Commandant impérial Sa magnifique femme est pourrie gâtée | Imperial commander His pretty wife is spoiled rotten | 帝少爆宠 娇妻霸上瘾
A+ a-
Chapitre 290 : Avec mon statut, tu penses vraiment que tu pourrais t’en tirer avec ça ?

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Gu Jiaqi

***

Yun Xi avait mis une expression innocente sur son visage et avait gloussé. « Comparée à moi, qui suis vraiment sa fiancée aux yeux de la société, qu’est-ce que tu es ? ».

Yun Ziling avait fait la grimace et avait serré les dents.

Yun Xi s’était avancée et avait regardé Yun Ziling d’un air condescendant. Ce n’est que parce que sa mère avait tellement gâté Yun Ziling qu’elle était devenue trop grande pour ses pantalons.

Cependant, étant donné le QI et la moralité de sa mère, elle ne s’attendait certainement pas à ce que sa gâterie fasse de Yun Ziling quelqu’un de talentueux ou d’éduqué.

« Tout le monde à Jingdu sait que je suis la fiancée de Jiang Henglin. S’il sort avec toi derrière mon dos, ne serait-ce pas une gifle pour Grand-père Jiang et pour moi ? Bien que nous ne soyons pas mariés, avec mon statut, tu penses vraiment que tu pourrais t’en tirer comme ça ? S’il ne me prend même pas au sérieux, pourquoi veux-tu qu’il te prenne au sérieux ? »

Yun Xi avait tendu la main et tapoté le visage de Yun Ziling avec condescendance. Elle était heureuse de faire la leçon à cette fille stupide.

« Les familles éminentes accordent la plus grande valeur à la réputation. Maman et toi avez fait des pieds et des mains pour embarrasser la famille Jiang. Pensiez-vous vraiment que la famille Jiang aiderait papa ? »

Si elle était allée leur demander, peut-être que le grand-père Jiang aurait envisagé d’intervenir dans cette affaire.

Cependant, il était dommage que sa mère et Yun Ziling y soient allées en suppliant l’indulgence. C’était l’équivalent de donner une gifle au vieil homme.

Sa mère n’avait pas assez de cervelle. Il n’y avait aucune chance que Grand-père Jiang les aide maintenant que Liang Xiuqin y était allée et avait humilié le vieil homme.

Avec un petit grognement, Yun Xi avait posé sa main sur son côté. Elle avait dit doucement : « Les cerveaux sont une bonne chose, et c’est dommage que ni toi ni maman n’en ayez. »

Ne voulant plus dire de bêtises avec elle, Yun Xi s’était retournée et était montée à l’étage.

Dans sa vie précédente, Grand-père Jiang avait accordé la plus grande importance à la réputation, tout comme il le faisait maintenant.

Si Jiang Henglin avait osé faire une chose telle que d’avoir une liaison avec la sœur de sa fiancée, le vieil homme l’aurait fouetté.

Tout ce que Jiang Henglin avait fait était d’utiliser ouvertement Yun Ziling pour humilier Yun Xi.

Pourtant, Yun Zuling n’avait pas été capable de voir clair dans son petit manège, et sa mère avait réellement cru qu’elle pourrait convaincre la famille Jiang de l’aider. C’était ridicule.

Sa mère était trop arrogante.

Les apparences n’étaient pas tout.

À cette époque, seules les trois familles nobles de Jingdu et les quatre grands clans avaient le privilège de pouvoir se fier à leur apparence. Les autres personnes ne pouvaient pas vraiment s’appuyer sur leur apparence pour avancer.

Yun Ziling avait vaguement saisi ce que Yun Xi insinuait. Se sentant rancunière et enragée, elle lui avait crié dans les escaliers avec jalousie : « Quand même, il m’aime plus que toi. Qu’est-ce que tu as de si génial ? Tu ne pourras peut-être même pas te marier à la famille Jiang. »

« … » La seule réponse de Yun Xi fut le bruit de ses pas qui montaient à l’étage.

Yun Xi ne put s’empêcher de glousser. Quelle était l’utilité des sentiments ?

N’étaient-ils pas inutiles dans les moments critiques ?

***

Yun Yuanfeng avait placé tous ses espoirs en Yun Xi, alors lundi matin, il l’avait emmenée à l’école en allant au travail.

Par conséquent, Yun Ziling, Yun Chuhan et Liang Xinyi avaient dû prendre le bus. Yun Ziling, la princesse la plus exigeante, était furieuse.

Sa conduite avait tout mis en évidence.

Il se trouve qu’il pleuvait ce matin, et Yun Xi n’avait pas vraiment envie de prendre le bus. Ainsi, lorsque son père lui avait proposé de l’emmener, elle n’avait eu aucune raison de refuser.

Mais les visages de Yun Ziling et de Liang Xinyi semblaient aigris. Liang Xiuqin ne pouvait pas supporter l’idée que Yun Ziling se mouille sous la pluie.

En entendant que Yun Yuanfeng allait emmener Yun Xi à l’école, elle s’était mise en colère.

« Chéri, c’est une fille sauvage habituée à la vie rude de la campagne, alors cette petite pluie n’est rien pour elle. Ziling est malade et ne supporte pas d’être mouillée sous la pluie. Si elle tombe malade, j’aurai fort à faire pour m’occuper d’elle. Ce serait une perte d’argent et de temps. Tu veux vraiment ça ? »

Les factures d’hôpital de Yun Ziling étaient toujours très élevées. Si elle avait quelque chose de grave comme une crise cardiaque, ils pourraient perdre beaucoup d’argent.

Yun Yuanfeng avait jeté un regard mécontent à Liang Xiuqin. « Yun Xi est aussi ta fille, alors quelle sorte de mère es-tu ? La santé de Ziling ne s’est-elle pas rétablie ? La station de bus n’est pas si loin du complexe de la villa. La pluie n’est même pas si forte en ce moment, alors pourquoi ne peut-elle pas aller à l’école avec un parapluie ? »

Il comptait toujours sur Yun Xi pour aller demander de l’aide à la famille Chen.

Pourtant, tout ce que cette stupide femme à courte vue avait fait, c’était d’essayer de l’entraîner dans sa chute.

« De quoi parles-tu ? Yun Xi a l’habitude de prendre le bus en semaine, alors laisse-la prendre le bus. En plus, son corps est plus fort que celui de Ziling. »

« Toi, la ferme ! J’ai pris ma décision. » Yun Yuanfeng ne voulait pas écouter Liang Xiuqin blablater plus longtemps, et il avait regardé directement Yun Xi. « Yun Xi, allons-y ! Tu seras en retard si nous ne partons pas maintenant. »

« Très bien, papa ! » Yun Xi jeta un coup d’œil aux yeux enflammés de sa mère et de Yun Ziling, et elle ricana pour elle-même.

Leur malheur faisait son bonheur !

____ 

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 289 : De quel droit te moques-tu de moi ? Menu Chapitre 291 : Ne pense même pas à me faire supplier !