Commandant impérial Sa magnifique femme est pourrie gâtée | Imperial commander His pretty wife is spoiled rotten | 帝少爆宠 娇妻霸上瘾
A+ a-
Chapitre 288 : Tu es aussi têtu qu’une mule !

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Gu Jiaqi

***

Alors qu’il arrivait à la porte, Grand Blanc tourna la tête et fixa Mu Feichi une fois de plus. Ses yeux dégoulinaient de mépris et donnaient vraiment à Mu Feichi l’impression d’avoir été poignardé en plein cœur.

À ce moment-là, Grand Blanc se disait : « Je n’aime pas avoir un maître aussi insensible. En plus, c’est lui qui a dit qu’elle était aussi ma maîtresse ! »

Mu Feichi ne pouvait s’empêcher de se sentir volé en regardant Grand Blanc quitter la pièce.

Il sourit, impuissant, puis sortit son téléphone et appela pour demander à quelqu’un de préparer une voiture pour emmener Yun Xi dans la forêt où elle s’entraînait avec Li Zilan.

Lorsque la porte du bureau s’était refermée avec un clic, l’expression douce du visage de Mu Feichi avait progressivement changé.

Il y avait un document dans son tiroir. Il l’avait regardé pendant un moment, puis avait finalement refermé le tiroir.

***

En descendant, Yun Xi s’était accroupie et a tapoté Grand Blanc, qui l’avait suivie de près.

« Je m’en vais maintenant. Tu ne peux pas me suivre, sinon je ne t’emmènerai pas jouer la prochaine fois que je viendrai. »

Grand Blanc avait frotté son nez sur la jambe de Yun Xi d’un air consterné et l’avait griffée avec ses pattes. Il essayait de lui dire qu’il ne voulait pas qu’elle parte.

« Hé, je jouerai avec toi un autre jour. Je te le promets. » Yun Xi jeta un coup d’œil au majordome qui était sorti de la cuisine et lui fit ses adieux à lui aussi, tout en lui remettant Grand Blanc.

Ce n’est que lorsque le soleil s’était presque couché que Yun Xi avait quitté la montagne pour rentrer chez elle.

Après une journée si chargée, elle était un peu fatiguée, mais elle savait qu’un bon spectacle l’attendait à la maison.

Après avoir appelé le numéro de son domicile depuis le poste de garde, la gouvernante lui avait dit que ses parents étaient à la maison et que la situation était assez tendue.

Puisque les choses ne semblaient pas très bonnes, il n’y avait qu’une seule possibilité. Sa mère était rentrée de la maison de la famille Jiang les mains vides.

Sur le chemin du retour, Yun Xi avait réfléchi à ce qu’elle allait faire avant d’entrer dans la maison.

« Maman et papa, je suis de retour ! »

Dès qu’elle avait fait un pas dans le salon, Yun Yuanfeng s’était levé et regardait Yun Xi nerveusement, comme s’il avait placé tous les espoirs qui lui restaient sur elle.

« Yun Xi, comment ça s’est passé quand tu es allée chez la famille Chen pour déjeuner avec la vieille Madame aujourd’hui ? As-tu vu M. Chen ? »

Yun Xi avait hoché la tête. « Je ne suis pas allée à la maison de la famille Chen. La famille de la vieille Madame était allée manger à Jinding, et le fils aîné m’y a emmené. Je ne m’attendais pas à ce qu’ils fassent un repas de famille. Toute la famille était là, alors je n’ai pas osé parler de choses privées. »

« Toute la famille était là ? » Yun Yuanfeng avait été surpris. « Tu as vu les deuxième et troisième jeunes maîtres de la famille Chen ? »

Yun Xi avait hoché la tête. « C’était une fête de famille, donc ils étaient tous là. »

En entendant les mots de Yun Xi, Yun Yuanfeng avait tremblé. Il ne pouvait pas contenir son excitation.

« Tu as vu les trois jeunes maîtres de la famille Chen ! Même les personnes les plus fortunées de Jingdu pourraient ne jamais être en mesure de les rencontrer. Tu as eu une telle chance. »

« J’ai également été très surprise. Il s’agissait à la fois d’aînés et de personnes éminentes au statut distingué. Je n’osais vraiment pas parler de quelque chose de personnel, de peur de dire quelque chose de mal qui pourrait causer des problèmes à la famille. »

« Peu importe si tu avais dit quelque chose de mal, la vieille Madame t’aime beaucoup. Ils n’auraient pas demandé des comptes à un enfant comme toi. »

Yun Yuanfeng avait parlé de façon extrêmement fière. C’était presque comme s’il avait été là avec Yun Xi.

Sa fille était si impressionnante ! Il agissait comme s’il pouvait se refléter dans sa gloire.

Yun Xi avait tiré sur les coins de sa bouche et avait souri, puis avait changé de sujet. « Maman n’es-tu pas allée chez la famille Jiang aujourd’hui ? Comment ça s’est passé ? La famille Jiang est-elle prête à se manifester pour t’aider ? »

Cela n’aurait pas posé de problème si elle n’en avait pas parlé, mais maintenant qu’elle l’avait fait, Yun Yuanfeng s’était de nouveau mis en colère.

Liang Xiuqin en était déjà au stade où elle pouvait à peine réprimer sa rage. Maintenant, elle était allée jusqu’au bout et avait déversé sa rage sur Yun Xi.

« Que la famille Jiang soit prête à aider ou non n’a rien à voir avec toi. Tu n’as pas à t’en inquiéter ! »

« Je m’inquiète pour papa, d’accord ? »

« À quoi bon t’inquiéter pour ton père, puisque ce n’est pas comme si tu pouvais aider à quoi que ce soit ! ».

Dès que Yun Xi était rentrée, elle avait jubilé de sa bonne nouvelle auprès de la famille Chen. Les sourires de Yun Yuanfeng avaient été impossibles à avaler pour elle.

« Puisque tu as vu tous les membres de la famille Chen, pourquoi ne leur as-tu pas parlé de ton père ? Tous ces riches hommes d’affaires réunis dans une même pièce, ils auraient pu résoudre le problème facilement. »

Quand Yun Yuanfeng avait entendu ça, il avait été amusé. Liang Xiuqin l’avait en fait fait rire.

« Tu ne penses pas que c’est assez embarrassant ? Tu voulais vraiment qu’elle mentionne ça devant tant de gens ? J’aurais pu être le premier sur lequel ils enquêteraient ! Tu es aussi têtu qu’une mule. »

____ 

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 287 : Arrêtez de me taquiner ! Menu Chapitre 289 : De quel droit te moques-tu de moi ?