Le Salon de Discussion des Cultivateurs | Cultivation chat group | 修真聊天群
A+ a-
Chapitre 150 – La statue du sage fait battre mon coeur

La seconde onde sonore venant du plus profond du village Linyao entra en résonance avec la petite flûte verte dans la main de Song Shuhang.

Buzz… Bu zz… L’instrument émit quelques vibrations, puis une voix douce retentit. « Bonjour! »

C’ est la voix du Véritable Monarque Blanc ? Je l’entends vraiment distinctement . J ’ai l’impression d’avoir des écouteurs dans les oreilles.

– « Bonjour Aîné Véritable Monarque Blanc. Je suis Song Shuhang. J’ai été chargé par le Véritable Monarque Mont Jaune de vous accueillir à votre sortie d’isolement. Où êtes-vous ? »

Il attendait avec impatience de voir l’endroit où un Véritable Monarque s’était retiré pendant plus d’un siècle!

Il pourrait enfin admirer à quoi ressemblait la zone recluse d’un homme surpuissant. Il était tout émoustillé d’admirer des centaines de formations défensives capables de bloquer une arme atomique!

Il imaginait une scène féérique. Dans ses yeux se reflétaient des couches et des couches d’effets lumineux dignes des plus grands films fantastiques!

Ce lieu se devait d’être incroyable!

Buzz … « Bonjour! Vous êtes bien à proximité de la zone où s’est retiré… » Changement de voix : « Blanc. » Retour à la voix précédente : « Le temps restant avant la fin de son isolement est de… 11 heures et 8 minutes. Merci de patienter! » En signalant le temps restant, la douce intonation laissa brièvement la place à un moteur de synthèse vocale.

Song Shuhang pensa immédiatement au disque automatique de son opérateur téléphonique.

– « … » Il marqua un temps d’arrêt, puis regarda Doudou. « Ce n’était pas le Véritable Monarque Blanc ? »

– « Bien sûr que non! Vous avez déjà vu des pratiquants papoter lorsqu’ils sont en isolement ? Le principe de se retirer dans la solitude, c’est d’être seul. » Le pékinois le prit de haut.

Il était à nouveau la cible du mépris d’un cabot.

Song Shuhang ne savait pas s’il devait rire ou pleurer. Il tenta de se défendre : « Je n’ai jamais été en isolement, et les aînés ne m’en ont jamais réellement parlé. Et puis, le Véritable Monarque Mont Jaune n’a-t-il pas dit que le Véritable Monarque Blanc l’avait contacté ? Je pensais qu’il arrêtait à l’occasion de méditer pour ce genre de choses! »

Visiblement, le Véritable Monarque Blanc avait mis en place longtemps auparavant un répondeur automatique capable de contacter l’administrateur du Groupe lorsque son éveil approcherait.

Ainsi, il découvrit que des inventions modernes comme les écouteurs et les alarmes avaient été mises au point plusieurs centaines d’années plus tôt par des pratiquants.

– « Il reste environ onze heures, inutile de brasser de l’air en attendant. Cherchons un endroit où s’asseoir, » soupira-t-il.

– « Oui, oui! Trouvons un cybercafé! Avec autant de temps devant moi, je peux largement faire quelques donjons avec ma chérie! » s’enthousiasma soudainement Doudou.

– « Vous plaisantez ? On va se faire griller si vous jouez à l’homme invisible dans ce genre d’endroit, » rétorqua-t-il aussitôt.

Le pékinois le regarda à nouveau comme s’il avait affaire à un ignare. « Crétin, n’avez-vous jamais entendu parler d’une chambre individuelle ? »

Encore une fois, il le prenait de haut!

– « Bon, d’accord. Je vais en réserver une, » céda-t-il en prenant le nécessaire dans ses poches.

Lorsque le monstre-chien l’entendit, il changea totalement d’attitude. « Jeune ami Shuhang, vous êtes le meilleur. Vous êtes vraiment sympa! »

… Non seulement les filles lui avaient toujours dit qu’il était “sympa”, mais même un chien s’y mettait ?

❄️❄️❄️

Le village de Linyao était très animé. Relativement proche de la ville, beaucoup de visiteurs y circulaient.

Song Shuhang réussit facilement à trouver un bon cybercafé.

Avec la démocratisation des ordinateurs personnels, ces établissements avaient généralement du mal à fonctionner. Cependant, ce village étant un lieu où beaucoup s’arrêtaient, les clients n’y étaient donc pas si rares.

– « Excusez-moi, avez-vous de petites chambres individuelles ? » demanda-t-il.

La fille derrière le comptoir jeta un coup d’œil à son propre écran. « Bonjour! Oui, nous en avons encore quelques-unes! »

– « Super. Combien ça coûte ? »

– « Vingt RMB pour une heure. »

Il lui tendit sa carte d’identité et deux cents RMB. « Je vais en réserver une pendant dix heures. »

Une fois le nécessaire effectué, Song Shuhang et Doudou suivirent un employé jusqu’à la chambre qu’il avait louée.

À ce moment, Song Shuhang entendit la caissière discuter avec une collègue. « Xiao Li, tu as entendu la rumeur ? La statue du sage dans le Temple Sans Nom devient de plus en plus vivante. J’ai entendu des gens dire que quand ils le regardent, ils ont l’impression qu’il va revenir à la vie. »

– « Oui, je sais. Mais je sais aussi quelque chose de plus intéressant. J’ai entendu de ma mère que notre voisine est allée au Temple il y a quelques jours, et que depuis elle n’a plus d’appétit. Il paraît qu’elle est amoureuse du sage! Ahah! C’est une statue! Cette nana est vraiment tarée. »

À ce moment-là, une autre employée intervint : « Hehe, sa maladie d’amour peut encore être guérie. J’ai une nouvelle encore plus incroyable! Vous vous rappelez notre collègue Xiao Song qui a démissionné il y a quelques jours ? Il paraît qu’il était allé en pèlerinage au Temple Sans Nom pour prier le sage et qu’après son retour, il était chamboulé. Ensuite, il a démissionné, et j’ai entendu dire qu’il voulait résider au Temple et se faire moine! Ahah! Lui, c’est un vrai taré! Après tout, le sage est un homme. »

Ayant entendu des choses intéressantes, le jeune homme resta silencieux jusqu’à leur arrivée dans la petite pièce.

– « Monsieur, voici votre carte de membre. Lorsque vous dépensez deux cents RMB ou plus, vous en recevez une gratuitement, » lui dit l’employé.

– « Merci. » Song Shuhang sourit légèrement en acceptant la carte tendue.

– « Je vous souhaite un agréable moment dans notre établissement, » conclut-il en souriant, puis il le laissa.

Doudou sauta sur la chaise devant l’ordinateur. « Jeune ami Shuhang, allumez-le vite! J’ai hâte d’aller au prochain niveau avec ma chérie! »

Avait-elle été victime d’intimidation pendant son absence ? Après tout, de cruels individus avaient même surveillé son lieu de réapparition pour la tuer en boucle ce matin-là.

– « Attendez un instant. Je veux juste vérifier quelque chose. » Il le poussa sur le côté, puis ouvrit une page Web et entra des mots clés tels que “Village Linyao, Temple Sans Nom, sage”.

Rapidement, il apprit tout un tas de choses.

Selon la légende, lors d’une grande sécheresse cent ans en arrière, des villageois avaient déterré la statue du sage sans nom puis lui avaient rendu hommage. Cette histoire était connue de tous dans le village de Linyao.

Il trouva également l’adresse du Temple Sans Nom.

– « Ce genre de chose vous intéresse ? » demanda le pékinois confondu.

– « Oui. Je suis intéressé par tout ce qui est “mystérieux”! » avoua-t-il. Tant que quelque chose était inexplicable, il voulait en savoir davantage! Il poursuivit en souriant : « Vous pouvez m’attendre ici et vous amuser. Je vais aller jeter un coup d’œil à ce Temple Sans Nom. N’oubliez pas de verrouiller la porte. »

– « Pas de problème. Tant que vous ne me dérangez pas, vous pouvez aller où vous voulez. En fait, vous devriez même accueillir le Véritable Monarque Blanc avant de revenir me chercher. » Doudou agita les pattes sur les touches du clavier et ouvrit son jeu, démarrant la danse folle de ses coussinets.

❄️❄️❄️

Ayant trouvé l’adresse sur Internet, Song Shuhang arriva rapidement devant le Temple Sans Nom du village de Linyao. « Le voilà! »

Il aperçut aussitôt une longue file de personnes venues faire des offrandes. Pour entrer, il fallait attendre son tour.

Des bougies et de l’encens couvraient le sol à l’intérieur du Temple. De nombreux visiteurs s’avançaient devant la statue et présentaient leurs vœux…

Beaucoup de jeunes personnes, hommes et femmes, en avaient les larmes aux yeux.

Après avoir brûlé de l’encens, ils fixaient d’un air absent le sage. Ils finissaient par partir, bien qu’à contrecœur. Il devait s’agir de membres du groupe des “tarés” évoqués par les commères du cybercafé.

Song Shuhang attendit longtemps son tour. Il acheta à un prix étonnamment raisonnable deux bâtons d’encens au jeune prêtre à l’entrée pour seulement 20 RMB.

Il entra dans le Temple Sans Nom avec trois dames d’un âge moyen. Semblant être des habituées, elles placèrent leurs offrandes dans les récipients prévus pour et commencèrent à prier.

Bien qu’elles marmonnaient, Song Shuhang entendit tout grâce à son ouïe exceptionnelle.

– « Sage sans nom, ma fille va passer son examen d’administration à l’université. S’il vous plaît, rendez-la plus intelligente pour que ses résultats s’améliorent! Aidez-la entrer dans l’Université de la capitale! »

– « Sage sans nom, mon fils a presque 38 ans et il est toujours célibataire. S’il vous plaît, trouvez-lui une bonne épouse. Je n’ai plus besoin de rien d’autre, je veux juste qu’elle me donne un ou deux petits-fils. »

Puis, la dernière murmura avec une expression solennelle : « Sage sans nom… Je vous aime tellement! »

– « Pfff… » Song Shuhang faillit éclater de rire. Il eut du mal à se contenir!

Alors les “tarés” n’étaient pas seulement des jeunes, même les femmes d’un certain âge étaient victimes du sage. Peut-être y avait-il également des pépés dans le lot ?

Song Shuhang n’avait jamais prié jusque-là, ayant toujours cru en la science et rejeté toute superstition. Jamais il n’aurait imaginé entrer un jour dans un temple.

Imitant les trois femmes, il plaça l’encens dans le récipient. Il réfléchit un instant. Il n’avait rien à demander au sage de toute façon.

Après tout, il n’était là que pour voir la statue.

Lorsque personne ne le regarda, il leva discrètement la tête.

À cet instant… il sentit sa fréquence cardiaque accélérer légèrement.

La statue était évidemment sans vie, mais une silhouette apparut toutefois dans ses yeux.

Aussi belle que le jade, d’une splendeur extraordinaire.

Des cheveux noirs qui tombaient comme une cascade dans son dos. Des yeux qui brillaient comme les étoiles. Des vêtements blancs qui flottaient légèrement dans le vent. Il aurait pu lui pousser des ailes qui l’emporteraient aux Cieux à tout moment. Même le Jeune Maître Hai de la Secte du Sabre Lunaire pâlissait face à la grâce et au charme inouï de cet individu.

Il était d’une perfection surnaturelle!

Song Shuhang ne pouvait que décrire ainsi cette statue.

Plus il la regardait, plus il se sentait pris du désir de la vénérer à jamais.

Eh ? Quelque chose ne va pas. Je suis un taré moi aussi ?

Troublé, il ferma immédiatement les yeux et utilisa les Écrits d’introspection méditative.

Ce ne fut qu’alors que son cœur battant la chamade commença à se calmer.

Les trois femmes s’étaient déjà levées, et s’étaient retournées pour sortir du Temple.

Song Shuhang les suivit précipitamment…

Avait-il été affecté par un genre de technique mentale ? Quelque chose comme une attaque de charme comme on en voyait dans les films et les romans ?

Il utilisa immédiatement son énergie mentale pour vérifier son état physique, sans rien découvrir d’étrange.

Cette statue était-elle juste le produit d’un savoir-faire de haut vol, atteignant ainsi la perfection ?

Pouvait-on vraiment être secoué par une représentation inanimée au point d’en être enivré ?

Quelque chose de ce genre existe-t-il dans ce bas monde ? réfléchit Song Shuhang. Non, im possible!

Il décida d’aller retrouver Doudou pour lui demander de l’examiner correctement.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 149 – Le pire pékinois! Menu Chapitre 151 – Quelqu’un veut voler le Véritable Monarque Blanc!