Il Est à Moi, Aucune Objection Autorisée |He’s Mine, No Objections Allowed|他是我的不接受反驳
A+ a-
Chapitre 11 – Résurrection, avec une santé au maximum

Tout au long de la conférence, les regards que Wu Xue envoyait à Su Yi pouvaient être nommés “Bon travail“, “Notre Su Yi a un si bon goût” et “Qu’est-ce que c’est que cette Tu Jinglan de toute façon“, les éloges étant trop nombreux pour être exprimés.

C’était dommage qu’elle ne pouvait pas trouver en elle la force de s’en réjouir.

— Voici nos horaires de tournage.

Le représentant du film poussa le dossier vers Wu Xue :

— C’est comme ça parce qu’il y a eu des modifications mineures dans le scénario, il y a quelques changements dans les exigences. Donc, la date pour elle de rejoindre la production a été avancée aussi.

Wu Xue le prit, le parcourut et sourit.

— Ça nous va.

L’autre souriait aussi.

— Puisque nous sommes tous d’accord, signons le contrat.

Le contrat fut placé devant Su Yi.

Su Yi prit le stylo et demanda en souriant :

— Puis-je savoir quels sont les changements apportés au script ?

Bien que le fait d’être prise sur le fait était horrible, elle ne pouvait pas non plus ignorer son travail. Donc, ce qu’elle avait dû écouter lors de la conférence, elle l’avait soigneusement noté.

— Les nouvelles scènes sont décidées par le scénariste, mais il y a encore des changements à faire donc je n’ai pas non plus reçu le script complet, répondit la personne en souriant. On dirait que c’est votre rôle qui a subi le plus de changements.

Après avoir entendu cela, Su Yi était un peu plus impatiente de commencer. Elle estimait plutôt bien les capacités du scénariste, donc ces scènes supplémentaires pour le personnage étaient définitivement la cerise sur le gâteau. Elle ne réfléchit pas à deux fois avant de signer immédiatement sur la ligne en pointillée.

Après avoir discuté des activités promotionnelles pertinentes, les choses furent réglées.

À la fin de la réunion, le représentant de l’équipe de tournage se leva immédiatement et dit :

— Directeur Chu, laissez-moi vous ramener. En chemin, je pourrai vous faire un rapport sur les contrats.

— Très bien.

Lui qui avait toujours été silencieux avait finalement pris la parole. Il se leva, tirant sur la manche à l’intérieur de son costume ce faisant, visiblement peu habitué à le porter.

Su Yi tenait sa tête entre ses mains, le fixant passionnément. Quand il eut fini d’arranger sa manche et leva les yeux, il rencontra son regard.

Su Yi avait une expression de “faisons comme si rien ne s’était passé” et lui fit un clin d’oeil.

Chu Ying leva un sourcil : ses sourcils étaient épais et lourds, assez pour mettre l’eau à la bouche de Su Yi.

Sé… Séduisant !

Chu Ying cessa rapidement de la regarder, un sourire inexplicable sur les lèvres alors qu’il se retourna et sortit à grands pas de la salle de conférence.

— Dépêche-toi de prendre tes affaires, insista Wu Xue dont l’attention était sur l’écran de son téléphone et n’avait pas remarqué le flirt dans leurs yeux. On doit aller faire une séance photo pour une page de couverture.

— On avait pas rien de prévu aujourd’hui ? Demanda Su Yi, confuse.

— À la dernière minute, la personne qu’ils avaient demandée à l’origine était le top model numéro un du pays, mais il y a eu un imprévu et elle ne s’est pas montrée, expliqua Wu Xue. Cette société a des relations avec la nôtre et les hauts responsables m’ont contactée pour que tu ailles sauver la situation.

Avant d’entrer dans l’industrie, Su Yi était à moitié mannequin de magazine. Elle avait de l’expérience, une bonne silhouette, un joli visage donc, après qu’elle soit devenue un peu célèbre, beaucoup de magazines aimaient l’avoir.

Su Yi fredonna négligemment en réponse, envoyant à Chu Ying un emoji en pleurs.

Aujourd’hui, An Xuan était en congé, donc Wu Xue conduisait.

— Ta vitesse n’est même pas à 40 km/h, si ? Quand on arrivera là-bas, ce sera déjà l’heure du dîner, dit Su Yi en saisissant son téléphone. Et si je conduisais ?

Wu Xue ne réfléchit même pas et répondit :

— Non, j’ai peur que tu me fasses un ‘Initial D’ Akina Speed Stars, allez, dis-moi ce qu’il y a avec ce Chu Ying.

— C’est-à-dire? Demanda Su Yi.

— Tu savais déjà qu’il est un cadre supérieur de la Chu Corporation ?

— Non.

Su Yi ouvrit son téléphone, Chu Ying n’avait toujours pas répondu.

— Je viens juste de le découvrir aussi.

Wu Xue la regarda de travers, faisant semblant d’être curieuse.

— Ce bâtard sans cœur dont tu as parlé plus tôt, ce serait lui ?

— C’est impossible, dit Su Yi.

Ils avaient déjà rencontré Tu Jinglan sur le parking de la résidence, ils n’avaient pas l’air de personnes qui se connaissaient.

Même en descendant de la voiture, elle ne reçut pas de réponse. Lorsqu’ils arrivèrent sur le plateau de tournage, avant de se maquiller, Su Yi réfléchit en tapant doucement sur le clavier.

[Déesse Su Yi : Cher client respectable, je vais définitivement faire des efforts pour faire des films et gagner plus d’argent pour vous. Aujourd’hui, je mets mon petit cœur ici aussi.jpg]

Le thème du magazine pour ce tournage était tenue de soirée. Su Yi mit une robe avec une jupe courte sans manches, ses belles clavicules bien visibles.

Le personnel lui apporta une paire de chaussures : une paire de talons incrustés de rubis, des stilettos plus précisément, magnifiques sur ses pieds.

Après l’avoir saluée, le photographe prit son appareil et se mit au travail.

— Main sur la table, parfait, regarde l’appareil.

Le photographe avait un pied sur la chaise en bois, se contorsionnant en cherchant le bon angle.

— Garde cette position, ne bouge pas !

Su Yi dépensa beaucoup d’énergie pour essayer de ne pas rire de la pose du photographe.

— Relève un peu le menton, écarte un peu les lèvres… Parfait. Pose le pied là-dessus.

Le photographe demanda aux ouvriers de monter un piédestal, un peu comme une boîte à musique sous les pieds d’une poupée Barbie.

Une notification téléphonique aiguë sonna. Su Yi regarda vers la source du bruit, qui était dans la main de Wu Xue. Son téléphone.

Elle eut l’envie d’aller voir le message, tout en montant sans réfléchir sur le piédestal.

Elle ne s’attendait pas à ce que, dans un bruit de déchirement, elle ait l’impression d’avoir marché sur du vent, son corps basculant vers l’avant sans qu’elle puisse le contrôler : le piédestal n’était pas assez solide pour supporter son poids et fut transpercé par son talon.

Elle se tordit la cheville, la douleur se propageant dans ses pieds jusqu’en haut de sa tête, suffisamment douloureuse pour qu’elle se retrouve un peu engourdie.

Le personnel se précipita pour la tenir, Wu Xue étant la plus rapide à atteindre et s’assurant de fixer sa cheville dans la bonne position dès qu’elle l’atteignit.

— Assieds-toi, ne bouge pas.

— Vous allez bien ? Demanda la personne en charge du plateau qui se précipita de l’extérieur.

— C’est quoi le problème avec vos accessoires ?! Demanda Wu Xue.

— Je suis vraiment désolé pour ça, s’empressa de s’excuser la personne chargée des accessoires. Je crois que la bande a été perdue, elle n’est pas bien fixée.

— Notre Su Yi est venue s’assurer que vous pouvez poursuivre votre tournage et vous ne faites même pas un contrôle de sécurité correct avant de tourner, ricana Wu Xue. Si ça interfère avec son emploi du temps, vous allez voir.

Après s’être mis en colère, Wu Xue jugea finalement bon d’aider Su Yi à monter dans la voiture, le staff chargé du magazine envoya un membre du personnel pour aider à conduire leur voiture.

Se tordre la cheville faisait vraiment mal, surtout pour quelqu’un d’aussi grand que Su Yi, même sa taille lui faisait un peu mal.

Mais il n’y avait pas beaucoup d’expression sur son visage, elle n’avait pas dit grand-chose sur le plateau non plus. Ce fut seulement après qu’ils soient montés dans la voiture qu’elle parla :

— Ma petite Xue.

— Qu’y-a-il, répondit Wu Xue, ça te fait si mal ?

— Non, dit-elle en désignant le sac de Wu Xue. Mon téléphone.

Quand elle eut enfin le téléphone qu’elle voulait tant, elle ne put attendre pour l’ouvrir.

[10086 : Cher client, votre forfait de données se termine le 26 mai……]

— Ma petite Xue Xue…

Su Yi se retourna, en pleurant :

— J’ai l’impression que mon pied me fait encore plus mal.

….

Cette fois, ce n’était pas vraiment si grave, juste une blessure musculaire, un massage et l’application d’une compresse chaude pendant quelques jours aideraient à guérir.

Le soir, Wu Xue observa le masseur qui avait terminé de masser son pied et d’appliquer la compresse chaude avant de partir. Même en partant, elle se demandait si Su Yi ne devait pas trop bouger.

Su Yi n’avait rien à faire et sélectionna l’émission de variétés qu’elle n’avait pas encore terminée, posant son pied sur la table, avachie comme les vieilles dames d’une famille de riches.

Sur la table, l’écran du téléphone s’est allumé.

Su Yi garda les yeux sur l’écran de télévision tandis qu’elle se penchait avec beaucoup de difficulté pour attraper le téléphone. En attendant que les publicités passent, elle y jeta un coup d’œil.

[Chu Ying : J’étais occupé.]

!!!

Était-ce une résurrection avec une santé au maximum ?!

C’était une résurrection avec une santé au maximum !!!

Les doigts de Su Yi s’envolèrent alors qu’elle tapait et envoyait cette salutation générique qui, en même temps, lui garantissait de recevoir une réponse.

[Déesse Su Yi : Tu as mangé ?]

L’autre répondit immédiatement avec un message vocal de dix secondes.

[Je suis son ami, Chu Ying est allé aux toilettes, on mange dehors en ce moment, tu veux venir ? Ah oui, nous nous sommes rencontrés sur le parking avant, tu te souviens ?]

C’était la voix d’un étranger.

Su Yi y pensa attentivement, mais elle ne pouvait pas se rappeler de l’apparence de cette personne.

[Déesse Su Yi : Bien sûr, quelle est l’adresse ?]

L’autre envoya immédiatement une adresse.

Un restaurant de fruits de mer.

Chu Ying retourna à son siège, ouvrit l’écran d’accueil et y jeta un coup d’œil.

— Ying-zi, pourquoi tu regardes encore ton téléphone ?

La personne assise en face de lui, avec une coupe de cheveux en brosse, affichait un grand sourire, c’était la personne qui était revenue en visite depuis l’armée.

Chu Ying secoua la tête.

— Pour rien.

— Les téléphones de nos jours sont vraiment fantaisistes, tout le monde aime jouer avec même en mangeant, dit Liu Xi en souriant. Comment vous faites pour survivre dans l’armée ? J’ai entendu dire que même passer un appel c’est plutôt compliqué.

— Ça va, ce n’est pas si mal, répondit l’homme à la coupe en brosse. L’entraînement est fatiguant et il n’y a même pas assez de temps pour dormir, on a pas vraiment l’occasion de penser à autre chose.

— Alors, mon frère était le meilleur dans votre armée ? Dit Liu Xi en étirant sa main et en tendant son pouce.

— Non, répondit l’homme en riant. Mais s’il était resté plus longtemps, il l’aurait été.

Chu Ying était sur le point de dire à Liu Xi d’aller se faire voir quand le téléphone sonna.

C’était un message vocal de Su Yi.

[Chu Ying, je n’arrive pas à trouver l’endroit.]

Le bruit de fond était vraiment fort, se mêlant aux bruits qui l’entouraient.

[Tu peux venir me chercher ?]

Quand Chu Ying sortit, Su Yi se tenait dans le restaurant de dim sum à côté de celui où il était. Elle portait une longue robe, qui mettait bien en valeur sa grande silhouette.

Quand elle le vit, elle fit un signe de la main suffisamment énergique pour ressembler aux essuie-glaces d’une voiture. Son visage était rempli de joie alors qu’elle se retournait et marchait vers lui.

En boitant.

C’était à la fois drôle et pitoyable.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 10 : Menteuse Menu Chapitre 12 – La chasse commence