La Renaissance d’un Maitre Démoniaque | Reverend Insanity | 蛊真人
A+ a-
Chapitre 13 – La forêt de bambous sous la lune, une perle de neige 

Il y a environ 300 ans, un génie incroyable était apparu dans le Clan Gu Yue. Il était très talentueux et s’était entraîné au point d’être un Maître Gu de rang cinq à un jeune âge. Il avait même la possibilité d’aller plus loin. Il était célèbre dans la montagne Qing Mao, avait un brillant avenir et était le pinacle de l’espoir et de la responsabilité aux yeux du clan. 

Dans l’histoire du clan Gu Yue, tout le monde parlait énormément de lui – le quatrième chef de clan. 

Malheureusement, il s’était sacrifié pour protéger son peuple en combattant le puissant Maître Gu de rang cinq, le Moine Démoniaque de la Fleur de vigne. Même s’il avait vaincu le moine après une bataille féroce, il avait laissé le démon se mettre à genoux et implorer sa pitié. 

Finalement, il fut imprudent et fut touché par l’attaque sournoise du Moine. Le quatrième chef exécuta avec colère le Moine de la Fleur de vigne, mais à cause de ses propres blessures, il mourut prématurément. 

Le récit de cet incident tragique avait longtemps été relayé jusqu’à ce jour, et était devenu une histoire populaire au sein du clan Gu Yue. Cependant, Fang Yuan savait que cette histoire n’était pas crédible, car elle avait une très grande faille. 

Dans sa vie précédente, un mois plus tard, un Maître Gu ivre qui avait été rejeté par son amante était allongé à l’extérieur du village, tellement ivre que l’odeur débordante de l’alcool avait fini par attirer un ver de Liqueur. 

Le Maître Gu poursuivit le ver de Liqueur et trouva les restes du moine dans une grotte souterraine secrète, trouvant également l’héritage du moine. Ce Maître Gu se précipita rapidement vers le clan et leur parla de l’affaire, provoquant un énorme émoi. 

Au fur et à mesure que la tempête s’apaisait, il en profitait également: il avait obtenu le ver de Liqueur, son niveau de cultivation s’était élevé, la petite amie qui l’avait abandonné retourna à ses côtés et il devint le sujet de conversation du village pendant un moment. 

Lorsque les histoires sont transmises de génération en génération, il est normal de changer en cours de route. Mais dans les souvenirs de Fang Yuan, l’histoire du Maître Gu découvrant le trésor semblait assez authentique, mais il avait le sentiment que cette histoire cachait d’autres vérités. 

« Je n’en avais pas conscience au début, mais après ces quelques jours de recherche, j’ai l’impression qu’il y a quelque chose d’étrange. » La nuit devint sombre, et alors que Fang Yuan marchait dans la forêt de bambous qui grandissait autour du village, il passa en revue les indices qu’il avait dans la tête. 

« Si je me mets à sa place, en découvrant le trésor du moine, pourquoi ne prendrais-je pas tout cela pour moi? Pourquoi en informer le clan? Sans parler de l’honneur du clan, tout le monde a de la cupidité dans son cœur. Qu’est-ce qui ferait que le Maître Gu trahisse la cupidité dans son cœur et abandonne tout intérêt personnel et tout profit, pour rapporter cette découverte aux hauts gradés du clan? »

La vérité est toujours cachée dans le brouillard de l’histoire. Fang Yuan se creusa la tête mais ne put obtenir aucune réponse. Après tout, les indices qu’il avait étaient trop peu nombreux. Les deux seuls indices qu’il avait pouvaient être vrais ou faux, donc il ne pouvait pas être entièrement exploités. 

Fang Yuan ne put s’empêcher de penser à lui-même. « Quoi qu’il en soit, après avoir acheté ce pot de vin de bambou vert, il ne me reste que deux pierres primitives. Si je ne trouve pas le trésor, je vais avoir de sérieux problèmes.  Aujourd’hui, c’est comme le dernier pari, c’est tout ou rien! »

Cependant, il n’avait pas assez de pierres primitives pour raffiner un ver Gu. Alors pourquoi ne pas l’investir dans ce vin et augmenter ses chances de le trouver? 

La plupart des autres personnes joueraient probablement la sécurité et économiseraient les pierres. Mais dans le cas de Fang Yuan, il fallait être efficace. Il préférait prendre le risque et jouer. 

Voyez vous, les gens de la faction démoniaque adorait prendre des risques. 

La nuit s’était épaissie et la lune de printemps formait un arc dans le ciel. Les nuages obscurcissaient le clair de lune, comme s’ils recouvraient le croissant de lune d’une fine feuille de tule. 

Puisqu’il venait de finir de pleuvoir continuellement pendant trois jours et trois nuits, l’énergie trouble entre les montagnes avait été emportée, laissant la plus pure fraîcheur. Cet air frais était pur comme un morceau de papier blanc, et était plus efficace pour répandre l’arôme du vin. C’était la première raison pour laquelle Fang Yuan était plus confiant ce soir. 

Les sept derniers jours de recherches n’étaient pas sans intérêt. Au moins, cela prouvait que le Moine n’était pas mort dans ces endroits. C’était la deuxième raison de son assurance. 

Dans la forêt de bambous, l’herbe était luxuriante, les fleurs blanches à perte de vue. La forêt ressemblait à une touffe de tiges de jade. 

Fang Yuan ouvrit le sceau du pot, libérant un arôme de vin épais instantanément. Le vin de bambou vert pouvait être considéré comme le vin numéro un du village de Gu Yue. C’était la troisième raison de l’assurance de Fang Yuan ce soir-là. 

« Avec ces trois grandes raisons, si je veux réussir, ce doit être ce soir! » S’exclama intérieurement Fang Yuan alors qu’il inclinait lentement le pot de vin, versant un petit filet de vin, le laissant tomber sur une pierre. Si ces chasseurs avaient vu cela, ils seraient probablement devenus terriblement angoissés. Ce vin valait 2 pierres primitives complètes après tout… 

Mais Fang Yuan y était indifférent. 

L’arôme parfumé se répandit rapidement dans la nuit. La brise était douce, et un léger arôme flottait autour de la forêt de bambous. Fang Yuan se tenait à sa place, sentant l’arôme. Il attendit un moment, mais ne vit aucun mouvement. 

Tout ce qu’il entendait, c’était un rossignol qui chantait au loin, sonnant comme une cloche. Son regard était serein. Il ne fut pas surpris, et s’éloigna, marchant à quelques centaines de mètres de là. 

A chaque endroit, il fit de même, versant quelques gouttes de vin et attendant sur place. 

Il fit la même chose encore et encore, s’éloignant vers quelques autres endroits différents, en versant du vin plusieurs fois. Après tout, il ne restait qu’un peu de vin de bambou dans le pot. 

« C’est la dernière fois, »  soupira Fang Yuan. Il renversa complètement le pot de vin, le fond face au ciel. Tout le vin restant dans le pot s’écoula et se répandit sur l’herbe. Les fleurs sauvages, tachées de vin, se balancèrent légèrement. 

Fang Yuan se tenait là, avec la dernière lueur d’espoir, en regardant autour de lui. 

A ce moment, la nuit était déjà très profonde. Un nuage épais avait obscurci le clair de lune. Les ombres noires étaient comme un rideau, couvrant la bambouseraie. Elle était mortellement silencieuse, chaque brin de bambou se tenait seul, laissant une traînée de lignes dans les pupilles de Fang Yuan. 

Il se tint silencieusement à l’endroit, écoutant sa propre respiration. Puis il sentit le petit espoir qu’il portait dans sa poitrine se dissiper lentement, avant de disparaître dans le néant. 

« Finalement, c’est un nouvel échec. » Il marmonna intérieurement : « Aujourd’hui, j’avais trois grands avantages, mais j’ai encore échoué, sans même voir l’ombre du ver de Liqueur. Cela signifie qu’à l’avenir, le taux de réussite sera inférieur. Je ne peux plus prendre de risque. »

En prenant des risques, on était souvent insatisfaisant. Mais lorsque le résultat était idéal, le profit était impressionnant. Fang Yuan aimait prendre des risques, mais il n’était pas un accro au jeu, et il n’était pas déterminé à parier au point de tout perdre. Il avait ses propres limites, il était clair sur ses propres capacités. 

En ce moment, ses cinq cents ans d’expérience disaient qu’il était temps d’arrêter. 

Parfois, la vie était comme ça. Souvent, il y avait ce but qui semblait si parfait, rempli de tentation. Il semblait si proche, mais avec tant de rebondissements, le désir était constamment inassouvi et vous rendait agité, sans pouvoir cesser d’y penser, de jour comme de nuit. 

« C’est l’impuissance de la vie, mais c’est aussi le charme de la vie, » Fang Yuan rit amèrement, se tournant pour s’en aller. 

Ce fut à ce moment. 

Une rafale de vent soufflait, comme un bras doux, balayant légèrement les nuages dans le ciel nocturne. Les nuages s’envolèrent pour révéler la lune cachée. La lune en forme de croissant qui pendait dans le ciel était comme une lampe de jade blanche, déversant un clair de lune clair comme de l’eau sur la terre. La lumière de la lune se répandit sur la forêt de bambous, se déversa sur le rocher de la montagne, se baigna sur les rivières et les ruisseaux de la montagne, se déversant sur le corps de Fang Yuan. 

Ce dernier était habillé comme un villageois ordinaire ; Sous le doux toucher du clair de lune, son jeune visage devint plus rayonnant. L’obscurité semblait disparaître en un éclair, et un champ de fleurs enneigées prit sa place. Comme s’il était affecté par le clair de lune, le rossignol se remit à chanter, mais cette fois, il n’était pas seul. Dispersés parmi la bambouseraie, tous les oiseaux gazouillèrent à l’unisson. 

Dans le même temps, un type d’insecte qui habitait d’énormes montagnes, les grillons de la Pilule du Dragon qui étaient actifs au clair de lune, se mit à chanter un chant de vie. Il s’agissait de petits êtres qui ne sortaient que la nuit. Leurs corps émettaient une légère lumière rouge; à ce moment, ils sautèrent en masse, chacun de leurs corps étincelant avec l’éclat d’une agate rouge. 

À première vue, Fang Yuan pensait que ces grillons étaient comme des jets d’eau cramoisis qui atterrissaient sur l’herbe verte et les fleurs sauvages, se balançant sous le clair de lune dans le bosquet de bambous. 

La forêt de bambous était comme un étang conscient, sous le clair de lune, les couleurs de jade vert du bambou de la lance étincelaient dans l’éclat d’une lumière et d’un jade lisse. La vue enchanteresse des arbres denses et des fleurs lumineuses au printemps. Dame Nature montrait à Fang Yuan son immense beauté à cet instant. 

Fang Yuan s’arrêta inconsciemment sur ses pas, comme s’il était dans un pays céleste. Il était déjà sur le point de partir, mais à ce moment, il regarda inconsciemment autour de lui. 

La touffe de fleurs sauvages et d’herbe sur laquelle il avait versé les dernières traces de vin tremblait doucement dans le vent. Fang Yuan rit de lui-même et reprit sa ligne de mire. 

Cependant. 

De façon inattendue, au moment de se détourner, il vit un point de neige. 

Cette perle de neige était collée à une tige de bambou non loin de là. Sous le clair de lune, c’était comme une perle ronde suspendue. 

Les deux pupilles de Fang Yuan se dilatèrent et son corps trembla légèrement. Son cœur se mit à battre et commença à battre plus vite à chaque seconde. 

C’était le ver de Liqueur! 



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 12 – Le vin de bambou vert est parfumé, le Maître Gu fait étalage de son pouvoir  Menu Chapitre 14 – Dans le creux de la montagne se cache une théorie profonde