Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Livre 1 chapitre 12 : La vie sur base

Il y aura toujours des différences entre “fantasme” et “réalité”. Beaucoup de gens poursuivaient leurs rêves avec la plus grande vigueur, pour découvrir, lorsqu’ils les avaient effectivement réalisés, qu’ils n’étaient pas du tout ce qu’ils étaient censés être. Cette différence s’explique par le fait que les meilleures parties de ces rêves provenaient toutes de l’imagination humaine elle-même.

Cloudhawk comprenait maintenant vraiment le sens de ce dicton. Les excavateurs pouvaient bien manger, s’habiller chaudement, avoir des endroits où rester et vivre sans crainte, n’est-ce pas ? C’était ce que Cloudhawk croyait autrefois, mais en entrant dans l’avant-poste, il s’était rendu compte que les excavateurs n’avaient pas la vie plus facile que les charognards !

Chaque jour, lorsqu’ils ouvraient les yeux, ils célébraient le fait qu’ils avaient survécu une nuit de plus. Personne ne leur avait tranché la gorge pendant qu’ils rêvaient ! Ils commençaient alors à s’acquitter de leurs tâches avec lassitude, certains d’entre eux étant désignés comme « partenaire d’entraînement », aussi appelés « punching-ball humain ». Ils avaient également une quantité infinie de tâches diverses à accomplir. Cloudhawk devait aider Mantis, nourrir Woola, réparer leurs outils et effectuer d’autres types de travaux forcés.

On peut imaginer à quel point ce genre de vie était misérable !

Les mercenaires étaient tous des experts très expérimentés et, sous leur tendre administration, le visage de Cloudhawk devint perpétuellement meurtri et enflé. Heureusement, ses capacités de récupération assez fortes signifiaient que tant que les blessures n’étaient pas trop graves, il pouvait se remettre de la plupart d’entre elles après une bonne nuit de repos. Hélas, le lendemain, les coups continuaient.

Au fil du temps, Cloudhawk découvrit un secret sur lui-même. Sa vitesse, son agilité et son contrôle semblaient s’améliorer chaque jour. Bien que le rythme auquel ils s’amélioraient n’était pas si rapide, il devenait vraiment plus fort chaque jour. Ce seul fait suffit à le surprendre et à le ravir. Cela signifiait que la puissance qu’il avait absorbée n’était pas seulement une puissance de récupération. Cela signifiait que les capacités éveillées en lui avaient largement dépassé ses attentes… et qu’il ne serait pas un punching-ball inutile pour le reste de sa vie !

Cette transformation était très probablement le résultat de cette mystérieuse pierre. Hélas, quoi que Cloudhawk essayait, la pierre resta complètement inerte et ne répondit à rien du tout. Cloudhawk n’eut d’autre choix que de la porter à nouveau autour de son cou, la gardant toujours avec lui dans l’espoir qu’il trouverait un moyen d’utiliser la pierre.

Jour après jour, nuit après nuit, Cloudhawk s’était progressivement habitué à cette vie difficile et pénible à l’avant-poste. Et pour être honnête, être traité comme un punching-ball tous les jours n’était pas complètement sans avantages. Comme l’avait dit le gros Slyfox, en se remettant sans cesse de ses blessures, ses capacités de récupération s’était également améliorées de façon spectaculaire. Plus son corps prenait de coups, plus il devenait dur.

De plus, Cloudhawk se familiarisait de plus en plus avec les techniques et les astuces utilisées par les mercenaires lors de leurs attaques. Il pouvait également sentir que sa propre vitesse et son temps de réaction s’amélioraient. Au cours des dernières sessions, il avait envie de donner une bonne leçon aux mercenaires. Finalement, il avait choisi de se retenir, ne voulant pas révéler ses capacités actuelles sans une bonne raison.

Pour l’instant, il ne voulait pas que quiconque connaisse son secret. Après tout, ni Slyfox ni Mad Dog n’étaient fiables !

Être un partenaire d’entraînement faisait partie de sa vie. Les mercenaires étaient déterminés à lui extorquer jusqu’à la dernière goutte de valeur. En tant que membre le moins gradé du Tartare, c’était son travail d’aller chercher de l’eau, de porter la vaisselle, de balayer le sol, de laver leurs vêtements, de vider les pots de chambre, d’aiguiser leurs armes, de porter de lourdes charges, d’effectuer l’entretien de leur véhicule… il faisait tout.

Mantis faisait souvent venir Cloudhawk comme assistant. Au début, il était extrêmement mal à l’aise. Mais désormais, il comprenait le corps humain comme le dos de sa main, et était capable de disséquer un corps et d’en dégager les organes internes les yeux fermés. Quant à sa relation avec Woola ? Au début, celui-ci le poursuivait et essayait de le mordre chaque fois qu’il le voyait. Désormais, après avoir nourri Woola pendant si longtemps, leur relation s’était peu à peu apaisée.

Au cours de ce mois, Cloudhawk était lentement devenu un véritable membre de cette organisation. Les autres mercenaires commençaient à l’apprécier. Il était têtu et pugnace. Chaque jour, il faisait son travail de manière très boudeuse… mais il le faisait quand même, et le faisait bien. Avec lui dans les parages, tout le monde dans la compagnie des mercenaires pouvait se détendre beaucoup plus qu’avant. Où trouveraient-ils un autre “esclave” comme lui ?

Même si Cloudhawk avait un statut plus élevé qu’avant chez les Tartare, il n’était toujours  pas autorisé à manger avec les autres et devait toujours vivre dehors dans une petite pièce, l’attitude de chacun envers lui s’était sensiblement améliorée. Ils ne le traitaient plus avec le même mépris que par le passé.

Tous les jours, il endurait des coups, des poursuites et des morsures de Woola, et tous les sales boulots qu’on lui imposait. C’était quelqu’un qui avait grandi dans les ruines. La vie là-bas lui avait donné un esprit tenace et indéfectible. Il était traité d’une manière qu’aucune personne normale ne pouvait endurer, de sorte qu’il râlait et se plaignait tous les jours… mais il était aussi capable de serrer les dents et de le supporter.

Il y avait juste une chose qu’il ne pouvait plus supporter. La faim ! Il était affamé ! Cloudhawk commençait à réaliser qu’à mesure que son corps se renforçait, son besoin de nourriture augmentait également.

Quant à ce satané Slyfox, il n’avait pas du tout amélioré les conditions de vie de Cloudhawk. Les deux ou trois morceaux de pain qu’il recevait chaque jour ne suffisaient tout simplement pas à lui remplir l’estomac, tout ce qu’il pouvait faire, c’était de fouiller de temps en temps dans les restes laissés par les autres mercenaires. Cependant, c’était assez rare. Ce qui était beaucoup plus courant, c’était que Cloudhawk reçoive des ordres des trois capitaines.

Ce genre de vie dura un mois entier. On peut imaginer à quel point Cloudhawk se sentait aigri par rapport à tout cela ! S’il n’avait pas passé plus de dix ans dans les ruines à lui apprendre la ténacité et la patience, il aurait pété un plomb et serait parti depuis longtemps !

Cloudhawk savait qu’il ne pouvait pas encore partir. Bien que la vie dans l’avant-poste de Blackflag fût difficile, elle était au moins relativement bien réglée et sûre !

Pour une fois, il était assez libre cet après-midi. La seule mission de Cloudhawk était de nettoyer le chenil de Woola ; en d’autres termes, de balayer le fumier. En travaillant, il se pinça le nez avec dégoût en disant : « Tu peux arrêter de chier dans le chenil ? C’est vraiment dégoûtant ! »

Woola s’était détendu d’un côté, en prenant un peu de soleil. En entendant Cloudhawk oser le sermonner, Woola s’était assis, fléchissant les six membres et fixant le derrière de Cloudhawk avec ses yeux rouges de singe. Woola sortit les dents et grogna, comme si il se préparait à charger vers l’avant et à mordre Cloudhawk.

« D’accord, d’accord ! Fait comme si je n’avais rien dit. » Les fesses de Cloudhawk se serrèrent instinctivement. Il avait vraiment peur de cette créature irascible qui lui avait causé beaucoup de douleur ces derniers jours. Woola était en fait un peu plus puissant au combat que la plupart des mercenaires et n’était probablement devancé que par les trois capitaines eux-mêmes. Il n’était pas très intelligent, et était facilement enragé. Il valait mieux ne pas l’énerver.

« Tu peux chier où tu veux, mon seigneur. »

Woola fit un rot avant de se coucher à nouveau pour profiter du soleil.

Au moment où Cloudhawk déversait le sac d’excréments dégoûtant dans le tas d’ordures, il sentit soudain sa tête s’étourdir alors que son estomac se serrait fort. Cette sensation de faim omniprésente s’était soudainement fait ressentir une fois de plus et Cloudhawk avait eu l’impression que chaque cellule de son corps réclamait à grands cris sa nourriture et dégageait de lui autant d’énergie que possible.

Ce sentiment était une forme de tourment tout simplement indescriptible. Bien que les charognards soient très doués pour supporter la faim, le corps de Cloudhawk s’était lentement amélioré au point que la faim était dix fois pire qu’auparavant.

Cloudhawk léchait ses lèvres desséchées et levait la tête pour fixer les nuages dans le ciel. Son humeur se compliqua une fois de plus. Il avait tout risqué pour échapper à la vie d’un charognard. Tout cela pour transporter de l’eau pour les autres et nettoyer leurs excréments ? Est-ce que ces gars voulaient qu’il soit leur garçon de courses pour le reste de sa vie ? Son seul but dans la compagnie Tartare était-il d’être un punching-ball humain ?

C’était les questions que Cloudhawk s’était posées à plusieurs reprises au cours du mois dernier dans l’avant-poste de Blackflag. Il voulait partir en mission comme les autres mercenaires parce que ceux qui partaient en mission gagnaient plus de nourriture. Cependant, il ne pouvait que fantasmer à ce sujet. Aux yeux de Slyfox et des autres mercenaires, il n’était rien d’autre qu’un méta de récupération inutile, n’est-ce pas ?

Cloudhawk touchait sa peau sèche. Au lieu de se contenter d’y penser, il devait aller de l’avant et faire quelque chose. Il décida qu’il était temps d’aller chercher de la nourriture. Il n’y avait aucun moyen de trouver quoi que ce soit dans la base des mercenaires, donc son seul choix était d’aller tenter sa chance ailleurs. Par exemple, il pourrait peut-être déterrer quelques tubercules ou trouver des insectes à manger. Même s’il ne pouvait pas se rassasier, il pouvait au moins soulager sa faim. S’il pouvait attraper quelques rats, ce serait encore mieux. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas mangé de viande.

L’idée de Cloudhawk n’était pas mauvaise. Malheureusement, il était presque certain qu’il échouerait. L’avant-poste de Blackflag comptait au total vingt mille personnes, dont la grande majorité était dans un état aussi mauvais, voire pire, que celui des charognards. En conséquence, pratiquement tout ce qui était comestible dans les avant-postes avait depuis longtemps été dévoré. Le résultat final le plus probable était qu’il s’épuiserait à chercher de la nourriture, le seul gain serait une déception supplémentaire et une plus grande faim.

Cloudhawk errait de façon assez confuse, tellement affamé qu’il faillit s’évanouir. À ce moment précis, un panneau d’affichage devant une auberge attira son attention. On pouvait y lire « Recrutement de travailleurs temporaires. Pour deux heures de travail, vous pouvez gagner cinq morceaux de rat ! »

Le cœur de Cloudhawk se serra fortement en fixant  ces mots. Il avait du mal à croire ce qu’il lisait. Cinq morceaux de viande de rat pour seulement deux heures de travail ? En comparaison, les mercenaires du Tartare lui donnaient des restes dignes de mendiants !

Cloudhawk était plutôt intrigué, mais aussi nerveux. Son expérience passée l’avait averti que rien au monde n’était bon marché. Chaque fois que l’on voulait quelque chose, il fallait payer le prix correspondant.

« Hé, gamin ! Toi, là-bas ! Ouais, toi ! » À ce moment précis, un homme au nez rouge tacheté avait remarqué l’intérêt de Cloudhawk pour le panneau. Les yeux de l’homme s’illuminèrent, il se leva et cria : « Viens ! » Cloudhawk hésita un instant avant de s’approcher.

« Je m’appelle Rednose. Tu as entendu parler de moi ? »

Cloudhawk secoua la tête.

« Non ? Merveilleux ! » L’homme au nez rouge et potelé lança un rire joyeux qui semblait chaleureux et amical. « Tu as faim, petit ? »

Cloudhawk fit un signe de tête.

« Tu as besoin d’un travail ? »

Cloudhawk hocha de nouveau la tête.

« Ahaha, alors tu es venu au bon endroit. Les termes de l’accord sont assez clairs. Tu sais lire, n’est-ce pas ? Alors je ne perdrai pas de temps à répéter les termes. » Alors que Rednose parlait, il sortit une liasse de papier froissé et la posa sur la table. « Fais juste une empreinte ici. »

Cloudhawk était si affamé que sa vision était floue. Il n’arrivait pas à distinguer clairement tout le contenu du papier et avant qu’il n’ait pu réagir, l’homme au nez rouge saisit sa main et l’appuya sur le papier, laissant derrière lui une empreinte digitale !

« Tu es maintenant à mon service ! » Rednose fit un geste à un homme noir qui se tenait à proximité. « A votre service ! »

Cloudhawk était complètement confus. Il n’avait aucune idée de ce qui se passait, mais le propriétaire au nez rouge semblait être un type assez sympa. C’était juste deux heures de travail, non ? Comment cela pouvait-il être si grave ? N’importe quel travail valait cinq morceaux de viande de rat !

Quand il entra dans l’auberge, c’était comme s’il entrait dans un monde complètement différent. Toutes sortes de lumières colorées clignotaient devant lui et de la musique hard rock résonnait partout, mêlée aux cris de la foule. Tout le monde ici dansait follement. L’air était rempli de l’odeur de cigarettes bon marché et d’alcool encore moins cher.

Ce qui attirait le plus l’attention de Cloudhawk était la simple et laide plateforme située en plein centre de la pièce.

Cette plate-forme surélevée était faite de bois et entourée de cordes de chanvre. Elle ressemblait à un ring, car les planches de bois étaient tachées de sang. À ce moment précis, plusieurs femmes à moitié nues se frottaient furieusement à ce sang.

Quelques instants plus tard, une femme très aguicheuse se dirigea lentement vers la plate-forme. Des cris et des sifflets retentirent autour d’elle et toute la zone commença à devenir encore plus chaotique.

La musique hard rock, l’alcool, les cigarettes, les femmes… toutes ces choses stimulaient les hormones masculines. Cloudhawk n’était jamais allé dans un tel endroit auparavant. Tout autour de lui semblait nouveau et excitant.

Il n’avait aucune idée de ce à quoi il allait devoir faire face ensuite.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Livre 1 chapitre 11 : Entraînement Menu Chapitre 13 – Le ring de sang