Génie sans Egal | Perless Genius System | 绝世天才系统
A+ a-
Chapitre 62 – Sauver ou ne pas sauver ?

La nuit était dense comme de l’encre, et il était impossible de la dissiper.

Zhang Dashan arrêta sa voiture au sommet d’une colline à la périphérie de la ville. Les deux hommes s’adossaient au capot et profitèrent de la vue sur Jiangcheng en contrebas.

Enveloppée dans la nuit noire, la ville ressemblait à une créature dont la tête était posée sur le sol et le corps scintillant dont l’éclat illuminait la moitié du ciel. Les néons scintillants étaient toujours aussi fascinants. Parfois, elles tombaient en cascade du sommet des gratte-ciel. D’autres fois, ils se poursuivaient comme des elfes joueurs ou devenaient des kaléidoscopes qui éblouissaient l’œil.

«C’était une belle raclée ! Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas senti aussi bien.»

Zhang Dashan laissa échapper un long soupir, puis se retourna pour regarder Xiao Luo et demanda : «Xiao Luo, comment vas-tu ?». Tu n’as pas été blessé à l’instant, n’est-ce pas ?»

«Blessé ? Comment pourrais-je être blessé ?» Lui répondit Xiao Luo.

«Eh bien, tu soulèves un bon point. Survivre à ça t’a littéralement transformé en Superman. Tu sais, le gars qui portait ses sous-vêtements rouges par-dessus ses vêtements. Tes adversaires devraient être ceux qui se blessent.» Zhang Dashan sortit une cigarette, l’alluma et la pressa entre ses lèvres. Il se délectait du pur plaisir de souffler des ronds de fumée.

«Il est tard maintenant, alors je devrais y aller. Sinon, la porte du dortoir sera fermée.»

«Frérot, tu te considères toujours comme un étudiant ? Tu as vraiment peur d’être enfermé dehors ?»

Après avoir jeté un coup d’œil à son téléphone, le visage de Zhang Dashan devint un peu tordu. Il disait : «Ce moment précis marque le début de la nuit, et tu me dis vraiment que tu vas y retourner ? C’est quoi ce bordel, mon frère ?»

«Mes principes n’ont pas changé. Vas-y tout seul si tu veux. Monte dans la voiture et ramène-moi au campus de Huaye.»

Xiao Luo avait l’air très déterminé. C’était la seule chose sur laquelle il insistait pour ne pas faire quelques choses avec Zhang Dashan à cause de l’éducation qu’il avait reçue de sa famille depuis son plus jeune âge. Il voulait également rester pur pour ses propres raisons.

Zhang Dashan fronça les sourcils et soupira : «Bien, bien. Je vais te laisser en dehors de ça. Quand je me trouverai une petite amie dans le futur, j’arrêterai définitivement ce mauvais passe-temps aussi.»

«Arrête de dire de la M***e tu n’as aucun contrôle sur toi-même», renifla dédaigneusement Xiao Luo.

«Tu n’y connais rien ! Tu n’as pas le droit de parler puisque tu n’as jamais essayé avant…»

«Va te faire voir, mec. Plus de propos pervers !» Xiao Luo l’interrompit en fronçant les sourcils. Il attrapa le coussin de son siège et le lança sur Zhang Dashan.

******

À 10 heures ce soir-là, à part les lieux de rassemblement des noctambules, le nombre de personnes et de véhicules circulant dans les avenues et les rues de Jiangcheng avait considérablement diminué.

«Maudite soit cette application à la con ! Elle nous a conduits dans un cul-de-sac !»

Zhang Dashan était assis sur le siège conducteur et maudissait l’application de navigation de son téléphone. La voix monotone de l’appli répétait toujours la phrase «aller tout droit», ce qui l’irrita au point qu’il jeta son téléphone. «Regarde-moi cette application à la con qui me demande d’aller tout droit alors qu’il y a un putain de mur devant nous. Ah, je suis tellement frustré.»

Xiao Luo jeta un coup d’œil à son téléphone, puis secoua la tête et répondit : «Ce n’est pas le logiciel. C’est ton cerveau. Tu t’es trompé de chemin. La rue indiquée sur la carte est en fait à la prochaine intersection, parallèle à cette ruelle. Ce n’est pas très loin.»

Zhang Dashan attrapa son téléphone, incrédule. Il regarda à nouveau la carte après l’avoir agrandie et admettait finalement le fait qu’il s’était trompé de chemin. Son visage devint rouge, mais ses lèvres, cependant, restèrent dans un état de déni. «C’est quoi ce bordel ? C’est parce que cette application débile n’a pas réussi à faire la différence entre la rue et la ruelle. C’est vraiment inexact, n’est-ce pas ?»

«Arrête de dire de la daube, dépêche-toi, et fais demi-tour !» Disait solennellement Xiao Luo.

«Je sais, mon frère.»

Zhang Dashan soupira et fit lentement demi-tour avec la voiture.

Juste à ce moment-là, ils virent quelques silhouettes rôder autour de l’entrée de la ruelle. En regardant de plus près, aidés seulement par la lumière d’un réverbère, ils comptèrent un total de six personnes. Cinq d’entre elles étaient des hommes, et la sixième était une femme à la silhouette gracieuse.

«Qu’est-ce que c’est que ça ? Tourmenter une femme ? En plein jour ? Sous le soleil et la lune brillante ?» S’exclama Zhang Dashan en jetant un coup d’œil à Xiao Luo.

En plein jour ? Le soleil et la lune brillants ?

Pardon ? C’était la nuit !

Xiao Luo avait vraiment envie de lui sauter dessus.

«Sainte-Marie ! Quelle sauvagerie et quelle brutalité ! Ces bêtes se préparent à lui imposer leur présence !»

Zhang Dashan fixa ses yeux sur le groupe. Puis il regarda Xiao Luo et demanda : «La sauver ? Oui ? Non ?»

Alors que Xiao Luo était sur le point de répondre, Zhang Dashan répondit : «Bien sûr, nous devrions ! Les bons choux ne devraient pas tomber entre les mains de ces bêtes !»

Dès que sa voix retomba, il fit passer les phares de la voiture en feux de croisement aux feux de route.

Les phares éblouissants étaient comme les messagers d’un monde de lumière. Ils illuminaient toutes les saletés cachées par l’obscurité.

Les cinq hommes qui vi****t la femme furent surpris. L’un d’entre eux sortit une lame pointue de sa ceinture et cria férocement dans la direction de Xiao Luo et Zhang Dashan : «Qui c’est, bordel ? Vous cherchez la mort ? Éteignez vos phares !»

Puis deux autres hommes sans dire un mot sortirent leurs couteaux et coururent droit vers la voiture de Zhang Dashan.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 61 – La folie Menu Chapitre 63 – Portez cette chemise pour le moment