Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 98 – L’ennemie des terres désolées

Livre 1 chapitre 98 – L’ennemie des terres désolées

Il n’y avait rien dans les 100 km au nord de l’avant-poste de Bleakfire qui puisse les cacher. Pendant qu’ils se faisaient pourchasser. Alors que le groupe du Groenland s’enfuyait, ils furent rapidement attaqués par une grêle de flèches.

L’un des soldats groenlandais cria : « Les balayeurs nous rattrapent ! »

En plus des montures de lézard, les balayeurs disposaient d’une foule de véhicules qu’ils utilisaient également pour chasser leurs proies. Chacun d’entre eux était étrange et unique, assemblé à partir de différentes parties déterrées dans les terrains vagues. Il y avait quelques buggies qui étaient un enchevêtrement de métal mal assorti, des motos à deux roues ou plus, et quelques autres sortes qu’il n’avait jamais vues auparavant. En tout, il y avait une cinquantaine de personnes à leurs trousses, et même si ce n’était pas beaucoup, c’étaient tous des combattants de haut niveau – surtout les trois meneurs.

L’un d’eux était grand et mince et les poursuivait sur une moto fabriquée à six roues. Un crâne de taureau était fixé à l’avant, avec ses deux cornes vicieuses. À en juger par son équipement, celui-ci était un tireur d’élite.

Le second était un homme fort et gros, qui balançait un fléau au-dessus de sa tête alors qu’il était assis à cheval sur un lézard des terrains vagues. Tout son corps était protégé par une armure d’acier, tout comme sa monture, et le vent sifflait autour d’eux alors qu’il balançait son arme. Il s’agissait d’un bâton auquel était attachée une chaîne de deux mètres de long, qui était reliée à une boule à pointes à l’aspect effrayant. Il le maniait avec une telle facilité que Cloudhawk tremblait à l’idée des dégâts occasionnés à la chair et aux os si cela le frappait.

Le chef principal du groupe était couvert de plaies et de peaux mortes. La créature était certainement un spectacle étrange, tant pour son arme que pour son mode de transport. Il tenait une faux de la taille d’un homme. L’arme avait une lame dentelée qui s’étendait à partir du manche de son bâton et qui s’incurvait en un point vicieux.

Son véhicule était un dispositif lourd et encombrant qui gémissait comme un moteur à réaction. Quatre roues étaient attachées à ses pieds comme des chaussures, et ainsi, la poussée de son paquet de fusées l’envoyait vers l’avant. De la fumée noire s’échappait des tuyaux d’échappement, laissant une traînée claire dans son sillage. Le balayeur n’avait plus qu’à garder l’équilibre et il pouvait skier sur le sable comme sur l’eau.

Cette poignée de balayeurs, curieusement équipés, était une représentation parfaite d’une escouade d’élite typique des friches. Il s’était retourné et les regardait gagner du terrain.

« Occupez-vous d’eux ! »

Depp réagit rapidement, en tirant une flèche et en retirant son arc en forme de wyrm. En moins d’une seconde, il choisit une cible, la visa, et d’un geste brusque, la corde de son arc se relâcha. Le faussaire l’avait vu venir et s’était arraché les hanches sur le côté, ce qui fit dévier ses pieds de leur trajectoire et creusa une tranchée irrégulière dans le sable. La flèche passa à côté de lui et le manqua, mais traversa le pneu d’un buggy juste derrière.

Le véhicule perdit le contrôle, se mit sur le côté et toucha le sol. Comme un rocher qui éclabousse un lac, d’énormes panaches de sable furent projetés en l’air tandis que des parties du véhicule s’envolaient dans toutes les directions. Les balayeurs qui se trouvaient à proximité s’étaient écartés du chemin pour éviter d’être écrasées, mais n’avaient pas ralenti leur poursuite.

En réponse, le balayeur sur la moto mit son arbalète à niveau et tira quelques projectiles.

Son arme était d’un type rarement vu dans les terrains vagues, une arbalète relativement plus faible mais capable de tirer plusieurs coups en succession rapprochée. Elle était particulièrement adaptée à ce genre de situation. Quelques montures des combattants groenlandais furent touchées par les flèches que le balayeur avait enduites de poison anesthésiant. Ils étaient déjà en train de ralentir.

« Rattrapez le temps perdu ! Tuez-les ! Vengeance pour le maître ! »

Le porteur de la faux grogna hideusement, et ses compagnons hurlèrent et rugirent comme une meute de loups sauvages. Le timbre de leurs cris faisait frémir les humains.

Cloudhawk retira le fusil de son épaule en guise de préparation. Le calibre.13 était un produit artisanal de l’avant-poste du Groenland, grossier en apparence mais d’une incroyable puissance de frappe. Il serra ses jambes contre les flancs du lézard, libéra les rênes et pointa son fusil.

« Tu meurs le premier. »

Crack !

Le son du fusil était aussi percutant que sa puissance. Il lui fallut une seconde et demie pour trouver sa cible, mais la balle que son fusil cracha fut plus rapide que n’importe quelle flèche. Pourtant, le chef balayeur était un ennemi d’une habileté peu commune, et juste au moment où Cloudhawk appuyait sur la gâchette, il bougea. Ses roues dessinèrent un arc dans le sable mais ne le déplaçèrent pas assez pour éviter la balle.

Le tir le frappa dans le dos et lui ouvrit un passage à travers la peau.

Le jeune homme tira sur le verrou pour dégager la cartouche de la chambre au moment où sa monture se dirigeait vers un rocher. Sans se soucier de ce qu’il faisait, le lézard bondit pour éviter l’obstacle, et faillit lancer son cavalier. Heureusement, il réussit à se rattraper et à reprendre les rênes.

Le chef continua à avancer jusqu’à ce qu’ils soient côte à côte. Il leva sa faux en l’air et l’abattit d’un coup – avec assez de force pour éventrer l’humain, sinon le couper en deux !

Cloudhawk se jeta en avant et la faux fut balayée par le ciel, rasant un bon bout de cheveux. Son adversaire ramena rapidement et adroitement la faux et prépara une autre attaque. Il était au moins aussi capable que Mad Dog l’avait été.

Lâchant son arme, Cloudhawk prit sa baguette d’exorciste pour bloquer l’attaque. L’impact avait non seulement fait tomber la faux, mais il avait aussi retiré un morceau du manche de l’arme. Voyant cela, le chef changea de tactique et enterra la tête de sa faux à l’arrière de sa monture.

Le lézard du désert hurla de douleur et s’élança plus vite, en tirant le balayeur. Il tira l’arme vers l’arrière et déchira le dos de la bête, la poussant dans une frénésie douloureuse et la rendant impossible à contrôler.

Le chef était venu pour une seconde attaque mais ne s’était pas occupé de Cloudhawk ou de son bâton d’exorciste. Sa faux était plutôt dirigée contre la patte arrière gauche du lézard. La bête perdit soudain l’équilibre, car son membre fut coupé et toucha le sol, envoyant un nuage de sable. Cloudhawk fut projeté de son dos. S’il touchait le sol en allant aussi vite, il se briserait le cou ou du moins, quelques côtes.

L’autre chef balayeur tira quelques carreaux en plus.

Aucun d’entre eux ne s’attendait à ce que le jeune chasseur de démons disparaisse en plein vol, mais c’était ce qu’il avait fait. Alors qu’il tombait au hasard dans le ciel, Cloudhawk concentra son énergie psychique dans son manteau, et grâce à sa puissance, il flotta comme une plume. Agile comme un oiseau, il avança d’une trentaine de mètres, assez de temps pour reprendre le contrôle de son corps avant de toucher le sol. Le sable fut soulevé et il frappa assez fort pour effectuer deux sauts périlleux complets. Il avait perdu son fusil sur le côté, mais n’avait pas été blessé.

Le visage hideux, le balayeur qui maniait la faux poussa un grognement haineux lorsqu’il s’élança à une vitesse incroyable. Cloudhawk fit monter son bâton entre lui et la lame mortelle. Cependant, le chef avait levé les bras, de sorte que si la tige de l’exorciste n’avait pas bougé, la lame de la faux serait tombée derrière elle. Elle s’enfonça avec une telle force que même l’armure de l’ours ne put l’empêcher de s’enfoncer dans sa peau. La douleur descendit jusqu’à la moelle.

Alors que le métal brut le mordillait, son visage devint féroce. La rage réveilla le pouvoir en lui et le concentra sur son bâton, qu’il utilisa pour faire reculer de quelques mètres le chef des balayeurs.

La blessure à l’épaule n’était pas superficielle. Du sang frais tachait sa cape.

À ce moment, le balayeur avec le fléau s’était précipité dans le groupe. Il avait fait tourner la boule à pointes sur sa longue chaîne vers un des soldats groenlandais. Heureusement, le combattant l’avait vu arriver et esquiva avec juste assez d’espace pour l’éviter, mais sa monture de lézard n’eut pas autant de chance. La boule de fer écrasa le crâne du lézard. Immédiatement, le cerveau de la bête l’éclaboussa, et le guerrier fut jeté à terre. Il fut trop lent à se relever.

Thud !

Le fléau s’était retourné et avait de nouveau touché un crâne, envoyant cette fois des morceaux du guerrier du Groenland tout autour de lui. Son corps s’était effondré, du sang jaillissant comme une fontaine de sa tête en ruine, juste en face de Cloudhawk.

Le cliquetis de la chaîne ne s’était pas arrêté. Cette fois, elle se dirigeait vers lui tandis que la faux du chef le tranchait horizontalement.

Le profiteur se retrouva dans une position précaire, obligé de se battre avec deux balayeurs de force moyenne. Il ne semblait y avoir aucun espoir de survie. Bien qu’il soit toujours invisible sous le manteau, ses ennemis savaient exactement où il était tombé.

« Depp ! »

Cloudhawk hurla le nom, puis sauta sur le lézard de Depp. De la main droite, il remit le bâton de l’exorciste dans la boucle de sa taille, tandis que de la main gauche, il sortit son revolver. Cependant, le balayeur à l’arbalète ne lui laissa pas le temps de tirer et tira le premier un coup de fusil. Depp répondit en tirant une flèche aussi vite que l’éclair.

Les deux flèches s’étaient rencontrées en plein vol.

Cloudhawk regarda à travers le viseur de son revolver, concentrant tout sur le balayeur à l’arbalète. Il appuya sur la gâchette, et la veste en métal fit passer la balle à travers l’avant de la moto et dans la poitrine du balayeur où elle laissa un énorme trou.

« Non ! »

Les cris venaient des deux autres leaders qui regardaient leur frère mourir. Le manieur de faux avait secoué son arme et avait tranché sans cérémonie la taille d’un des soldats groenlandais. Le fléau de l’autre chef prit un soldat dans le dos. Deux autres membres de l’équipage étaient morts.

Les alliés de Cloudhawk s’étaient fait de plus en plus rares. Tout cela le faisait réfléchir. Il regarda désespérément autour de lui jusqu’à ce qu’il aperçoive une zone de terrain accidenté, il dit à Depp de s’y rendre. C’était intelligent – lui et ses hommes montaient des bêtes alors que les balayeurs utilisaient des véhicules. Ils auraient du mal à traverser les terrains accidentés avec leurs machines.

Il tendit la main avec son fusil et tira à nouveau, cette fois sur la selle du lézard sous le balayeur à fléaux.

Crack ! Le lézard s’écrasa dans le sable, projetant son cavalier au loin.

« Ne les combattez pas », ordonna Cloudhawk. « Partons d’ici ! »

Les balayeurs ne pouvaient que regarder ce chasseur de démons qu’ils haïssaient et ses amis s’enfuir, hors de portée. Le visage hideux du chef devint de plus en plus repoussant. « Vous ne pouvez pas fuir ! Vous êtes un ennemi des terres désolées. Tout le monde, des balayeurs aux charognards, a les yeux rivés sur vous. Chaque mercenaire, bandit et chasseur sait qui vous êtes ! Peu importe où vous serez, nous vous suivrons ! Vous êtes morts ! »

Les mots du balayeur étaient comme une prise glacée sur le cœur de Cloudhawk. Est-ce que toutes les terres désolées avaient été retournée contre lui ? C’était un paria, un criminel qui serait traqué et abattu à la première occasion.

Tout cela semblait si étrange. Même si tuer le démon avait causé tant de problèmes, comment la nouvelle aurait-elle pu se répandre aussi rapidement jusqu’ici ? Si ce que le balayeur avait dit était vrai, son voyage était soudainement devenu beaucoup plus difficile.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 97 – L’insouciante ruine Menu Chapitre 99 – Voler des roues