Le Salon de Discussion des Cultivateurs | Cultivation chat group | 修真聊天群
A+ a-
Chapitre 105 – Un art martial perdu

Joseph joignit ses mains pour prier. Seigneur , merci de m’avoir exaucé .

Trente ans plus tôt, alors qu’il n’était encore qu’un adolescent, il adorait regarder les films de Kung Fu. Après quoi, il pria constamment dans l’espoir d’avoir un jour la chance de voir un pratiquant d’un authentique art martial chinois, un homme capable de bouger sans laisser de trace ou de frapper un dragon doré flottant en plein coeur du ciel!

Il avait supplié pendant plus de dix ans juste pour cela!

Il était une véritable incarnation de persévérance et de détermination. Chaque nuit, il rêvait de tomber d’une falaise et de survivre, en ressortant avec des pouvoirs miraculeux. Chaque nuit, il rêvait d’entrer dans une montagne et d’hériter de la puissance majestueuse d’un vieil homme aux cheveux blancs. Chaque nuit, il rêvait…

Malheureusement, Dieu avait autre chose à faire.

Vingt années avaient passé depuis ses rêves, et sa fille était déjà devenue une belle jeune femme. Il avait presque oublié son vieux souhait. Mais alors, sa demande fut enfin acceptée. Dix ans de supplications amères ne laissaient personne indifférent.

Puisque, dans les films, il était très impoli de déranger un artiste martial, il laissa Song Shuhang tranquille.

Il s’assit donc à distance pour le regarder silencieusement terminer sa technique de poing.

❄️❄️❄️

En fait, lorsque cet étranger était entré dans la salle de classe abandonnée, Shuhang l’avait remarqué.

Cependant, il avait presque terminé une série de la Technique basique du poing bouddhiste. S’il s’arrêtait soudainement, les effets de la pilule de Qi Sanguin et tous les efforts qu’il mettait dans sa pratique seraient perdus.

Dans tous les cas, il était impossible que cet homme apprît secrètement sa technique. Tant qu’il ne sortait pas son téléphone portable pour prendre une photo, il valait mieux l’ignorer.

Il avait déjà énormément bénéficié de son entraînement de cet après-midi-là. Il en était déjà à sa deuxième pilule et c’était la septième fois qu’il exécutait la technique de poing.

En utilisant ces trésors , je peux pratiquer encore plus longtemps que prévu…

Après avoir terminé les deux derniers mouvements, il s’assit et passa aux Écrits d’introspection méditative.

Je n ’arrive pas à croire que j’ai été découvert même après m’être caché dans un bâtiment vide aussi reculé. On dirait que je vais devoir trouver un autre endroit pour pratiquer .

Après avoir guidé le Qi Sanguin dans son Acupoint du Cœur, Shuhang finit son entraînement et ouvrit lentement les yeux.

Il remarqua alors ce grand étranger accroupi non loin, dégoulinant d’admiration. Il sentit des spasmes agiter son poing. Il avait envie de le frapper!

– « Grand Maître, avez-vous fini de vous entraîner ? » le salua l’homme dans un chinois hésitant.

Les coins des lèvres de l’étudiant se redressèrent, et il agita la main. « Salut! »

– « Grand Maître, pouvez-vous m’apprendre le Kung Fu chinois ? » demanda-t-il avec impatience tout en prenant la pose classique de Huang Feihong. Depuis sa plus tendre enfance, il avait toujours rêvé de sauter sur les toits ou par-dessus les murs et d’utiliser un nunchaku comme un vrai maître!

– « … » Song Shuhang se massa les tempes. En tant que débutant, comment pouvait-il enseigner quelqu’un d’autre ? Et puis, il n’avait de toute façon pas le droit de transmettre la Technique basique du poing bouddhiste.

Il sortit donc la première excuse qui lui vint : « Désolé… Les arts martiaux de ma famille ne peuvent être enseignés à un étranger. »

– « Je peux être votre… disciple! Si cela ne fonctionne pas… Je suis prêt à rejoindre votre arbre généalogique! Je peux comprendre vos coutumes. » Il tenta sérieusement de le convaincre. Pour apprendre les arts martiaux, il était prêt à tout donner.

Tu veux devenir un me mbre de ma famille ? Dommage! C’est hors de question ! Il soupira. « Désolé, je n’ai pas les qualifications accepter un disciple. »

– « Même être un disciple de nom me convient. Après ça… vous pouvez d’abord m’apprendre une technique incomplète! Qu’en pensez-vous ? » Il ne voulait vraiment pas abandonner.

– « Impossible, même si ce n’est que de nom, je ne suis toujours pas qualifié pour cela! » rétorqua-il catégoriquement.

Cependant, l’étranger ne baissa pas les bras.

Le Kung Fu chinois! Le véritable Kung Fu chinois! Celui qui peut provoquer des explosions d’un simple coup de poing dans l’air!

Comment pourrais je abandonner ? C’est mon rêve depuis tout petit !

Cet homme d’âge moyen était devenu un obsédé après avoir regardé trop de films d’arts martiaux.

Il faisait une fixation extrême sur Kung Fu. Même s’il ne pouvait obtenir que quelques bribes d’enseignement de ce jeune homme, il serait satisfait! Il avait absolument besoin d’apprendre quelque chose, sans quoi il le regretterait toute sa vie!

❄️❄️❄️

Song Shuhang n’aurait jamais imaginé que, finalement, il changerait le nom de Joseph en Mo Bo Sang et le prendrait comme disciple. (NdT : Mo Bo Sang = Guy de Maupassant. Eh oui.)

Ce jour-là, il avait enfin fait l’expérience de la véritable horreur que constituait un harceleur. S’il s’était agi d’une jolie femme, tant pis. Cependant, il avait affaire à un homme d’un certain âge qui n’était pas spécialement attirant.

Au final, il lui enseigna sérieusement une technique secrète d’arts martiaux appelée “L’heure de l’appel”.

Elle était “secrète” parce que beaucoup la connaissaient sous un autre nom.

Depuis de nombreuses années, elle était appelée le “deuxième ensemble de gymnastique diffusé à l’écran pour collégiens chinois”…

Selon le programme du matin, les élèves du collège et de l’école primaire devaient quitter les salles de classe, faire la queue sur le terrain de sport et faire leurs exercices physiques en suivant le rythme diffusé, et ce peu importait qu’il fît horriblement chaud, ou terriblement froid.

Étonnamment, cette gymnastique laissait une impression d’arts martiaux.

– « Un deux trois quatre cinq six sept huit, deux deux trois quatre cinq six sept huit…. Quatre deux trois quatre cinq six sept huit! Génial! Encore! Tout le monde suit le rythme, attention à prendre la bonne position, il faut bien suivre les instructions! Un deux trois quatre cinq six sept huit… » Song Shuhang battit la mesure tout en transmettant les gestes adaptés de “L’heure de l’appel”.

Joseph se comportait comme s’il avait reçu l’héritage le plus précieux sur cette terre… et suivit attentivement son modèle du début à la fin.

Il n’est pas mauvais! Après seulement deux répétitions , il peut déjà le faire correctement !

– « Cet ensemble de techniques secrètes est destiné à la construction de vos fondations. Vous devrez la pratiquer tous les jours dès votre retour. Ce n’est que lorsque vous commencerez à sentir un flux chaud de Qi circuler dans votre corps que vous pourrez être considéré comme un pratiquant. » Song Shuhang fit face à son “disciple” le plus sérieusement du monde.

Cette gymnastique est très pratique pour améliorer votre état de santé, mais ne pensez même pas à devenir un maître des arts martiaux.

– « Oui, Maître! Je vais faire ces mouvements trente fois par jour! » cria-t-il, les yeux brillants.

Tr… T rente fois ? Ce type est vraiment tenace.

Song Shuhang ne put s’empêcher de tousser avant de se racler la gorge et de tapoter l’épaule de son interlocuteur. « Travaillez dur et prouvez-moi votre valeur! »

Puis, les deux mains derrière le dos, il sortit du bâtiment abandonné comme s’il était un grand sage.

Derrière lui, Joseph ne pouvait que continuer à hocher la tête, débordant d’émotion.

P ourrais-je un jour frapper le vide et créer des souffles explosifs comme mon maître ?

J’ai vraiment hâte!

– « Oh, j’ai l’impression que mon corps déborde d’énergie. Faisons-le encore! Un deux trois quatre cinq six sept huit… deux deux trois quatre cinq six sept huit! » Il recommença diligemment à pratiquer cette technique secrète. Dans son cœur, il rêvait déjà du jour où il deviendrait un expert en arts martiaux.

Pour un avenir prometteur!

Malheureusement, ce futur n’était qu’une chimère. En réalité, il n’avait aucun moyen d’y parvenir.

❄️❄️❄️

Après que Song Shuhang avait quitté la salle de classe abandonnée, il essuya discrètement sa sueur. « J’en ai vu des harceleurs, mais aucun ne lui arrive à la cheville. Heureusement, quand j’étais petit, j’ai appris la gymnastique. Autrement, je n’aurais rien eu à lui apprendre. »

– « Hehe… Petit Shuhang, je n’aurais jamais pensé que tu aurais un côté rusé. » A ce moment-là, Brume Pourpre Fluviale apparut silencieusement à côté de lui et se mit à rire.

– « Brume Pourpre, qu’est-ce que tu fais là ? » Il remarqua que, même en faisant usage de sa vigilance, il n’avait pas pu la sentir approcher.

Ces aînés, ils sont vraiment impressionnants .

– « Heehee, je ne fais qu’aider le Maître Praticien à t’envoyer des choses. Il est occupé par des questions importantes et ne reviendra pas avant quelques jours. Alors, tu peux te reposer quelques temps. » Elle lui tendit alors un éventail de fer.

– « Qu’est-ce que c’est ? » Song Shuhang le prit. Mon Dieu, c’est si lourd!

– « C’est un artefact de manipulation du feu. Le Maître Praticien ne t’a-t-il pas dit qu’il t’en donnerait un pour que tu t’y habitues ? » La jeune femme haussa les sourcils et lui répondit en riant.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 104 – Wow! Du Kung Fu chinois! Menu Chapitre 106 – Un artefact de manipulation du feu, et un bon en plus!