Il Est à Moi Aucune Objection Autorisée |He’s Mine No Objections Allowed|他是我的不接受反驳
A+ a-
Chapitre 28 – J’ai réservé une chambre d’hôtel

Wu Xue était juste à côté d’elle, lisant les deux nouvelles avec elle.

Lorsqu’elle avait vu le titre, Su Yi avait déjà réfléchi à la manière de le retourner lorsqu’elle y répondrait, mais elle ne s’attendait pas à ce que le contenu du post soit totalement différent du titre.

La photo jointe était celle prise par le paparazzi à l’hôtel la nuit précédente, ce qui rendait très claire la façon dont Su Yi l’avait giflé.

Puis l’article commençait à compter soigneusement les scripts que l’équipe de Liang Bo avait envoyés aux blogs commerciaux, et avait même ajouté les discussions entre deux desdits blogs commerciaux et l’équipe de Liang Bo. Il y avait même un certain patron portant le nom de Liu qui avait avoué que cette nuit-là, quand il était allé trouver Su Yi, c’était pour une fête privée, et qu’ils avaient été photographiés uniquement parce qu’ils étaient descendus ivres. Pour résumer, tout l’article était centré sur “Liang Bo est allé voir les blogs commerciaux à la recherche d’un moyen d’attirer l’attention” et à la fin, le journaliste avait même passé un tiers de l’article à faire l’éloge de Su Yi du haut de sa tête jusqu’au bout de ses orteils, ajoutant même une mention sur “l’homme mystérieux de la nuit dernière soupçonné d’être le nouveau patron de la Chu Corporation”.

Su Yi était confuse.

— Fais défiler la section des commentaires ci-dessous, lui ordonna Wu Xue derrière.

[Groupe de fans de Liang Bo de la province XX : Impossible, médias de pacotille, journalopes !]

[Hahaha est-ce que la personne au-dessus s’est joyeusement précipitée sur l’article et a fini par devoir partir en boitant et en s’appuyant sur le mur ?]

[Fans de Yi précisant qu’ils sont entrés avec des couteaux et qu’après avoir aidé l’affiche à nettoyer son image, sont repartis].

[Est-ce étrange que je sois plus intéressé par ce nouveau patron de la Chu Corporation ? Il a l’air de savoir se battre.]

Cela avait recueilli presque une centaine de réponses, discutant de Chu Ying. Quelques-unes parlaient de sa taille, d’autres de sa corpulence, et d’autres encore attendaient que Baidu Baike les aide à trouver les photos de Chu Ying. [ Note du traducteur : Baidu Baike est une encyclopédie en ligne chinoise. ]

Su Yi cliqua sur la zone ‘Répondre’.

— Il a déjà…

Elle venait de saisir la moitié de la phrase lorsque son téléphone lui fut arraché des mains par la personne derrière elle.

— Confisqué, dit Wu Xue, dépêche-toi de te maquiller.

Su Yi fit la moue.

— Et si je ne le publiais pas, tu me rendrais ce téléphone pour que je puisse rebloguer et demander à Liang Bo s’il est vraiment si heureux de ce qu’il a fait hier soir ?

— Pourquoi ne m’as-tu pas parlé d’un événement aussi important hier ? Demanda Wu Xue.

— Comment aurais-je pu te le dire ?

Su Yi se pencha vers le miroir, frottant l’excès de rouge à lèvres.

— …Te dire que j’ai giflé Liang Bo deux fois ? J’avais peur que tu me jettes par la fenêtre.

— Pas exactement.

Wu Xue prit le téléphone et fit défiler la liste des sujets d’actualité, en ajoutant :

— Liang Bo est vraiment fini pour cette fois. Peu importe la Chu Corporation, ses concurrents n’arrêtent pas de publier des articles en ce moment. Jusqu’à présent, ils ont révélé que lorsqu’il avait organisé les fêtes, il avait invité sept célébrités féminines.

Su Yi était de bonne humeur et ferma les yeux, permettant à la maquilleuse de poser le fond de teint.

La première scène n’était pas la sienne. Après avoir fini de se maquiller, et avoir rassuré sans cesse Wu Xue sur le fait de ne pas répondre impulsivement en ligne, elle quitta la salle de maquillage avec son téléphone.

Les salles de maquillage avaient été attribuées en fonction de l’importance des acteurs. Dans toute l’équipe, il n’y avait que trois salles de maquillage privées, une pour chacun des acteurs principaux et la dernière pour Su Yi. Elle venait de quitter la salle lorsqu’elle vit Wu Ke revenir dans la sienne, le visage malheureux.

Quand il la vit, Wu Ke sourit et l’appela de manière amicale.

— Ma petite Su Yi, ta silhouette, plus je la vois, plus je la trouve magnifique.

Il y avait une raison pour laquelle Wu Ke pouvait coucher avec autant de célébrités féminines. C’était vraiment un dragueur, et à chaque fois qu’ils se rencontraient, il ne manquait jamais de faire des éloges sur elle.

Su Yi sourit.

— Merci, vous avez fini de filmer ?

— Pas encore, dit Wu Ke. On a dû couper quelques fois, la directrice Li est contrariée en ce moment et m’a demandé de revenir pour refaire mon maquillage.

Li Min était connue pour son tempérament. La première fois que Su Yi avait joué pour elle, elle avait été réprimandée jusqu’à ce qu’elle retourne dans son lit et pleure dans son oreiller à plusieurs reprises, alors elle n’était pas du tout surprise. Comme prévu, elle avait à peine fait quelques pas qu’elle entendit faiblement la voix de Li Min.

— Cette expression que tu avais tout à l’heure, c’est vraiment dommage que tu sois venue ici, tu devrais aller dans le tournage d’à côté et jouer une petite fée, dit Li Min les mains sur les hanches. Je veux que tu sois douce à l’extérieur et dure à l’intérieur, je n’ai pas demandé une jolie fleur blanche qui s’envole avec le vent !

Les yeux de Cheng Anan étaient remplis de larmes. Elle hocha la tête en disant doucement :

— Compris, Directrice.

— Dis-moi, combien de plans cela fait-il ? Combien d’heures de travail ont été gaspillées par toi ? Et ces quelques fois où tu n’as pas pu te souvenir de tes répliques…. C’est juste quelques lignes, tu ne peux même pas les mémoriser correctement ?

Su Yi était sur le point de s’avancer lorsqu’elle entendit un petit marmonnement sur le côté.

— C’est pratique de venir du milieu, elle n’a même pas besoin de compétences pour être le premier rôle féminin.

Tu Jinglan était assise à côté, les mains serrant sa taille, un sourire moqueur sur les lèvres.

Su Yi lui jeta un rapide coup d’œil et se prépara à partir, mais ne s’attendait pas à ce que l’autre l’interpelle à la place.

— Yi-jie !

Tu Jinglan se leva et prit soudainement les mains de Su Yi.

— Je suis désolée.

Su Yi retira ses mains sans un bruit.

— Quoi ?

— En fait, c’est moi qui ai partagé l’adresse de l’hôtel avec Liang Bo, dit-elle. Je ne savais vraiment pas que votre relation était ainsi.

— Je n’ai aucune relation avec lui.

Su Yi trouva ça hilarant, et était trop paresseuse pour en dire plus :

— Très bien, excuses acceptées.

Quand elle eut terminé, elle ignora le regard de Tu Jinglan et sortit directement.

Li Min devait avoir finalement évacué toute sa colère et soupira.

— Est-ce qu’on peut faire ça correctement ? Si on peut, faisons-le une fois de plus, sinon tu peux retourner regarder le script à nouveau, je prendrai la scène suivante en premier.

Su Yi s’avança silencieusement devant la caméra et demanda à l’équipe une nouvelle prise.

Elle était à peine lancée que Li Min la vit et lui fit un signe de la main.

— Peu importe, ta scène sera repoussée à l’après-midi, va travailler sur tes émotions. Ou tu peux aller demander à Su Yi de t’expliquer la scène, je suis occupée pour l’instant, je dois me préparer pour la prochaine scène.

Su Yi fit une pause.

— Moi ?

Cheng Anan se montra obéissante et vint piteusement avec le script à la main.

— Yi-jie, tu es libre ?

— Je suis libre, mais je ne suis pas si douée, dit Su Yi. Je n’ai même jamais joué de rôle principal féminin, comment suis-je censée te l’expliquer ?

— Il n’y a pas de différence, tu changes de personnage et tu ne peux plus jouer ? Dit Li Min en se retournant pour chercher l’équipe de direction artistique lorsqu’elle eut fini de parler.

En regardant Cheng Anan, qui se tenait devant elle, Su Yi était un peu incertaine.

— Anan, je ne serai vraiment pas capable de discuter de ça.

Elle n’avait jamais vraiment expliqué une scène à quelqu’un auparavant.

— Ce n’est pas grave.

Cheng Anan renifla, s’assit à côté d’elle et demanda soudain :

— Yi-jie, pourquoi jouez-vous toujours le rôle du second rôle féminin vicieux ?

— Il n’y a pas de pourquoi, dit Su Yi. Le premier personnage que j’ai joué dans ma première série était de ce genre, et ceux qui sont venus me chercher par la suite voulaient aussi une actrice pour ce genre de rôle.

— Vous ne voulez pas essayer autre chose ? Demanda Cheng Anan.

En fait, Su Yi n’avait pas vraiment l’intention de jouer un rôle principal féminin. Elle dit :

— Il n’est pas question d’envie ou pas, ça dépend du scénario… En quoi est-ce que ce serait à moi de jouer ce que je veux ?

— Écoutez-la dire n’importe quoi, dit Li Min qui revint un peu plus tard. Par le passé, j’avais un super script, je ne dirai pas lequel. Bref, par le passé, je voulais qu’elle joue ce personnage, mais elle a refusé catégoriquement. La vedette féminine de cette série a remporté plusieurs prix l’année dernière et est assez célèbre maintenant.

Su Yi ne s’expliqua pas et sourit :

— Alors si vous avez de bons scénarios cette année, venez me trouver, je les prendrai sans hésiter.

Au moment où elle finit de parler, son téléphone sonna, tranchant dans le décor silencieux.

Elle regarda l’appel entrant. C’était un numéro inconnu, mais la région d’où il appelait était une région qu’elle connaissait.

Elle mit son téléphone en mode silencieux, fixa l’écran pendant un moment, puis se leva lentement.

— Je dois aller prendre un appel.

Le vent dans le couloir était fort. Ses cheveux étaient attachés, si bien que seule l’extrémité de son Qipao était doucement soulevée par le vent.

Elle s’appuya contre la balustrade, une main serrant sa taille pendant qu’elle décrochait.

— Qu’est-ce qu’il y a ?

— Petite sœur, tu sors avec quelqu’un ?

La femme à l’autre bout avait une voix forte.

— Pourquoi est-ce que tu viens me chercher ? Se répéta Su Yi.

— Je ne suis pas en train de te le demander maintenant ? Dit la femme. Tu sors avec quelqu’un ? C’est une grande célébrité ou un patron…

Su Yi roula des yeux et se prépara à raccrocher.

— Quand tu reviendras, moi, ta chère sœur, vais t’aider à l’admirer, gloussa la femme. De plus, le petit Bao veut te voir ces jours-ci, il demande quand tu reviendras le voir.

Le doigt de Su Yi, qui était prêt à appuyer sur le bouton rouge pour raccrocher, s’arrêta.

— Où est le petit Bao ?

— Il est à côté de moi, hé ! Je t’ai dit de ne pas toucher à ça ! C’est cher !

La femme cria, puis il y eut le son d’une lourde claque.

— Su Qin ! Fit Su Yi en élevant la voix.

Elle pouvait entendre de faibles sanglots.

Su Qin revint alors, continuant :

— Si un enfant est désobéissant, il mérite d’être battu ; quel âge il a déjà, encore à ajouter un fardeau à la vie de tout le monde ? De plus, je m’occupe de mon propre fils, tu peux arrêter d’interférer !

— D’accord ! Dit Su Yi tellement en colère qu’elle se mit à rire. Alors tu peux t’en occuper toi-même, ne me demande plus de t’envoyer de l’argent.

Au moment où Su Qin entendit ça, elle mit immédiatement le téléphone à l’oreille de la personne à côté d’elle.

— Arrête de pleurer, c’est ta tante au téléphone, dépêche-toi de répondre.

Le petit Bao poussa quelques sanglots saccadés.

— Yi Yi, tu es, tu es occupée, occupée ou pas ré… récemment ?

Le cœur de Su Yi s’adoucit, et sa voix devint douce.

— Pas occupée, est-ce que tu es occupé, toi ?

— Je suis, je suis un peu occupé, dit-il d’un ton hésitant. L’é… L’école a, des devoirs.

— Alors tu devrais étudier dur, je reviendrai quand j’aurai le temps.

Su Yi réfléchit et demanda :

— Y a-t-il quelqu’un à l’école qui t’embête ?

Il y eut un long silence avant qu’une voix incertaine ne sorte :

— Non, non…

Ils avaient à peine prononcé quelques phrases que le téléphone fut arraché par Su Qin.

— Tu as fini, dit Su Qin, je t’appelle juste pour te dire que je n’ai pas eu de chance au Mahjong récemment, j’ai accidentellement perdu tous les frais de scolarité de Bao pour le prochain semestre, envoie de l’argent.

— Cinquante mille, ça faisait combien de temps, tu as tout dépensé ?! S’écria Su Yi en se levant.

— J’ai eu une mauvaise série, dépêche-toi d’envoyer l’argent, ce seront bientôt les vacances, l’école veut collecter les frais de scolarité avant le début des vacances, dit Su Qin. Tu as fini, je vais aller faire à manger, la prochaine fois quand tu reviendras tu pourras lui parler, les factures de téléphone sont assez étrangement chères.

Après avoir raccroché, Su Yi soufflait de colère, sa poitrine se soulevant et s’abaissant rapidement.

À ce moment précis, elle avait vraiment envie de retourner à la salle de maquillage et d’arracher la cigarette de Wu Xue pour en fumer quelques-unes.

Le petit Bao était son neveu. Quand Su Qin était enceinte de lui, elle ne faisait pas attention à ce qu’elle mangeait, ce qui a fait qu’il est né avec un QI inférieur à celui des gens normaux et un bégaiement. Il avait dix ans cette année, et alors que les autres étaient en quatrième année d’école primaire, il venait juste d’entrer en première année.

Ce petit idiot, qui avait serré fort sa jambe quand Su Yi avait eu des ennuis, essayant de ne pas laisser les gens l’entraîner. À la fin, il avait reçu un coup de pied de sa mère de sang et avait fini par rouler en bas de la colline.

En pensant au son de cette gifle, elle eut l’impression que quelque chose était coincé dans son cœur.

Après un moment, elle envoya un message à Wu Xue, lui demandant de transférer vingt mille dollars supplémentaires à Su Qin. Après avoir envoyé ce message, elle hésita un moment avant de passer un appel.

Le destinataire décrocha rapidement.

— Hmm ?

Sa voix était étouffée.

— Chu Ying.

Chu Ying posa son stylo.

— Qu’est-ce qu’il y a ?

— Rien.

Pour une raison qui lui échappait, le simple fait d’entendre sa voix la rendait plus calme.

— Occupé ?

— Pas occupé.

Chu Ying leva les yeux au ciel. Son assistant comprit l’allusion et se retourna, quittant le bureau et fermant silencieusement la porte derrière lui.

Su Yi laissa échapper un faible ” euh “.

Il y eut un silence à l’autre bout de la ligne.

— Prends un congé vendredi.

Su Yi marqua une pause.

— Hein ?

Chu Ying regarda la progression du jeu sur l’écran et dit :

— J’ai réservé une chambre d’hôtel, allons-y plus tôt.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 27 – Elle est juste un peu excitée Menu Chapitre 29 – Stimulation