Commandant impérial Sa magnifique femme est pourrie gâtée | Imperial commander His pretty wife is spoiled rotten | 帝少爆宠 娇妻霸上瘾
A+ a-
Chapitre 136 : Si considérable de ta part

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Gu Jiaqi

***

Mu Feichi inclina la tête et jeta un coup d’œil aux oreillers qui les séparait. Puis il saisit les oreillers et les jeta sur le siège passager.

C’était Qi Yuan qui conduisait, il jeta un coup d’œil aux oreillers que le Jeune Maréchal Mu avait dédaigné et gloussa.

« Mlle Yun, qu’est-ce que c’est ? Pourquoi ai-je l’impression de sentir un médicament ? »

La voiture était petite, donc elle avait été rapidement remplie de la faible odeur de médicament. Elle n’était pas forte, et était plutôt apaisante.

« J’ai entendu dire que la vieille Madame Chen est malade. Je lui rends visite et lui apporte aussi un oreiller médical. »

Il ne pouvait s’empêcher d’être un peu curieux. « Ton oreiller médicinal a-t-il des effets spéciaux ? »

« La médecine chinoise croit que certains parfums peuvent guérir les maladies. Le célèbre médecin Hua Tuo de la période des Trois Royaumes utilisait la thérapie par les parfums pour traiter les maladies. Il utilisait des fleurs pour fabriquer de petits sachets exquis, puis les remplissait de musc, de clous de girofle et de bois de santal. Il suspendait ensuite les sachets dans les pièces pour traiter des maladies telles que la tuberculose, les vomissements et la diarrhée. Plus tard, ils se sont transformés en oreillers médicaux, qui non seulement abaissent la pression artérielle, mais améliorent aussi la vue et les fonctions cardiaques. »

« Sont-ils vraiment si étonnants ? N’est-il pas plus efficace de simplement boire de la médecine chinoise ? »

« Ce n’est pas nécessairement vrai. Selon la théorie des méridiens de la médecine traditionnelle chinoise, il y a trois méridiens qui passent par le cou et les épaules, dont le vaisseau gouverneur, la vessie et la vésicule biliaire. Le gros intestin, l’intestin grêle et le San Jiao atteignent également les épaules et le cou. L’oreiller médical peut stimuler lentement les points d’acupuncture locaux. Il aide les fonctions thérapeutiques spécifiques, de sorte que le qi et le sang des méridiens puissent circuler normalement. L’oreiller médical se caractérise par une efficacité lente sur une longue période de temps, il est donc très adapté au traitement de la santé des personnes âgées. C’est la différence entre la médecine traditionnelle chinoise et la médecine occidentale. La médecine occidentale agit rapidement, tandis que la médecine chinoise agit lentement et nécessite de la patience ainsi que du temps. »

« La colonne cervicale du jeune maréchal Mu ne se porte pas bien, alors existe-t-il un oreiller médical qui puisse traiter les douleurs de la colonne cervicale ? »

À peine Qi Yuan avait-il parlé que les yeux de Mu Feichi s’étaient tournés vers lui.

À travers le rétroviseur, Qi Yuan avait senti qu’on le dévisageait, alors il avait fermé la bouche docilement et avait souri maladroitement.

Yun Xi s’était retournée pour regarder la silhouette raide assise à côté d’elle, puis avait déplacé sa main vers l’arrière du cou de Mu Feichi, et avait pincé l’arrière de sa colonne cervicale avec son pouce et son index.

Les yeux maussades de Mu Feichi étaient tombés sur son visage sérieux et délicat. Ses yeux clairs et animés le fixaient sans ciller.

Ses yeux étaient dénués de toute sentimentalité, comme si elle examinait simplement un patient, et elle semblait dévouée et sérieuse.

Pétrissant et pressant son cou, les petites mains étaient douces et petites. Comme des petites plumes, elles chatouillaient son cœur et le faisaient trembler.

En voyant ses yeux se tourner vers elle, Yun Xi avait réalisé qu’elle était un peu intrusive.

En toussant un peu, elle avait retiré sa main. « Les cervicales du jeune Maréchal Mu sont douloureuses à cause de la douleur causée par le fait de rester longtemps à l’extérieur et de garder la même posture ? ».

Mu Feichi n’avait pas parlé, mais Qi Yuan n’avait pas pu s’empêcher de hocher la tête. « Oui, oui, oui ! Le jeune Maréchal Mu est très occupé au travail, et sa colonne cervicale ne se portait pas bien même avant ça. À cause de cela, chaque fois qu’il est occupé, il a des migraines et une spondylose cervicale, pour laquelle il n’a pas eu de traitement depuis des années… »

« Je comprends ! » Yun Xi avait hoché la tête.

« Il n’est pas impossible de traiter ces douleurs. Les oreillers médicamenteux et les pommades sont très efficaces. Je vous rédigerai une ordonnance par la suite. Vous pouvez mettre les ingrédients médicaux dans un oreiller. Quant à la pommade, il faudra peut-être la faire bouillir. Je vous en reparlerai après avoir acheté tous les médicaments. »

Qi Yuan jeta un coup d’œil au Jeune Maréchal Mu, dont le visage s’était légèrement adouci dans le rétroviseur, et sourit. « Merci d’avance ! »

Dissimulant la morosité de son regard, Mu Feichi dit nonchalamment : « Quelle prévenance de ta part d’aller rendre visite à la vieille Madame Chen. »

« La vieille dame m’a aidé à préserver ma dignité lors de la vente aux enchères l’autre jour et ne m’a pas fait subir d’humiliation devant tant de personnes riches et célèbres. Il est tout à fait raisonnable pour moi de lui rendre la pareille. Je dois la remercier. »

Contrairement aux autres vieilles femmes, Madame Chen était raisonnable et ouverte d’esprit, ainsi que tolérante. Son caractère intact était particulièrement vénérable.

____

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 135 : Une chance de la faire un peu souffrir Menu Chapitre 137 : La considération de jeune maréchal Mu