Commandant impérial Sa magnifique femme est pourrie gâtée | Imperial commander His pretty wife is spoiled rotten | 帝少爆宠 娇妻霸上瘾
A+ a-
Chapitre 289 : De quel droit te moques-tu de moi ?

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Gu Jiaqi

***

« C’était déjà assez mal que tu ne puisses obtenir aucune aide de la famille Jiang, mais maintenant tu blâmes Yun Xi. Elle était en train de déjeuner avec toute la famille Chen. Si elle avait dit quoi que ce soit sur mon besoin d’aide devant tous ces gens, non seulement elle, mais toute la famille Yun, aurait été humiliée ! »

« Alors, de quoi jubile-t-elle ? Elle a commencé à blablater dès qu’elle est rentrée à la maison. Elle n’a rien fait pour nous aider. »

« La ferme ! » Yun Yuanfeng était sur les nerfs.

Ce qui s’était passé avec Yun Xi et la famille Chen aujourd’hui avait été une occasion rare, et pourtant Yun Xi n’aurait vraiment pas pu dire quoi que ce soit.

Liang Xiuqin avait pris contact avec la famille Jiang, mais ils ne voulaient tout simplement pas l’aider.

Qu’est-ce que Yun Yuanfeng allait faire maintenant ?

Yun Xi avait regardé d’un air innocent sa mère creuser sa propre tombe. Puis elle avait ajouté nonchalamment : « Aujourd’hui, l’héritier de la famille Jiang était également présent au déjeuner. »

« L’héritier de la famille Jiang… »

Yun Yuanfeng avait frissonné d’envie. Il n’arrivait pas à croire que toutes ces personnes qu’il n’avait jamais eu l’honneur de rencontrer avaient toutes été réunies pour un repas.

« Tu lui as beaucoup parlé… ? »

On parlait de l’héritier de la famille Jiang, un statut vraiment glorieux !

S’ils parvenaient un jour à s’élever socialement, le statut de la famille Yun à Jingdu pourrait être différent à l’avenir.

« Nous avons parlé un peu. Il était venu accompagner la vieille Madame pour un repas. Il semble qu’il ait une relation étroite avec elle. La vieille Madame le traite comme s’il était son propre enfant. »

Yun Xi avait choisi les détails les plus insignifiants pour en parler. Elle avait dit : « J’ai simplement été traînée là par l’héritier aîné. J’étais purement une étrangère, alors bien sûr, l’héritier ne m’a pas prise très au sérieux. »

Yun Yuanfeng avait soupiré de déception. En ce moment, il se sentait vraiment impuissant.

« Et si… ? Yun Xi, penses-tu que tu pourrais aller chez la famille Chen pour leur demander de l’aide en privé. La vieille Madame Chen ne t’aime-t-elle pas beaucoup ? Tu pourrais lui demander de transmettre un message à M. Chen… »

« Je ne suis pas sûr que Madame Chen nous aidera, puisque, après tout, ils ne nous sont plus vraiment redevables. De plus, le vase que Yun Ziling a cassé la dernière fois qu’elle était là n’a jamais été compensé. »

À cette mention, le visage de Liang Xiuqin s’était soudainement assombri.

« L’incident avec le vase était entièrement de ta faute. Pourquoi Ziling devrait-elle assumer la responsabilité de tes erreurs ? De plus, en ce qui concerne la compensation, cela ne pourrait-il pas être résolu si tu en parlais à Madame Chen ? Je pense que tu as choisi d’utiliser ce problème pour embarrasser notre famille. Es-tu encore un membre de la famille Yun ? Pourquoi es-tu devenu si déloyale ? »

« Tais-toi ! » Yun Yuanfeng ne pouvait pas oser lui permettre d’offenser Yun Xi maintenant.

Les paroles sans cervelle de Liang Xiuqin lui donnaient un énorme mal de tête.

Il n’avait jamais vu quelqu’un d’aussi stupide qu’elle.

C’était bien si elle n’aimait pas leur fille aînée. Cependant, elle continuait à lui créer des problèmes à cause d’elle.

Elle était plus que stupide.

« Papa, je vais faire de mon mieux pour plaider auprès de Madame Chen, mais je ne peux pas garantir qu’elle va nous aider. Je peux seulement essayer. »

Comme elle avait mentionné que plusieurs messieurs de la famille Chen étaient présents, son père ne pouvait pas s’attendre à ce qu’elle intervienne en sa faveur. De plus, elle n’avait jamais promis d’aller intercéder auprès de la famille Chen.

Comparé à la confiance de sa mère en la famille Jiang pour l’aider, lui donnant ainsi de faux espoirs, pour finalement le décevoir, Yun Xi avait été plus que gentille.

Le moment venu, même si elle ne pouvait pas l’aider, son père n’oserait pas la blâmer.

C’est vrai, son père était une personne qui intimidait les faibles, craignait les forts et essayait de faire de la lèche aux puissants.

« Ok, dès que possible… Ils vont commencer l’enquête mercredi prochain. »

« Très bien ! Je me rendrai chez la famille Chen demain après l’école. » Yun Xi avait levé la tête nonchalamment et avait dit : « S’il n’y a rien d’autre, je vais monter maintenant. »

« Vas-y alors. »

En montant à l’étage, Yun Xi avait remarqué Yun Ziling, qui se tenait près de la rampe de l’escalier du deuxième étage. Elle avait scruté le regard furieux et envieux sur le visage de Yun Ziling.

« Quand tu es allée chez les Jiang aujourd’hui, as-tu finalement vu clairement que tu ne signifiais rien pour Jiang Henglin ? »

Les yeux de Yun Ziling étaient soudainement devenus rouges. Elle avait jeté un regard furieux à Yun Xi en serrant les dents.

« Misérable fille, tais-toi ! De quel droit te moques-tu de moi ? »

Elle était allée à la maison de la famille Jiang aujourd’hui. Bien qu’elle l’ait vu, Jiang Henglin avait clairement indiqué qu’il n’avait pas l’intention de l’aider. Il lui avait dit de considérer sa position.

Aussi stupide que soit Yun Ziling, elle pouvait dire qu’il se défilait en ce moment, alors qu’il était leur seul espoir.

S’il ne les aidait pas, vers qui d’autre pouvaient-ils se tourner ?

Elle avait d’abord pensé qu’il l’aiderait certainement avec quelque chose d’aussi facile à faire pour lui. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il ne se soucie pas du tout d’eux.

Bien qu’il ait utilisé l’excuse de la loyauté familiale, il était évident qu’il ne voulait pas être impliqué dans une affaire aussi compliquée.

____ 

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 288 : Tu es aussi têtu qu’une mule ! Menu Chapitre 290 : Avec mon statut, tu penses vraiment que tu pourrais t’en tirer avec ça ?