Le Salon de Discussion des Cultivateurs | Cultivation chat group | 修真聊天群
A+ a-
Chapitre 119 – C’est vous ?

Song Shuhang avait deux pilules puantes en sa possession. À l’origine, il les avait destinées à être utilisées dans son combat contre le Maître d’Autel, mais il n’en avait finalement pas eu besoin.

J’espère que cet homme n ’est pas encore au 3ème Rang , sinon la pilule puante n’aura aucun effet.

Dans le même temps, il tenait de l’autre main un Talisman d’Armure.

D’un geste du doigt, il lança avec force l’une des pilules!

Celle-ci frappa le sol, et la coque extérieure se brisa. En un instant, un nuage de fumée noire enveloppa la chambre. Aussitôt, une odeur intense suivit, véritable combinaison de toutes les pires effluves au monde.

Une personne normale aurait aussitôt eu des remontées acides. Quant à un pratiquant ayant ouvert son Acupoint du Nez, et donc à l’odorat dix ou même cent fois plus fin, une simple bouffée n’était pas vraiment quelque chose d’agréable.

– « Argh… C’est quoi ce truc… blergh! » L’homme, incapable de continuer, s’attrapa la gorge. Visiblement préoccupé par le fait de se débarrasser de cet air vicié s’étant installé dans sa trachée, il ressemblait à un poisson hors de l’eau.

Saisissant sa chance, Song Shuhang se jeta en avant, comme s’il y avait des ressorts attachés à ses jambes. Il sauta sur le lit et ramassa Seize emmitouflée dans sa couverture.

Après avoir renforcé son corps et établi ses fondations pour sa cultivation, il ne faisait plus vraiment la différence entre le poids d’un être humain et celui d’un rocher, et ses mouvements n’en étaient donc pas affectés.

Sans même jeter un regard à l’homme, Song Shuhang se précipita immédiatement vers la porte. Il avait pensé s’échapper par la fenêtre, évitant ainsi de repasser devant le cultivateur.

Toutefois, ils étaient au cinquième étage. Il savait que s’il sautait de si haut, ç’aurait été la fin des haricots. Ainsi, il ne pouvait que forcer le passage pour fuir par la porte.

– « Bleurgh… Bleurgh… Vous… ESCROC! » Cet idiot n’était pas si stupide, il manquait juste d’une touche de bon sens.

Quand il balaya enfin la fumée et le vit tenter de partir en emportant le membre du Clan Su, il comprit ses intentions. Cet arnaqueur avait martelé qu’il n’était pas un escroc! Et il l’avait cru! Quelle honte!

La moutarde lui monta au nez!

Lorsque Song Shuhang passa devant lui en portant Seize, il tenta de l’arrêter par la force. « Où croyez-vous aller ?! »

Ses doigts pouvait percer les murs de l’hôpital. S’il l’attrapait, l’étudiant gagnerait cinq trous en souvenir.

– « Armure! » Au moment critique, le jeune homme n’hésita pas à activer le talisman. L’énergie spirituelle en jaillit et forma une couche protectrice autour de son corps. Cette fine défense pouvait arrêter une attaque à pleine puissance d’un cultivateur de 3ème Rang!

Ding! L’attaque le frappa de plein fouet, mais ne put provoquer que l’apparition de quelques étincelles.

La capacité défensive du Talisman d’Armure lui renvoya alors un contrecoup, et l’homme vola en arrière et cogna violemment le mur.

De son côté, Song Shuhang profita de la force de cette frappe pour filer comme une flèche hors de la chambre. Il avait laissé la porte ouverte en entrant dans l’objectif de faciliter son évasion.

Le cultivateur habillé en employé de bureau secoua la tête, et il lui fallut un certain temps avant de parvenir à se relever. Ce rebond soudain avait non seulement engourdi son bras, mais lui avait également fait perdre sa meilleure chance d’attraper le jeune homme.

Quand il se redressa, il était déjà loin.

– « Quelle honte! » L’oncle rugit sourdement, furieux, et il fonça en avant sur la piste de Song Shuhang.

Cette fois, je ne laisserai pas l a gamine s’en tirer! C’était peut-être sa dernière chance, puisque le Clan Su finirait par agir tôt ou tard!

– « Hé! je vous ai dit de ne pas courir dans les couloirs de l’hôpital! » L’infirmière, en retard pour le plan A, cria en direction du dos au loin.

Évidemment, il ne s’occupa pas d’elle. Au contraire, il accéléra, et disparut de son champ de vision.

❄️❄️❄️

Song Shuhang mettait la moindre once de son énergie dans sa descente des escaliers, tout en se demandant quel était le meilleur endroit où fuir ?

Sa première pensée alla au Maître Praticien. Chercher sa protection aurait pu être la meilleure option, mais il était malheureusement absent, et Brume Pourpre Fluviale faisait une livraison.

Sinon, il avait deux Talismans d’Épée, largement suffisants pour s’occuper d’un cultivateur de 2ème Rang. Mais cet homme n’était pas le Maître d’Autel, et Song Shuhang n’avait pas l’intention de le tuer.

Peut-être devait-il se planquer quelque temps dans un service désert ?

Non. Et si cet homme décidait d’attendre en bas et de surveiller la porte ? Il ne pouvait pas rester indéfiniment à l’hôpital! Et puis, il ne savait pas s’il avait des complices. S’il se cachait dans une chambre, il serait fait comme un rat.

Laisse tomber. D’abord, sortir de l’hôpital . Je m’inquiéterai plus tard de trouver une zone sûre . Si possible, j ’aimerais tomber rapidement sur Sept du Clan Su. Il ne devrait pas tarder à arriver dans la région de Jiangnan , pensa-t-il.

A ce moment-là, Seize lança froidement, dans ses bras : « Je ne pensais pas rencontrer un jour quelqu’un qui se mêlerait autant de ce qui ne le regarde pas. »

Plus tôt, lorsqu’il était encore hors de la chambre, il n’avait pas entendu clairement la voix de la demoiselle. Maintenant qu’elle était dans ses bras… pourquoi avait-il l’impression de la connaître ?

Song Shuhang baissa les yeux et la regarda. Des cheveux courts et un joli minois sans maquillage. Plutôt petite, elle ne faisait pas son âge, et était donc une femme à la fois belle et adorable.

– « Eh ? » Il ne put s’empêcher de laisser échapper un cri étonné.

Il l’avait rencontrée à plusieurs reprises, l’avait vue être harcelée deux fois. Il savait toutefois qu’elle savait vraiment se défendre.

– « C’est vous ? » Il comprit enfin que, non seulement Seize était une fille, mais qu’il la connaissait. Une pensée lui traversa l’esprit. « Euh, est-ce que je suis encore intervenu alors que ce n’était pas nécessaire ? »

Sa force de frappe n’était pas à prendre à la légère. Se pouvait-il qu’elle eût feint la faiblesse, et qu’elle attendait que l’homme se fût approché suffisamment pour l’assommer ?

– « Humph. » Elle détourna le visage, fière comme un coq.

Mais aussitôt, elle ajouta d’une voix faible et presque inaudible. « Pour cette fois… merci. »

Elle venait de recevoir des antidouleurs. Elle manquait alors de force, et si son agresseur avait voulu lui faire quelque chose de mal, elle n’aurait pas pu lui résister. Shuhang l’avait vraiment sauvée cette fois-ci.

– « Comment ? » De son côté, il était concentré sur leur fuite, et il ne l’avait pas entendue.

L’ascenseur était hors de question. Cet homme était bien plus rapide, il n’aurait eu qu’à les attendre en bas.

– « Merci… merci. » Sa voix était toujours extrêmement faible.

Mais cette fois, il l’entendit clairement.

– « Vous savez dire merci ? » Il éclata de rire.

La fille dans ses bras serra les dents. Parler au jeune homme lui paraissait vraiment stressant, et ses remerciements lui semblaient sonner faux. Elle n’aimait pas trop parler aux autres, mais ce n’était pas comme si elle ignorait les règles de savoir-vivre. « Où allez-vous ? »

– « Les endroits où nous pourrions nous cacher sont hors d’atteinte. Décidons au fur et à mesure, » répondit Shuhang. La protection du Talisman d’Armure sur son corps devenait de plus en plus faible, sur le point de disparaître.

– « … Je peux l’entendre arriver. Encore 50 secondes, et il nous aura rattrapé, » dit doucement la jeune fille aux cheveux courts.

Autrement dit, il finirait étalé sur le sol cinquante secondes plus tard ?

Aucune chance que je le laisse faire !

Il courut ventre à terre, sautant d’une traite les longues sections de marches de l’escalier.

En dix secondes, il avait atteint le rez-de-chaussée.

Par le plus grand des hasards, un taxi libre arrivait lentement dans l’aire de stationnement. Attendant de nouveaux clients, le chauffeur n’avait pas encore coupé le moteur.

– « Un taxi! » Le cœur de Song Shuhang trembla de soulagement et, portant toujours Seize comme une princesse, il se précipita vers le véhicule.

L’atteindre, ouvrir la porte, et s’y engouffrer ne lui prit que trois secondes.

– « Vous deux… Où allez-vous ? » Le chauffeur jeta un regard perplexe à Song Shuhang et à la jeune femme enveloppée dans une couverture. Qu’est-ce que c’était que ça ? Une fugue amoureuse ?

L’étudiant n’y avait pas encore pris le temps d’y réfléchir.

Alors, Seize ouvrit la bouche et s’écria : « Rue Propice! »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Thomas
🎗 Tipeurs récents
  • Thomas


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 118 – Monsieur! Où est passée la confiance entre les gens ? Menu Chapitre 120 – Y a-t-il quelque chose à manger ?