Il Est à Moi Aucune Objection Autorisée |He’s Mine No Objections Allowed|他是我的不接受反驳
A+ a-
Chapitre 22 – Tu vas prendre tes responsabilités, ok ?!

Même lorsque ses lèvres se retirent, elle ne s’en était toujours pas remise.

Chu Ying sourit finement.

— T’es partie ?

— …

Su Yi cligna des yeux et ajouta :

— Je n’étais pas au mieux de ma forme tout à l’heure, on peut réessayer ?

Au moment où elle finit de parler, quelque chose fut placé dans sa main. Son centre de gravité se déplaça vers l’avant, et elle regarda vers le bas pour voir une petite pastèque.

… Ils étreignaient cette chose pendant qu’ils s’embrassaient ?

Su Yi pensa que c’était une expérience plutôt mauvaise en termes de baiser !

— Tu tenais ça à l’instant ? Demanda-t-elle.

— Oui, dit Chu Ying. Pourquoi tu as couru si vite ?

Su Yi sentait ses joues chauffer à nouveau et bégaya :

— Oh… Comment tu as su le numéro de ma chambre ?

— Je lui ai dit.

La voix de Wu Xue résonna à sa gauche. Elle sortit de sa chambre, arborant un sourire qui n’en était pas un.

— Comment as-tu pu être aussi froide au point de laisser le directeur Chu seul sur le parking ?

Cette phrase, une fois traduite, serait : C’est quoi que tu ne peux pas finir de dire dans le parking ?!

Mais Su Yi ne répondit pas pendant un long moment. Quand Wu Xue leva les yeux vers elle, sa célébrité, qui n’avait pas de maquillage, arborait un rougissement notable.

— Tu entres ? Demanda Su Yi.

Wu Xue se tut.

— Non, dit Chu Ying en regardant sa montre. Je dois retrouver un ami.

Pourquoi cette personne avait-t-elle des amis partout ?

— D’accord.

Su Yi s’appuya contre la porte. Elle voulait dire quelque chose, mais même après avoir ouvert et fermé la bouche plusieurs fois, elle ne réussit qu’à dire :

— Conduis prudemment.

— Garde ça pour t’en souvenir, dit Chu Ying.

— … Oh.

Il se retourna, mais il avait à peine fait quelques pas que l’inspiration frappa Su Yi et elle cria fort.

— Toi, tu vas prendre tes responsabilités, ok ?!

Sa voix n’était pas confiante.

Chu Ying marqua une pause, et ne put s’empêcher de rire.

— Oui !

Wu Xue était confuse.

Ce n’est que lorsque la porte de l’ascenseur se referma lentement que Wu Xue, l’expression indéchiffrable, tendit la main et l’agita plusieurs fois devant les yeux de Su Yi.

— Redescends sur Terre.

Su Yi cessa de regarder la porte de l’ascenseur, souriant avec éclat.

— Ma petite Xue Xue, qu’est-ce que je fais, je crois que je suis en train de tomber amoureuse.

Wu Xue tira sur les coins de ses lèvres.

— … Nous parlerons de ça à l’intérieur.

Après avoir couru dans la chambre, Su YI attrapa immédiatement le téléphone qu’elle avait fourré au fond de son sac.

[Chu Ying : Pourquoi tu cours ?]

[Chu Ying : C’est quoi le numéro de ta chambre]

Et un appel manqué.

Wu Xue s’assit et dit :

— Débarrasse-toi immédiatement de cette expression idiote.

Ainsi, Su Yi baissa les coins de sa bouche, se donnant l’air sérieux pendant qu’elle envoyait un autocollant à Chu Ying.

— Comme cette fois le casting est plutôt impressionnant, lors de la cérémonie d’ouverture de demain, il y aura beaucoup de médias. Lorsqu’ils prendront des photos, ils ne prendront pas la peine de t’aider à photoshoper les tiennes.

Wu Xue posa un masque facial sur la table et ajouta :

— Pose-toi dans le bain pour moi ce soir, mets de côté pour plus tard toutes ces discussions sur l’amour et autres.

— Ces prochains mois, dit Su Yi, tu vas m’accompagner ?

— Oui, dit Wu Xue. Il se peut que je revienne quelques jours entre deux pour m’occuper de certaines choses.

Su Yi afficha immédiatement une expression d’anticipation.

— La maison que tu auras après ton mariage ? La date du mariage ? La rencontre avec les parents ?

Elle était vraiment heureuse pour Wu Xue. Wu Xue avait en fait mentionné penser au mariage il y a deux ans, mais pour une raison quelconque, Liu Minghao n’en avait jamais parlé, et Wu Xue n’avait même jamais rencontré ses parents.

— Ne fais pas de commérages sur moi, dit Wu Xue. Ça signifie que tu es en couple avec Chu Ying maintenant ?

Su Yi pencha la tête de côté sur le canapé, et dit :

— Je ne sais pas, peut-être ?

— Peut-être ? Tu joues au papa et à la maman ?

Wu Xue regarda la pastèque qu’elle serrait dans ses bras, et dit :

— Tu n’as pas le droit de manger ça ce soir, tu vas grossir.

— Je ne vais pas la manger, sourit Su Yi. Je vais la mettre sur la table de nuit.

— …

Su Yi était heureuse, mais aussi un peu déçue : si seulement Wu Xue était passée un peu plus tard, auraient-ils pu s’embrasser une dernière fois ?

Chu Ying ne répondait pas pendant un long moment, il devait donc être en train de conduire. Su Yi s’allongea sur le canapé, parcourant joyeusement son Weibo.

Après avoir parcouru quelques sujets chauds, elle se rendit compte que Liang Bo s’était à nouveau abonné à elle.

Juste pour être dans les nouvelles tendances, il se désabonnait et s’abonnait à sa guise, pensait-t-il qu’elle était une sorte de distributeur automatique pour être un sujet d’actualité ?

Elle était confuse, ce n’est pas comme si elle était une grosse affaire. Pourquoi Liang Bo se donnerait-il la peine de faire de son mieux pour les lier tous les deux, était-il stupide ou aveugle ?

— Il y a quelque chose qui ne va pas avec ce Liang Bo ? Demanda t-elle à Wu Xue. Il y a tellement de filles naïves vraiment célèbres qu’il pourrait aller chercher, pourquoi il continue d’essayer de faire croire qu’il a quelque chose avec moi.

— Tu me regardes de haut moi ou toi-même ? Dit froidement Wu Xue. Tu es plus digne d’intérêt que ces filles. Après tout, tu es soit en train de tromper quelqu’un, de t’exhiber ou de te faire jeter des œufs, même les commerciaux ne peuvent pas t’égaler. À la cérémonie de demain, il y aura des tonnes de médias qui feront la queue pour t’interviewer.

— … Je n’arrive pas à savoir pour le moment si tu me complimentes ou si tu te moques de moi, dit Su Yi.

Ce Weibo se déroula comme suit .

[Nouvelles rapides du divertissement v : Liang Bo suit à nouveau Su Yi, lui pardonne-t-il malgré la douleur qu’elle lui a causée ? Aujourd’hui, tous ses fans portent la couleur du pardon].

Su Yi fit la moue, bougea ses doigts, passa sur son compte principal et posta son deuxième Weibo de la journée.

[Su Yi v : Désolée, je suis juste amie avec Liang Bo, détendez-vous.]

Comme il y avait beaucoup d’informations, le message suscita immédiatement de nombreux commentaires.

[Les fans et les supporters de Su Yi : On refuse d’être liés à eux !]

[Ne prenez pas mes bottes-Yi : Comme mon nom l’indique, il y a beaucoup de fans de Liang Bo qui m’attaquent. Je veux dire, c’est ok si vous dites de mauvaises choses sur mon idole, mais m’engueuler ? Pas question !]

Su Yi fut vraiment amusée par cela, et répondit ci-dessous.

[Su Yi v : T’es vraiment quelque chose, toi, je te retire ton statut de fan. /:)]

….

Quand il vit le WeChat, Chu Ying venait d’atteindre le bar.

[Déesse Su Yi : Même le melon que je mange a la forme de l’amour.jpg]

Il leva la main, fit défiler sa liste d’autocollants et réalisa que tous ceux qu’il avait sauvegardés lui avaient été envoyés par Su Yi.

Tous ceux qu’il avait sauvegardés, mais jamais envoyés.

Liu Xi était assis dans un coin. Quand il vit Chu Ying, il lui fit un signe de la main énergique.

Chu Ying s’approcha. Liu Xi avait réservé une grande table. Avec seulement deux personnes l’occupant, elle semblait très vide, se détachant comme un pouce endolori dans le bar très bondé.

— Tu es là, fit Liu Xi.

Il remplit joyeusement son verre, laissant même échapper un énorme rot :

— Tiens, goûte, cet alcool est incroyable.

Chu Ying ne regarda même pas le verre.

— Pourquoi t’es là ?

— Moi ? Je suis ici pour conquérir une femme, dit-il complètement nonchalant.

De toute évidence, Chu Ying n’était pas intéressé par son jeu amoureux. Il tapota du bout du doigt sur la table pendant un moment, puis demanda :

— Tu as des autocollants ?

Liu Xi venait d’avaler une gorgée d’alcool, et pensa avoir mal entendu.

— Quoi ?

— Des autocollants, répéta Chu Ying.

Liu Xi eut l’air perplexe pendant un moment avant de sembler comprendre quelque chose. En claquant des doigts, il se dit que son ami était vraiment trop susceptible.

— Oui, de quel pays t’en veux ?

— …

C’est divisé par nationalité ? Chu Ying fronça les sourcils, et après avoir hésité un moment, se décida.

— La Chine fera l’affaire.

Liu Xi ouvrit son téléphone, baissa les yeux et commença à tapoter. Rapidement, les sonneries informant Chu Ying des messages entrants commencèrent à retentir dans sa poche.

Lentement, et nonchalamment, il récupéra son téléphone, s’arrêtant une fois qu’il l’ouvrit.

Des dizaines de gifs, tous mettant en scène deux personnes, un homme et une femme, aux cheveux noirs et d’apparence asiatique, se livrant à toutes sortes de choses indescriptibles.

— T’en penses quoi Ying-zi, j’ai quelques petites vidéos ici aussi, quelques minutes chacune. Ou je devrais te donner immédiatement le site ? Il y en a environ deux douzaines de gigaoctets…

Tout en parlant, Liu Xi envoyait les vidéos, puis se rendit soudain compte qu’il y avait un petit point d’exclamation devant chaque photo qu’il envoyait.

[L’autre personne a activé la vérification des amis ; vous n’êtes pas encore son ami(e)].

— ?

Il leva la tête innocemment.

Chu Ying ne prit même pas la peine de lui adresser la parole.

— Tu n’avais pas dit qu’il y avait quelque chose dont tu voulais discuter en personne ?

— Ah oui, j’ai failli oublier.

Les ivrognes avaient tendance à être au moins à moitié en retard sur tout, et aussitôt celui-ci cessa de parler d’avoir été mis sur la liste noire.

— J’ai entendu dire que Su Yi est en tournage à Shanghai en ce moment, tu pourrais m’aider à l’inviter à dîner ? Je ne la connais pas trop, je ne serais probablement pas capable de l’inviter moi-même.

Les yeux de Chu Ying se rétrécirent.

— La personne que tu as l’intention de conquérir, c’est elle ?

— Non !

Liu Xi agita la main, sans se rendre compte qu’il venait d’échapper à une mort certaine.

— Je la cherche parce qu’il y a quelque chose dont je dois discuter avec elle…

— C’est pour ça que tu me cherchais ?

— Oui, dit Li Xi en clignant des yeux. C’est l’une des grandes choses de la vie, sinon pourquoi aurais-je spécialement fait ce voyage à Shanghai ? Hé, hé, ne pars pas.

Chu Ying ne prit pas la peine de se retourner.

….

Le lendemain, lorsque Wu Xue vint frapper à la porte, elle fut prise de court au moment où la porte s’ouvrit.

— Ces cernes, t’es sortie jouer les voleuses la nuit dernière ?

Su Yi bailla.

Elle avait été tellement excitée la nuit dernière qu’elle s’était assurée de faire face à la pastèque sur la table de nuit même en dormant, et avait fini par ne pas dormir du tout.

Au final, le maquilleur dut mettre d’épaisses couches de correcteurs sur ses paupières avant de pouvoir sortir pour rencontrer des gens.

Les informations de Wu Xue furent exactes ; tous les médias possibles avaient envoyé des gens là-bas. Quand elle arriva, presque tout le monde était déjà arrivé.

Au moment où elle descendit de la voiture, elle entendit un joyeux ” Yi-jie !

Elle se tourna sur le côté. C’était Cheng Anan. Elle s’était déjà changée ; sa tenue, associée aux deux tresses et aux livres qu’elle tenait à la main, la faisait ressembler à une étudiante du début de la République de Chine.

Les médias se tournèrent vers elle.

Su Yi lui rendit son sourire :

— Bonjour, Anan.

— Su Yi, dépêche-toi, l’appela Li Min. On est sur le point de commencer les interviews.

Quand Su Yi s’approcha, Tu Jinglan qui se tenait sur le côté sourit.

— Tu es enfin là, tu es la seule absente.

Su Yi examina l’heure.

— Je ne suis pas en retard, si ?

— Non, dit Li Min en la faisant s’asseoir à côté de Cheng Anan. Tu n’es jamais en retard.

Il n’était pas encore l’heure de commencer, mais tous les acteurs étaient déjà présents. Les représentants du film et les médias s’étaient mis d’accord pour avancer l’heure de l’interview.

Les journalistes se pressèrent devant Wu Ke et Cheng Anan, mais celle qui avait le plus de micros braqués sur elle était Su Yi.

Elle observa les journalistes ressemblant à des loups devant elle et pensa que les mots que Wu Xue avait dit plus tôt n’étaient vraiment pas faux.

— Su Yi, c’est la deuxième fois que vous travaillez avec la directrice Li Min, y a-t-il quelque chose que vous voulez dire ?

Su Yi sourit.

— Rien, tout est dans le silence.

Li Min était juste à côté d’elle, en train de mener sa propre interview. En entendant cela, elle se retourna et rencontra les yeux de Su Yi, partageant un sourire.

— J’ai entendu dire que cette fois, vous avez un personnage très spécial, pouvez-vous partager quelque chose avec nous ?

Su Yi fit semblant d’être résignée et impuissante.

— Si je dis quelque chose, la directrice Li sera en colère.

Tout le monde exprima son empathie.

Dans la foule des journalistes, une seule voix s’est fait entendre.

— Su Yi, ce Weibo que vous avez posté hier, était-ce des mots de colère signifiant une dispute avec Liang Bo ?

— Mes amis et moi sommes toujours pacifiques, pourquoi nous disputerions-nous ? Répondit confusément Su Yi.

— Vous et Liang Bo n’êtes pas amants ? Continua ce journaliste. Alors dans le livestream précédent, où vous avez dit que vous aimiez quelqu’un, était-ce quelque chose que vous avez orchestré avec lui ? Après tout, vous avez tous les deux gagné beaucoup d’attention à ce sujet.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 21 – Quatre-vingt-dix-neuf explosions ! Menu Chapitre 23 – Difficile de résister