Le Salon de Discussion des Cultivateurs | Cultivation chat group | 修真聊天群
A+ a-
Chapitre 121 – Vous voulez un peu de ma pilule de jeûne entamée ?

Seize du Clan Su détourna le regard, trop embarrassée pour regarder Song Shuhang dans les yeux.

Visiblement, elle n’avait préparé ni nourriture ni eau.

Bref, on n’était jamais mieux servi que par soi-même. Le jeune homme vérifia ses poches. Il y trouva une bouteille avec six pilules de Qi Sanguin, une pilule puante, quelques talismans, de l’argent et son téléphone portable.

Mais tout cela n’était pas comestible, et le Qi Sanguin ne soulageait pas la faim.

– « Hmm ? C’est… » Il mit finalement la main sur une dernière pilule.

La pilule de jeûne! Quelques jours plus tôt, le Maître Praticien la lui avait donnée pour le sustenter. Il ne l’avait utilisée qu’une seule fois, et l’avait ensuite mise de côté.

Heureusement qu’il ne s’en était pas servi bêtement, elle était encore utilisable.

L’air satisfait, il la jeta dans sa bouche. Un goût délicieux se répandit sur ses papilles, et sa faim s’évapora. Après être arrivé à satiété, il la recracha et enleva toute trace de salive.

P eut être pourra-t-elle me sauver la vie dans le futur , pensa Song Shuhang.

Gugugu…

Un bruit étrange résonna. Un gargouillement d’estomac ?

Hein ? Je suis déjà plein, pourquoi gronde -t- il encore ? La pilule n’a pas déjà passé la date de péremption, non ? Song Shuhang se frotta le bide, confus. Il était pourtant rassasié!

Gugugu… Encore.

Il dévisagea Seize d’un air inquisiteur, elle qui avait affirmé ne pas avoir faim. La demoiselle, rouge d’embarras, n’osait pas le regarder.

Il réfléchit un instant, puis lui tendit la panacée. « Si cela ne vous gêne pas, vous pouvez prendre la pilule. »

– « Non, je n’ai pas… »

Gugugu… Un grondement l’interrompit.

Elle serra les dents. « Mon Rang est différent du vôtre. Même si j’avale cette pilule de jeûne entamée, elle ne soulagera que légèrement ma faim. »

– « Alors avalez-la, » déclara Song Shuhang. Si son petit ventre continuait à se manifester, il finirait par se sentir mal à l’aise.

Elle accepta donc son offre, et après y avoir réfléchi un instant, elle ajouta : « Lorsque nous serons sortis d’affaire, je vous rembourserai cent fois! »

– « D’accord, d’accord. » L’étudiant répondit machinalement, comme s’il négociait avec un enfant.

La jeune femme soupira. Elle mit la pilule en bouche et déglutit, comme si elle prenait un simple médicament. Alors, son estomac cessa enfin de se manifester.

De son côté, Song Shuhang prit son téléphone, et voulut se connecter au Groupe des Neuf Provinces #1 pour y jeter un coup d’œil. Sept du Clan Su devait à ce moment-là être arrivé dans la région, et il pouvait enfin lui envoyer un appel de détresse.

Toutefois, il en fut incapable.

– « Hein ? Il n’y a pas de réseau ? »

– « Bien sûr que non. Sinon, il aurait été facile de nous repérer, et comment aurions-nous pu rester cachés ici ? »

Jetant un coup d’œil à son écran, elle aperçut un nom familier dans la liste des groupes de discussion du jeune homme. Surprise, elle s’exclama : « Le Groupe des Neuf Provinces #1 ? »

– « Hein ? Vous n’avez pas lu les messages de ces derniers jours ? » demanda-t-il.

– « Je me suis enfui de chez moi… Si je m’étais connecté, j’aurais révélé ma position. Je n’ai même pas pris mon téléphone avec moi, sans quoi Sept m’aurait déjà trouvé. Ce qui serait gênant, » dit-elle en soupirant.

Non, même comme ça , il peut toujours vous re trouver. Song Shuhang s’en amusa intérieurement. Après tout, cet Aîné ne devait plus être très loin.

N’ayant pas de réseau, il éteignit en silence son téléphone. Il n’avait pas l’intention d’avouer à la jeune fille que Sept savait qu’elle était dans la région de Jiangnan. Il valait mieux qu’elle rentrât rapidement chez elle.

– « Vous avez deviné qui je suis, n’est-ce pas ? Est-ce que Sept a demandé aux aînés de l’aider à me retrouver ? » demanda-t-elle. Puisqu’il était un membre du Groupe des Neuf Provinces #1, il avait probablement compris ce qu’il en était.

– « … » Le visage de Song Shuhang se figea. Devait-il lui mentir pour son bien ?

– « Inutile de le nier. Vous n’êtes pas fait pour mentir. Vu votre expression, je connais la réponse. » Elle soupira.

– « … » Mademoiselle, vous n’êtes pas ma cousine! Comment pouvez-vous lire en moi comme dans un livre ouvert ? Bon sang, c’est comme si je n’avais plus d’intimité !

– « Allez-vous dire à Sept que je suis ici ? » ajouta-t-elle doucement, en serrant ses genoux entre ses bras.

– « … » Probablement ?

– « Un mec gâté jusqu’à la moelle par la bienveillance l’appellera, sans le moindre doute, » répondit-elle pour lui.

Si vous lisez aussi mon script , qu’est-ce qu’il me reste ?

Le silence s’installa.

Un long silence…

Finalement, ce fut Song Shuhang qui le brisa. « Pourquoi vous êtes-vous enfuie ? Vos blessures ne seraient-elles pas mieux prises en charge au Clan Su ? »

Il se souvint que le jour où elle avait échoué à vaincre la tribulation, Sept avait affirmé dans le salon de discussion qu’elle n’avait subi que de légères blessures, et qu’elle pourrait récupérer une fois de retour au Clan. Si tel était le cas, pourquoi avait-elle fugué ? Et pourquoi allait-elle si régulièrement à l’hôpital pour recevoir des analgésiques ?

– « Parce que je vais mourir… Dans vingt jours, je vais mourir, » lui révéla-t-elle en serrant un peu plus fort ses genoux. « Rien dans les archives du Clan Su ne contient une méthode pour me sauver. Sept le sait. Mes blessures ne sont pas seulement dues à la tribulation céleste, mais aussi à un problème avec ma technique de cultivation. Je me suis trompée. Et la tribulation n’a fait que les aggraver. »

Après quoi, elle ajouta : « Changeons de sujet, je n’ai pas envie d’en parler. » Elle cessa soudain son récit et le regarda dans les yeux. « Vous connaissez sans doute déjà mon nom. Je suis Seize du Clan Su, et c’est aussi mon nom de Dao. Et vous ? Vous ne vous êtes toujours pas présenté. »

– « Song Shuhang. »

– « Et votre nom de Dao ? » insista-t-elle.

– « Eh bien… Disons que je n’en ai pas pour le moment. Et que je vais y réfléchir dans quelques jours ? » Il soupira. Il devait vraiment trouver quelque chose, et ce de toute urgence, sans quoi il serait difficile de faire oublier aux aînés le fameux “Stressé par une Montagne de Livres”.

– « Vous allez y réfléchir ? Mais quel aîné vous enseigne ? Il ne vous a pas donné de nom de Dao ? » le bombarda Seize d’un air suspicieux. Tout disciple accepté officiellement était automatiquement gratifié d’un titre.

Et en plus, elle avait affaire à un disciple ayant été introduit dans le Groupe des Neuf Provinces #1. Son maître devait grandement l’apprécier, alors comment aurait-il pu ne pas avoir reçu cet honneur ?

– « Eh bien! La manière dont j’ai rejoint le Groupe est plutôt… inhabituelle. » Song Shuhang se gratta la tête, et lui raconta toute l’histoire.

Il s’exprima calmement, et Seize l’écouta avec attention, tout en serrant ses genoux.

– « … Voilà. » Il conclut d’un haussement d’épaules.

– « Vous… avez choisi de devenir un pratiquant ? » Elle releva la tête pour le regarder plus attentivement. « Est-ce que vous ignorez à quels dangers vous vous exposez ? Comme… la tribulation par la foudre à laquelle j’ai fait face, et beaucoup, beaucoup d’autres choses encore! »

– « Je suis au courant. Quand j’ai décidé de devenir un cultivateur, j’avais déjà eu un aperçu de votre tribulation. J’ai même vu les nuages et la foudre de mes propres yeux, » affirma-t-il posément.

– « Mais alors pourquoi ? » Seize ouvrit tout grand ses yeux et le regarda plus intensément.

– « Pourquoi ? » Il y réfléchit un instant, puis répondit : « Je pense que je n’étais pas satisfait de vivre comme un homme ordinaire. Avant de devenir un pratiquant, la seule chose qui me rendait heureux, c’était de faire de mon mieux pour aider les autres. Si je n’avais pas croisé la route du Groupe des Neuf Provinces #1, j’aurais peut-être eu une vie normale, comme tout le monde. Mais ce n’est pas ce que je veux… Je n’ai pas vraiment d’ambition, mais je brûle de vivre une existence fantastique et excitante. Même si je dois affronter l’horreur des tribulations par la foudre et même je dois faire face à d’innombrables pratiquants maléfiques, je ne regretterai jamais mon choix. »

Song Shuhang réalisa être incapable de trouver les bons mots pour décrire ce qu’il ressentait. Bref, il ne regretterait jamais d’avoir emprunté la voie de la cultivation!

Seize cligna des yeux. « Je viens de découvrir que lorsque vous êtes passionné par quelque chose, vous devenez soudain très maladroit. Mais… c’est assez intéressant. Préparez-vous, nous allons passer à l’action. »

Sa douleur avait diminué. Son corps avait accumulé suffisamment de Vrai Qi, assez pour s’occuper du cultivateur de la Secte de Production Immortelle!

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Thomas
🎗 Tipeurs récents
  • Thomas


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 120 – Y a-t-il quelque chose à manger ? Menu Chapitre 122 – L’empreinte sur l’épée volante