Commandant impérial Sa magnifique femme est pourrie gâtée | Imperial commander His pretty wife is spoiled rotten | 帝少爆宠 娇妻霸上瘾
A+ a-
Chapitre 303 : Quand ai-je été impotent ?

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Gu Jiaqi

 ***

Yun Xi réprima son sourire et s’installa en face de Mu Feichi. Jiang Chenghuan était également venu s’asseoir avec eux.

« Au fait, pourquoi le Jeune Maréchal Mu me cherche-t-il aujourd’hui ? »

Jiang Chenghuan s’était assis sur le canapé et avait demandé au majordome de lui verser une tasse d’eau chaude. Il était mort de froid.

C’était un hiver de novembre à Jingdu, et le temps était froid et sec. Le manoir Mu étant situé au sommet de la montagne, la température y était encore plus froide.

« Que penses-tu de le laisser s’occuper de la dame aînée de la famille Zhao ? »

D’un ton qui donnait l’impression qu’il lui demandait son avis, Mu Feichi avait tourné la tête pour regarder Yun Xi. Ses yeux étaient tombés sur les chaussons à ses pieds.

Stupéfaite, Yun Xi avait levé la tête. Cependant, elle était rapidement revenue à la réalité et avait regardé l’homme indolent sur le canapé.

« Est-il fiable ? » Même si elle savait que Jiang Chenghuan ne faisait que prétendre être un bon à rien, elle ne savait pas vraiment à quel point il était digne de confiance…

Pour que Mu Feichi le recommande, il devait avoir ses raisons.

« Même s’il est quelque peu peu fiable, il reste l’option la plus appropriée. Les expériences et les environnements de ces deux personnes sont très similaires. Si je demandais à Huo Tingxiao de le faire, il ne serait pas aussi doux et compatissant que le second maître Jiang. »

Yun Xi était assise et réfléchissait. Si leurs expériences et environnements avaient effectivement été similaires, s’ils avaient souffert des mêmes conflits internes et de parents avides, alors ils seraient invincibles ensemble.

Pour que Jiang Chenghuan ait survécu jusqu’à ce jour, et qu’il soit même devenu l’héritier de la famille Jiang, il n’était probablement pas quelqu’un à sous-estimer.

« Ok ! Je suis d’accord avec vous. Que ce soit lui. »

« Hé, hé, de quoi vous parlez tous les deux ? Pourquoi je suis si confus ? Mlle Zhao ? Quoi, vous voulez m’envoyer une beauté par ce temps froid ? »

Yun Xi avait froncé les sourcils et avait jeté un regard furieux à Jiang Chenghuan. « Si tu oses la kidnapper pour l’emmener dans ton lit, je te découperai en morceaux ! ».

Effrayé par Yun Xi, Jiang Chenghuan s’était immédiatement redressé, la peur sur le visage.

Mu Feichi lui lança un regard froid, puis ramassa l’oreiller à côté de lui et le lui lança.

Comment osait-il agir de manière aussi inappropriée devant sa chérie ? Ses actions pourraient la ternir.

« Tais-toi ! » Mu Feichi avait dit en jetant l’oreiller par-dessus. Jiang Chenghuan avait arrêté de faire l’idiot et s’était recroquevillé sur le canapé en tenant l’oreiller.

Jiang Chenghuan détestait le parti pris déraisonnable de Mu Feichi.

C’est sa femme qui avait agi la première de manière si arrogante et effrontée, et il avait simplement eu une réaction normale. Pourquoi était-il le seul à être réprimandé ?

Mu Feichi était bien trop protecteur envers Yun Xi.

« Je dois dire que vous agissez comme si vous étiez inquiet pour elle, mais pourquoi n’êtes-vous pas inquiet pour moi ? Et si Mlle Zhao était attirée par moi ? Je suis si beau et si irrésistible, je n’y peux rien si elle commence à m’apprécier. »

« Fais attention à toi. Elle ne tombera pas amoureuse de n’importe qui. »

« Hé, tu me fais passer pour quelqu’un d’intouchable. »

« Second jeune maître Jiang, peux-tu s’il te plaît me donner une réponse précise. »

« Quand ai-je été impotent ? »

Étant provoqué, Jiang Chenghuan s’était levé du canapé et avait rapidement utilisé l’oreiller dans ses bras pour cacher ses parties intimes.

Ce n’est qu’alors que Yun Xi avait réalisé ce qu’elle avait sous-entendu. On pouvait interroger un homme sur n’importe quoi d’autre que sa virilité.

Bien qu’elle n’ait pas voulu dire ça, elle avait décidé de traiter la situation comme si Jiang Chenghuan avait accepté.

« D’accord. Alors je vais le traiter comme une promesse. Puisque tu as accepté, tu dois donner tout ce que tu as. »

« Alors tu dois d’abord me dire quel genre de personne tu m’as mise sur le dos. »

Mu Feichi s’appuya sur le dossier de sa chaise avec désinvolture en regardant Jiang Chenghuan. L’expression sérieuse de ses yeux avait fait que Jiang Chenghuan avait cessé d’être aussi frivole.

« Après ce qui s’est passé avec la famille Han, ils ne vont pas laisser cette fille s’en sortir si facilement. Ainsi, j’ai décidé que je vais laisser la famille Zhao remplacer la famille Han afin d’équilibrer les quatre grands clans. »

« Tu vas soutenir la famille Zhao ? » Jiang Chenghuan était devenu sérieux maintenant.

Mu Feichi avait haussé les sourcils. Il restait toujours calme lorsqu’il parlait. « Pourquoi pas ? »

« Ok, comme tu veux ! »

Qui oserait contester la décision du Jeune Maréchal Mu ?

« Renforcer la famille Zhao prendra plusieurs années. Ton travail consiste à t’assurer que Mlle Zhao est capable de diriger la famille Zhao. Je ne ferai pas le changement si quelqu’un est incapable et ne peut pas être aidé. Je ne prends pas de cas de charité. »

Yun Xi avait pris une gorgée de son chocolat chaud et avait dit nonchalamment : « Je l’amènerai demain. Vous pourrez y réfléchir davantage après l’avoir rencontrée. »

Ce que Yun Xi voulait, c’était que Jiang Chenghuan enseigne à Zhao Yumo avec toute sa sagesse. Elle ne voulait pas qu’il se contente de la traiter de manière superficielle.

« D’accord, nous en reparlerons demain. Je vais y réfléchir. »

____

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 302 : L’enfant chérie du tyran Menu Chapitre 304 : Symbole de statut