Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 99 – Voler des roues

Livre 1 chapitre 99 – Voler des roues

Cloudhawk et ses compagnons s’étaient échappés d’une bande de mercenaires. C’était la cinquième fois depuis leur départ de l’avant-poste du Groenland qu’ils étaient engagés dans une escarmouche. Les dix soldats qu’il avait emmenés avec lui n’étaient plus que trois – sept étaient morts, et les provisions qu’ils avaient emmenées avec eux avaient également disparu. À ce moment-là, il croyait complètement les paroles d’adieu du chef balayeur. Des jours sombres s’annonçaient, car il était désormais l’homme le plus recherché de toutes les régions désertiques.

Le calife des sables était mort, mais son influence faisait toujours de sa vie un enfer.

L’armée soigneusement organisée du démon s’effondra parce que les balayeurs étaient incapables de choisir un nouveau chef pour eux-mêmes. Les petits chefs refusaient d’obéir à n’importe qui, et aucun n’était assez fort pour diriger l’ensemble des balayeurs. L’effondrement de l’organisation était inévitable. Cependant, leur loyauté envers leur maître démoniaque ne s’était pas effacée, et une fois que la nouvelle s’était répandue qu’il était responsable de sa mort, il avait été étiqueté ennemi numéro un.

Et ce n’était pas le pire.

Le résultat le plus terrible de ses actions avait été les catastrophes qu’elles avaient provoquées dans les terres désolées, le chaos. Les habitants de tous les petits et moyens avant-postes le détestaient jusqu’à la moelle. Toutes sortes de récompenses étaient offertes à la personne qui pouvait tuer le jeune chasseur de démons. Peu importait qu’il traverse la nature ou qu’il passe devant une colonie. Chasseurs de primes, mercenaires, balayeurs, bandits – tout le monde le cherchait. Ils savaient aussi où il se trouvait. Partout dans un rayon de 160 km, il y avait des ennemis. Les ennuis étaient nombreux.

Il ne comprenait pas. Qu’est-ce qui n’allait pas dans ce monde ?

La reine ne lui avait-elle pas appris que les démons étaient les créatures les plus viles, les plus cruelles et les plus sinistres des terres désolées ? N’étaient-ils pas à l’origine de toutes les guerres et de tous les désastres auxquels l’humanité avait dû faire face ? Ne lui avait-elle pas dit que c’étaient les démons qui avaient provoqué la fin des jours ?

Comment le fait d’en tuer un pouvait-il le transformer en méchant !

Le crépuscule s’était installé au-dessus de la région alors que le soleil battant du désert se couchait. Cloudhawk, Depp et les deux autres guerriers groenlandais restants trouvèrent un endroit pour se cacher dans la nature. Ils étaient tous les quatre aussi sales et battus que des vagabonds. Cela faisait déjà plusieurs jours qu’ils n’avaient pas eu l’occasion de se reposer. La mort les attendait à chaque détour.

« Nous n’avons plus d’eau. » Un des soldats renversa une gourde et la secoua. Pas une seule goutte n’en était sortie. « À ce rythme, même si les chasseurs ne nous attrapent pas, la déshydratation le fera. Nous devons trouver une colonie et nous approvisionner. »

« Mais où ? » Un des autres soldats riposta : « Putain d’abruti. Chaque avant-poste, compagnie de mercenaires et groupe de hors-la-loi à des kilomètres à la ronde sait qui nous sommes. Ils savent à quoi nous ressemblons et ce que nous transportons. Partout où nous irons, nous marcherons dans leurs filets. »

Son compagnon répondit, irrité : « C’est mieux que de mourir de soif ! » Pendant ce temps, Depp maintenait tranquillement son arc.

« Nous sommes entourés de tous côtés par les terres incultes hostiles. La pression ne fera qu’empirer. » Cloudhawk vit comment leur situation avait détruit le moral de ses compatriotes et se sentit désolé pour eux. « Rester avec moi est trop dangereux. Vous devriez partir. C’est la seule façon de vous empêcher de vous embourber dans tout ça. »

Les deux soldats avaient été émus et surpris par ses paroles.

Ils avaient été chargés de l’escorter sur une distance d’environ cinq cents kilomètres. Ils étaient maintenant à peu près à cette distance, ce qui leur permettait techniquement de terminer leur mission et de rentrer chez eux. S’ils se débarrassaient de l’enfant maintenant, leurs chances de survie augmenteraient.

« Non. » Depp, qui avait été silencieux jusqu’à présent, parla. La façon dont il dit cela ne laissait aucune place aux questions. « Nous n’avons pas fini notre mission. »

Pas terminée ? Ce type était-il un crétin ? ! Qui pourrait même le savoir ? Ils étaient à quelques dizaines de kilomètres de l’endroit où ils étaient censés aller. Quelle différence cela faisait-il ?

Depp tenait son arc dans ses mains et fixait les autres avec un regard d’acier. « Notre mission n’est pas terminée. Et si quelqu’un décide de ne pas être d’accord avec ça, mon arc aura quelque chose à dire. »

Il était le meilleur archer de l’Avant-poste du Groenland. Pas un homme parmi eux ne survivrait s’il tournait son arc sur eux.

Les deux soldats debout s’étaient lentement assis.

Cloudhawk regarda l’étrange mutant. Il ne pouvait pas s’empêcher de ressentir de la gratitude. Depp n’était pas un faible et, avec quelques années, il deviendrait une force avec laquelle il faudrait compter. Maintenant, après tout ce qu’ils avaient souffert, il n’était pas facile de s’atteler à une tâche aussi ardue.

Il ne pouvait s’empêcher de se demander : « Ce n’est qu’une mission. Est-ce vraiment si important pour toi ? »

Depp replaça dans son carquois les flèches qu’il avait aiguisées. Quand il répondit, il le fit d’une voix douce, « Ne t’inquiète pas pour ça. »

Cloudhawk voulait aller plus loin, mais c’est alors qu’il remarqua un groupe important à l’horizon. Ils passaient les terrains vagues au peigne fin à bord d’un groupe de cinq ou six véhicules. Une foule de balayeurs était parmi eux.

C’était encore l’équipage de ce salaud !

C’était le même groupe qu’ils avaient affronté à l’avant-poste de Bleakfire, mais maintenant, il était plus nombreux. Leur chef avait dû prendre ou recruter plus de balayeurs et de véhicules dans les environs. Ils avaient même une meute de loups apprivoisés – huit ou neuf d’entre eux. C’était comme ça qu’ils étaient traqués.

« Cet enfoiré ne sait pas quand s’arrêter ! » il en avait marre de ces connards de balayeurs !

Un des soldats du Groenland dut se faire entendre. « Ils ont dû déjà sentir notre odeur. Ce n’est pas sûr ici. On doit y aller ! »

« On ne peut pas s’échapper, pas sur deux jambes. » Les yeux de Cloudhawk étaient fixés sur les voitures parmi le groupe de balayeurs. Il y avait une lueur dans son œil, et puis, il dit quelque chose qui surprit les autres.

« Attendez ici. Je vais voler une voiture. »

Voler une voiture ? Il plaisantait, putain ?

Il avait prévu de s’enfuir avec un de leurs véhicules, juste sous le nez de quelques centaines de balayeurs. En quoi son plan était-il différent d’un suicide ? Mais en réalité, ils étaient dans une mauvaise passe, et une voiture suffisamment rapide était la seule chose qui pouvait les aider à échapper à ces balayeurs et à tous les autres en quête de sang.

« Relax, j’ai tout sous contrôle. » Il apposa le masque de la reine sur son visage et releva sa capuche. Il les suivait du regard à travers le masque en glissant depuis les hauteurs, « S’il vous plaît, attendez-moi ici. »

Cette étendue de terrain vague était parsemée de rochers. Il les utilisait comme couverture, se rapprochant lentement du groupe de balayeurs. Il n’avait ni son bâton ni son fusil, abandonnant les deux pour un simple poignard cette fois. C’était le couteau que la reine lui avait donné, celui qui, disait-elle, avait été fabriqué là d’où elle venait. C’était un travail de qualité, meilleur que toutes les armes rudimentaires trouvées dans les terrains vagues.

Il avait d’abord déterminé la direction du vent. En se pressant contre le côté nord d’un rocher, il essaya de mieux voir sa cible.

Il avait tout de suite compris que le contingent de plusieurs centaines de balayeurs était trop confiant. Ils ne s’attendaient certainement pas à une attaque furtive, et en raison de la vitesse à laquelle ils avançaient, leur formation était faible et désordonnée. Ce qui attirait l’attention, c’était le gros véhicule situé à l’arrière du groupe, un camion de transport de déchets couvert d’acier renforcé. Malgré le fait qu’il était quelque peu séparé du reste de leur équipage, il y avait encore quatre ou cinq balayeurs qui traînaient dans le coin.

Ils se rapprochaient.

Cloudhawk était caché du nez au flair aiguisé des loups tant que le vent restait stable dans la direction opposée. Une fois suffisamment proche, il leva la main et une petite tempête de sable se déclencha.

Entre le ciel sombre et la tempête de sable, les balayeurs avaient du mal à voir. Ils n’en étaient pas plus sages, car il s’était glissé hors de son abri, était devenu invisible et avait commencé à se faufiler dans leurs rangs. Tel un ange de la mort, il s’était lentement faufilé sur le tout dernier balayeur de l’équipage. Sa cible n’eut pas le temps de réagir. En un instant, son cou fut ouvert et il traîna son corps derrière un rocher voisin pour mourir.

Le Cloudhawk qui traquait était complètement différent du charognard qui rampait par le passé dans le désert. Il n’avait pas passé beaucoup de temps sous la tutelle de Mantis, mais il mit à profit les compétences fondamentales qu’il avait acquises. Profitant des sables étouffants, il tua cinq de ses ennemis – des ennemis qui lui auraient pris quelques morceaux si le combat avait été équitable.

Il n’avait pas le temps de se déguiser en l’un d’eux, alors il ouvrit la porte du camion et sauta directement à l’intérieur. Avant que le chauffeur ne sache ce qui se passait, il le réduisit au silence en lançant un poignard qui se logea directement dans sa boîte vocale.

« Tout va bien ! »

Alors qu’il prenait place dans le siège du conducteur, il fut surpris de voir à quel point cela s’était passé facilement. Son pied toucha la pédale, et soudain, le véhicule qui roulait tranquillement accéléra comme une chauve-souris de l’enfer. Plusieurs balayeurs furent pris sous ses roues et écrasés.

« Qu’est-ce qui s’est passé ? »

« Qu’est-ce que cette voiture fait ? »

Le chef des balayeurs criait des injures quand soudain, le camion tourna. Il vit le conducteur, un jeune garçon – c’était lui !

« Attrapez-le ! »

Le porteur de la faux et ses hommes étaient stupéfaits par cette vision, car aucun d’entre eux ne pouvait croire que quelqu’un puisse se faufiler sous leur nez et voler une voiture. Alors que Cloudhawk frappait la foule de balayeurs, il fit pivoter la roue d’avant en arrière, se faufilant entre eux comme un serpent. Les balayeurs et les rochers furent écrasés par la carrosserie renforcée du camion. Rien ne pouvait l’empêcher de s’enfuir.

« Avec moi, suivez-le ! »

Quand les balayeurs reprirent leurs esprits, ils donnèrent la chasse presque instinctivement. À ce moment-là, le camion était déjà à plusieurs centaines de mètres de distance alors que la plupart des balayeurs étaient encore à pied. Le temps que les ordres du chef soient relayés et que les gens commencent à réagir, il était déjà trop loin.

L’effronté homme du désert poussa l’accélérateur jusqu’au sol, soulevant un panache de sable alors qu’il se libérait des balayeurs. La distance entre eux s’agrandissait déjà au moment où ils avaient commencé à le poursuivre. Il prit les trois autres guerriers du Groenland et se dirigea vers l’ouest, vers le soleil couchant, comme si l’orbe de feu orange ondoyant était leur destination.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 98 – L’ennemie des terres désolées Menu Chapitre 100 – Les brutales Terres Désolées