Commandant impérial Sa magnifique femme est pourrie gâtée | Imperial commander His pretty wife is spoiled rotten | 帝少爆宠 娇妻霸上瘾
A+ a-
Chapitre 139 : Si quelque chose arrive, je serai responsable

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Gu Jiaqi

***

La vieille Madame avait toujours fait attention à sa santé, et ce n’était donc pas la première fois qu’elle entendait parler d’un oreiller médical.

Voyant que Yun Xi l’avait apporté avec tant d’attention, elle avait serré l’oreiller dans ses bras et, après avoir senti la légère odeur de médicament, elle avait hoché la tête en signe de satisfaction.

« Tu es la plus attachante de toutes. »

Yun Xi avait souri doucement comme un gentil petit chaton. Quand elle souriait, on pouvait voir de légères fossettes sur ses joues, et elles la rendaient encore plus adorable.

« Vieille Madame, vous pensez que la médecine occidentale est risquée, et je sais que vous vous inquiétez du fait que vous vieillissez et que vous pourriez ne pas être en mesure de voir la prochaine génération de votre famille au cas où quelque chose se produirait pendant une opération. Alors, n’utilisons pas la médecine occidentale comme traitement. Je peux vérifier votre pouls maintenant, qu’en dites-vous ? »

Les mots de Yun Xi avaient touché une corde sensible chez la vieille Madame.

Elle seule comprenait ses inquiétudes et ses préoccupations.

Tout le monde dans la famille pensait qu’elle était vieille et têtue, trop têtue, mais seule cette fille comprenait ses inquiétudes.

« Ah, toi, ma fille, tu me comprends », avait dit la vieille dame d’une voix étranglée en tapotant le dos de la main de Yun Xi.

Plus les gens étaient fiers, plus ils étaient tristes en vieillissant, et plus ils chérissaient le fait d’être compris.

« Chenchen a toujours fait l’éloge de ton expertise médicale. Quand je t’ai vue, je ne pouvais pas croire que tu étais la jeune fille qui avait sauvé et soigné les blessés. »

« Oui ! Grand-mère, les compétences médicales de la petite Yun Xi sont vraiment extraordinaires. L’opération qu’elle a pratiquée sur moi dans le train, même les médecins de l’hôpital ont dit que le meilleur d’entre eux n’aurait peut-être pas réussi dans cette situation. »

« Vraiment ? Elle est vraiment aussi impressionnante ? »

Yun Xi sourit et se pencha pour changer l’oreiller derrière la vieille Madame.

« Je n’ai appris que peu de choses sur ce sujet lorsque je vivais à la campagne. L’essence de la médecine chinoise est profonde, et la médecine occidentale avance avec son temps. La médecine traditionnelle chinoise fait attention à l’harmonie avec le monde et progresse lentement, tandis que la médecine occidentale vise à éliminer les problèmes au niveau microscopique et effectue des traitements approfondis. Les méthodes sont différentes, et parfois les effets ne sont pas les mêmes non plus. »

Yun Xi avait tendu la main vers le poignet de la vieille Madame, puis avait souri et bavardé en tâtant son pouls.

Elle semblait bavarder nonchalamment, mais Mme Chen pouvait voir que cette fille avait un regard sérieux et attentif sur son visage pendant qu’elle sentait le pouls.

Ses capacités multitâches étaient tout à fait exemplaires.

En la voyant retirer sa main, la vieille Madame avait souri et avait demandé : « Jeune fille, qu’as-tu découvert ? ».

Yun Xi avait levé la tête et avait jeté un coup d’œil aux médecins et au jeune maréchal Mu, qui la regardaient fixement. Son sourire calme et posé la faisait apparaître comme une reine confiante qui contrôlait toute la situation.

« La maladie de la vieille Madame n’est pas grave, et il n’y a pas besoin de chirurgie. »

Quand elle avait dit cela, presque tout le monde était stupéfait.

Les médecins présents dans la chambre étaient tous des experts et des professeurs de l’hôpital de la ville. En l’entendant dire cela, ils s’étaient regardés les uns les autres et les expressions sur leurs visages semblaient assez mécontentes.

Craignant qu’elle ne retarde le traitement de la vieille Madame, ils s’étaient relayés pour tenter de la discréditer.

« Petite fille, que peux-tu bien connaître de la médecine à un si jeune âge ? La médecine chinoise est vaste et profonde. Tu as juste appris un peu de charabia et tu racontes n’importe quoi. Si la vieille Madame ne se fait pas opérer pour sa maladie en temps voulu, une fois que l’attaque l’aura paralysée, il sera difficile de la soigner ! »

« C’est vrai ! La vieille Madame n’a que des symptômes légers maintenant. Si elle n’est pas traitée à temps, qui sera responsable en cas d’incident ? »

« … »

Yun Xi se tourna pour regarder les médecins hostiles avec des yeux froids.

Les médecins avaient probablement peur de prendre des responsabilités, mais ils avaient aussi peur d’offenser la famille Chen au cas où ils ne seraient pas à la hauteur des attentes. Ils se montraient totalement inconsidérés par rapport aux désirs du patient.

« Si quelque chose arrive, je serai responsable ».

Mu Feichi, qui était resté silencieux, avait soudainement parlé avec une expression impassible.

La chambre bruyante était soudainement devenue silencieuse.

Étonnée, Yun Xi tourna la tête et regarda le jeune maréchal Mu, qui prenait sa défense, et elle ressentit un remuement intérieur.

« La médecine traditionnelle chinoise et la médecine occidentale ont des principes fondamentaux différents. Vous ne l’avez même pas encore écoutée, alors pourquoi êtes-vous tous si désespérés de la discréditer ? »

Après avoir entendu ses paroles glaciales, les médecins avaient échangé des regards penauds. Personne n’avait osé le réfuter.

____

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 138 : Jalousie à outrance  Menu Chapitre 140 : La foi dans ses yeux