Il Est à Moi Aucune Objection Autorisée |He’s Mine No Objections Allowed|他是我的不接受反驳
A+ a-
Chapitre 27 – Elle est juste un peu excitée

— … J’ai peur.

Puisqu’elle avait été prise sur le fait, et qu’elle devait jouer toute la scène, Su Yi décida de frapper la première pour prendre l’initiative.

— Ton bras est trop dur.

Lorsqu’elle l’avait frappé, cela avait fait tellement mal que Su Yi ne put s’empêcher de laisser échapper un cri étouffé ; le couple devant se retourna immédiatement pour regarder.

— Je suis désolé, dit Chu Ying, elle est juste un peu excitée.

Su Yi rougit jusqu’au bout des oreilles.

Une fois le film terminé, en sortant du cinéma, Su Yi attrapa la porte du siège passager et demanda :

— Je peux conduire ?

Chu Ying passa devant elle et l’installa sur le siège passager.

Cette fois, ils n’entrèrent pas dans le parking, mais s’arrêtèrent à l’entrée principale.

Su Yi resta assise et demanda :

— Quand retournes-tu à Pékin ?

— Dans un moment, dit Chu Ying. C’est quand, ton jour de congé ?

Su Yi sortit son téléphone pour vérifier, puis tourna son visage et dit honnêtement :

— Ce samedi et mercredi prochain, je peux prendre des jours de congé normalement aussi.

Si Li Min entendait cela, elle mourrait probablement de colère.

Chu Ying hocha la tête.

— Je viendrai te chercher samedi.

— D’accord.

Su Yi accepta avec un sourire, ne demandant pas où ils iraient tandis qu’elle se retournait pour descendre de la voiture. Elle venait de poser sa main sur la poignée lorsqu’elle s’arrêta, avala un peu de salive et se retourna pour ajouter :

— … Tu ne m’embrasses pas pour me dire au revoir ?

Toc, toc, toc !

L’agent de sécurité frappa à la fenêtre. À travers la vitre, sa voix était un peu effacée lorsqu’il dit :

— Monsieur, vous ne pouvez pas stationner ici trop longtemps.

Su Yi, inconsciemment, s’était tournée pour regarder par la fenêtre, quand la personne à côté d’elle attrapa son visage et planta un léger baiser sur ses lèvres.

Ce n’est que lorsque la voiture s’éloigna que Su Yi revint à elle et rentra à l’hôtel en se couvrant les lèvres.

Elle avait à peine fait quelques pas qu’elle vit une personne familière dans le hall de l’hôtel : l’homme qui avait insisté pour faire la une avec elle pendant presque un mois, comment ne pouvait-elle pas le trouver familier ?

Liang Bo l’attendait manifestement. Quand il la vit, il commença à marcher vers elle.

— Su Yi, nous devons parler.

La voix de Liang Bo était troublée, clairement agacée mais n’osant pas le lui montrer.

Su Yi s’arrêta et se retourna en souriant.

— Bien sûr.

Liang Bo avait pensé qu’elle allait le rejeter et s’arrêta une seconde. Il y a quelque temps, son studio avait passé du temps à diffuser des informations sur lui et Su Yi, et avait même contacté de nombreux blogs professionnels. Mais ces derniers jours, quelques-uns des plus grands avaient été poursuivis en justice et étaient venus les trouver pour leur demander la raison. Ils avaient même menacé d’envoyer les discussions et les enregistrements vocaux s’ils ne réglaient pas cela correctement.

Le scénario précédent était facile à gérer, le plus qu’ils avaient à faire était d’expliquer ce qui s’était passé et de laisser croire que c’était terminé. Mais maintenant que les comptes professionnels voulaient les mordre à leur tour, s’ils ne réglaient pas cette affaire, il serait dans de beaux draps.

— Allons parler dans ton appartement, c’est un peu compliqué.

Il était sur le point d’aller vers l’ascenseur quand il finit de parler.

— Pas besoin.

Su Yi ne bougea pas, restant là :

— Si tu as quelque chose à dire, dis-le ici.

Liang Bo serra les dents. Son tempérament n’était pas le meilleur, c’était grâce à l’entreprise qui soignait son image qu’il avait réussi à devenir célèbre. Lorsqu’il était arrivé, son agent n’avait cessé de lui rappeler de garder son sang-froid et de discuter correctement avec Su Yi.

— D’accord, dit-il. Je ne vais pas tourner autour du pot, dis-moi, comment considérerais-tu une fin à tout cela ?

Su Yi fit semblant d’être confuse.

— Quoi ?

— … D’essayer d’attirer l’attention, dit Liang Bo.

— Oh, ce n’est pas quelque chose que tu devrais venir me demander, dit-elle en haussant un sourcil. Tu n’avais pas fait en sorte que cela arrive ? Créer la nouvelle, faire en sorte que des gens en fassent une grande nouvelle, tu t’es infligé ça tout seul.

— Tu… dit Liang Bo en fronçant les sourcils. Dis-moi juste ce que tu veux, de l’argent ou des ressources ? Bien que, mes ressources ne seraient pas aussi bonnes que celles de ton petit ami.

Quand il arriva à la fin, il y avait un peu de ridicule dans son ton.

Si cela avait été quelqu’un d’autre, il n’aurait pas été aussi inquiet, mais l’autre en question était la Chu Corporation. Il n’avait aucune idée de la façon dont Su Yi avait pu gravir un tel échelon.

— Je suis désolée, ricana Su Yi, je n’ai besoin ni de l’un ni de l’autre. Je n’ai jamais participé à cette histoire, il est inutile de venir me consulter.

— Me rabaisser, qu’est-ce que ça t’apporte de bon ? Dit Liang Bo.

— Arrête, je n’ai rien à faire avec toi, pas la moindre relation de rien du tout. Si un jour tu tombes à l’eau, je ne prendrai pas la responsabilité.

Su Yi n’avait aucune envie de continuer à parler avec lui et se prépara à partir.

Elle ne s’attendait pas à ce qu’il lui prenne soudainement et brutalement le bras.

Des paparazzi suivaient Su Yi tout autour, il ne pouvait pas agir de manière irréfléchie. Il se contenta de ricaner.

— Je suis venu te trouver parce que j’avais l’intention de te donner l’occasion de ne pas perdre la face, de te donner une porte de sortie… Tu crois que je ne peux rien faire d’autre ? Une fois que tout cela sera révélé, tout ce que je risque de perdre, ce sont quelques fans, peut-être que je devrais donner un peu d’argent, mais tu devrais le savoir : dans cette industrie, il est trop facile de ternir la réputation d’une femme. Surtout une femme comme toi, issue d’une famille pauvre, qui a réussi à se hisser au second rôle féminin d’une énorme production pour ta première série…

Paf !

Une gifle retentit dans le hall.

Même les réceptionnistes qui aidaient encore les clients à s’enregistrer et le reste du personnel furent attirés par le son.

Le visage de Liang Bo était toujours baissé, ses joues brûlantes et son expression surprise, comme s’il n’avait pas encore réagi.

En un instant, il leva son visage à nouveau, élevant sa voix de quelques degrés.

— Tu oses me frapper ?!

En terminant de parler, il leva la main, prêt à rendre le coup.

Paf !

Une autre gifle.

Cette fois, les deux côtés de son visage étaient d’un rouge assorti. Liang Bo était complètement abruti par la claque.

Il ne s’attendait pas à ce que Su Yi se mette soudainement en colère, et encore moins à ce qu’elle ose le frapper une seconde fois.

Su Yi ne s’était pas retenue les deux fois, utilisant toute la force de son corps. Sa main lui faisait encore mal après l’avoir frappé.

Liang Bo revint à lui et leva ses poings en l’air.

— Toi…

Son poing n’était pas encore descendu que ses bras furent attrapés par une personne derrière lui. Ses épaules furent immédiatement tordues, et il fut forcé de se retourner, mais avant qu’il ne puisse voir clairement la personne, il fut jeté au sol. Il ne s’en était pas encore remis lorsqu’il reçut un coup de genou dans le dos, le blessant suffisamment pour qu’il hurle de douleur.

Su Yi regarda la personne en face et s’arrêta.

— Pourquoi es-tu revenu ?

Dès qu’elle eut fini de parler, elle comprit, car l’homme qui réprimait Liang Bo portait un petit sac en bandoulière blanc, un sac qui détonnait horriblement avec son image, mais qui, d’une certaine façon, le rendait mignon d’une manière amusante.

Chu Ying ne lâcha pas ses mains.

— Tu avais laissé ton sac dans la voiture.

Bientôt, l’agent de sécurité arriva. Chu Ying se leva, Liang Bo hurlant toujours sur le sol.

L’agent de sécurité avait trouvé Su Yi très familière tout à l’heure, mais maintenant qu’il voyait Liang Bo, il comprenait ce qui se passait. Il aida Liang Bo à se relever, demandant à voix basse :

— Vous allez bien, avez-vous besoin que j’appelle la police pour vous ?

Liang Bo était furieux. Sans ajouter quoi que ce soit, il essaya de frapper le visage de Chu Ying, mais fut intercepté par son agent qui s’était précipité.

Bien qu’il ait levé les mains trois fois, Liang Bo n’avait pas réussi à frapper quoi que ce soit. Il était impossible d’imaginer à quel point il était bouleversé.

L’agent souriait en s’excusant.

— Excusez-nous Directeur Chu, il vient de boire de l’alcool et est un peu ivre, pardonnez-nous ! Je l’emmène de ce pas !

Liang Bo avait été pris en de nombreuses photos difficiles à faire. Il avait tous les muscles qu’un homme pourrait vouloir, mais il les avait tous obtenus en s’entraînant avec des entraîneurs de fitness avant chaque photoshoot pour être le plus beau possible. Tant qu’il ne s’entraînait pas, il ne fallait jamais attendre longtemps avant qu’ils ne disparaissent, et dans l’ensemble, ils étaient à peu près du même niveau que de jolis oreillers brodés. Un type énorme comme lui venait d’être traîné par l’agent qui parlait encore.

Chu Ying se retourna, retira le sac et l’accrocha à Su Yi.

Su Yi revint à elle et, essayant de réprimer son rire, demanda :

— Pourquoi est-ce que tu le portais sur toi ?

— Ce n’est pas pratique de le tenir.

Quand on frappe quelqu’un.

Su Yi rit de nouveau, son rire éclatant, avec une douceur typiquement féminine.

Elle était toujours comme ça. Elle finissait de réprimander quelqu’un en ayant l’air menaçant, puis se retournait et lui souriait comme une petite fille avec son premier béguin.

Ces deux aspects d’elle étaient séduisants.

Chu Ying se dirigea vers l’avant et appuya sur le bouton de l’ascenseur.

Su Yi cessa de sourire et demanda :

— Où as-tu garé ta voiture ?

Cela rappela à Chu Ying qu’il était descendu de la voiture trop précipitamment. Elle était toujours garée à l’entrée de l’hôtel.

Il se retourna. Comme prévu, les agents de sécurité cherchaient frénétiquement le propriétaire de la voiture.

— D’accord, toi, rentre, dit Su Yi. Je peux monter toute seule.

Lorsqu’elle eut terminé de parler, elle entra dans l’ascenseur et lui fit signe. Lorsque les portes se refermèrent, elle s’empressa d’ajouter :

— N’oublie pas de venir me chercher ce week-end !

— D’accord, répondit Chu Ying.

En sortant de l’ascenseur, Su Yi ouvrit son téléphone, il était presque midi et il n’y avait aucune notification.

Elle prit un moment, et au lieu d’aller dans sa chambre, elle alla chez Wu Xue.

Avant même qu’elle ait appuyé sur la sonnette, la porte s’ouvrit. Wu Xue était toujours habillée comme il y a quelques instants. Tenant un paquet de cigarettes et un briquet, elle s’arrêta en voyant Su Yi.

— Qu’est-ce qu’il y a ?

— C’est moi qui devrait te le demander, dit Su Yi en regardant le paquet dans sa main.

L’équipe de production n’avait prévu un hébergement que pour les acteurs, le personnel qu’ils avaient emmené devait se débrouiller seul. Wu Xue et An Xuan partageaient une chambre double.

Elle ferma doucement la porte, la laissant légèrement entrouverte.

— An Xuan dort, allons parler près de la fenêtre.

La chambre de Wu Xue était au bout du couloir, juste à côté de la fenêtre.

Elle alluma une cigarette, prit une longue bouffée et en souffla des cercles par la fenêtre.

— Tu t’es amusée ?

— Oui, plutôt, dit Su Yi. Parle-moi, qu’est-ce qu’il y a ? D’habitude, s’il est plus de dix heures, tu voudrais te précipiter dans les rues pour me ramener chez moi.

— N’est-ce pas parce que j’ai peur de ruiner les chances de mariage de quelqu’un d’autre ? Rit Wu Xue. Si même le Directeur Chu s’en fiche, pourquoi aurais-je peur ? Même s’il y avait des photos prises, ce ne serait pas notre problème.

Wu Xue avait esquivé les parties importantes et voyant qu’elle ne voulait pas en dire plus, Su Yi ne demanda pas.

Elle tendit la main et tapota la tête de Wu Xue.

— Ma petite Xue Xue, s’il y a quelque chose que tu dois me dire, je te soutiendrai.

Wu Xue était amusée.

— Laisse tomber, ce n’est pas plutôt moi qui assure tes arrières d’habitude ? Toutes ces fois dans le passé où tu n’es pas venue et les fois où tu as fait ce que tu voulais, j’ai dû m’excuser une tonne de fois pour apaiser l’agence. C’est bien que tu ailles bien, maintenant l’agence n’ose plus arranger les choses pour toi comme elle le veut.

Su Yi la serra dans ses bras, un peu étouffée par la fumée.

— Oui, oui, oui, tu es ma déesse, mon Bouddha, la sauveuse de mon monde ; je te vénérerais plutôt que Bouddha !

— Stop, stop, stop, la gronda Wu Xue. Tu ne peux pas dire quelque chose de mieux, je suis encore en vie, pourquoi me prierais-tu ?

Les deux bavardèrent un peu plus pendant que Wu Xue finissait sa cigarette. Après l’avoir éteinte et jetée dans la poubelle sur le côté, elle demanda nonchalamment :

— Tu n’as pas causé d’ennuis tout à l’heure quand tu es sortie, n’est-ce pas ?

Su Yi, coupable, secoua la tête.

— Non, on est juste allés regarder un film.

Wu Xue hocha la tête et la repoussa.

— Retourne dans ta chambre, tu tournes demain et il est déjà tard. Ne bois pas trop d’eau la nuit, sinon ton visage sera gonflé au matin.

Su Yi accepta et s’empressa de retourner dans sa chambre.

Le lendemain matin, Su Yi se maquillait sur le plateau lorsque son téléphone lui signala deux gros titres sur Weibo.

[Sans coeur ! Su Yi a giflé Liang Bo violemment !]

[Infos choquantes ! Liang Bo rend visite à Su Yi la nuit et est battu par un homme mystérieux !]



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 26 – T’es vraiment un cas, toi Menu Chapitre 28 – J’ai réservé une chambre d’hôtel