Génie sans Egal | Perless Genius System | 绝世天才系统
A+ a-
Chapitre 63 – Portez cette chemise pour le moment

En voyant les deux hommes courir vers eux avec des expressions atroces et des couteaux à cran d’arrêt à la main, Xiao Luo était sans voix. Il se tourna vers Zhang Dashan et marmonna : «Alors, tu vas aller t’occuper d’eux ?».

«Pourquoi moi ? Tu es le combattant le plus compétent. Bien sûr, ça devrait être toi ! Je t’encouragerai depuis la voiture», répondit promptement Zhang Dashan.

«Tu as dit que tu allais la sauver. Je n’ai rien dit», répliqua Xiao Luo avec dédain.

En voyant les deux hommes se rapprocher de plus en plus, Zhang Dashan devint très anxieux. «Hé, mon frère», disait-il, «ne fais pas le con à ce moment critique. S’ils cassent ma voiture, je me tuerai devant toi.»

«Vas-y alors. Tue-toi. Dépêche-toi !» Lui disait Xiao Luo avec indifférence.

«Tu es un vrai trou du cul. On est toujours frères ou pas ? Dire quelque chose comme ça peut facilement te faire frapper par la foudre, tu sais.»

Zhang Dashan s’échauffa, mais se calma ensuite, il souria et disait d’un ton amical : «Xiao Luo, tout le monde est impatient d’être le héros qui va sauver une beauté. Maintenant, l’occasion de le faire s’est présentée à nous. Essaie, d’accord ? Peut-être, juste peut-être, qu’elle nous offrira sa dévotion pour la vie. À en juger par sa silhouette, c’est définitivement une belle. Si l’un de nous pense à sortir avec elle, je peux te dire qu’elle sera plus que suffisante. Tu vois ce que je veux dire ?»

«Pourquoi travailles-tu dans une banque alors que tu es un tel expert dans l’élaboration de fantasmes ?» Xiao Luo plaisanta en disant cela tout en roulant des yeux.

Zhang Dashan était confus. «Où d’autre devrais-je aller pour travailler ?»

«Tu devrais devenir scénariste», lui répondit Xiao Luo en ricanant.

Puis, il fit craquer son cou, ouvrit la porte et sortit de la voiture.

L’un des hommes le chargea immédiatement. Cependant, un instant plus tard, sa vision vacilla, et un pied portant une basket blanche atterrissait fermement sur sa poitrine. La seconde d’après, une force d’une énergie sans limite avait surgi. Le corps de l’homme, qui avançait, se figea soudainement comme s’il avait été frappé par la foudre. Sa poitrine était angoissée, et il avait l’impression que son cœur s’était arrêté de pomper. Du sang avait jailli de l’arrière de sa gorge.

«Pfffft !»

Alors que son sang continuait de s’écouler, son corps entier volait en arrière comme un cerf-volant brisé. Puis, il s’écrasa sur le sol quatre ou cinq mètres plus loin.

L’autre homme fut surpris pendant un moment. Puis il cria et poussa violemment le cran d’arrêt de sa lame dans ses mains vers Xiao Luo.

Xiao Luo laissa échapper un grognement glacial, puis courba légèrement son corps et sauta en l’air, rebondissant comme un ressort. Il fit un suave saut périlleux à 360 degrés dans les airs, fit pivoter son pied droit pour esquiver le cran d’arrêt qui arrivait, et balança son pied gauche vers la tempe de son adversaire.

«Thud !»

Il y eut un bruit d’impact sourd, puis l’homme vola sur le côté. Il volait par-dessus le toit de la Corolla de Zhang Dashan et s’écrasa contre le mur de la ruelle. Il resta collé au mur comme de la boue pendant une demi-seconde avant de glisser progressivement vers le sol.

«C’est quoi ce bordel ? De quoi est fait ce type ? !»

Zhang Dashan fixa Xiao Luo d’un regard vide depuis l’intérieur de la voiture. Son ami avait mis à terre deux hommes brandissant des couteaux en un clin d’œil. Ses mouvements étaient carrément terrifiants. «Non d’une pepperoni, Xiao Luo est devenu une toute autres personne après cet accident de voiture ou quoi ? Il est littéralement aussi féroce qu’un tigre.»

Cependant, on peut dire que les trois hommes restants étaient les plus choqués de tous. Ils avaient pensé qu’ils étaient tombés sur un rustre imbécile. Ils n’avaient jamais imaginé que ce gamin était sérieux.

Alors que Xiao Luo marchait vers eux, les nerfs des trois hommes se tendirent instantanément. Les feux de route de la voiture les aveuglant, ils ne pouvaient pas voir le visage de Xiao Luo. Ils pouvaient seulement distinguer une silhouette, le visage et le corps étaient complètement noirs qui se déplaçait lentement vers eux.

Ils se sentaient encore plus déprimés et nerveux précisément parce qu’ils ne pouvaient pas voir clairement qui était en face d’eux. Ils avaient l’impression qu’un diable s’approchait lentement d’eux. En regardant leurs deux compagnons au sol gémissant de douleur, des perles de sueur de la taille d’un haricot dégringolaient de manière incontrôlée sur leur front.

L’homme qui était sur le point de dézipper son pantalon reprenait ses esprits après avoir cligné des yeux à plusieurs reprises. Il pointa sa lame vers Xiao Luo et l’avertissait sévèrement : «Ne bouge plus ! Ne t’approche pas plus !»

Xiao Luo resta silencieux mais continua à avancer pas à pas. Ses bruits de pas étaient particulièrement percutants dans la ruelle très calme.

«Tap…tap…tap…»

Pour les trois hommes, ces bruits de pas étaient comme le tintement d’une grosse cloche. Il les frappa en plein dans leur âme.

«J’ai dit, arrête ! Tu m’entends ? Je t’ai dit d’arrêter !» grogna l’homme à plusieurs reprises. Il se braqua et augmenta le volume de sa voix.

Xiao Luo ricana froidement, «Viens vers moi directement. Je suis pressé.»

«Tu…»

Ses mots rendirent furieux le chef du gang. En serrant les dents, il ordonna aux deux hommes qui retenaient la fille : «Allez-y. Tuez-le.»

Les hommes lâchèrent la fille et foncèrent sur Xiao Luo en hurlant. L’un d’entre eux manœuvra extrêmement vite, couvrant une grande distance en un rien de temps. Une lame tranchante avançait à la vitesse de l’éclair, visant le cou de Xiao Luo. Xiao Luo leva sa main droite et étendit rapidement sa main gauche. Soudain, la vision de l’homme se troubla. En fait, il avait été giflé avant même d’avoir pu voir clairement la paume de Xiao Luo.

«Clac !»

On entendait le bruit sec d’une peau qu’on giflait. Les joues de l’homme se gonflèrent, et son corps entier fut envoyé en l’air. Avec ses dents ensanglantées, il avait un air misérable.

Après s’être débarrassé d’un des sbires, Xiao Luo ne s’arrêta même pas. Ses mains géantes se transformèrent en griffes, et il attrapa le cou de l’homme restant avec la férocité d’un aigle. D’un puissant coup de bras, l’homme hurla en étant projeté en l’air. Sous l’influence de la gravité, il s’écrasa sur le sol, durement. Il y eut un craquement quand sa jambe droite se cassa en heurtant le sol. Des hurlements de souffrance, comme des porcs que l’on égorgeait, résonnèrent dans toute la ruelle.

Fort et inégalé ! Dominateur et extrême !

La fille qui avait presque été violée ouvrit grands ses yeux. Elle ne s’attendait pas à ce que Xiao Luo soit si puissant.

Le chef des hommes était complètement désorienté. Il se retourna et courut.

Xiao Luo baissa les yeux et regarda une brique sur le sol. Puis, en utilisant une approche en deux temps, il frappa la brique.

«Phuush !»

La brique, qui était initialement posée silencieusement sur le sol, s’envola soudainement sous ses pieds. Elle tournait à une vitesse immense, créant une trajectoire redoutable comme celle d’un météore. Au final, elle percuta l’homme en fuite à l’arrière du mollet.

((Note Traducteur : What un coup de pied ? Un Météore ? Ma is oui je le reconnais c’est Xavier Foster et son tir Météore Géant XD))

«Ah !»

L’homme tomba au sol, serrant son mollet en gémissant tragiquement.

Sans aucun suspense ni pression, Xiao Luo emballa les cinq hooligans, qui étaient sur le point de commettre un viol.

Zhang Dashan assista à l’ensemble du processus. Il ressentait un sentiment intense et non sincère. Son frère, Xiao Luo, s’était lancé dans un combat à un contre cinq. De plus, il avait affronté cinq ruffians armés de couteaux. En moins d’une minute, il les avait battus et laissés gémissant dans différentes postures, éparpillés sur le sol. Qui croirait à cette histoire s’il la racontait ?

Xiao Luo arracha les vêtements du chef et se dirigea vers la fille. Elle était toujours debout au même endroit, complètement choquée. Lorsque leurs regards se croisèrent, ils étaient tous deux stupéfaits.

«Encore toi ?» Xiao Luo fronça les sourcils.

Les yeux de la fille étaient grands ouverts. Elle marmonna avec incrédulité : «Xiao Luo ?»

Ses beaux cheveux voltigeaient. Elle avait des sourcils fins, des yeux brillants, un nez pointu, des joues rougissantes et des lèvres séduisantes. Cette femme ne pouvait être que Huang Ruoran. Elle était simplement habillée avec ses propres vêtements au lieu de son uniforme de serveuse. Qui d’autre pourrait-elle être ?

C’était bien Huang Ruoran. Elle ne s’attendait pas à rencontrer cinq voyous en rentrant du travail à l’école. La possibilité de tomber sur Xiao Luo deux fois dans la même journée ne lui avait pas non plus traversé l’esprit, ce qui l’avait sauvée des profondeurs du désespoir ! À ce moment-là, son esprit était confus, et ses sentiments étaient incompréhensiblement mélangés.

Xiao Luo retrouva rapidement son calme et jeta les vêtements de l’homme sur le corps pratiquement nu de Huang Ruoran, en disant : «Met donc cette chemise pour le moment.»

Huang Ruoran s’enveloppa rapidement dans la chemise, leva la tête et regarda Xiao Luo avec gratitude. «Merci… Merci…»



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 62 – Sauver ou ne pas sauver ? Menu Chapitre 64 – Tempête imminente