plupart des gens.

Han Mengqi regarda sa cousine et l’étreignit avec un sourire aux lèvres en s’exclamant : “Ma soeur, tu es enfin venue. J’attends depuis longtemps.”

Elle était très chaleureuse avec ses amis et sa famille, mais très timide envers les étrangers. Lu Zhou ne l’avait jamais vue aussi détendue et joyeuse.

Bien sûr, c’était parce qu’elle avait réussi son examen le mois passé. Évidemment, la petite fille était ravie qu’elle soit sur le point de partir pour un mois de vacances d’été.

À ce moment, Mme Yang ouvrit la portière de la voiture et sortit.

Quand elle vit Lu Zhou, elle sourit et lui fit un signe de tête.

“Professeur Lu, merci d’enseigner les mathématiques à Mengqi.”

“Je vous en prie, c’est mon devoir” répondit Lu Zhou en souriant.

En parlant de ça, c’était la première fois qu’il voyait Mme Yang avec un sourire qui n’était pas un sourire courtois. Cependant, il semblait que la tension entre la mère et la fille n’avait pas diminué. Quand Han Mengqi vit sa mère, elle laissa tomber son sourire et ne la regarda même pas.

Mme Yang ne se souciait pas de la froideur de sa fille. Elle accueillit sa nièce, sourit et dit : “Montons dans la voiture.” Elle retourna ensuite à l’intérieur de la voiture.

Han Mengqi prit l’un des sièges arrière. Chen Yushan et Lu Zhou échangèrent un regard.

Lu Zhou : “Qui s’assied devant ?”

Chen Yushan : “Peut-être… que je vais y aller ?”

Lu Zhou acquiesça.

Chen Yushan s’assit à l’avant pendant que Lu Zhou s’assit à l’arrière avec Han Mengqi.

La voiture démarra.

Quand Han Mengqi regarda Lu Zhou, elle fit la moue, se racla la gorge et dit : “Hé, j’ai de bonnes nouvelles pour toi.”

Lu Zhou eut l’impression que la nouvelle était liée à Mengqi et sourit : “Quelles nouvelles ?”

Han Mengqi détourna le regard et dit : “Je ne te le dirai pas. Devine combien j’ai eu pour mon examen mensuel !”

“116 ? ”

“Hé, quelqu’un te l’a déjà dit ! Ça ne compte pas ! Ma soeur te l’a dit, n’est-ce pas ?!” dit Han Mengqi en levant les yeux avec une expression d’insatisfaction. Chen Yushan, qui était assise devant, riait secrètement.

On s’en fout si ça compte ou non, ce n’est pas comme si nous parions sur l’argent.

Lu Zhou semblait s’ennuyer.

“Mengqi,” dit Mme Yang en conduisant.

Han Mengqi fit sa moue mais elle ne parla pas.

Il était évident qu’elle détestait toujours sa mère.

Eh bien, sa mère avait installé des douzaines de caméras de sécurité à la maison. Qui ne haïrait pas une mère comme ça ?

Il était légèrement mal à l’aise à cause de la tension entre la mère et la fille. De temps en temps, Chen Yushan discutait avec sa tante tandis que Han Mengqi regardait juste par la fenêtre et restait silencieuse.

À ce moment Mme Yang demanda : “J’ai entendu dire que vous avez rejeté l’offre du groupe Shunfeng ?”

Lu Zhou fit une pause d’une seconde avant de dire avec un doux sourire : “Oui, je l’ai rejeté. Comment savez-vous cela ?”

Mme Yang demanda : “Vous voulez démarrer votre propre entreprise ?”

Lu Zhou répondit : “J’ai déjà des plans pour ça, mais pour l’instant, je me concentre sur mes études.”

Mme Yang hocha la tête et dit : “Si vous avez de bonnes idées et que vous avez besoin de financement, appelez-moi. Même si je ne peux pas vous aider beaucoup, je peux vous présenter des investisseurs potentiels. Bien sûr, l’obtention du financement dépend toujours de la façon dont vous brillez et dont votre présentation se déroule.”

Lu Zhou était assis. Il était vigilant et écoutait attentivement.

Les mots d’une personne expérimentée qui avait réussi étaient quelque chose qu’il ne pouvait pas apprendre dans une classe de collège.

Cependant, Han Mengqi ne semblait pas aimer la déclaration de sa mère et elle murmura : “Tu es déjà en congé, peux-tu arrêter de parler travail…”

Les mots de la fille choquèrent légèrement Mme Yang.

La voiture redevint silencieuse.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Cindy
  • 🥈2. Romain
  • 🥉 3. JOSEPH
  • 4. PascalW
  • 5. Lawliet
  • 6. Morris
  • 7. Hichiri
  • 8. Meifumado
  • 9. Cesar
  • 10. Thezwhd4210
🎗 Tipeurs récents
  • Cesar
  • Meifumado
  • Hichiri
  • Cindy
  • JOSEPH
  • Lawliet
  • Romain
  • Morris
  • PascalW
  • Thezwhd4210


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 43 – Faut – il pardonner quand cela est possible Non Menu Chapitre 45 – Penser à la peur