Le Salon de Discussion des Cultivateurs | Cultivation chat group | 修真聊天群
A+ a-
Chapitre 149 – Le pire pékinois!

Le jour suivant, le 30 juin, un dimanche.

À 5h30, Song Shuhang se leva, exécuta 20 fois la Technique basique du poing bouddhiste, et condensa l’énergie du Qi Sanguin dans le Deuxième Acupoint, celui de l’Oeil.

Même s’il avait terminé la dernière de ses pilules pour cultiver, il ne pouvait pas gâcher son temps!

À 6h40, alors qu’il prenait son petit déjeuner, il reçut un appel.

– « Bonjour, suis-je bien chez Song Shuhang, de l’Ecole de Conception et de Fabrication de Machines, 19e département, 43e classe ? J’ai une livraison express pour vous, j’ai besoin de votre signature. » Cette fois-ci, le livreur n’était pas Sima Jiang.

Après tout, la Société Fengshou Livraisons Express n’avait pas atteint le monopole de toutes les livraisons du pays.

– « Très bien, j’arrive, » répondit-il.

Ce devrait être le trésor magique lui permettant d’utiliser la Transmission Vocale des Mille Lieues avec le Véritable Monarque Blanc. Le Véritable Monarque Mont Jaune en avait parlé la veille.

En passant… Aucun des aînés du Groupe des Neuf Provinces #1 n’était donc inquiet à l’idée d’envoyer des artefacts par la poste ? Des épées volantes, de précieux matériaux de raffinage, de vrais trésors, ou même des personnes, tout était confié aux services de livraison…

D’un autre côté, ils n’avaient pas à avoir peur de perdre leurs biens, voilà sans doute pourquoi ils en faisaient un large usage.

Song Shuhang, après avoir récupéré le petit paquet, en déchira directement l’emballage. À l’intérieur, il trouva une petite flûte en bambou vert jade, longue comme la paume d’une main. Elle était glaciale, bien que visiblement faite à base de bambou, et elle avait la texture du jade.

Elle était accompagnée d’un manuel d’instruction. La méthode d’utilisation était très simple. Tant qu’il était suffisamment proche du Véritable Monarque et qu’il soufflait dans la petite flûte, ils pourraient entrer en communication.

Plus l’énergie mentale de l’utilisateur était importante, plus il pouvait contacter son interlocuteur de loin. Un Véritable Monarque pouvait couvrir toute la Chine continentale. Quant au jeune homme, sa limite était la surface d’un petit village.

Telle était la raison pour laquelle le Véritable Monarque Mont Jaune lui avait demandé de faire le déplacement jusqu’au village de Linyao pour utiliser la flûte, découvrir l’emplacement du Véritable Monarque Blanc, puis enfin l’accueillir.

Quelques lignes avaient été ajoutées à la fin du manuel d’instruction. « Jeune ami Shuhang, j’ai préparé 36 voitures de différents modèles. Je suis en train de m’occuper des formalités et des plaques d’immatriculation, puis je vous les enverrai dans un parking souterrain de la Cité Universitaire. Le moment venu, je vous enverrai un message pour que vous en preniez possession. PS : Nanhuahu est à environ 500 kilomètres de chez vous, alors si cela ne vous dérange pas, emmenez Petit Doudou avec vous. Quand il n’a rien à faire, il fait n’importe quoi. Je vous souhaite bonne chance. »

36 nouvelles voitures, et toutes différentes ? Le Véritable Monarque Blanc avait-il réellement besoin de tant de véhicules à démonter ?

Aîné , m avez vous payé une assurance vie en passant ?

Après un soupir, Song Shuhang remonta dans l’appartement.

Ses colocataires n’étaient là qu’en semaine. Le dimanche, ils rentraient chez eux.

Ainsi, le pékinois pouvait se laisser aller sans contrainte.

Il grignotait ses croquettes au bœuf, et jouait à un jeu que le jeune homme ne connaissait pas. Il devait avoir contre toute attente réussi à le télécharger peu de temps auparavant.

Le jeu avait été réduit au minimum dans une petite fenêtre, le logiciel de chat occupant la majorité de l’écran. À la plus grande surprise de l’étudiant, il était en train de passer un appel vidéo à une jolie fille de 17 ou 18 ans!

– « Chéri, tu es incroyable! Notre guilde a normalement besoin d’une équipe de sept joueurs d’élite pour vaincre le Boss de ce donjon, et juste en difficulté Normale! Et juste à nous deux, nous l’avons facilement écrasé en mode Difficile! » dit-elle avec enthousiasme de sa voix douce et chantante.

Doudou mâchonnait de la nourriture pour chien. Avec l’air solitaire d’un grand expert, il tapa dans la fenêtre de discussion : « Ce n’est pas grand-chose. Un adversaire de ce niveau ne peut m’arrêter. Je suis un pro, après tout! »

– « Et un super méga pro en plus! Je t’adore chéri! Hum… » l’encensa-t-elle, ponctuant même ses louanges d’un baiser sur la caméra.

Le pékinois éclata joyeusement de rire, l’air aux anges. Il plaça ses pattes sur le clavier et envoya : « Tes lèvres sont les meilleures. Aller, ouvrons le coffre laissé par le boss et voyons ce qu’il y a à l’intérieur. Attends un peu que j’arrive au niveau 80 et que je récupère le set du Dieu de la Guerre Cinq Étoiles. Je donnerai une bonne leçon à ces bâtards qui ont osé camper le spawn de ma chérie. Je les renverrai au village des débutants! »

– « Chéri! Quel homme! » Les yeux de la jeune fille se mirent à luire d’innombrables petites étoiles. Elle demanda alors : « Chéri, quand est-ce que ta caméra sera réparée ? Je veux voir à quoi tu ressembles et entendre ta voix! »

– « Sois tranquille, j’irai acheter une caméra demain. Laisse-moi te dire un secret… En fait, je suis vraiment beau, » tapa-t-il sur les touches. Il parcourut le dossier Images de Song Shuhang et y trouva une vieille photo de lui.

Celle-ci avait été prise lorsqu’il était au lycée, à l’époque où il faisait régulièrement des exercices physiques. Il débordait alors de vigueur et effectivement, il était vraiment attirant.

– « Voilà, c’est une photo de moi! Mais elle commence à dater. Je suis maintenant encore plus mûr et bien plus beau! » affirma-t-il en la lui envoyant.

Quand elle la vit, elle le trouva effectivement à son goût.

En fait, tant que son chéri en jeu n’était pas trop laid, son apparence ne la dérangeait pas. Mais ce qu’elle voyait était bien mieux que ce qu’elle avait espéré! Elle était donc réellement heureuse, et s’exclama joyeusement : « Chéri, tu es trop classe, je t’aime à la folie! »

– « Wahaha! J’aime ta jolie voix! Appelle-moi encore chéri sur un ton langoureux et je t’accompagne dans une instance en mode Cauchemar! » Doudou remua la langue et haleta comme un chien. Séduire une humaine semblait l’exciter au plus haut point.

– « Chérie… C’est tellement embarrassant! » Elle tira la langue.

– « Oooh! J’ai l’impression de fondre. Viens vite! C’est parti pour le mode Cauchemar! Avec moi à tes côtés, tout se passera bien! » Puis il se mit à sautiller sur le bureau.

Ce monstre-chien… était le pire!

❄️❄️❄️

Song Shuhang se tenait derrière le pékinois, regardant avec impuissance cette catastrophe ambulante. Il avait l’impression que c’était lui qui vivait une vie de chien!

Le laisser jouer ou discuter en ligne n’était pas un problème, mais là, il était parti à la pêche aux filles!

Pire encore, il avait mis le grappin sur un canon!

Comment tous les célibataires de Chine auraient-ils réagi ?

Et cette demoiselle, si elle devait un jour découvrir que celui qu’elle appelait “chéri” était un pékinois… Non, je ne veux même pas y penser !

Song Shuhang était sur le point de s’effondrer.

– « Eh ? Jeune ami Shuhang, vous êtes de retour! » le salua Doudou tranquillement, comme s’il n’avait jamais usurpé son identité.

Celui-ci soupira. « N’est-ce pas gênant d’avoir envoyé ma photo à cette fille ? »

– « Bien sûr que non. Je pensais vous laisser discuter en vidéo tous les deux demain après-midi. Pas besoin que ça dure, sortez-lui deux-trois phrases d’un air classe et souriez. Avec ce joli minois, vous pourriez faire tomber une nation entière! Je vous garantis qu’elle va tomber amoureuse! »

– « Hors de question. Mentir, c’est mal. »

– « Haha! Dans ce cas, je n’ai d’autre choix que de lui expliquer dans quelle classe vous trouver à la Cité Universitaire pour qu’elle vienne vous voir personnellement… » affirma le chien d’un air triomphant.

– « … » Song Shuhang eut immédiatement envie d’un ragoût à la viande de chien assaisonné de sauce soja.

– « Détendez-vous, je ne vous demande pas cela gratuitement. Je vous filerai un coup de main en échange. Moi, Doudou, je n’aime pas devoir une faveur à qui que ce soit! » déclara-t-il. « Et puis, ne trouvez-vous pas cruel d’apprendre à cette jeune fille que celui qu’elle admire autant est un chien ? Le moment venu, promettez-lui la lune et laissez-la vivre son rêve. Ainsi, elle et moi pourrons devenir le couple idéal en jeu. N’est-ce pas faire une bonne action, d’une certaine manière ? »

Alors vous savez que vous êtes un chien ? se moqua-t-il en aparté.

– « Hehe! Le moment n’est pas à la parlotte. Regardez-moi balayer un donjon dans l’instance la plus ardue! » Les pattes du pékinois dansèrent sur le clavier. Son personnage aida sa partenaire à vaincre le moindre de leurs ennemis, incarnant une inarrêtable machine de guerre!

Song Shuhang soupira. « Au fait, accompagnez-moi cet après-midi au village de Linyao. »

– « Oh ? C’est pour accueillir le Véritable Monarque Blanc, n’est-ce pas ? Mais je ne suis pas disponible, je dois nettoyer ce donjon avec ma nana, » refusa-t-il sans hésiter.

– « Hum… Je pense que vous devriez accepter. Ou bien… Hehe! » dit-il en souriant.

– « Ouaf, c’est une menace ? » Doudou tourna la tête, clairement mécontent.

– « Exactement, » acquiesça-t-il en toute franchise.

– « Misérable. Attendez un instant, je termine cette zone et j’en parle à ma chérie. » Il soupira. « Je vous accompagne, mais demain, vous collerez votre visage devant la caméra pour discuter quelques instants avec elle. »

– « Tenu. »

❄️❄️❄️

Deux heures plus tard.

Doudou termina enfin sa conversation avec sa femme en jeu. Ils allèrent ensuite sur le balcon et, secouant son corps, il se transforma en un chien de cinq mètres de long.

– « Montez sur mon dos, je vous emmène. Ce sera plus rapide, » dit-il, morose.

– « Ok. » Song Shuhang s’exécuta, puis demanda : « Vous connaissez ce village ? »

– « J’ai déjà fait plusieurs fois le tour de la Chine, il n’y a aucun endroit que je ne connaisse pas. » D’un grondement sourd, il se mit à émettre un brouillard qui enveloppa Song Shuhang. En tant que monstre-bête, il était invisible pour les gens ordinaires, mais ce n’était pas le cas de l’étudiant. S’il ne le dissimulait pas ainsi, il ferait la une des journaux le lendemain.

De plus, cette brume le protégeait de la pression du vent et du froid de la haute altitude.

– « Tenez-vous bien. » D’un léger bond, il s’envola dans le ciel et commença à courir dans le vide, presque aussi rapide que Sept du Clan Su lorsqu’il montait son sabre.

Après avoir couru un certain temps, quatre roues de feu apparurent sous ses pattes et sa vitesse doubla.

Moins d’une demi-heure plus tard, ils avaient parcouru les 500 kilomètres qui les séparaient du village de Linyao. Ils atterrirent.

– « Savez-vous où le Véritable Monarque Blanc est en train de méditer ? » demanda le pékinois.

Song Shuhang lui montra la petite flûte verte. « Le Véritable Monarque Mont Jaune m’a donné ceci. Tant que je souffle dedans, je peux le contacter. »

Il plaça le bec entre ses lèvres et souffla.

Fuuuuu… L’instrument émit un son que l’oreille humaine ne pouvait percevoir.

L’onde sonore se répandit au loin et atteignit rapidement un certain endroit du village.

Après un moment, un bruit similaire s’en échappa et résonna avec la petite flûte.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 148 – Il avait vraiment hâte! Menu Chapitre 150 – La statue du sage fait battre mon coeur