Il Est à Moi Aucune Objection Autorisée |He’s Mine No Objections Allowed|他是我的不接受反驳
A+ a-
Chapitre 23 – Difficile de résister

— Ce journaliste…

Su Yi plissa les lèvres.

— …Puis-je vous demander d’examiner votre question de plus près la prochaine fois, j’ai toujours été très claire sur le fait que j’aime quelqu’un qui n’est pas dans l’industrie. Très bien, fermons ce sujet, ensuite je ne répondrai qu’aux questions concernant le tournage de la série.

Cependant, le journaliste refusa d’abandonner.

— Si vous ne dites pas de qui il s’agit, comment pourrai-je croire que vous ne cherchez pas seulement à attirer l’attention ?

Cette fois, le sourire de Su Yi n’était plus amical. Ignorant la Wu Xue qui tirait sur sa chemise, elle dit :

— Pourquoi voudrais-je que vous me croyiez ?

La journaliste eut l’air un peu gênée et reformula :

— Je veux dire vos fans.

— Quand êtes-vous devenu un représentant de mes fans ? Ricana Su Yi. Mes fans me croient, vous n’avez pas besoin de vous inquiéter.

Les autres journalistes étaient tous aussi silencieux que des tombes, leurs enregistreurs tenus plus haut que leurs visages.

Après l’interview, Wu Xue tenta d’aller réparer les erreurs. Son artiste avait les yeux fermés, se maquillant en disant lentement :

— Ne t’occupe pas d’eux, si tu as le temps, réfléchit à ce qu’on va manger pour le dîner.

Normalement, Wu Xue était plutôt stricte sur son régime alimentaire. Mais c’était différent lorsqu’elle tournait ; peu importe ce qu’elle mangeait, elle perdait toujours quelques kilos à la fin du tournage. Elle avait vraiment une physiologie particulière.

Wu Xue jeta son téléphone au loin.

— Tu t’enhardis vraiment hm, tu as pris l’habitude de clasher les journalistes ?

— Tu ne l’as pas reconnu ? Dit Su Yi. Celui-là, c’est le type qui a flouté ma photo et dit que je m’étais exposée à lui.

— Il y avait tellement de médias à l’époque, comment aurais-je pu le reconnaître ? Demanda Wu Xue. En fait, comment tu as su que c’était lui ?

— J’ai évidemment vérifié, se moqua Su Yi.

… Elle était vraiment à fond dans la vengeance.

La maquilleuse l’aidait à mettre l’eyeliner quand son téléphone sonna. Elle lutta pour ouvrir une paupière et jeta un coup d’œil à l’écran d’accueil du téléphone, puis attrapa précipitamment la main de la maquilleuse.

— Jolie dame, puis-je écrire une réponse avant de continuer le maquillage ?

Comme c’était loin et que le voyage et l’hébergement nécessitaient de l’argent, Su Yi n’avait pas emmené son maquilleur personnel. La société de production lui avait trouvé une maquilleuse de longue date ; lorsque Su Yi était venue à Shanghai pour son travail, elle l’avait aussi aidée à se maquiller.

La maquilleuse sourit et haussa les épaules.

— Comme vous voulez.

Su Yi était sur le point de tendre la main vers son téléphone, mais An Xuan agit plus rapidement qu’elle, mettant le téléphone dans sa main en premier.

La veille, elle avait discuté avec Chu Ying jusqu’à minuit. Maintenant qu’elle y pensait, ils n’avaient pas parlé de grand-chose, tout ce qu’elle avait fait, c’était lui poser des questions sur ses jours dans l’armée. Comme elle trouvait les messages vocaux trop gênants, elle l’avait appelé directement : c’était une des raisons pour lesquelles elle n’avait pas bien dormi la nuit dernière.

La voix de l’autre était basse et ses histoires étaient franches et directes. C’était agréable de l’écouter.

En y réfléchissant, elle l’avait vraiment bien cherché ; après avoir écouté les histoires, elle avait regardé l’heure, minuit, et lui avait demandé à la volée s’il voulait dormir.

Il avait ensuite répondu en deux phrases, ne lui laissant même pas la possibilité de lui dire bonne nuit.

Dans le chat, il y avait le message que Su Yi lui avait adressé le matin.

[Déesse Su Yi : Réveillée, je sors pour travailler. [Aujourd’hui est un autre jour avec une pleine puissance.jpg]]

[Chu Ying : Ngh.]

Ngh ???

Juste un ‘Ngh’ ?!

Elle y réfléchit et se prit en photo dans le miroir.

[Déesse Su Yi : Mon travail. [photo]]

[Chu Ying : Cool.]

Conversation… terminée.

Su Yi retourna le téléphone et le posa sur ses genoux.

— … Continuons.

La maquilleuse avait choisi un maquillage plus léger pour elle cette fois, avec un simple embellissement à la fin, lui donnant une paire d’yeux séduisants.

Elle l’évalua et conclut que cela ne ferait pas l’affaire. Après avoir appliqué son rouge à lèvres, elle prit son téléphone, choisit un filtre et prit une autre photo.

Alors qu’elle était sur le point de l’envoyer, l’autre envoya une photo en premier.

Sur la photo, il portait un T-shirt blanc, un short, et semblait venir de courir : le devant de sa chemise était mouillé.

Ses lèvres étaient retroussées, et la photo était suivie de : [Je viens de finir de faire de l’exercice.]

Su Yi répondit avec une déclaration plutôt inattendue :

[Ensemble.]

[Chu Ying : Bien sûr, quand tu auras fini de filmer.]

Su Yi voulait dire, l’exercice auquel je fais référence pourrait être différent de celui auquel tu fais référence !

Elle but un peu d’eau, sauvegarda la photo, puis serra le téléphone très fort, comme si elle avait peur que quelqu’un à côté d’elle essaie de le lui prendre.

Le tournage ne pouvait pas attendre, alors tout ce que Su Yi put faire, c’est lui envoyer un pitoyable ” On se parle plus tard “, puis elle mit docilement son téléphone de côté et continua à se maquiller.

— J’aime vraiment faire votre maquillage, dit la maquilleuse, même si je le rate, vous serez toujours belle.

— … Ne le faites pas, dit Su Yi. Si ce n’est pas parfait, Li Min me poursuivra jusqu’ici pour le refaire.

La maquilleuse ne put s’empêcher de rire.

— Je le sais, détendez-vous… Le scénariste et le réalisateur ont discuté avec moi des détails de ce maquillage. Je vais m’assurer qu’il soit parfait.

Avant l’étape finale de la fixation du maquillage, Su Yi alla enfiler son costume.

Son personnage dans “Undercurrent” était une courtisane de grande classe, réputée, ne servant que les riches et les puissants. Elle s’appelait Qiu Ji et gagnait sa vie en échangeant des informations dans l’ombre. Quand elle a rencontré le personnage masculin principal, ils ont eu un début plutôt agréable. Cependant, elle n’était pas d’un rang assez élevé et avait depuis longtemps passé la fleur de l’âge. À la fin, l’homme a connu le bonheur avec la femme pure et innocente, tandis qu’elle a été découverte alors qu’elle essayait de transmettre des informations à l’homme et a été tuée par balle.

Sa première tenue était un Qipao bleu et blanc, avec de magnifiques motifs d’encre sur le haut et une grappe d’orchidées sur le bas.

Lorsqu’elle sortit du vestiaire, même Wu Xue s’arrêta.

Pour correspondre à son caractère, Tu Jinglan portait un Qipao avec une fente au niveau des cuisses, mais pas Su Yi.

Le Qipao était entièrement enveloppé autour de son corps. Ses mollets blancs, presque visibles de côté, ses longues mains, aussi belles que des racines de lotus, jointes devant son nombril, ainsi que son visage, la faisaient ressembler à une dame de la haute société marchant dans la rue au début de la République de Chine.

— Merveilleux !

Le scénariste qui était arrivé il y a quelque temps se tenait déjà près de la porte. Quand il la vit, ses yeux s’illuminèrent.

— C’est… parfait.

Il avait mis tout son cœur dans ce script et se promenait sur le plateau depuis un long moment plus tôt dans la journée.

Tu Jinglan venait également de quitter la salle de maquillage commune. Le scénariste lui jeta un regard. Il avait l’intention de s’opposer à ce personnage sorti de nulle part, mais les investisseurs avaient insisté, et de nombreuses personnes étaient venues l’encourager à l’accepter puisqu’il ne s’agissait que d’un personnage secondaire de plus. Après réflexion, il avait donc accepté.

Son visage avait encore l’air un peu gonflé et bouffi. Mis à côté de celui de Su Yi, c’était comme comparer un diamant et un caillou : la différence était très nette.

Le scénariste arrêta de la regarder, et s’adressa à Su Yi.

— Allons-y, nous pouvons parler du script avec le directeur Li.

Li Min était toujours en train d’arranger la toile de fond. Quand elle les vit, elle se retourna et demanda :

— Tu as vu l’emploi du temps ? Le premier acte est le tien.

— Je l’ai vu, se moqua Su Yi. Qui s’arrange pour que le personnage secondaire ait le premier acte ?

— Alors tu as intérêt à être au top, dit Li Min, cet acte va immédiatement influencer mon humeur pour le reste du tournage d’aujourd’hui.

Le premier acte était la première scène tournée au début du tournage, et non la première scène du premier épisode à être diffusé. Dans cette scène, Qiu Ji devait passer de sa chambre à la balustrade, et d’un simple regard voler le cœur d’innombrables hommes.

Tout était prêt. Su Yi se tenait dans la pièce, prenant quelques respirations profondes.

Le caméraman s’assit sur la chaise mobile, en souriant.

— Ne vous inquiétez pas, vous êtes belle, quelques clins d’œil feraient que n’importe quel homme vous suivrait n’importe où.

Su Yi sourit à ces mots et fit quelques clins d’œil à la caméra.

Li Min prit un énorme haut-parleur, et lui cria.

— Économise ton énergie, ne finis pas maintenant !

Cinq minutes plus tard, le tournage commença officiellement.

Une fois que le mot “Action” fut prononcé, Su Yi se recueillit, ramassa doucement l’éventail sur la table, et quand elle regarda à nouveau, elle laissa ses émotions se rassembler dans ses yeux. Elle se leva avec grâce et glissa une mèche de cheveux derrière son oreille avant de sortir lentement de la pièce.

À l’extérieur des grilles, il y avait un certain nombre de figurantes en qipaos, qui avaient toutes l’air tout à fait correctes. En fait, dans ce genre de scènes où la beauté d’une personne doit être mise en valeur, on choisit des figurantes d’apparence moyenne. Cependant, la Qiu Ji de cette série était censée être la plus belle fleur parmi une centaine de belles fleurs. Après quelques discussions entre Li Min et l’assistant réalisateur, ils avaient décidé que Su Yi serait capable de le faire, et avaient donc choisi un groupe de figurantes particulièrement belles.

Su Yi, naturellement, ne déçut pas.

Elle se dirigea vers la balustrade et s’assit lentement dessus. Le Qipao accentuait ses courbes, et la foule en dessous levait la tête à l’unisson.

Elle en ramassa un, et après avoir retroussé ses lèvres, elle souleva l’éventail circulaire et en recouvrit la courbe de sa bouche.

Ses yeux légèrement courbés débordaient de passion ; il était facile d’imaginer à quel point le visage caché derrière l’éventail était beau.

Wu Xue regarda les acteurs derrière la caméra et se dit : “Regardez, c’est ma carte maîtresse.”

Peu importe les autres, il suffisait de regarder Cheng Anan : son visage entier était rouge.

— Coupez !

— On la garde ! Cria Li Min.

Su Yi entendit cela, et se leva rapidement. Bien que ce ne soit que le deuxième étage, les rampes étaient assez courtes. Quand elle s’assit dessus, elle se sentit effrayée, comme si elle allait tomber à tout moment.

Elle s’appuya dessus et dit à voix haute.

— Attendez-moi, je descends pour regarder le replay.

Elle descendit lentement les escaliers et trottina jusqu’à la caméra dans ses chaussures noires à talon bas.

Après l’avoir regardé plusieurs fois, elle fronça les sourcils.

— Est-ce que j’ai raté ça ?

Elle pointa du doigt ce qu’elle était en train de faire.

Li Min regarda donc à nouveau. En effet, lorsque Su Yi se brossait les cheveux, ses doigts semblaient un peu raides.

— Si je les courbais un peu, est-ce que ça aurait été mieux ? Marmonna Su Yi pour elle-même, avant d’ajouter : Refaisons-le.

Après avoir terminé, elle se retourna et repartit au deuxième étage.

— Yi-jie est vraiment… Géniale, dit Cheng Anan avec émotion.

Li Min était d’accord.

— En effet.

Cette fois, Su Yi fut enfin satisfaite. Il faisait une chaleur étouffante dans la foule, alors après l’avoir visionné, elle s’empressa de faire quelques pas en arrière, en tripotant ses boucles d’oreilles.

Chu Ying se tenait à distance, observant. La petite dame pinçait hébétement le bout de ses oreilles, complètement différente de la séductrice de tout à l’heure.

Puis, comme si elle pensait à quelque chose, elle trottina jusqu’à son assistante et prit son téléphone.

Moins de deux minutes plus tard, son téléphone sonna.

Une telle femme… Elle était vraiment irrésistible !

Il se souvint soudainement de la fois où, dans la voiture, elle avait dit qu’elle aimait les SUV.

À ce moment-là, il avait vraiment eu envie de lui en acheter un.

Dans la scène suivante, Su Yi n’avait aucun rôle à jouer. Elle s’assit à côté de Li Min, libre de regarder l’équipe préparer le prochain plateau.

Bien qu’elle savait qu’elle recevrait une notification si elle recevait des messages, elle ne put s’empêcher de vérifier son téléphone toutes les dix secondes.

Au moment où elle s’apprêtait à allumer son écran, une énorme main apparut soudainement devant ses yeux. Comme si elle avait peur d’abîmer son maquillage, elle couvrit doucement et lentement ses yeux.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 22 – Tu vas prendre tes responsabilités, ok ?! Menu Chapitre 24 – Sois sage