Commandant impérial Sa magnifique femme est pourrie gâtée | Imperial commander His pretty wife is spoiled rotten | 帝少爆宠 娇妻霸上瘾
A+ a-
Chapitre 297 : Homme dominateur et prévenant

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Gu Jiaqi

***

Après que Yun Xi ait fini de parler, elle avait regardé froidement le directeur de l’hôpital, demandant d’un air moqueur : « Xu He est soupçonné de faire du mal aux gens malgré son statut de médecin. En tant que directeur de l’hôpital, vous n’auriez pas quelque chose à voir avec cette affaire, n’est-ce pas ? »

« Non, non… cela n’a vraiment rien à voir avec moi. Nous sommes un hôpital privé, et les patients de chaque médecin ont des droits privés. Même si je suis le directeur de l’hôpital, je n’ai pas le droit d’intervenir dans le traitement des patients par les médecins. »

Yun Xi avait hoché la tête et avait décidé de le croire pour le moment.

Mu Feichi fit un signe de tête à Qi Yuan, puis Qi Yuan ramassa Xu He, qui s’était évanoui, et le jeta devant le directeur de l’hôpital.

Le directeur de l’hôpital était à bout de nerfs.

« Si quelqu’un de la famille Zhao vient demander ce qui lui est arrivé, sais-tu quoi dire ? » Mu Feichi avait jeté un regard froid au directeur de l’hôpital.

« Je sais, je sais… »

« Nettoie-le et jette-le en prison. Ne t’avise pas de répandre un seul mot sur ce qui s’est passé aujourd’hui. Si cette affaire n’est pas traitée correctement, je te laisserai regarder cet hôpital se ruiner. »

Le directeur de l’hôpital avait essuyé la sueur de son front et avait hoché désespérément la tête. « Oui, oui… Je garderai le secret sur cette affaire ! Je vais donner au Jeune Maréchal Mu une explication satisfaisante pour tout. »

Comparé au maintien des emplois de nombreuses personnes dans l’hôpital, il n’était pas si difficile de licencier une seule personne.

« Allons-y ! » Mu Feichi tendit la main et attira Yun Xi dans ses bras, puis l’entraîna hors du bureau.

La tête appuyée contre son épaule, Yun Xi entendit faiblement les marmonnements des discussions qui se déroulaient à l’extérieur et comprit que Mu Feichi ne voulait pas qu’elle se montre, aussi elle le laissa docilement l’entraîner.

Elle avait senti une odeur de menthe sur lui, mélangée à une légère odeur de vin.

Quel homme dominateur et prévenant !

Mu Feichi ne l’avait pas lâchée jusqu’à ce qu’ils montent dans la voiture.

Yun Xi avait pris une profonde inspiration, puis avait levé les yeux pour regarder l’homme assis à côté d’elle.

« Jeune Maréchal Mu, pourquoi ne m’avez-vous rien demandé sur ce que je voulais faire ? ».

Ce n’était pas ce que les gens ordinaires feraient. N’importe quel homme aurait demandé la situation avant de s’impliquer dans un combat, de peur de causer des problèmes inutiles.

Pourtant, il avait nettoyé le désordre pour elle sans lui demander quoi que ce soit !

Un tel mode opératoire était caractéristique de Mu Feichi.

« Ne m’as-tu pas déjà dit ce que tu voulais ? Que je te pose des questions ou non, le résultat serait le même. »

C’était ce qu’elle avait voulu faire, alors il n’allait pas l’en empêcher.

Ce qu’il voulait, c’était faire tout ce qui était en son pouvoir pour la protéger.

« C’est juste que même si cette ordure est envoyée en prison, j’ai peur que la famille Zhao trouve un autre médecin privé pour faire son travail. Je dois trouver un moyen de changer les médicaments du vieil homme. »

« La famille Zhao de Beidi… ? » Mu Feichi avait légèrement rétréci ses yeux. « Pourquoi es-tu impliquée dans la famille Zhao ? »

« Mlle Zhao est ma camarade de classe, et elle est la première amie que je me suis faite à l’école. »

Après une pause, Yun Xi semblait avoir pensé à autre chose. « N’avez-vous pas dit que vous vouliez appuyer une famille ? Je pense que la famille Zhao semble être très riche… »

De Zhao Yumo, elle avait appris que ses oncles et tantes, tous des gens fortunés, possédaient beaucoup de capitaux qui sous-tendaient toutes les fondations de la famille Zhao toute entière.

En termes d’affluence, elle devinait qu’ils étaient comparables à la famille Han.

« Hein ? » Mu Feichi avait levé les sourcils et avait tourné la tête pour la regarder. Il avait souri d’un air impuissant, « Je pensais que tu te recommanderais toi-même. »

« Je me recommande moi-même maintenant. »

« Si tu es en charge de la famille Yun, tu pourras également t’élever. N’aie pas si peu confiance en toi. »

« Comparée à la famille Zhao, la famille Yun n’est rien. Jeune Maréchal Mu, vous ne devriez pas faire du népotisme. »

« Du népotisme ? » Mu Feichi s’était retourné pour la regarder de près, l’expression de ses yeux devenant sérieuse.

En la regardant avec la tête à moitié tournée de cette façon, il semblait nonchalant, détendu et très séduisant.

« Je voulais faire du népotisme avec toi, mais tu ne m’en as pas donné l’occasion. »

Le visage de Yun Xi semblait abasourdi. Cependant, elle avait cligné des yeux et était rapidement revenue à la réalité avec un regard de surprise sur son visage.

« Vous allez vraiment aider la famille Yun à s’élever ? Jeune Maréchal Mu, cette blague n’est pas drôle. »

Mu Feichi sourit et ne dit rien, mais ses yeux profonds avaient une expression énigmatique.

Dans son tiroir à la maison, il y avait des informations détaillées sur la famille Yun et un grand plan pour la famille Yun pour les dix prochaines années.

Il n’était pas difficile pour lui de pousser une famille vers le haut de l’échelle. Cela dépendait juste de s’il le voulait ou non.

____ 

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 296 : Bats-le aussi violemment que tu le peux Menu Chapitre 298 : Demander justice pour sa petite amie