Commandant impérial Sa magnifique femme est pourrie gâtée | Imperial commander His pretty wife is spoiled rotten | 帝少爆宠 娇妻霸上瘾
A+ a-
Chapitre 137 : La considération de jeune maréchal Mu

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Gu Jiaqi

 ***

La voiture s’était arrêtée à la porte de la maison de la famille Chen, et Yun Xi en était descendue.

Au moment où elle s’apprêtait à remercier Mu Feichi de l’avoir amenée, elle le vit pousser la portière et sortir de la voiture.

Qi Yuan avait également détaché sa ceinture de sécurité et était sorti de la voiture. Au moment où il s’apprêtait à sortir leurs cadeaux du coffre, Mu Feichi avait poussé la porte du coffre pour la fermer.

Qi Yuan avait été pris au dépourvu et avait regardé la main qui appuyait sur le coffre. Il avait levé les yeux pour regarder le Jeune Maréchal Mu.

Mu Feichi lui jeta un regard nonchalant, et ses yeux profonds étaient difficiles à lire.

Qi Yuan comprit soudain ce qu’il avait voulu dire en disant qu’ils allaient venir. Il retira maladroitement sa main et se tint derrière Mu Feichi, penaud.

Le jeune Maréchal Mu s’inquiétait probablement du fait que les cadeaux qu’il avait apportés étaient beaucoup plus chers que ceux de la fille, et il ne voulait pas lui faire de l’ombre.

Cette fille avait fabriqué un oreiller médical pour la vieille dame. En plus du ginseng et des bois de cerf, ils avaient aussi beaucoup d’autres compléments dans le coffre.

Si leurs cadeaux étaient comparés au sien, cela l’embarrasserait certainement et la ferait souffrir d’humiliation.

Ils pouvaient aussi bien y aller les mains vides pour s’épargner la peine.

« Hein ? Jeune Maréchal Mu, vous venez aussi à la maison de la famille Chen ? »

Yun Xi fixa l’oreiller qui lui avait été arraché et sa silhouette hautaine.

Il l’avait emmenée ici sans rien dire en chemin, et il s’avérait qu’il venait aussi leur rendre visite.

Le majordome avait déjà reçu leur appel et attendait à la porte depuis un moment. Voyant Mu Feichi s’approcher, il s’était rapidement avancé pour prendre les objets dans ses mains.

« C’est pour Madame. »

Le majordome avait jeté un coup d’œil à Mlle Yun, qui suivait derrière lui avec des oreillers dans les mains, et il avait rapidement souri, puis avait fait signe aux domestiques de l’aider à porter ses affaires.

« Mlle Yun est là aussi ! La vieille Madame sera très heureuse de vous voir ! »

« Oncle Chen, merci. »

« Mlle Yun est trop courtoise. »

Après être entrée dans le salon, Yun Xi avait vu plusieurs médecins en blouse blanche assis sur le canapé du salon.

Plusieurs d’entre eux portaient des vêtements formels à l’intérieur de leurs blouses blanches, ils venaient donc manifestement directement de leurs hôpitaux.

« Jeune Maréchal Mu ! » Dès que Mu Feichi était entré, plusieurs médecins de l’hôpital s’étaient redressés et l’avaient regardé respectueusement.

Mu Feichi fit une pause et leur fit un signe de tête en retour.

Yun Xi se tenait sur le côté et fixait d’un regard vide les hommes qui étaient plus âgés que Mu Feichi, mais le regardaient avec admiration, car il montrait rarement son visage en public.

En face d’eux se trouvait un homme en tenue de soirée. Il avait une silhouette grande et mince, ainsi que des manières raffinées. Ses traits profonds contrastaient avec ses yeux brillants.

Bien qu’il n’ait pas l’air si vieux, devant ces hommes beaucoup plus âgés que lui, la stabilité et la maturité de son expérience de la vie étaient quelque chose qu’ils ne pouvaient pas concurrencer.

« Vous n’êtes pas tous venus voir la vieille dame ? Peut-être n’avez-vous rien à faire et attendiez-vous que je discute avec vous autour d’un thé ? »

Le ton de Mu Feichi n’était ni urgent ni lent, mais il avait l’air imposant d’un chef, et il faisait se tendre la respiration de tous.

« Jeune Maréchal Mu… »

Le groupe de médecins s’était regardé d’un air hébété avant que quelqu’un ne prenne courageusement la parole.

« Jeune Maréchal Mu, la vieille Madame ne voulait pas voir ses médecins, et nous avons été mis à la porte dès que nous sommes montés. »

Mu Feichi fronça légèrement les sourcils. « Quel était le problème ? »

« La vieille Madame a ressenti des engourdissements dans les jambes, elle a alors pensé qu’elle avait eu une attaque cérébrale sans espoir de se tenir à nouveau sur ses jambes, et elle a renoncé à elle-même… »

« Elle ne veut pas nous écouter, même si nous essayons de la persuader. Si elle allait à l’hôpital pour se faire opérer à temps, il lui serait encore possible de se lever. »

Mu Feichi avait compris que la vieille Madame Chen avait beaucoup de fierté, et le fait qu’elle ne puisse pas se lever était un énorme coup porté à son ego.

Il avait tourné la tête et jeté un coup d’œil à Yun Xi, qui avait légèrement hoché la tête. « Je vais aller voir la vieille Madame. »

À peine avait-elle parlé que la voix surprise de Chen Yichen avait retenti depuis les escaliers : « Petite Yun Xi, pourquoi es-tu là ? »

Yun Xi avait été prise au dépourvu et s’était retournée pour regarder la silhouette qui marchait vers elle. Elle ne l’avait pas vu depuis plusieurs jours, et elle ne savait pas que Chen Yichen était à la maison.

« Je suis juste venu voir ta grand-mère. J’ai entendu dire qu’elle était malade. »

« J’étais justement en train de parler de toi avec ma grand-mère, alors quelle coïncidence inattendue pour que tu apparaisses. Allons-y, je t’emmène à l’étage. »

Après avoir fini de parler, Chen Yichen l’avait prise par la main, et Yun Xi avait vivement senti un regard perçant derrière elle.

____

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 136 : Si considérable de ta part Menu Chapitre 138 : Jalousie à outrance