Commandant impérial Sa magnifique femme est pourrie gâtée | Imperial commander His pretty wife is spoiled rotten | 帝少爆宠 娇妻霸上瘾
A+ a-
Chapitre 296 : Bats-le aussi violemment que tu le peux

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Gu Jiaqi

***

Après être montée dans la voiture, Yun Xi avait donné une adresse à Qi Yuan. Qi Yuan pouvait presque être appelé une carte vivante, et il avait immédiatement dit qu’il savait où c’était.

C’était un hôpital privé, et leur voiture s’était rapidement garée sur une place de parking devant l’hôpital.

Mu Feichi n’avait pas demandé ce qui se passait du début à la fin, et, faisant semblant de s’amuser tout en étant ivre, il s’était juste adossé confortablement dans la voiture sur son oreiller humain.

Après être entrés dans l’hôpital, Qi Yuan avait demandé où se trouvait le bureau du docteur Xu, et quelqu’un les avait conduits directement au bureau.

Ils avaient poussé la porte avec fracas, et le docteur Xu avait été pris de court. Il avait levé la tête et regardé les trois personnes qui se tenaient dans l’embrasure de sa porte.

« Qu’est-ce que vous faites ? Vous ne savez pas qu’il faut frapper à une porte avant de faire irruption ? »

Mu Feichi leva la main pour fermer la porte derrière eux, puis la verrouilla avec un clic.

Yun Xi leva les yeux et regarda le médecin sans scrupules qui se tenait devant elle. « Vous êtes Xu He, n’est-ce pas ? »

« Je le suis ! Et vous, qui êtes-vous ? Pour voir un médecin, vous devez d’abord vous inscrire pour un rendez-vous. Et je sors du travail maintenant. »

« Qi Yuan, frappe-le aussi fort que tu peux sans le tuer. »

Ce qu’elle détestait plus que tout, c’était les gens qui utilisaient les mains censées sauver les gens pour leur faire du mal.

Le devoir d’un médecin était d’empêcher la mort et de guérir les blessés. Quand elle pensait qu’il y avait des gens qui utilisaient la médecine pour nuire aux autres dans leur propre intérêt, elle refusait de faire preuve de la moindre pitié.

Qi Yuan avait retroussé ses manches et s’était dirigé vers Xu He. En le voyant se préparer à se battre avec lui, Xu He avait reculé nerveusement.

« Toi, qu’est-ce que tu fais ? Je vous le dis, c’est un hôpital. Frapper les gens est illégal. »

« Vous, droguer volontairement le patriarche de la famille Zhao jusqu’à ce qu’il soit pratiquement à moitié mort est aussi une blessure délibérée. Avant d’être envoyé en prison, vous méritez une bonne raclée. »

Alors que ses mots tombaient dans ses oreilles, Qi Yuan avait ramassé une chaise en bois et l’avait jetée sur Xu He. Puis il avait commencé à le frapper.

Les coups de poing et les coups de pied de Qi Yuan étaient assez puissants, et il n’avait montré aucune pitié.

Yun Xi n’avait pas voulu recourir à la violence, mais ce médecin avait agi de manière insupportable !

Peu importe les conséquences finales, tout pouvait attendre qu’il reçoive une bonne raclée.

Mu Feichi emmena Yun Xi s’asseoir sur le canapé près de la porte pendant qu’ils regardaient le spectacle…

Lorsqu’une infirmière à l’extérieur de la chambre avait entendu les sons, elle avait frappé à la porte. Yun Xi avait jeté un coup d’œil à Mu Feichi et s’était inquiétée de la façon dont cela allait l’affecter.

Mu Feichi avait tourné la tête, s’était frotté la tête avec un sourire assuré, puis s’était levé et avait sorti son téléphone pour composer un numéro et avait émis quelques instructions froidement.

Yun Xi avait fixé d’un regard vide cet homme qui se tenait près de la porte. Pendant un instant, elle avait soudainement eu l’impression que l’homme en face d’elle était si grand et si puissant !

Il était venu avec elle pour frapper quelqu’un sans poser la moindre question. Son statut était si distingué qu’il n’aurait vraiment pas dû l’accompagner pour faire une chose pareille.

Mais sans poser une seule question ni essayer de l’arrêter, il n’avait pas hésité à venir ici et à la laisser faire ce qu’elle voulait.

Son affection pour elle était vraiment irrésistible !

Pour une raison inexplicable, elle avait soudainement ressenti une boule dans sa gorge et était si émue qu’elle ne pouvait pas parler.

Bientôt, il y avait eu plus de bruit derrière la porte, et les cris de l’infirmière avaient cessé.

Dans le bureau, les pleurs et les hurlements de Xu He s’étaient progressivement affaiblis, car la douleur était devenue si forte qu’il ne pouvait même pas supporter de crier.

Tremblant d’embarras, il s’était allongé sur le sol avec du sang sur le visage.

On avait frappé à la porte. « Jeune Maréchal Mu, je suis le directeur de l’hôpital… »

Mu Feichi avait ouvert la porte pour laisser entrer le directeur de l’hôpital. Le directeur de l’hôpital frissonna en regardant la pièce en désordre et Xu He, qui gisait sans bouger sur le sol.

Tremblant, il tourna la tête et leva les yeux pour regarder l’homme avec une expression de pierre sur le visage.

« Jeune Maréchal Mu, que… que se passe-t-il ? »

Mu Feichi jeta un regard à Yun Xi, qui leva la tête et raconta l’histoire du vieil homme de la famille Zhao.

Le directeur de l’hôpital était de plus en plus anxieux tandis qu’elle continuait à parler.

Avec un tel scandale, les répercussions de l’envoi de Xu He en prison mises à part, comment pouvait-il expliquer cela au Jeune Maréchal Mu, le boss en coulisse ?

____ 

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 295 : Je ne suis pas intéressée par la chair humaine désinfectée à l’alcool Menu Chapitre 297 : Homme dominateur et prévenant