Commandant impérial Sa magnifique femme est pourrie gâtée | Imperial commander His pretty wife is spoiled rotten | 帝少爆宠 娇妻霸上瘾
A+ a-
Chapitre 287 : Arrêtez de me taquiner !

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Gu Jiaqi

 ***

Si vous vouliez trouver quelqu’un qui avait l’air en forme et musclé sans ses vêtements, Mu Feichi serait certainement une figure représentative.

Il avait des abdominaux sexy et un pack de six. Sa peau brillait d’un bronzage doré qui témoignait du temps qu’il avait passé à l’extérieur dans les éléments.

Mais maintenant… il était couvert d’une éruption cutanée rouge.

Mais même avec cette éruption, il avait toujours l’air d’un beau gosse auquel toute femme aurait du mal à résister.

Yun Xi avait froncé les sourcils et avait rougi. Puis elle avait pris une grosse poignée de boules de coton, les avait trempées dans le médicament et avait commencé à lui frotter le dos.

Il lui avait demandé de prendre soin de lui. La façon dont elle le ferait dépendrait de son humeur.

Mu Feichi semblait s’amuser énormément. Assis de côté sur une chaise, il semblait de très bonne humeur.

« J’ai entendu dire que ton père a eu des problèmes récemment. »

Mu Feichi avait mentionné cela avec désinvolture.

Yun Xi avait arrêté ce qu’elle faisait pendant un moment. « Quelqu’un serait venu enquêter sur l’un de ses projets. Comme vous le savez, son entreprise emploie un grand nombre de personnes, et il y a beaucoup d’opportunités pour gagner un revenu louche. S’ils commencent vraiment à enquêter sur tout ce qui se passe dans cette entreprise, je pense pas que quelqu’un va finir par ne pas être heureux. »

« Je ne pense pas que tu saches vraiment de quoi tu parles. Cependant, si tu me demandes de l’aide, rien de grave n’arrivera à ton père. »

Yun Xi avait doucement reniflé. « Je ne suis pas pressée. Ma mère emmène maintenant Yun Ziling chercher l’aide de Jiang Henglin pour les problèmes de mon père. Je vous demanderai votre aide après leur échec. Mon père ne sera pas reconnaissant pour votre aide si elle est trop facile à obtenir. »

Son père ne ferait qu’utiliser et réutiliser, et il ne se souviendrait pas de ses bonnes actions.

« La famille Jiang ne l’aidera pas. Une fois que la famille Jiang sera impliquée dans cette affaire, toute personne liée à la famille Jiang sera également impliquée. Peu importe à quel point Jiang Henglin est stupide, il n’entraînera pas son père et le reste de sa famille dans les problèmes. »

« Donc, si ma mère veut causer des problèmes, alors laissez-la causer des problèmes. Ça me sauvera des problèmes. »

Mu Feichi avait gloussé légèrement. « Tu veux savoir qui a fait ça ? »

« Hein ? » Yun Xi fit une pause, y réfléchit attentivement, puis fit une supposition.

« Je suppose que ça ne peut être personne d’autre que la famille Han. J’ai fait de Han Wanling la risée de tous, alors je suppose qu’elle se dit que si elle ne se venge pas, je la regarderai de haut. »

« Je t’ai déjà expliqué qu’avant d’abattre la famille Han, nous devons d’abord soutenir une famille capable de rivaliser avec les trois autres clans majeurs afin de maintenir un équilibre. Tu ne sembles pas vouloir que je soutienne la famille Yun. Pourquoi ça ? »

Yun Xi avait ricané et s’était esclaffé. « La famille Yun ? Quelle blague ! Mon père est un bon à rien, et mon deuxième oncle n’est pas en bonne santé. Bien que mon troisième oncle soit dans le monde des affaires, il ne peut éviter de se mettre dans le pétrin. La famille Yun est loin derrière les autres familles. »

Elle était absolument certaine que personne en position d’autorité dans la famille Yun à l’heure actuelle ne pouvait contrôler la situation globale.

Et elle était encore trop jeune maintenant. Donc même si elle avait des ambitions, elle ne serait pas capable d’avoir assez de pouvoir à cet âge pour convaincre les gens qu’elle était en charge.

« Je pensais que tu serais heureuse de mon offre d’aider ton père. »

« Jeune Maréchal Mu, ne me trahissez pas. »

« Les affaires de ton père… »

« N’intervenez pas dans cette affaire. Je peux m’en occuper. »

« Que vas-tu faire ? Demander à Chen Yichen ? »

« J’ai ma propre façon de faire les choses. Je vous en parlerai le moment venu. »

« Tu n’as pas le droit d’aller voir Chen Yichen. La famille Chen est dans une situation délicate en ce moment, donc ils ne peuvent pas t’aider. »

« Je sais. Je ne ferai rien maintenant. Le problème va se résoudre de lui-même le moment venu. »

Après avoir finalement terminé de frotter son dos et sa poitrine, elle s’était arrêtée. Les zones qui restaient étaient trop intimes. Comme Yun Xi n’avait jamais fait quelque chose d’aussi intime dans aucune de ses vies, elle avait trouvé cela vraiment embarrassant.

Elle s’était reculée et avait regardé ce bel homme avec méfiance.

« Jeune Maréchal Mu, j’ai fini de vous servir maintenant. »

Sans réfléchir, elle avait jeté les boules de coton directement dans le bol de médicaments.

Mu Feichi avait haussé les sourcils, un sourire jouant aux coins de sa bouche. « Pourquoi, tu ne peux plus me supporter ? »

Yun Xi avait doucement reniflé, puis avait répondu avec un regard de désapprobation : « Vous pouvez essuyer vos parties intimes par vous-même. »

Sur ce, elle s’était retournée et était sortie.

« Où vas-tu ? »

« Je dois aller trouver boss Zilan. » C’était trop dangereux de rester avec Mu Feichi.

« Grand Blanc, où crois-tu aller ? »

Grand Blanc, qui s’était levé et s’apprêtait à suivre Yun Xi hors de la pièce, tourna la tête et regarda Mu Feichi après l’avoir entendu crier son nom.

Il semblait avoir une expression hautaine et dédaigneuse sur son visage. C’était presque comme s’il réprimandait Mu Feichi pour avoir essayé de profiter de Yun Xi de cette façon.

Il tourna à nouveau la tête et continua à sortir de la pièce.

« Reviens ici ! Qui est ton maître exactement ! »

____

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 286 : Vous avez peur d’un goût amer ? Menu Chapitre 288 : Tu es aussi têtu qu’une mule !