La Voie Céleste | Library of Heaven’s Path | 天道图书馆
A+ a-
Chapitre 1782 – Zhang Xuan tombe dans le coma

– « Frère Hongtian… »

En regardant son corps, tous se turent, sinistres.

Les membres du Pavillon des Maîtres Enseignants étaient particulièrement touchés. Ils ne faisaient pas un bruit.

Ils avaient combattu ensemble pendant près de dix mille ans, et tous avaient su dès le départ qu’une telle séparation arriverait un jour ou l’autre. Cependant, à cet instant, ils se sentaient terriblement tristes.

– « Même des êtres aussi puissants que les Anciens Sages ne peuvent pas échapper aux lois du temps ! » soupira l’Ancien Sage Yan Qing en secouant la tête.

– « Mais n’avez-vous pas dépassé les cieux ? Pourquoi êtes-vous encore soumis à ce genre de lois ? » demanda Zhang Xuan.

À leur niveau, il ne comprenait pas qu’ils fussent encore limités ainsi, incapables de contrôler leur vie et leur mort.

– « Les Anciens Sages surpassent les cieux, mais seulement sur les points qu’ils saisissent. Frère Hongtian a maîtrisé l’essence de l’escrime, ainsi il dominait les cieux dans ce domaine. Dans d’autres aspects, comme sa propre espérance de vie, il n’a pas dépassé les limites imposées par le monde. »

Le prodige ne cacha pas sa stupéfaction. « L’escrime ? Vous dites que… Tant qu’un cultivateur peut surpasser les cieux sur un seul point, il peut devenir un Ancien Sage… »

Il avait entendu quelques informations sur les prérequis à remplir avant une percée pour le royaume Ancien Sage de la bouche de son père, le Saint de l’Épée Xing. Cependant, ce dernier était seulement au royaume de Sempiternité, un Grand Sage 4ème Dan, et ce qu’il savait lui venait de rumeurs transmises de génération en génération. Inévitablement, son savoir était limité comparé au plus grand expert des Cent Écoles des Philosophes.

– « C’est bien cela. Seuls ceux qui ont compris une loi qui surpasse les cieux sont capables de devenir des Anciens Sages. »

– « Le temps n’est-il pas le domaine de prédilection du Clan Zhang ? Pourquoi n’a-t-il pas compté là-dessus pour faire sa percée ? »

La lignée du Clan Zhang était chargée de la Quintessence du Temps.

Si Zhang Hongtian en avait profité, n’aurait-il pas été capable de prolonger son espérance de vie, surmontant ainsi les limites imposées par le flux du temps ?

– « Les lois temporelles des diverses dimensions sont toutes liées les unes aux autres d’une manière ou d’une autre. Je ne parle pas uniquement du Continent des Maîtres Enseignants et du champ de bataille de l’Autre Monde de la Tribu démoniaque, mais aussi des mondes supérieurs tels que celui dans lequel le Dieu Spirituel réside. Même ceux qui saisissent la Quintessence du Temps ne comprennent pas parfaitement les lois temporelles du Continent des Maîtres Enseignants. Il est quasiment impossible de dépasser les cieux dans ce domaine ! Même le Maître Enseignant Kong a échoué sur ce point. Alors qui pourrait réussir ? » sourit amèrement l’Ancien Sage Yan Qing.

Le temps était l’une des lois les plus fondamentales de l’univers. Même si le monde s’effondrait, que les Cinq Éléments s’éteignaient et que l’espace cessait d’exister, le temps continuerait son cours.

Comment une règle aussi puissante aurait-elle pu être maîtrisée et contrôlée aussi facilement ?

Si le Maître Enseignant Kong en avait été capable, il n’aurait pas disparu dans les annales de l’histoire.

– « Vous avez raison… » acquiesça Zhang Xuan.

Il était capable d’utiliser les pouvoirs de sa lignée pour influencer l’écoulement du temps et accélérer ses mouvements, mais pas de changer les principes même du temps.

– « L’essence du temps… Elle semble difficile à comprendre. Si j’avais pu la maîtriser, j’aurais peut-être pu faire quelque chose pour sauver mon ancêtre Hongtian ! » se lamenta le Maître Enseignant Céleste.

Tout à coup, son esprit trembla. Comme si elle subissait un tremblement de terre, la Bibliothèque de la Voie Céleste vibra intensément.

– « Oh non… » Il écarquilla les yeux, horrifié.

Sans rien pouvoir faire d’autre, sa vision s’assombrit.

Putong !

Il s’effondra.

– « Aîné ! » Le Maître Enseignant Yang se précipita vers lui.

L’Ancien Sage Yan Qing s’avança rapidement pour examiner son état avant de froncer les sourcils. « Son âme est… perturbée ? »

Ce Grand Sage n’avait pas été attaqué, comment était-ce possible ? Que se passait-il ?

– « Je me spécialise dans le domaine des âmes. Laissez-moi l’analyser ! » proposa l’Ancien Sage du Clan Jiang.

Il étendit rapidement son énergie spirituelle vers Zhang Xuan, mais avant de pouvoir sonder son corps, le sien se mit à trembler. Il recula précipitamment de quelques pas en arrière, le visage pâle.

– « Que s’est-il passé ? » En voyant sa réaction, tous étaient perplexes.

– « Une énergie étrange protège son âme. Je suis incapable de sonder son corps en profondeur ! »

– « Une énergie étrange ? Quel genre de pouvoir peut bien vous tenir à distance ? » L’Ancien Sage Yan Qing fronça les sourcils, confus.

Si cet Ancien Sage était spécialisé dans le domaine des âmes, il était impossible aux cultivateurs de son niveau de repousser son analyse. Étant donné que le Grand Sage Zhang Xuan était inconscient, comment pouvait-il l’écarter, et même le blesser.

– « On dirait… » Le corps de l’Ancien Sage du Clan Jiang se raidit. « Il me semble qu’il s’agisse de la puissance des cieux ! »

– « Il est protégé par les cieux ? »

À ces mots, ils écarquillèrent les yeux avec étonnement et se tournèrent à nouveau vers le Maître Enseignant.

Un Grand Sage était protégé par les cieux…

Que diable se passait-il ?

– « Maître Enseignant Yang, je vous le confie. S’il y a le moindre problème, appelez-moi immédiatement. Je vais guider les autres pour renforcer l’espace environnant. Sans le Grand Codex, le Temple de Confucius doit déjà dériver dans le vide de l’espace-temps. Si nous ne prenons pas des mesures maintenant, nous le perdrons définitivement ! » annonça l’Ancien Sage Yan Qing avec inquiétude.

Les étoiles avaient déjà disparu du ciel. Ils n’étaient déjà plus sur le Continent des Maîtres Enseignants.

– « Oui ! »

– « Bien, commençons ! » conclut-il en prenant rapidement la tête de leurs deux factions.

La disparition du Grand Codex du Printemps et de l’Automne et les combats qui avaient éclaté avaient endommagé le Temple de Confucius. Toutefois, il s’agissait d’une terre sacrée, laissée par le Maître Enseignant Kong lui-même. Eux, ses héritiers, ne pouvaient se permettre de la profaner davantage.

Alors qu’ils s’éloignaient, Yang Xuan posa son regard sur Zhang Xuan et fronça les sourcils. « Aîné, que vous est-il arrivé ? »

Ignorant complètement ce qui se passait autour de lui, le prodige était à moitié conscient. Comme s’il avait été écrasé.

Vaguement, il lui sembla voir une silhouette familière. Quelqu’un le regardait avec inquiétude.

– « Ruoxin… » marmonna-t-il faiblement.

– « Ne vous inquiétez pas, je vais bien, » dit-elle. « Vous devez prendre soin de vous. N’oubliez pas de garder mon cadeau avec vous constamment. Vous ne devez pas vous en séparer un seul instant. »

– « Vous voulez dire… le pendentif ? Je l’ai gardé précieusement… » Il essaya de se lever, mais son corps était lourd, comme rempli de plomb.

Avant d’entrer dans le Temple de Confucius, Luo Ruoxin lui avait donné un pendentif. Elle avait affirmé qu’il lui avait été confié par son père, et qu’il le sauverait dans un moment critique.

Bien que sceptique, il s’était assuré de le garder sur lui.

– « Parfait… Zhang Xuan, je dois partir maintenant. L’artefact dans la bibliothèque est mon dernier cadeau. Faites-en bon usage… Je vous attendrai… »

Peu à peu, sa voix et sa silhouette s’estompaient, comme si elle allait disparaître.

– « … bibliothèque ? Vous… Vous connaissez l’existence de la bibliothèque ? » Il se raidit à ces mots.

La Bibliothèque de la Voie Céleste avait toujours été son plus grand secret, et il n’en avait jamais parlé à personne. Il avait toujours considéré que les autres, même Luo Ruoxin, ignoraient son existence. Mais il s’était trompé !

– « Au revoir, Zhang Xuan ! »

Avec un sourire amer et, dans ses yeux, le désir de le revoir au plus vite, la jeune femme se dissipa.

– « Non… Ne partez pas ! »

D’un cri, il se redressa. Alors, il remarqua avoir rêvé.

– « Professeur, vous êtes réveillé ! »

Se tournant vers la voix, il vit Zhao Ya, Zheng Yang et les autres se tenir non loin, visiblement inquiets.

Ses parents, les Saints de l’Épée Xingmeng, étaient également là.

Analysant la pièce, il demanda : « Sommes-nous… hors du Temple de Confucius ? »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Lionel
  • 🥈2. Manon
  • 🥉 3. David
  • 4. SaPhirYNA
  • 5. Cinthia
  • 6. Florian
  • 7. Reinox
  • 8. Cesar
  • 9. PascalW
  • 10. Ruben
  • 11. jack975
  • 12. Caroline
  • 13. Kyshin
  • 14. Fleadly
  • 15. Ali
  • 16. guillaume
  • 17. Alexis
  • 18. Marco
  • 19. enzo
  • 20. Max973
  • 21. Cindy
  • 22. j
  • 23. tristan
  • 24. Thomas
  • 25. Ba-Soma
  • 26. nevri
  • 27. Starbuck
  • 28. Aeyna
  • 29. Cédric
  • 30. Martin
  • 31. Ronan
  • 32. JOSEPH
  • 33. Xetrix
  • 34. Pierre
  • 35. Yaozard
  • 36. Frederic
  • 37. Korros
  • 38. lancelot
  • 39. Cdric
🎗 Tipeurs récents
  • David
  • tristan
  • Fleadly
  • Kyshin
  • Ruben
  • j
  • Manon
  • enzo
  • Yaozard
  • Ba-Soma
  • nevri
  • Xetrix
  • Thomas
  • Cédric
  • Cdric
  • Ali
  • Martin
  • Cesar
  • Reinox
  • Florian
  • Pierre
  • Ronan
  • Caroline
  • Frederic
  • Max973
  • Starbuck
  • Lionel
  • Aeyna
  • Marco
  • jack975
  • Alexis
  • Cinthia
  • guillaume
  • SaPhirYNA
  • Cindy
  • lancelot
  • PascalW
  • JOSEPH
  • Korros


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 1781 – La mort de Zhang Hongtian Menu Chapitre 1783 – Une fin au Pavillon des Maîtres Enseignants