La Renaissance d’un Maitre Démoniaque | Reverend Insanity | 蛊真人
A+ a-
Chapitre 9 – Deux personnes parties du même chemin, devenant progressivement distantes.

Le coucher de soleil dispersait une teinte rouge sur l’est.

Le ciel était encore brillant, mais tout semblait être recouvert d’une nuance de gris. Surplombant la fenêtre, au loin, les couleurs de la nuit se dirigeaient vers les montagnes.

La lumière dans le salon était faible. L’oncle et la tante étaient assis en haut sur leur chaise, le visage enveloppé dans l’ombre. Leur expression était difficile à cerner.

Alors qu’il voyait Fang Yuan avec ses deux pots de vin, les sourcils de son oncle Gu Yue Dong Tu se resserrèrent. Il ouvrit la bouche: « En un clin d’œil, vous avez tous les deux eu quinze ans. Puisque vous avez tous les deux le talent pour devenir des Maître Gu, en particulier Fang Zheng, votre tante et moi sommes fiers de vous deux. Je vais vous donner 6 pierres primitives, prenez les. Le raffinage de votre Gu consomme beaucoup d’essence primitive, vous en aurez donc besoin. »

Tandis qu’il disait cela, des serviteurs vinrent et passèrent chacun un petit sac à Fang Yuan et Fang Zheng.

Fang Yuan prit son sac en silence.

Fang Zheng ouvrit immédiatement son sac et regarda à l’intérieur pour y voir six pierres primitives blanches de forme ovale. Son visage s’illumina de gratitude et il se leva de son siège, faisant face à sa tante et à son oncle. «Merci oncle et tante, votre neveu avait besoin de pierres primitives pour réapprovisionner son essence primordiale! Vous m’avez élevé jusqu’à aujourd’hui, cette gratitude est gravée dans mon cœur, je ne l’oublierai jamais! »

L’oncle sourit et hocha la tête. La tante agita précipitamment les mains et dit chaleureusement: « Asseyez-vous, asseyez-vous. Bien que vous ne soyez pas directement nos enfants, nous vous avons toujours élevé comme les nôtres. Hélas, nous n’avons pas d’enfants, et parfois nous avons pensé que si vous pouviez tous les deux devenir nos enfants, ce serait merveilleux. »

Ses mots avaient un sens profond. Fang Zheng ne comprit pas, mais Fang Yuan fronça légèrement les sourcils.

L’oncle s’interrompit et dit: « J’en ai discuté avec votre tante. Nous avons pensé à vous adopter tous les deux et à devenir une véritable et authentique famille. »

Fang Zheng fut stupéfait pendant une seconde, mais le regard sur son visage dégagea rapidement un sourire joyeux et il dit, « Pour être honnête, depuis que mes deux parents sont morts, j’ai toujours désiré avoir une vraie famille. Alors si nous pouvons devenir une famille avec mon Oncle et ma Tante, ce serait trop beau pour être vrai! »

L’expression de la tante se relâcha et elle rit: « Allons, tu es devenu notre fils, tu devrais arrêter de nous appeler oncle et tante. »

« Père, Mère. » Fang Zheng changea ses propos.

La tante et l’oncle rirent de bon cœur. « Quel bon fils, ce n’est pas en vain que nous t’avons élevé depuis ces cinq ans. »

L’oncle regarda le silencieux Fang Yuan et dit doucement, « Fang Yuan, et toi? »

L’intéressé secoua la tête sans dire un mot.

« Frère. » Gu Yue Fang Zheng était sur le point de le conseiller, mais l’oncle, dont le ton était inchangé, l’arrêta. « Si ce n’est pas le cas, Fang Yuan mon neveu, nous ne te forcerons pas. Puisque tu as déjà quinze ans, tu pourrais vivre de manière indépendante. De cette façon, tu pourras facilement faire perdurer ta lignée de sang Fang. Ton oncle a préparé deux cents pierres primitives comme soutien financier. »

– « deux cents pierres primitives! » Les yeux de Fang Zheng s’élargirent; il n’avait jamais vu autant de pierres primitives de sa vie et ne put s’empêcher d’afficher de la jalousie.

Mais Fang Yuan secoua de nouveau la tête.

Fang Zheng était perplexe, tandis que l’expression de l’oncle changea légèrement. Le visage de la tante était également devenu trouble.

« Mon oncle et ma tante, s’il n’y a rien d’autre, alors votre neveu prendra congé. » Fang Yuan ne leur donna aucune chance de parler à nouveau. Après avoir terminé sa phrase, il prit ses pots de vin et quitta immédiatement la pièce.

Fang Zheng se leva de son siège et dit: « Père, Mère. Frère ne réfléchit pas, que diriez-vous de me laisser le conseiller? »

L’oncle agita la main et soupira délibérément: « Hélas, cette affaire ne peut pas être forcée. Puisque tu as beaucoup de cœur, en tant que père, je suis déjà très satisfait. Serviteurs, prenez soin du jeune maître Fang Zheng. »

– « Alors votre fils va partir, » Fang Zheng recula, et la pièce redevint silencieuse.

Le soleil se coucha sous la montagne et le salon s’assombrit. La voix froide de l’oncle surgit dans les ténèbres. « On dirait que ce gamin que Fang Yuan a vu à travers notre plan. »

Parmi les règles du clan Gu Yue, il était clairement stipulé que le fils aîné à seize ans aurait les qualifications pour hériter des biens familiaux. Les parents de Fang Yuan étaient décédés, laissant derrière eux une vraie fortune. Il était pris en charge par leur oncle et leur tante. Cet héritage n’était pas quelque chose qu’une somme minable de deux cents pierres d’essence pouvait égaler. Si Fang Yuan avait également accepté d’être adopté par son oncle et sa tante, alors il perdrait le droit d’hériter de cette fortune. Si Fang Yuan à l’âge de quinze ans décidait d’être indépendant, il ne respecterait pas non plus les règles du clan.

« Heureusement, nous avons réussi à gagner Fang Zheng, et Fang Yuan n’a qu’un talent de grade C. » L’oncle poussa un soupir, satisfait.

– « Alors, si Fang Yuan décide de devenir indépendant à seize ans, que ferons-nous? » Le ton de tante était tendu alors qu’elle pensait à l’héritage.

– « Hmpf, puisqu’il agit de manière indiscipliné, alors, il ne pourra pas nous blâmer le moment venu. Quand nous l’attraperons en train de faire une énorme erreur nous l’expulserons de la famille et il sera aussitôt déshérité. », expliqua froidement l’oncle.

– « Mais le gamin est très intelligent, comment pourrait-il faire une erreur? » Demanda la tante, perplexe.

L’oncle roula immédiatement des yeux et murmura rageusement: « Tu es vraiment stupide! S’il ne fait pas d’erreur, ne pouvons-nous pas l’encadrer à la place? Laissons agir Shen Cui, elle le séduira et criera au viol, nous l’attraperons sur le fait, fabriquerons une histoire et dirons qu’il était ivre lorsqu’il l’a attaquée. Ainsi nous pourrons l’expulser. »

– « Tu as vraiment trouvé un bon moyen, quel plan ingénieux! » La tante était ravie.

Les épaisses couleurs de la nuit couvraient le ciel, et les étoiles qui le recouvraient étaient pour la plupart recouvertes de nuages noirs flottants. Chacun des foyers du village s’illuminait peu à peu.

Gu Yue Fang Zheng fut introduit dans une pièce par la servante.

« Jeune Maître Fang Zheng, le Vénérable Maître m’a personnellement fait préparer cette chambre pour vous. » dit la matrone Shen d’un ton accueillant. Elle s’inclina, le visage flatteur.

Fang Zheng regarda autour de lui avec un regard brillant. Cette pièce était au moins deux fois plus grande que la précédente. Au milieu de la pièce se trouvait un lit spacieux; à côté de la fenêtre se trouvait un bureau en bois de rose avec un délicat ensemble d’encres et de papiers. Les murs étaient décorés avec des ornements exquis, et sous ses pieds, le sol n’était pas ordinaire, mais recouvert d’une couche de moquette douce faite à la main.

Depuis son enfance, Fang Zheng n’était jamais resté dans une chambre pareille. Il hocha immédiatement la tête et dit: « C’est très bien, ce n’est vraiment pas mal, merci Matrone Shen. »

La Matrone Shen était précieuse aux yeux de l’oncle et la tante; elle était en charge de tous les esclaves de la maison et était une gouvernante à la hauteur de sa réputation. Shen Cui qui servait Fang Yuan était sa fille.

La matrone Shen rit. « Jeune Maître, surtout mangez et dormez bien. Pour quoi que ce soit, secouez la cloche à côté de votre lit, quelqu’un vous assistera. Le Maître nous a déjà donné des instructions, alors ces quelques jours, s’il vous plaît, concentrez toute votre attention sur la cultivation, Jeune Maître. »

Fang Zheng sentit une vague de gratitude dans son cœur. Il ne dit rien, mais au fond de lui, il était décidé: « Cette fois, je dois être le numéro un et ne pas laisser tomber mon oncle et ma tante! »

Les nuages sombres dans le ciel devenaient plus lourds, et la nuit devenait plus sombre. Dans le ciel nocturne, la plupart des étoiles étaient couvertes par les nuages, laissant quelques-unes briller d’une faible lumière, clignotant dans le ciel.

« L’oncle et la tante doivent comploter sur la façon de m’expulser de la maison maintenant. Dans ma vie précédente ils ont secrètement incité les domestiques à me provoquer, m’ont encadré, puis ils m’ont expulsé de la famille, je me demande si il y’aura des changements dans cette vie. » Fang Yuan ricanait en marchant dans les rues.

Il avait depuis longtemps vu clairement les vraies couleurs de son oncle et de sa tante. Mais il pouvait aussi les comprendre.

Les hommes consacraient leur vie à poursuivre la richesse. Peu importe que ce soit sur Terre ou dans ce monde, il y aurait toujours beaucoup de gens qui seraient prêts à piétiner la parenté, l’amitié et l’amour pour leurs propres intérêts et bénéfices.

En fait, la parenté n’existait pas. Au départ, lorsque l’oncle et la tante prenaient Fang Yuan et Fang Zheng, leur seul but était de récupérer l’héritage. C’était juste pour que les deux frères leurs rapportent encore plus un beau jour.

« Tout est difficile au départ. Pour moi, c’est encore plus vrai. Premièrement, je n’ai pas un talent exceptionnel; Deuxièmement, je n’ai pas de professeur. Cela revient à bâtir une famille à partir de rien avec l’héritage de mes parents, cela peut être considéré comme un énorme avantage pour moi. Dans cette vie, je ne peux pas me permettre de faire la même erreur. »

Fang Yuan réfléchit en marchant.

Au lieu de rester à la maison, il tint les deux pots de vin et se dirigea vers la périphérie du village.

La nuit s’approfondit et les nuages sombres obscurcirent la lumière des étoiles, la brise de la montagne souffla de plus en plus fort.

La pluie montagneuse arrivait. Mais il devait encore chercher; pour obtenir l’héritage de ses parents, il devait attendre ses seize ans. Et le trésor du moine était la seule chose sur laquelle il pouvait mettre la main à court terme.

Il n’y avait pas beaucoup de monde dans les rues. Les maisons le long de la route étaient faiblement éclairées. Quelques petites ordures et feuilles furent emportées par le vent.

Les vêtements fins de Fang Yuan ne pouvaient pas arrêter le vent de la montagne, et il ne put s’empêcher de ressentir un froid glacial. Il ouvrit simplement le pot de vin et but une petite gorgée. Bien que ce soit du vin trouble, après l’avoir avalé, il sentit une sensation de chaleur s’élever.

C’était la première fois qu’il buvait du vin depuis quelques jours.

Plus il s’éloignait du village, plus les maisons à côté de la route diminuaient, et plus les lumières devenaient faibles. Devant lui, il faisait encore plus sombre. Le vent soufflait lourdement contre la forêt de montagne, les branches se balançant dans la nuit, faisant un sifflement qui ressemblait à un troupeau de bêtes rugissantes.

Le rythme de Fang Yuan ne ralentit pas. Il sortit de l’énorme entrée du village et se dirigea vers les ténèbres. Et derrière lui se trouvaient les lumières brillantes de dizaines de milliers de maisons. Dans ces lumières, il y avait un coin chaud.

Le jeune frère Fang Zheng était assis à son bureau, passant en revue les notes qu’il avait prises pendant les cours. Les lumières de la maison brillaient, et le mur solide bloquait les vents froids. À côté de sa main se trouvait une tasse de thé au ginseng chaud, la vapeur s’élevant de la tasse.

« Jeune Maître Fang Zheng, l’eau du bain chaud a été préparée pour vous. »

À l’extérieur de la porte, la voix de Shen Cui résonna doucement.

Le cœur de Fang Zheng trembla. « Amène-la alors, s’il te plaît. »

Shen Cui entra dans la pièce, la taille inclinée et l’air ravie.

« Votre servante salue le Jeune Maître. » Ses yeux envoyèrent des regards amoureux à Fang Zheng. Fang Yuan n’était qu’un talent de grade C, mais Fang Zheng était un talent de grade A! Pouvoir le toucher était vraiment la plus grande fortune!

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. PascalW
  • 🥈2. Maxime
  • 🥉 3. Cesar
🎗 Tipeurs récents
  • Maxime
  • Cesar
  • PascalW


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 8 – Les objets restent inchangés, mais les humains changent Menu Chapitre 10 – Une tempête peut surgir d’un ciel clair, raffiner un Gu est une tâche difficile