Génie sans Egal | Perless Genius System | 绝世天才系统
A+ a-
Chapitre 61 – La folie

L’expression de Xiao Luo s’était brusquement assombrie. Sa chance devait vraiment s’épuiser pour qu’il rencontre de telles personnes au restaurant de hotpot.

Zhang Dashan se prépara à lancer une offensive. Il baissa sa position et agita ses mains d’un sourire gêné, faisant un compromis avec l’homme appelé Shanzi.

«Tout va bien maintenant, ma belle. Vas-y et fais ce que t’as à faire», disait Zhang Dashan à Huang Ruoran.

«Mais votre…»

«C’est bon. J’ai assez de place. De plus, nous avons presque terminé ici. Je m’en accommoderai», l’interrompit Zhang Dashan en souriant.

En l’entendant, Huang Ruoran hocha la tête, se retourna et partit. Son cœur, cependant, était toujours un peu inquiet.

Dès qu’elle fut partie, l’affaire prit fin. Lorsque l’homme du nom de Shanzi vit Zhang Dashan s’esquiver, non seulement il devint plus arrogant, mais il cracha vicieusement sur le sol juste devant Zhang Dashan. Puis, il s’assied et disait à ses compagnons d’une voix forte : «C’est juste un baltringue. Ignorons-le et continuons notre conversation.»

«Shanzi, tu es si viril !» disa une dame avec un sourire mielleux.

L’homme attrapa avec force sa cuisse crémeuse et souria de manière ludique. «Ah oui ? Vraiment ?», disait-il en souriant.

«Oui, mais c’est à cause de ta virilité que tu me plais», disa la dame en se rapprochant de lui d’un sourire séducteur.

«Espèce de petite sa***e en chaleur. Je te ba*****i jusqu’à la mort quand on rentrera !» ricana l’homme avec exaltation en pinçant le menton pointu de la dame.

«Tu es si vilaine !»

La femme s’amusa à repousser la main de l’homme.

«Hahaha !»

Les trois autres hommes et une femme, qui étaient tous assis à la même table, suivirent le mouvement en riant.

Comparée à eux, la table de Xiao Luo et Zhang Dashan était beaucoup plus calme.

Xiao Luo connaissait bien Zhang Dashan, et il savait qu’il n’était pas le genre de personne à se défiler comme ça. Il n’aurait jamais laissé passer une telle chose, surtout après avoir été malmené à ce point. Comme prévu, dès que Zhang Dashan eut terminé toute la viande, il signala du regard à Xiao Luo qu’il était temps de se préparer.

Zhang Dashan buvais sa chope de bière et se leva brusquement. Il souleva le pot débordant de bouillon bouillant, se retourna et l’éclaboussa sur Shanzi.

«ARGHH !»

Un cri horrifiant retentit. Shanzi avait l’impression que sa peau était arrachée de force de ses os alors qu’une douleur incompréhensible se répandait dans tout son corps.

Les visages des trois autres hommes changèrent immédiatement. Ils ne s’attendaient pas à ce que Zhang Dashan, qui venait de s’effondrer, devienne fou furieux et agisse sans dire un mot. Son caractère impitoyable les submergea sur place, tandis que les deux dames criaient d’horreur.

«F**s de p**e !»

Avec un visage atroce, Zhang Dashan jeta l’homme, qui hurlait de douleur, au sol à coups de pied. Puis, il souleva le tabouret et le fit tomber sur lui, le fracassant à plusieurs reprises tout en criant : «J’étais de bonne humeur aujourd’hui, espèce de salaud ! Et tu as tout gâché ! Tu crois vraiment que je te refuserais le privilège de voir le soleil demain ?!»

Après avoir frappé l’homme avec le tabouret, il eut recours aux coups de poing et aux coups de pied. Il se jeta sur lui à plusieurs reprises, et l’homme ne pouvait que beugler d’agonie en rampant sur le sol comme un cochon qu’on égorge.

Xiao Luo leva les sourcils et continua à siroter son jus d’orange avec indifférence. C’était le Zhang Dashan qu’il connaissait bien, un bon citoyen avec son blazer et un hooligan sans blazer.

À l’université, il avait participé à son lot de bagarres, toutes provoquées par un problème insignifiant. Pendant leur première année, ils s’étaient même disputés parce que Zhang Dashan aimait fumer dans le dortoir. Xiao Luo l’avait quelque peu harcelé parce qu’il ne supportait pas la fumée, et les deux avaient fini par se battre.

Mais après la bagarre, non seulement ils ne s’étaient pas brouillés, mais leur lien était devenu encore plus fort. Leur relation était un parfait exemple de l’expression «l’amitié naît du conflit».

«Crack !»

Le son aigu des os qui craquaient avait ramené Xiao Luo à la réalité.

En concentrant ses yeux, il vit Da Zhangwei frapper le nez de l’homme jusqu’à ce que l’arête soit tordue. Après une série de cris horribles et non-humains, le corps de l’homme se contracta. Puis, sa tête tourna sur le côté, et il s’évanouissait.

Ce n’est qu’à ce moment-là que les trois hommes qui l’avaient accompagné reprirent leurs esprits. Alors qu’ils étaient sur le point de se précipiter en avant, Xiao Luo les frappa, en fredonnant légèrement et en donnant un coup de pied puissant à leur table. Son coup de pied avait littéralement la force de deux mille livres. La table réagissait comme si elle avait été frappée par un taureau enragé. La table carrée et dense projeta les trois hommes contre le mur.

Les deux femmes crièrent encore plus fort. Leurs cris stridents attirèrent immédiatement l’attention de tous les clients du restaurant hotpot.

«Pourquoi vous criez, bordel ? F****z vos g***e !»

Zhang Dashan cria cela aux dames avec un regard effrayant, en les pointant du doigt.

Terrifiées, elles s’arrêtèrent tout de suite et regardèrent Zhang Dashan avec horreur.

De loin, Huang Ruoran vit clairement tout ce qui se passait. Auparavant, elle avait sincèrement pensé que Zhang Dashan avait obtempéré. Elle ne s’attendait pas du tout à ce que ce ne soit pas le cas. Les humains se rassemblent vraiment autour de leur propre espèce. Ceux qui avaient des liens étroits avec Xiao Luo ne pourraient jamais être son genre de personnes.

Zhang Dashan n’avait pas encore fini d’évacuer sa rage. Il voulait encore frapper l’homme au sol plusieurs fois. Xiao Luo l’arrêta en fronçant les sourcils et en disant : «Assez ! Ce type va sûrement finir aux soins intensifs si tu continues !»

«P***n, je suis tellement énervé. Je n’ai pas été aussi furieux depuis des années. Ce bâtard est destiné à recevoir une raclée brutale de ma part !» Hurla Zhang Dashan. Il était vraiment enragé, et les vaisseaux sanguins sur son front se gonflèrent.

Par sa vision périphérique, Xiao Luo vit l’un des employés du restaurant passer un appel téléphonique tout en jetant un regard furtif dans leur direction. Il était certainement en train d’appeler la police. Voyant ce qu’il faisait, Xiao Luo ramassa la chemise de Zhang Dashan sur le tabouret et l’a mit dans ses mains en disant : «Il est temps de partir.»

Bien sûr, Zhang Dashan n’était pas idiot. Il n’allait pas rester là comme un idiot et attendre que les flics l’arrêtent.

Il jeta immédiatement sa chemise et balaya majestueusement le restaurant aux côtés de Xiao Luo, tout comme Stephen Chow sortait du casino dans son film. Avant de partir, Zhang Dashan salua même salué les clients surpris du restaurant et leur disa : «Ne m’admirez pas, car je ne suis qu’une légende. Ne me fixez pas. S’il vous plaît, profitez de votre nourriture tant qu’elle est encore chaude !»

C’est quoi ce bordel ? Qui était ce type ?

Comment pouvait-il être si calme après avoir presque tué quelqu’un ? Il avait même réussi à faire une sortie à la Stephen Chow ! Il avait le coeur gros comme ça ? !

C’est à ce moment précis que les clients reprirent leurs esprits. Puis, l’endroit entier plongea dans le chaos.

Huang Ruoran était toujours debout au même endroit. Complètement abasourdie, elle était incapable de se remettre du choc.

******

Après avoir quitté le restaurant, Zhang Dashan conduisit jusqu’à la banlieue. Alors qu’il accéléra sur la route, il baissa les vitres de sa voiture, ouvrit la baie de la vouture et diffusa la musique du DJ avec le son a fond.

«Hé, ralentis, mec !»

Xiao Luo, qui était assis sur le siège passager, ne se sentait pas du tout en sécurité. Il pensait que la voiture pouvait se retourner à tout moment.

«Qu’est-ce que tu as dit ? Je ne t’entends pas !» Cria Zhang Dashan par-dessus la musique.

«Je te demande de ralentir !»

Xiao Luo était tout excité. Ils volaient à 200km a l’heure, et sa vie défilait déjà devant ses yeux.

«Je… ne… peux… pas… entendre… toi ! Hahaha !» disa Zhang Dashan en se mettant à rire.

Alors que la musique assourdissante résonnait dans ses oreilles, Zhang Dashan chantait avec la radio : «Comme un G6, comme un G6. Nananana ! Now I’m feelin’ so fly like a G6…» (Maintenant je me sens voler comme un G6…)

((Note Traducteur : La chanson que chante Zhang Dashan s’appelle Like a G6 interpréter par le groupe Far East Mouvement et les paroles font référence aux bulles d’un champagne californien qui donnerait envie de voler comme un G6 plus particulièrement du modèle Gulfstream G650 qui est un avion a particule))

Il criait tout le temps, et se défouler était son seul but.

Petit à petit, Xiao Luo se mit à résonner avec Zhang Dashan. Il sentait qu’il y avait trop de tristesse dans son coeur qui devait sortir. Il ne se souciait plus de savoir s’ils finiraient par avoir un accident de voiture et commença à bouger son corps en suivant le rythme de la musique.

La musique assourdissante vibrait dans l’air autour d’eux. Xiao Luo avait l’impression d’être dans une salle de danse. Au milieu d’une telle atmosphère, chaque cellule de son corps commençait à trébucher dans la lumière fantastique.

C’est l’excitation que je veux ! Je veux cette folie !

Finalement, Xiao Luo rejoignit la fête. Les deux n’étaient pas en compétition pour savoir qui chantait le mieux. Ils étaient en compétition pour voir qui pouvait pousser ses cordes vocales plus haut. D’après l’apparence des choses, il semblait qu’aucun des deux ne s’arrêterait avant que quelqu’un ne perde sa voix.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 60 – Se déplacer Menu Chapitre 62 – Sauver ou ne pas sauver ?