Le Salon de Discussion des Cultivateurs | Cultivation chat group | 修真聊天群
A+ a-
Chapitre 120 – Y a-t-il quelque chose à manger ?

– « Monsieur, pourriez-vous aller plus vite ? » Song Shuhang jeta un coup d’œil en direction de l’hôpital, s’inquiétant de voir surgir soudain l’homme de la Secte de Production Immortelle.

À ce moment-là, le chauffeur de taxi s’imagina une histoire d’amour des plus dramatiques. Deux jeunes gens tombaient profondément amoureux l’un de l’autre, mais leurs familles s’y opposaient, ils avaient donc décidé de se retrouver là pour fuir ensemble.

– « Accrochez-vous! » Il écrasa le champignon, et le taxi bondit en avant…

Sur le parvis, le Docteur Li venait de terminer son service et se rendait à nouveau à la salle de repos, juste à temps pour voir Song Shuhang monter avec une jeune fille dans un taxi.

– « Huh ? C’était le cousin de Zhao Yaya, non ? On aurait dit qu’il portait quelqu’un… Cette couverture, elle appartient à l’hôpital, non ? Mais qu’est-ce qu’il fait ? » Elle était vraiment confuse.

Alors qu’elle était perdue dans sa réflexion, un employé de bureau sauta une volée de marche d’un seul coup. En un bond, il avait descendu une douzaine de marches!

– « Hé, ne sautez pas comme ça dans un hôpital, c’est dangereux! » lui lança-t-elle.

Mais comment aurait-il pu prendre le temps de s’en préoccuper ? Il était noyé sous les regrets, au point de serrer les dents jusqu’à ce que blanchissent ses gencives. Il courut à la poursuite du taxi.

De nombreux obstacles lui barraient la route. Des parterres de fleurs, des rampes, des véhicules à l’arrêt… Mais rien ne pouvait l’arrêter. Comme un expert du parkour, il semblait voler au-dessus du sol et avançait en ligne droite.

– « Woah, trop cool! » De nombreux piétons sortirent leurs téléphones et filmèrent sa démonstration.

❄️❄️❄️

En moins de trois minutes, le taxi arriva dans la rue Propice.

Song Shuhang sortit de la voiture en portant Seize dans ses bras, et sortit un billet de 50 RMB pour payer la course. « Merci, gardez la monnaie. »

Il n’osa pas perdre de temps. Qui savait quand le cultivateur les rattraperait ? Sans attendre la réponse du chauffeur, il partit avec la jeune fille et s’enfonça dans les profondeurs de la rue Propice.

– « Tournez à gauche, puis montez au 19ème étage du bloc Ande A. Je vis là. Nous pourrons nous cacher temporairement chez moi, » lui dit-elle.

Elle avait alors pu cacher son aura. À cause de la douleur aigüe, elle en avait été incapable jusqu’alors, ce qui expliquait comment son agresseur avait pu la retrouver.

Malheureusement, Song Shuhang ne savait pas comment l’imiter.

Il suivit ses instructions et pénétra dans le bâtiment. Par chance, l’ascenseur était au rez-de-chaussée. Il n’y en avait qu’un seul dans ce bloc, et ils n’eurent pas à attendre un long moment en bas.

Ils se rendirent d’une traite au 19ème étage. Seize ouvrit la porte de son appartement et dit faiblement : « Posez-moi par terre, et attendez-moi dans le couloir. »

Après quoi elle entra et récupéra une bouteille dans un mini bar. Elle revint, et en versa une partie sur le corps de l’étudiant.

Il s’agissait d’une potion capable de cacher l’aura et l’odeur d’une personne pendant un certain temps. Ainsi, les traces du jeune homme disparurent dans le couloir. Toutefois, l’effet ne durerait que quelques minutes.

– « Venez avec moi. » Elle l’emmena dans sa chambre, puis ouvrit le placard à vêtements. Elle repoussa les habits, et après avoir farfouillé un moment, elle fit apparaître une porte secrète.

Dissimulée entre la chambre et les toilettes, cette cachette était ingénieuse, difficile à trouver.

– « Allons-y, » dit-elle.

Song Shuhang la suivit à l’intérieur.

Seize replaça alors soigneusement les vêtements dans la penderie avant d’appuyer sur un interrupteur, refermant ainsi la porte du placard et l’entrée de la salle secrète.

Elle prit alors un petit rouleau entreposé là et le colla sur la porte dissimulée. Une formation y était dessinée, annulant leur aura et étouffant les sons. La cachette était parfaite.

S’apercevant qu’elle était bien préparée, il lui demanda, troublé : « Vous saviez déjà que cet homme vous cherchait ? »

La petite femme secoua la tête et affirma : « Le Clan Su est un grand clan. Nous avons beaucoup de ressources, et de nombreux ennemis. Cette pièce secrète est juste une mesure de précaution en cas de besoin. Le précédent locataire s’en servait comme d’une zone de stockage. Je l’ai modifiée quelque peu. »

Song Shuhang hocha la tête. Il semblait que tout n’était pas toujours rose pour les grandes organisations de cultivateurs.

La pièce n’était pas très large. Les deux jeunes étaient assis face à face et pouvaient même entendre leur respiration.

– « Est-ce qu’il pourra nous trouver ici ? » s’interrogea-t-il à voix basse.

– « J’ai pu cacher mon aura en cours de route… mais tant qu’il n’est pas idiot, il pourra trouver cet appartement, » reconnu-t-elle en le regardait.

Comme il était incapable de se déplacer sans laisser de traces, l’homme pouvait suivre leur piste, même privé de l’aura de Seize.

Question suivante : était-il idiot ou non ?

❄️❄️❄️

Il était peut-être idiot, mais pas à ce point..

Remontant la piste de Song Shuhang, il arriva au bâtiment Ande A.

– « C’est par ici! Je sens l’odeur de cet escroc! » lâcha-t-il d’un rire glacial. En tant que cultivateur, son nez était encore plus sensible que celui d’un chien. Jamais il n’oublierait la sensation olfactive du jeune homme.

Arrivé devant la porte de l’appartement, il l’ouvrit par la force. Peu importait quelles mesures anti-effraction avaient été prises, elle lui résista autant qu’une feuille de papier.

– « Vous ne pouvez pas m’échapper, escroc méprisable et cadette du Clan Su! » hurla-t-il d’une voix rageuse et assourdissante en entrant.

Toutefois… l’appartement était vide. Personne.

La piste du jeune homme avait disparu une fois l’entrée passée. Un léger arôme de potion flottait dans l’air.

– « J’ai encore été pris pour un idiot ? » Il était furieux.

Comme pris de folie, il commença à mettre l’appartement sans dessus dessous, détruisant des objets, brisant des vases de fleurs, à la recherche de ses cibles. Il chercha partout où ils auraient pu se cacher, sans parvenir à retrouver le moindre indice.

– « Bon sang, où sont-ils ? » s’écria-t-il en quittant les lieux au pas de course.

❄️❄️❄️

Une fois le calme revenu, Song Shuhang lança, interrogatif : « Il est parti ? »

– « Si seulement… J’espère juste qu’il ne rasera pas le bâtiment. » Seize secoua la tête.

Cette fois-ci, elle avait pris trop peu d’affaires lors de sa fugue.

Si elle avait apporté des talismans, de puissants trésors ou des pilules permettant de soulager temporairement ses blessures, cet individu n’aurait nullement représenté une menace pour elle.

Comme elle s’y attendait, après un court instant, ils perçurent un léger bruit à l’extérieur.

Le pratiquant de la Secte de Production Immortelle était revenu.

Il était peut-être bête, mais il comprenait tout de même comment ruser pour prendre quelqu’un au dépourvu.

– « Bon sang, ils se sont vraiment échappés ? » marmonna-t-il.

❄️❄️❄️

Un bon moment plus tard, l’extérieur redevint silencieux, et il n’y eut plus aucun bruit.

– « Et cette fois, il est parti ? » demanda-t-il. Craignant d’être repéré, il n’osa pas utiliser son énergie mentale.

Elle secoua la tête, possédant un moyen de surveiller ce qu’il se passait à l’extérieur de la pièce secrète. « Il est dans le salon. Il attend. »

– « Que faisons-nous ? Devons-nous patienter jusqu’à son départ ? » Song Shuhang sourit amèrement.

– « S’il s’en va, tant mieux. Sinon, lorsque la nuit viendra et que mes blessures se calmeront temporairement, je m’occuperai de lui d’une gifle, » dit-elle avec indifférence.

Ô m on D ieu ! j’ oubliais que cette demoiselle est en réalité un génie comparable à Douce Plume . Elle a même déjà défié la t ribulation par la foudre du Domaine Acquis, le 3ème Rang, alors qu’elle est assez jeune .

Selon la classification de certaines sectes anciennes, le 1er Rang était connu sous le nom de Trempe du Corps. Du 2ème au 4ème Rang, on parlait de Trempe du Qi, et le 5ème Rang était appelé le Noyau d’Or. Cette demoiselle avait déjà renforcé son Qi à un très haut niveau, et était même proche de passer au Rang suivant.

Tant qu’elle pouvait, même temporairement, ignorer ses blessures dues à la tribulation céleste, prendre soin de cet homme ne lui poserait aucun problème.

Et donc, en attendant… ils attendaient.

Finissant par s’ennuyer, Song Shuhang commença à pratiquer les Écrits d’introspection méditative.

❄️❄️❄️

Le temps passa, et midi sonna.

L’estomac de Song Shuhang émit des gargouillements. Depuis qu’il était entré dans le monde de la cultivation, son corps réclamait de grandes quantités de Qi Sanguin pour cultiver. Il mangeait donc comme un ogre et avait souvent faim.

– « Y a-t-il quelque chose à manger ? » demanda-t-il.

Dans une pièce secrète, il devait forcément y avoir des rations, non ?

– « Je n’ai pas faim, » répondit Seize avec un air indifférent en ouvrant doucement les yeux.

Et moi alors, mademoiselle ? Je ne peux pas jeûner éternellement!

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Thomas
🎗 Tipeurs récents
  • Thomas


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 119 – C’est vous ? Menu Chapitre 121 – Vous voulez un peu de ma pilule de jeûne entamée ?