Il Est à Moi Aucune Objection Autorisée |He’s Mine No Objections Allowed|他是我的不接受反驳
A+ a-
Chapitre 10 : Menteuse

Su Yi venait d’arriver chez elle quand elle reçut l’autre script de Wu Xue.

— Peu importe, dit Wu Xue, tant pis pour eux, on a plein d’autres séries.

Le script était dactylographié. Su Yi lut les premières scènes, un peu moins enthousiaste. Ce n’était pas pour rien que ‘Undercurrent’ faisait l’objet d’une concurrence aussi féroce, c’était un script rare et bien écrit, pas étonnant que Tu Jinglan ait osé se l’arracher ouvertement.

— Voyons la suite, dit Su Yi.

Après avoir raccroché, elle attacha ses cheveux, se retourna et entra dans la salle de bain.

Elle s’était douchée avant de sortir, mais après avoir mangé la soupe Mala, elle n’était plus aussi fraîche. Elle se rinça grossièrement, s’enveloppa dans une serviette et déplaça l’ordinateur portable sur le lit, commençant à lire attentivement le script.

Elle n’était pas encore bien avancée quand l’alarme qu’elle avait programmée sonna.

Su Yi perdit immédiatement l’envie de continuer à lire le script, se retournant et prenant joyeusement son téléphone.

[Déesse Su Yi : J’ai oublié de reprendre ma chaussure, je suis plutôt confuse.jpg].

Quelques minutes passèrent sans aucune réponse.

L’attente la rendait anxieuse, et le script était si fade qu’elle ne pouvait pas supporter d’essayer de le terminer. Elle ferma le fichier et cliqua au hasard pour ouvrir un film à regarder.

On sonna à la porte.

L’adresse de Su Yi était connue de quelques sociétés de médias, mais par le passé, les paparazzi l’avaient traquée pendant six mois sans résultat et ils n’étaient jamais revenus depuis. Sa famille ne vivait pas non plus à la Cité A, en ce moment, à part Wu Xue, personne ne venait chez elle.

Elle se leva, regardant à travers le judas de la porte.

Liang Bo tenait deux verres de vin, ses joues étaient rouges. Comme il n’y avait pas de réponse, il appuya impatiemment sur la sonnette quelques fois de plus.

Su Yi fit la moue et fit demi-tour, retournant dans sa chambre. Elle n’avait pas du tout l’intention d’ouvrir la porte.

Peut-être parce qu’il était ivre ou pour autre chose, aujourd’hui Liang Bo était exceptionnellement patient, restant dehors pendant presque cinq minutes sans s’éloigner.

Lorsque personne ne répondit à la sonnette, il commença à frapper bruyamment à la porte.

Su Yi se leva du lit, enfila un grand pardessus et s’assura qu’il couvrait l’intégralité.

Puis elle mit la chaîne antivol, ouvrit la porte et dit d’un air peu amical :

— Tu as besoin de quelque chose ?

— Je savais que tu étais là, lui sourit Liang Bo. Monte et viens prendre un verre, il y a presque tous les gens de l’industrie.

Liang Bo aimait son apparence, si la situation avait été différente, il ne se serait jamais abaissé à venir à la rencontre Su Yi.

Quand ils avaient joué à Action ou Vérité, il avait perdu et Liu Xi l’avait convaincu de descendre et d’inviter Su Yi. Il était déjà un peu pompette, ne supportant pas d’être taquiné, alors il avait juste apporté du vin.

— Je ne bois pas.

Su Yi se prépara à fermer la porte.

— Hé… aïe.

Liang Bo n’avait pas réfléchi à deux fois avant d’utiliser sa main pour bloquer la porte, s’il remontait maintenant, de quoi aurait-il l’air ?

— Non, tu dois y aller et montrer ton visage.

— Nous nous sommes rencontrés dans l’ascenseur aujourd’hui, non ? Demanda Su Yi.

— Ouais, acquiesça Liang Bo en hochant la tête.

— Ce type de taser, j’en ai trois de plus dans ma maison.

….

Lorsque Chu Ying vit le message de Su Yi, c’était déjà le jour d’après. La veille, l’un de ses camarades de peloton était revenu pour rendre visite à ses proches. Il était allé le chercher à l’aéroport, et ils étaient sortis boire une bière et manger du barbecue, quand il était revenu chez lui, il était allé directement se coucher.

Il lui envoya un message vocal :

[J’ai vu.]

Il n’était pas très habitué à taper des messages, c’est pourquoi il avait répondu si simplement aux messages de Su Yi auparavant.

L’autre envoya un message vocal en réponse assez rapidement à son tour.

[Ouaip, alors choisis une heure et je viendrai te chercher, si ça te va.]

Su Yi n’était clairement pas réveillée, sa voix était toute douce et bredouille.

Chu Ying ne comprit pas pourquoi il l’écouta une seconde fois avant de bouger ses doigts, répondant par un “oui”.

Quand ils arrivèrent à l’entreprise, son assistant lui apporta un dossier.

— Patron, voici la liste des acteurs pour ‘Undercurrent’.

Chu Ying venait de reprendre l’entreprise et n’en savait pas trop sur le sujet, l’assistant avait gentiment ajouté une simple introduction à chaque nom de la liste.

Les bons scripts étaient difficiles à trouver et cet investissement avait été décidé par le Vieux Chu. L’argent qu’ils avaient investi ne représentait qu’une petite partie de leurs actifs, mais comparé aux autres équipes de scène, c’était une affaire assez importante sur le moment. Avec les fonds dont ils disposaient, ils avaient invité tout un tas de gros bonnets, et même les personnages secondaires étaient des experts de longue date.

Quand il arriva au deuxième rôle féminin principal, les actions de Chu Ying se ralentirent.

Tu Jinglan, la personne qui était avec Liu Xi hier, et il avait aussi entendu parler d’elle par cette ‘Vieille Sorcière’ sur le téléphone de Su Yi.

— Celle-ci.

Il jeta le dossier sur la table en désignant le nom de Tu Jinglan.

— C’est celle qui a été choisie lors des auditions ?

L’assistant comprit immédiatement.

— Non, c’est une demande du directeur adjoint Qi.

— Qui est l’investisseur dans cette émission ? Demanda Chu Ying.

L’assistant était confus, et après une longue pause, il dit :

— Notre société.

— Pas nous, c’est moi.

La voix de Chu Ying était calme et sans émotion. Il poussa le dossier vers l’avant :

— Même s’il y a des demandes, ça ne dépend pas de lui.

— …

L’assistant demanda prudemment :

— Que voulez-vous dire ?

— Dans cette série, nous ne voulons aucun piston.

Cette fois-ci, l’assistant comprit.

— Je vais m’en occuper de ce pas, avait-il dit en prenant le dossier.

C’était un rare jour de congé, Su Yi avait dormi jusqu’à midi.

Après que la fatigue se soit dissipée, elle avait brusquement ouvert les yeux, avait pris le téléphone à côté de son lit et avait ouvert la discussion avec Chu Ying.

La discussion de ce matin pénétra ses yeux.

Ouf, ce n’était pas un rêve.

Elle ferma les yeux et sourit, cliquant sur le message vocal de deux secondes et l’écoutant encore et encore.

Le son de la saisie du mot de passe résonna dans la maison, et Wu Xue entra en toute hâte. Quand elle la trouva, elle ne put s’empêcher de demander :

— Pourquoi t’es pas levée ?

— C’est un jour de repos, répondit-elle paresseusement. Laisse-moi dormir un peu plus. Pourquoi t’es là ? Il y a quelque chose de prévu ?

— Oui, une grande nouvelle.

Wu Xue ricana, se retournant et s’étalant sur le canapé comme un général victorieux.

Su Yi se leva avec désinvolture, la bretelle de sa chemise de nuit pendant sur le côté, révélant un sacré spectacle.

— Dis-moi ça.

— L’équipe de ‘Undercurrent’ vient de me contacter, expliqua Wu Xue, pour me demander si tu avais encore du temps pour rejoindre leur série.

— Qu’est-ce qu’ils veulent dire ? Dit Su Yi. Je ne vais pas accepter un autre rôle.

— Non, sourit Wu Xue. Le rôle de Qiu Ji est à toi.

La première réaction de Su Yi fut :

— Il y a eu des nouvelles négatives sur Tu Jinglan ?

— Malheureusement, pas encore.

Wu Xue n’essaya de la mystifier :

— Avant, quelqu’un de la Chu Corporation l’avait poussée sur ce rôle, mais qui sait ce qui s’est passé, ils l’ont juste retirée aujourd’hui.

Su Yi était plutôt surprise.

— C’était pas le scénariste qui était en charge ? Ils ont le droit de mettre quelqu’un et de le retirer comme ils le souhaitent ?

— Si tu as de l’argent, tu peux vraiment faire ce que tu veux.

Wu Xue se versa calmement un verre d’eau.

— L’équipe de Tu Jinglan avait essayé de laisser entendre aux médias qu’ils avaient obtenu le rôle dans ‘Undercurrent’, ha, j’aimerais bien voir comment ils comptent nettoyer ce désordre.

— …

Su Yi réfléchit et se contenta de dire :

— Le directeur général est vraiment un salaud sans cœur.

Un oreiller la frappa en plein visage.

— Combien de fois t’ai-je dit d’être plus élégante avec tes mots ! Lui cria Wu Xue. Lève-toi et va te laver, tu as une réunion avec les personnes de la section cinéma à l’entreprise cet après-midi !

Son agence n’était pas très grande et il n’y avait pas beaucoup d’artistes dedans, mais la compagnie avait un assez bon œil pour savoir dans quelle direction chacun de ses artistes pouvait se développer. Ils avaient réussi à cultiver un certain nombre d’artistes à succès et étaient assez célèbres dans l’industrie.

Su Yi, par exemple, avait été désignée “femme méchante” par la société après sa première œuvre.

Lorsqu’elle arriva à la société, le représentant de la société était déjà en train de parler du contrat avec la section cinéma.

— Désolée, il y avait un embouteillage.

Après avoir expliqué la raison de son retard, Su Yi s’assit sur la chaise et ne les interrompit plus.

Elle cacha sa main sous la table, envoyant des messages à Chu Ying.

[Déesse Su Yi : Occupé ?]

Cette fois, l’autre répondit assez rapidement.

[Chu Ying : Non.]

[Déesse Su Yi : Je suis en réunion, c’est tellement ennuyeux ! bâillement.gif]

[Chu Ying : Alors arrête d’être sur ton téléphone.]

Cette relique !

[Déesse Su Yi : On vient de terminer :)]

Alors qu’elle attendait la réponse, la porte de la salle de conférence s’ouvrit une fois de plus.

— Directeur Chu !

Le représentant du film vit la personne et se leva précipitamment.

— Pourquoi êtes-vous venu personnellement ?

Su Yi était dos à la porte et ne vit pas la personne. Elle se leva avec les autres, les yeux toujours rivés sur l’écran, attendant de voir si Chu Ying avait répondu.

— C’est plus pratique, répondit simplement la personne qui venait d’arriver.

Su Yi se retourna, croisant le regard de l’homme.

Chu Ying, qui portait un costume, la fixait également, les yeux pleins de moquerie.

Ces quelques jours, pour se familiariser avec le fonctionnement de l’entreprise, il avait participé à de nombreuses réunions, même les plus basiques de la semaine. Aujourd’hui, il était venu ici pour mieux comprendre ces réunions.

Il ne s’attendait pas à trouver une menteuse en flagrant délit en ce lieu.

Su Yi n’eut pas le temps de réfléchir à la raison de l’apparition de cet homme ici. Elle se retourna précipitamment, essayant de supprimer le message qu’elle venait d’envoyer, mais l’interface l’informa qu’il avait été envoyé depuis plus de deux minutes et qu’il ne pouvait pas être supprimé.

Les personnes présentes dans la pièce abandonnèrent immédiatement le siège principal. Chu Ying s’y assit tranquillement.

— Continuez.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 9 : Pourquoi es-tu si froussarde Menu Chapitre 11 – Résurrection, avec une santé au maximum