Commandant impérial Sa magnifique femme est pourrie gâtée | Imperial commander His pretty wife is spoiled rotten | 帝少爆宠 娇妻霸上瘾
A+ a-
Chapitre 138 : Jalousie à outrance 

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Gu Jiaqi

 ***

Presque par réflexe, Yun Xi avait tourné la tête et avait jeté un coup d’œil à l’homme boudeur dans le salon. Elle avait pointé du doigt la figure hautaine qui se tenait derrière elle.

« Euh… maître aîné, il y a des invités. »

C’est alors seulement que Chen Yichen avait remarqué Mu Feichi. Il avait été pris au dépourvu, mais s’était rapidement approché.

Il lui avait fait un signe de tête poli et avait dit d’un ton respectueux : « Jeune maréchal Mu, merci d’avoir fait tout ce chemin jusqu’ici. »

Le visage de Mu Feichi était calme, mais ses yeux profonds étaient rivés sur Yun Xi.

C’était avec la possessivité et la confiance en soi que les chasseurs considèraient leur proie.

« J’ai entendu dire que la vieille Madame était malade, alors je suis venu lui rendre visite. Puisque Mlle Yun est également une érudite en médecine, je pourrais tout aussi bien la laisser examiner la vieille Madame. »

Chen Yichen avait tourné la tête et avait regardé Yun Xi avec hésitation.

D’après son expression, il était évident qu’il avait lui aussi envisagé cette question.

C’était probablement parce que la seule mention des médecins était taboue pour la vieille dame. Elle refusait de voir le moindre médecin.

Yun Xi avait hoché la tête. « Ça tombe bien. J’ai apporté un oreiller médical pour la vieille Madame. »

Sur ce, Yun Xi s’était retourné et avait pris un oreiller médical des mains du majordome.

Elle avait serré l’oreiller médical en montant à l’étage, et Mu Feichi l’avait suivi de près. En voyant cela, les médecins dans le salon étaient également curieux.

Mu Feichi s’était arrêté sur les marches, puis avait tourné la tête et avait jeté un regard aux médecins.

« Qu’est-ce que vous faites là, montez ! »

« Oui, Jeune Maréchal Mu. »

En entrant dans la chambre de la vieille dame, Chen Yichen était excité. « Maman, grand-mère, regardez qui est là ! »

Mme Chen, qui était à l’origine assise sur le lit, semblant s’ennuyer, avait soudainement pris un air ravi en voyant le visage de Yun Xi.

« La petite Yun Xi est là ! Viens près de moi. »

Mme Chen avait soulevé les lunettes de lecture de l’arête de son nez et lui avait fait signe.

Yun Xi s’était avancée et avait jeté un regard poli à Mme Chen et à Jiang Wanyun, qui était assise à côté d’elle. « Salutations, vieille Madame ! Je vous salue, Madame ! »

Mme Chen avait tapoté la place sur le lit à côté d’elle et lui avait demandé de s’asseoir. Puis, en levant les yeux, elle avait vu Mu Feichi et plusieurs médecins entrer.

« Jeune Maréchal Mu… vous êtes là aussi ! »

Il y avait beaucoup de monde tout à coup, et un sourire était enfin apparu sur le visage de la vieille Madame.

S’avançant, Mu Feichi hocha poliment la tête. « J’ai entendu dire que vous étiez malade, alors je suis venu vous rendre visite. »

« C’est très gentil de la part du jeune Maréchal Mu, mais ce n’est qu’une petite maladie, rien de grave. »

Dès qu’elle eut fini de parler, son visage s’empourpra lorsqu’elle vit les médecins derrière le Jeune Maréchal Mu.

« Pourquoi ces hommes sont-ils venus jusqu’ici ? Puisque vous ne pouvez pas garantir une guérison à 100 % après l’opération, et que les résultats seront de toute façon les mêmes, pourquoi essayez-vous encore de me persuader de me faire opérer ? Pourquoi voulez-vous que je souffre si vous ne pouvez pas garantir le succès ? Ne ressentez-vous pas la moindre culpabilité ? »

Elle était très âgée, et il était extrêmement risqué de subir une opération.

Si elle ne se réveillait jamais, comment pourrait-elle voir la naissance de la quatrième génération de sa famille ?

Il valait mieux vivre bien que de se faire opérer. Et si elle ne pouvait plus jamais se lever ?

Si elle mourait, il ne resterait rien.

« Vieille Madame… » Les médecins s’étaient regardés d’un air penaud.

Après tout, elle était assez âgée, et ils ne pouvaient pas garantir qu’il n’y avait aucun risque pour une opération.

Mais elle était particulièrement têtue et sautait aux pires conclusions, et ils étaient impuissants face à cela.

« Maman, ne te fâche pas, les médecins s’inquiètent aussi de ta santé ».

Jiang Wanyun avait également essayé d’aider à la persuader, mais plus Mme Chen vieillissait, plus elle se comportait comme une enfant, et elle refusait obstinément d’écouter qui que ce soit.

Assise sur le bord du lit, Yun Xi tapota le dos de la main de la vieille Madame. « Ne soyez pas en colère, vieille Madame. Je connais un peu la médecine chinoise, et tous les médecins ici sont spécialisés dans la médecine occidentale, alors pourquoi ne pas me laisser vous aider un peu ? »

« Ma fille, je sais que tu veux bien faire, mais si ma maladie ne peut pas être soignée même par ces hommes, que peux-tu faire ? ».

Yun Xi souriait doucement, et son visage juvénile la faisait ressembler à une enfant, donc ses paroles manquaient de crédibilité.

« La médecine traditionnelle chinoise fait attention à vous soigner étape par étape pour atteindre la racine de la maladie. Hier, j’ai préparé un oreiller médical pour vous. Il contient plus de 20 sortes d’ingrédients médicaux. Je laisserai la liste des ingrédients médicaux à l’oncle Chen pour qu’ils puissent être remplacés tous les deux mois. »

____

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 137 : La considération de jeune maréchal Mu Menu Chapitre 139 : Si quelque chose arrive, je serai responsable