Il Est à Moi Aucune Objection Autorisée |He’s Mine No Objections Allowed|他是我的不接受反驳
A+ a-
Chapitre 24 – Sois sage

Les mains de l’homme étaient vraiment grandes, couvrant presque plus de la moitié de son visage. Il y avait quelques callosités dessus, et une odeur de savon persistait.

Su Yi suivit, et posa ses mains sur les bras de l’homme, traitant son corps comme le dossier d’une chaise. Chu Ying pouvait la sentir fermer les yeux, ses cils chatouillant la paume de ses mains ; ça le chatouillait un peu.

Les personnes à côté d’eux les regardaient tous d’un air absent.

Wu Xue avait une expression qui disait clairement ” vous, les jeunes, avez vraiment votre façon de jouer “.

Chu Ying lui permit de le prendre dans ses bras.

— Comment tu as su que c’était moi ?

Su Yi ouvrit les yeux, ses cils effleurèrent sa paume une fois de plus, puis elle entrouvrit les lèvres et dit :

— La prochaine fois, je t’enverrai une bouteille du gel douche que j’utilise.

Chu Ying ne prit pas la peine d’essayer de comprendre. Il écarta lentement sa main, Su Yi s’inclina sur le dossier de sa chaise, le regardant toujours. Ses yeux étaient remplis d’allégresse.

— Pourquoi es-tu là ?

— Pour prendre de tes nouvelles, dit simplement Chu Ying en s’asseyant à côté d’elle.

Les acteurs et l’équipe principale l’avaient rencontré la veille. Quand ils le virent maintenant, ils s’approchèrent tous pour le saluer.

Le directeur adjoint s’approcha, un sourire sur le visage.

— Mais, c’est le directeur Chu ! Si vous l’aviez dit plus tôt, je serais venu vous chercher moi-même. Nous venons de terminer le tournage de la première scène, c’est encore un peu le bazar…

— Je ne fais que passer, a dit Chu Ying. C’est plutôt bon.

Il n’était pas clair s’il parlait du plateau ou de la scène.

Le directeur adjoint vit à quel point les deux étaient assis près l’un de l’autre, et se retint tout juste de demander. La relation entre les célébrités et les patrons était un véritable champ de mines et il avait peur de dire quelque chose qu’il ne devrait pas.

Mais il y avait clairement des gens qui n’avaient pas peur. Après y avoir réfléchi, Tu Jinglan serra les dents, ajusta la fente de son Qipao et s’assura de se déhancher tout en s’avançant vers le directeur, prétendant qu’elle voulait voir le replay avant de s’exclamer de surprise :

— Directeur Chu ? Vous êtes ici pour rendre visite à Yi-jie ?

Elle voulait vraiment savoir si Su Yi était avec Chu Ying. Elle était persuadée que peu d’hommes pouvaient rejeter une femme qui s’offrait à eux. Quelqu’un comme Chu Ying, qui refusait même de donner son numéro de téléphone, avait soit une petite amie, soit une épouse.

Elle ne s’attendait pas à ce que Chu Ying se contente de la regarder froidement, sans même émettre un son. Elle garda la courbe sur ses lèvres pendant presque une minute avant de cesser maladroitement de sourire.

Su Yi l’ignora également, se tournant pour demander :

— Tu n’as pas dit que tu faisais de l’exercice ?

— Oui, dit Chu Ying. Quand je t’ai envoyé ça, je venais de terminer.

La scène suivante concernait les deux personnages principaux ; la prochaine fois que Su Yi était nécessaire était à quelques scènes de là. Comme si elle venait de se souvenir de quelque chose, elle demanda :

— Tu as vu la première scène ?

— Je l’ai vue, répondit Chu Ying.

— Comment c’était ?

Su Yi inclina sa tête sur le côté et se rapprocha. Son sourire était doux et idiot, sans la moindre trace de la séduction qu’elle venait d’afficher.

— J’étais jolie ?

Alors qu’ils chuchotaient tous les deux, le visage de Tu Jinglan devint vert pendant un instant, puis blanc pendant un autre instant. Comme si elle venait de se souvenir de quelque chose, elle s’écria :

— Yi-jie, Liang Bo est venu me trouver plus tôt et m’a demandé l’endroit de notre lieu de tournage. Est-ce qu’il vient te chercher ?

— Lan Lan.

La voix de Lin Xia retentit, arrêtant ce sujet à temps.

— Ça va bientôt être à toi, dépêche-toi d’aller retoucher ton maquillage.

Les deux femmes se résolurent à abandonner la question et partirent.

À peine à quelques pas de là, Lin Xia ne put s’empêcher de la gronder à voix basse.

— Qu’est-ce que tu essaies de faire avec Chu Ying ?”

— Je n’essaie pas de faire quoi que ce soit, dit Tu Jinglan en pinçant ses lèvres. J’essaie juste de ne pas laisser Su Yi prendre l’avantage sur lui.

— Nous venons de commencer le tournage, tu as obtenu ce rôle après tant de luttes, ne le perds pas.

Lin Xia avait de nombreuses célébrités sous ses ordres, elle ne pouvait pas rester ici avec Tu Jinglan à Shanghai tous les jours. Elle venait de partir pour à peine cinq minutes quand Tu Jinglan avait déjà fait quelque chose de stupide. Elle commençait réellement à s’inquiéter de ce qui allait se passer après son départ.

— Demain, je dois retourner à Pékin pour une quinzaine de jours, ne t’implique dans rien pendant cette période, concentre-toi uniquement sur le tournage. Tu peux le faire ?

Tu Jinglan comprit que l’autre voulait dire qu’elle devait “docilement” ne rien faire.

Elle ne comprenait pas pourquoi Su Yi pouvait s’asseoir à côté de la directrice et la regarder diriger l’émission, et que Chu Ying vienne lui rendre visite sur le plateau. Et ce qu’elle avait dit à propos de Liang Bo n’était pas un mensonge non plus, il lui avait vraiment demandé le lieu de tournage.

Alors, toutes les bonnes choses du monde étaient-elles seulement pour Su Yi ?

Quand elle ne répondit pas, Lin Xia répéta :

— Compris ?

Tu Jinglan arrêta de la regarder, et dit sans le vouloir :

— Compris.

— Et aussi, continua Lin Xia en ouvrant ses messages, le Directeur Qi veut que tu ailles le retrouver ce soir.

Su Yi ne s’attendait pas du tout à ce que Chu Ying vienne la voir. Depuis le moment où il était arrivé jusqu’à maintenant, le bout de sa bouche était courbé vers le haut. Ce n’est qu’à la fin de la deuxième scène qu’elle pensa à quelque chose et contourna Chu Ying pour le vérifier.

Chu Ying leva un sourcil.

— Qu’est-ce qu’il y a ?

— Tu es venu ici sans rien ? Dit Su Yi.

C’était la première fois que Chu Ying rendait visite à quelqu’un au travail, il n’avait aucune idée qu’il y aurait une étiquette qu’il devrait respecter.

— Que veux-tu manger ?

Su Yi sourit en levant sa main et en la tendant devant lui.

Ils n’avaient vraiment appris à se connaître que depuis récemment, mais ils avaient déjà une sorte de capacité à savoir ce que l’autre voulait faire. Avant que Su Yi ne parle, Chu Ying avait déjà placé le téléphone dans sa main.

Su Yi ouvrit le mémo, et tout tapa un par un.

Cinq minutes plus tard, quand Chu Ying le reprit et regarda, il y avait beaucoup de choses dessus. Des fraises, une certaine marque de boissons, des cornets de glace… Il était évident que c’était ce qu’elle aimait manger.

— Su Yi.

Li Min fit irruption dans la discussion et remarqua que Chu Ying était assis à côté de Su Yi. Elle s’empressa de le saluer, avant de reporter son attention sur Su Yi.

— Va te retoucher, après la prochaine scène, c’est à ton tour.

En fait, le maquillage de Su Yi n’avait pas été abîmé du tout. Tous les réalisateurs connus avaient une ou deux obsessions étranges, et celle de Li Min ne faisait pas exception. Peu importe la perfection du maquillage de chaque acteur, elle s’attendait à ce qu’ils fassent une retouche avant de filmer leur scène, même s’il s’agissait juste de saupoudrer leur maquillage d’un peu de poudre.

Su Yi avait déjà travaillé avec elle auparavant, elle ne dit donc rien de plus que nécessaire lorsqu’elle se leva.

— Je vais dans la salle de maquillage.

Lorsque la silhouette de la femme disparut complètement dans la salle de maquillage, Chu Ying cessa de la regarder. Déverrouillant son téléphone, il chercha ‘Liang Bo’.

Après avoir parcouru les premières nouvelles concernant Liang Bo, ses yeux s’assombrirent bien que son expression soit restée inchangée.

Un message venait d’arriver.

[Chu Xi : Grand frère, tu es allé à Shanghai ?]

Chu Xi l’ignora et continua à faire défiler la page. Il ne fallut pas longtemps pour que Chu Xi appelle.

Il fronça les sourcils, coupa le son, se leva et partit avant de décrocher.

— Qu’est-ce qu’il y a ?

— Grand frère, dit Chu Xi en faisant traîner la dernière syllabe. Moi aussi, je veux aller à Shanghai !

Chu Ying s’arrêta au moment de raccrocher et demanda :

— Pour quoi faire ?

— Je ne suis pas allée à Disney depuis si longtemps.

Depuis le dernier incident, Chu Xi était punie. Pas enfermée chez elle, en soi, mais toutes ses cartes et son argent avaient été confisqués : en quoi cela était-il différent d’être punie !

— Oh.

Chu Ying eut l’air normal :

— C’est amusant ?

Chu Xi pensa qu’il y avait une chance.

— Vraiment amusant !

Clic !

L’autre avait raccroché.

Chu Xi était confuse.

Il leva la main et regarda l’heure, puis se retourna et entra sur le plateau.

Quand il entra, Su Yi était déjà en train de filmer. Elle était grande, adaptée au port du Qipao, et quand elle parlait, sa voix était douce et délicate, chaque phrase étant prononcée à la perfection.

Su Yi tourna dans deux scènes d’affilée avant de terminer. Pendant le tournage, elle n’osait pas regarder Chu Ying, de peur de perdre son jeu, et ce n’est que maintenant, après être redescendue, qu’elle réalisa que Chu Ying n’était plus là.

— Il a dit qu’il avait une réunion et il est parti, expliqua Wu Xue.

Su Yi ouvrit son téléphone et regarda le message que Chu Ying avait laissé.

[Chu Ying : On se voit dans l’après-midi.]

[Déesse Su Yi : Alors tu viendras me chercher si tu as le temps ? Je serai surtout sur le plateau [s’assois docilement sur mes hanches.jpg]].

[Chu Ying : Ok.]

Après avoir reçu une réponse, Su Yi garda son téléphone et s’appuya contre Li Min, regardant le replay avec elle.

Les acteurs étaient encore en train de se préparer, Li Min avait donc quelques rares moments libres pour discuter avec elle.

— Quand es-tu tombée amoureuse ?

Su Yi croisa ses mains devant sa poitrine.

— Au moment où je l’ai vu.

Derrière elle, Wu Xue rit.

— Tu es diplômée de l’école des acteurs de l’extrême ?

Toutes les trois bavardèrent pendant un moment jusqu’à ce que le téléphone de Wu Xue sonna. Comme le tournage n’avait pas encore commencé, elle le décrocha sur le champ.

Après quelques phrases, elle regarda Su Yi de travers.

Su Yi était en train de croquer une pomme, et elle pouvait sentir les regards sur elle. Après que Wu Xue ait raccroché, elle demanda :

— Qu’est-ce qui se passe ?

— Il y a une émission de variétés qui te veut, dit Wu Xue.

— J’avais dit que je ne ferais pas d’émission de variétés.

— Il a proposé un prix très élevé.

Wu Xue mima un chiffre.

— Et il a dit que si tu es intéressée et qu’il y a quelque chose qui ne te plaît pas, tu peux en discuter.

Su Yi n’était toujours pas intéressée, et demandé au hasard :

— C’est quoi cette émission de variété qu’il est si prêt à payer pour ?

— Une émission de variété sur l’amour, le genre où deux stars prétendent être amoureuses.

Su Yi marqua une pause.

— Laisse-moi deviner, l’autre célébrité est Liang Bo ?

Wu Xue lui tapota la tête.

— Tu es vraiment intelligente.

— Que crois-tu que ces personnes en ligne pensent ? Dit Su Yi l’air confuse. Si quelqu’un d’autre admet être tombé amoureux, ils disent que c’est pour attirer l’attention ; je le nie, et ils disent que je cherche aussi à attirer l’attention ! Non, nous devrions aller voir l’avocat.

Wu Xue perdit le fil.

— Qui irait voir les avocats pour ce genre de choses ?

— Pourquoi pas ? Dit Su Yi. Est-ce que l’agence va le laisser m’embarquer dans cette affaire ? Ma petite Xue Xue, tu me connais, je n’aime pas ce genre d’attention.

— D’accord, je vais rejeter cette émission de variétés pour toi, dit Wu Xue. En fait, je ne suis pas très favorable à ce que tu participes aussi à des émissions de variétés.

Su Yi ne leva même pas les yeux au ciel.

— Pourquoi ?

— Tu es trop impulsive, dit Wu Xue, tu n’es faite que pour les rôles écrits.

— …

À l’heure du dîner, Su Yi était assise seule dans la salle de maquillage. Elle choisissait la viande grasse pour son bento quand la porte s’ouvrit et soudain, elle se retrouva face à quelques sacs en papier supplémentaires.

Elle leva les yeux vers l’étranger, portant un costume et habillé de manière élégante.

— Bonjour Mlle Su, sourit-il. Le directeur Chu est occupé, et a spécialement demandé que je vous envoie ceci.

Su Yi ouvrit le sac. Un sac de fraises, et quelques boissons d’une célèbre marque.

L’assistant venait de partir lorsque Wu Xue entra.

— Je suis impressionnée.

Wu Xue avait l’air harassée en s’asseyant à côté de Su Yi.

Su Yi mangeait ses fraises, et marmonna :

— Qu’est-ce qu’il y a ?

— …

Wu Xue sélectionna le Weibo officiel de l’agence.

— Jette un coup d’œil.

Su Yi le regarda d’un air désinvolte, puis s’arrêta.

Il y avait un avis affiché en haut du Weibo.

[Avis : Il y a eu récemment des rumeurs concernant une célébrité de notre société qui sont fausses. L’entreprise précise ici que Su Yi et Liang Bo n’ont pas de relation autre que l’amitié. La société refuse d’être complice des tentatives d’attirer l’attention. Nous remercions tout le monde pour leur intérêt pour Su Yi. En outre, s’il y a encore des colporteurs de rumeurs, la société prendra des mesures légales.]

— Recevoir un avis officiel pour ce genre de choses, dit Wu Xue, avec le nom de la célébrité masculine en question, tu es probablement la première et la seule.

— …

Su Yi fut également surprise sur le moment.

— Qu’est-ce qui ne va pas avec la société ?

— Je viens d’appeler pour demander, dit Wu Xue. Le patron a dit qu’ils ont reçu un appel de la Chu Corporation.

Su Yi était confuse.

— L’agence ne t’avait pas demandé de signer un autre contrat plus tôt, en disant qu’une grande société était sur le point d’acheter l’entreprise ? dit Wu Xue d’un ton léger. Aujourd’hui, la nouvelle est sortie en interne que cette grande société a le nom de famille Chu.

— …

— La première chose qu’il a dû faire en prenant le pouvoir était de s’occuper de ce truc que tu as fait, dit Wu Xue avec émotion. Je suis enfin témoin en personne de ce qu’est le cliché littéraire ‘le PDG autoritaire est tombé amoureux de moi’.

Su Yi ne répondit pas, mais déverrouilla son téléphone et envoya rapidement un message à Chu Ying.

[Déesse Su Yi : Bonjour patron, je suis là pour vous masser les épaules [maintenant on commence à partager l’espace du lit.jpg]

Deux minutes plus tard.

[Chu Ying : Je suis occupé, sois sage.]



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 23 – Difficile de résister Menu Chapitre 25 – Sortir avec quelqu’un