Commandant impérial Sa magnifique femme est pourrie gâtée | Imperial commander His pretty wife is spoiled rotten | 帝少爆宠 娇妻霸上瘾
A+ a-
Chapitre 302 : L’enfant chérie du tyran

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Gu Jiaqi

***

Yun Xi tapota la tête de Grand Blanc, et elle se leva, levant les yeux pour regarder Jiang Chenghuan.

Elle ne pouvait vraiment pas comprendre son style de mode.

Il était toujours habillé de vêtements tape-à-l’œil et voyants, encore plus ostentatoires que ceux d’une femme.

Un homme normal ne s’habillerait pas de cette façon. Cependant, il était encore plus beau que les mannequins masculins sur un podium. Elle ne savait pas comment il faisait. C’était incroyable !

Les compétences de camouflage de ce caméléon étaient superbes.

Yun Xi l’avait regardé pendant un moment, puis, comme si elle impliquait de la sympathie pour une maladie, elle avait légèrement soupiré.

« Jeune maître Jiang, parfois je pense que votre vie n’est pas aussi facile qu’elle le semble. »

« Petite Yun Xi, que veux-tu dire par là ? » Jiang Chenghuan avait ajusté son manteau clinquant et lui avait souri avec malice.

« Ce n’est rien. C’est juste que vous voir porter un masque tous les jours pour faire face à tant de gens qui roulent des yeux sur vous semble si épuisant mentalement. »

Jiang Chenghuan avait semblé être pris au dépourvu, puis avait souri et lui avait tapé sur l’épaule. « Pourquoi es-tu si réfléchie à un si jeune âge ? Avec une poule aux œufs d’or comme le Jeune Maréchal Mu, tu pourrais avoir tout ce que tu veux, régler tes comptes avec qui tu veux facilement, non ? »

« … » Il avait changé de sujet si intentionnellement que Yun Xi ne savait soudainement pas comment lui répondre.

« Comme le combat d’hier… Un simple mot de ta part suffisait pour que les gens aillent se battre pour toi sans même demander pourquoi. Quand tu laisses cet homme te gâter au point que tu peux pratiquement te battre sans utiliser tes mains et marcher sans utiliser tes jambes, tu as gagné ! Toutes les femmes de Jingdu vont devenir jalouses et avoir du ressentiment envers toi. Quelle satisfaction ! »

« Je comprends votre métaphore sur le fait de se battre sans utiliser mes propres mains, mais que diable voulez-vous dire par marcher sans mes propres jambes ? ».

Dans sa vie précédente, marcher sans utiliser ses propres jambes était généralement utilisé pour décrire comment les pères gâtaient leurs filles en les portant partout où ils allaient.

Ce n’était probablement pas un compliment lorsque Jiang Chenghuan l’avait dit.

Jiang Chenghuan était sur le point de s’expliquer davantage lorsque la voix de Mu Feichi était arrivée derrière lui. « Il fait froid dehors. Qu’est-ce que vous faites tous à rester dehors ? Entrez ! »

Il avait dit cela à Yun Xi et à Jiang Chenghuan, qui fit rapidement un geste de gentleman en direction de Yun Xi, l’invitant à entrer en premier.

S’il avait osé entrer le premier dans la maison, ce tyran imbécile lui aurait certainement donné un coup de pied dans la tête.

Par ce temps froid, il avait laissé sa bien-aimée dehors dans la cour pendant qu’ils discutaient joyeusement. Peu importe s’il souffrait d’un petit rhume, mais si quelque chose arrivait à cette fille, il le lui ferait payer.

Ils étaient entrés dans la maison chaude et confortable.

Comme le manoir Mu était construit au sommet de la montagne, la température était beaucoup plus basse qu’au pied de la montagne. Cependant, le chauffage intérieur était très bien fait.

Le plancher en bois était équipé d’un chauffage par le sol, et ils avaient immédiatement ressenti la chaleur.

Le système de ventilation central changeait l’air toutes les heures, de sorte que l’air n’était pas étouffant même si l’on y passait la journée.

Le majordome avait pris une paire de pantoufles en peluche de laine blanche dans le meuble à chaussures pour Yun Xi. « Mlle Yun, vous pouvez les porter. Le jeune Maréchal Mu vient de les acheter, mais je ne sais pas si elles vous iront. »

Yun Xi était un peu intriguée que Mu Feichi achète quelque chose d’aussi féminin. Elle était très surprise.

Jiang Chenghuan avait jeté un coup d’œil aux pantoufles de fille et avait ricané. « Je ne peux pas supporter ce DPA forcé et oppressant ! »

« … » Yun Xi pouvait comprendre les insinuations de ses mots, mais elle devait faire semblant de ne pas comprendre.

Ce genre de sujet romantiquement ambigu, qu’elle réponde ou non, ne ferait que la mettre dans l’embarras.

Après que Yun Xi ait mis ses pantoufles, le majordome avait essuyé la saleté des pieds de Grand Blanc. Ce n’est qu’ensuite qu’ils avaient tous été autorisés à aller dans le salon.

Mu Feichi sortit de la cuisine, une tasse à la main, et la tendit à Yun Xi.

En prenant la tasse, Yun Xi avait senti une forte odeur de chocolat.

Elle avait tenu la tasse de chocolat chaud dans sa main. Non seulement elle s’était réchauffée les mains, mais elle s’était aussi sentie réchauffée à l’intérieur.

« Hé, et moi ? » Jiang Chenghuan avait vu qu’il avait préparé une tasse de chocolat chaud pour son bébé adoré, mais l’avait pourtant complètement ignoré.

Sans même le regarder, Mu Feichi s’était retourné et s’était dirigé vers le canapé pour s’asseoir.

Ayant l’impression d’être l’intrus, Jiang Chenghuan avait pris une profonde inspiration : « Majordome, donne-moi de la nourriture pour chien ! ».

« Hein ? Deuxième jeune maître, il n’y a pas de nourriture pour chien ici. Voulez-vous un peu de la nourriture que mange Grand Blanc ? »

____ 

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 301 : Courtoisie ? Menu Chapitre 303 : Quand ai-je été impotent ?