Commandant impérial Sa magnifique femme est pourrie gâtée | Imperial commander His pretty wife is spoiled rotten | 帝少爆宠 娇妻霸上瘾
A+ a-
Chapitre 304 : Symbole de statut

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Gu Jiaqi

 ***

Novembre était déjà l’hiver à Jingdu, et le temps était sec et froid. Le vent froid qui soufflait sur les visages de tout le monde était douloureux et perçant.

Les deux ginkgos de la cour du complexe de villas donnaient à l’ensemble de la zone une teinte dorée. Depuis le pavillon de sécurité à l’entrée, on aurait dit que toute la cour avait été pavée d’or.

Ce qui l’avait un peu déconcertée, c’est que de l’intersection de la villa à l’extérieur de la cour jusqu’au poste de garde, puis jusqu’au manoir Mu, il y avait de rares arbres phénix du Dharma plantés de haut en bas.

L’avenue droite jusqu’au manoir était puissante et majestueuse.

Planter un arbre phoenix était censé porter chance. Le phénix était également un symbole de bon augure.

À Jingdu, où les ginkgos étaient plantés un peu partout, les arbres-phénix de la montagne Tianyu de Mu Feichi étaient les plus impressionnants.

Elle se souvenait vaguement, en étudiant l’histoire, que certaines familles européennes avaient utilisé des arbres phénix pour décrire les hommes.

La médaille du Chevalier Vert avait été conçue sur la base des caractéristiques de l’arbre-phénix français.

Ce type de médaille était utilisé pour récompenser les combattants et chevaliers courageux et tenaces qui avaient défendu la stabilité des classes supérieures françaises. C’était un symbole de noblesse.

Mu Feichi avait choisi de planter ces arbres phénix sur son propre territoire. Il était évident que même s’il était puissant dans la ville animée de Jingdu et dans le monde impitoyable des affaires, sa mondanité était sans égale.

En descendant du bus qui l’avait emmenée à l’école, Yun Xi avait vu Han Yaotian qui attendait à la porte de l’école.

Dans sa dernière vie, elle avait aimé cet homme à en mourir. Elle avait tout fait pour lui.

Dans cette vie, maintenant, avant qu’elle n’ait assez de capacités pour rivaliser directement avec lui, elle voulait l’éviter.

Parce qu’elle avait l’impression de devoir se forcer à réprimer l’envie de le tuer à chaque seconde où elle était en sa présence.

Elle devait gagner en patience maintenant, au lieu d’essayer d’assouvir son désir de vengeance.

« Mademoiselle Yun. » Han Yaotian l’avait vue descendre du bus et s’était approché.

Une jeune héritière d’un complexe de villas cossues prenait le bus pour aller à l’école ? Elle était aussi indépendante qu’il l’avait imaginée.

« M. Han, vous avez besoin de moi pour quelque chose ? » Yun Xi ne voulait pas perdre de temps à lui parler, alors elle était allée droit au but.

« Je suis venue m’excuser auprès de vous pour ce qui s’est passé au banquet l’autre jour. Je suis vraiment désolé pour ce qui s’est passé. Mlle Yun doit se sentir lésée. »

(NDT : Oui, maintenant il la vouvoie. Il est rendu plus polie avec elle)

Ne montrant aucune sympathie pour les humbles excuses de Han Yaotian, Yun Xi avait tiré sur le coin de sa bouche d’une manière moqueuse.

« M. Han, vous n’avez pas à vous excuser auprès de moi. Comparée à moi, Mme Lin doit se sentir beaucoup plus lésée. De plus, l’héritier aîné s’est déjà excusé, donc vous n’aviez pas à faire l’effort supplémentaire de faire un voyage spécial pour venir me voir. »

Elle pouvait laisser le passé au passé pour le bien de l’Héritier aîné, mais cela ne signifiait pas qu’elle ferait de même pour Han Yaotian.

« Est-ce que Mlle Yun nourrit des malentendus à mon égard ? J’ai toujours l’impression que vous me détestez un peu ? »

Si elle se comportait comme ça avec tout le monde, alors il était d’accord avec ça.

Mais ce n’était certainement pas le cas. Il était certain qu’elle n’agissait pas de manière grossière ou dédaigneuse envers Chen Yichen ou le mystérieux jeune maréchal Mu. Elle semblait avoir toujours agi avec la culture et l’étiquette sophistiquée d’une dame lorsqu’elle était en leur présence.

Il ne savait pas pourquoi elle était si froide avec lui, ni pourquoi elle ne lui parlait jamais courtoisement.

Il était habitué à ce que les gens le couvrent d’éloges, tandis que les femmes avaient recours à toutes sortes de tactiques pour coucher avec lui. Tout le monde lui faisait de la lèche.

Il trouvait très intéressant d’avoir rencontré une beauté aussi glaciale qui ne prenait pas la peine de lui accorder la moindre attention.

Les mains de Yun Xi serraient fermement son manteau, et le sourire sur son visage semblait extrêmement rigide.

« M. Han réfléchit trop. Je ne vous connais pas, alors laissons le passé au passé. Vous n’aviez certainement pas besoin de venir jusqu’ici juste pour vous excuser auprès de moi. »

« J’étais l’un des organisateurs de l’événement, et vous étiez également mon invitée. Notre manque d’hospitalité reflète une certaine négligence. »

« Alors que voulez-vous, Président Han ? »

Ses excuses semblaient n’être qu’une excuse pour cacher ses véritables arrière-pensées.

« Si Mlle Yun est libre, pourriez-vous me donner une chance de m’excuser correctement auprès de vous ? De cette façon, je n’aurai plus à m’inquiéter de cela à l’avenir. »

Yun Xi avait souri froidement. « Est-ce que M. Han traite chaque invité avec autant de cœur ? »

« Je suis nouveau dans ce monde, donc il y a beaucoup de choses que je n’ai pas suffisamment faites. Soyez patiente avec moi, Mlle Yun. »

« D’accord ! Je serai patiente, mais vous n’avez rien à faire de spécial pour moi afin de vous excuser. Je dois aller en cours maintenant, donc je vais devoir écourter cette conversation. »

« Et si j’attendais que vous finissiez l’école, et que nous prenions un repas ensemble ? Cela vous conviendrait-il ? »

Yun Xi avait jeté un coup d’œil à ses camarades de classe qui la fixaient au-delà des portes de l’école. « Parlons-en un autre jour. Je vais être en retard en classe maintenant. »

Ne voulant pas continuer à parler de ces bêtises avec lui, elle s’était dirigée vers l’école à toute vitesse.

Elle savait qu’à cause de son attitude superficielle, Han Yaotian n’abandonnerait pas si facilement.

Ce n’était pas grave. S’il voulait attendre, il pouvait aussi bien attendre.

____

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 303 : Quand ai-je été impotent ? Menu Chapitre 305 : Pas assez stupide pour impliquer la culpabilité