Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 9 – Conspirateurs

Livre 2, Chapitre 9 – Conspirateurs

Le ciel ne s’était pas encore assombri, mais le bar d’Adder était déjà occupé. Il y avait des marchands frontaliers, des aventuriers, des païens, des croyants de toutes sortes et encore plus de gens qui mangeaient et buvaient ensemble. L’odeur de l’alcool et du tabac étouffait l’air.

Un danseur se tordait et se balançait à une extrémité de la salle commune tandis que de grands hommes se battaient sur le ring de boxe de l’autre côté. Tout le bar était une mer de testostérone remplie de cris, d’acclamations et de jurons qui secouaient les poutres du plafond.

C’était certainement un endroit bruyant, mais il y avait des limites claires à la débauche.

Un homme âgé entra dans le bar. Il était grand et maigre, et une barbichette filiforme jaillissait de son menton. Ses vêtements étaient simples mais étonnamment bien entretenus. Il ressemblait à un vieux savant, avec son grand chapeau perché sur sa tête qui couvrait la plus grande partie de son visage.

« Monsieur, nous avons préparé votre réservation. »

Un serveur s’était approché pour offrir son aide. Il était jeune, et ses longs cheveux étaient attachés en arrière en une simple queue de cheval. Une paire d’yeux brillants d’une vitalité juvénile.

Le vieil homme fit un signe de tête, bien que ses yeux ne cessent de scruter son environnement. Ils s’arrêtèrent un instant lorsqu’il aperçut Adder derrière le bar. Le propriétaire du bar leva la tête au même moment, et pendant une brève seconde, leurs regards se rencontrèrent. Puis, chacun d’eux détourna le regard comme s’ils n’avaient rien vu.

Le jeune serveur amena l’homme dans une pièce privée près d’une fenêtre avant de lui servir un verre de vin argenté et de lui servir des assiettes de nourriture. Ce genre de repas était un délice ici, mais l’homme à la barbiche semblait désintéressé.

« Je ne vous dérangerai pas pendant le dîner, monsieur. »

Le vieil homme retira le chapeau de sa tête et le posa sur la chaise à côté de lui, laissant ses cheveux blancs tomber librement. Il n’avait pas l’air exceptionnellement vieux, mais la lame du temps avait gravé des marques sur son visage. Les vallées étaient les vestiges d’une époque amère, et ses yeux étaient aiguisés et peu accueillants. A l’intérieur, il y avait de la colère, de la douleur, de l’attente, ainsi qu’une folie morbide mêlée à de l’agitation.

Même sa présence était déconcertante. Il était aussi calme que la surface d’un lac, assis dans une caldeira qui pouvait entrer en éruption à tout moment.

Environ une heure plus tard, un homme de grande taille au nez crochu et en forme de bec entra dans le bar. Il regarda autour de lui avec des yeux de fouine et ensuite glissa au serveur un morceau de papier sur lequel était inscrit un numéro. Le jeune homme, sans dire un mot, conduisit le nouveau venu à la pièce indiquée.

Alors qu’ils traversaient la zone commune, l’homme au visage d’oiseau semblait se déplacer à la fois lentement et rapidement. Si l’on regardait bien, chacun de ses pas semblait calculé et précis. Il était à noter qu’en se faufilant dans la foule, il n’avait jamais touché un tabouret ou un des autres clients. Glissant comme un fantôme, il passait rapidement, ne laissant aucune trace de son passage.

Sans aucun doute, c’était un homme de talent.

Le jeune homme s’était arrêté devant une porte et l’avait poussée.

Lorsque le chauve au nez aquilin apparut devant l’étranger à barbiche, les yeux de ce dernier brillèrent d’impatience. Il se leva et s’adressa à son invité avec un grand respect. « Patron Buzzard ! »

La personne du nom de Buzzard avait rapidement jaugé l’arrivant: « Ça fait un moment, mon vieil ami. Tu as vieilli rapidement. »

« C’est la malédiction des humains que de vieillir. Il n’y a rien à craindre. Ce que nous devrions détester, c’est de vieillir sans rien accomplir. » Il ponctua cette pensée d’un reniflement amer avant de faire signe au jeune homme de s’éloigner. « Laissez-nous. »

Le serveur jeta d’abord un regard sur l’homme d’âge moyen au nez crochu, puis sur l’homme à la barbichette. Puis il s’inclina devant chacun d’eux. Il partit et ferma la porte derrière lui, laissant les deux hommes seuls.

Buzzard soupira une fois qu’ils eurent la pièce pour eux seuls. ” Tu ne devrais pas continuer comme ça. Tu n’es pas en très bonne santé. Reviens avec moi. Au cours des vingt dernières années, tu as beaucoup contribué. Assez. Tu n’as pas besoin de passer le reste de ton temps et de ton énergie ici. Tu as besoin d’une vie à toi. »

« Une vie ? Ma vie a déjà été ruinée. » L’homme à la barbichette secoua la tête. « Le seul désir qu’il me reste est de voir la ville de Skycloud en flammes. Si je peux un jour sentir la chaleur de ces feux sur mon visage, alors n’importe quel prix en vaudra la peine. Quelques décennies d’exil ne signifieraient rien si c’était ma récompense. »

Soudain, Buzzard leva une main, implorant le silence.

Il se leva et poussa la porte, ses yeux s’écartant à gauche et à droite. Rien ne semblait sortir de l’ordinaire. C’était juste le serveur à queue de cheval qui marchait dans le couloir. Il soupira.

« Relax, Buzzard. Personne ne nous écoutera ici. » L’homme plus âgé se leva également. Il comprenait la nécessité de la prudence. « Le propriétaire de cet endroit est plus qu’il n’y paraît. Sans son aide, je ne serais pas ici pour recueillir ces renseignements. »

« Le propriétaire du bar ? Peut-on lui faire confiance ? »

« C’est difficile à dire, mais je pense que oui. Il n’est pas avec Skycloud. Ils le tueraient dix fois s’ils savaient les choses qu’il a faites ou les trésors qu’il cache. »

« J’ai confiance en ton jugement. » Buzzard fit un signe de tête. « Vous l’avez ? »

Le vieil homme sortit un livre à reliure noire à partir de ses vêtements et le remit à son compagnon. « Tout est là-dedans : les comptes et les emplacements des troupes, et les noms de tous leurs capitaines. Il y a plus de mille cinq cents officiers de rang moyen à inférieur sur cette liste, qui comprend leurs antécédents ».

« Il est certainement difficile de mettre la main dessus ! » Buzzard lui prit le carnet comme s’il s’agissait d’un trésor inestimable. Il avait alors commencé à en feuilleter le contenu. « Avec cela, nous pouvons formuler un plan pour infiltrer Skycloud. Vous nous avez rendu un grand service. »

La réponse du vieil homme était désespérée. « Il a fallu des années et la vie de trente compagnons pour obtenir cette information. Ce sont leurs nobles sacrifices qui ont permis de construire cette fondation. J’espère qu’elle servira son but. Ce lieu misérable doit être rasé. »

Buzzard regarda quelques pages de plus. Bien qu’il n’ait fait que scanner les entrées, il avait pu constater qu’elles étaient à la fois vraies et exactes. Il avait dû falloir des années de lutte et de dévouement ainsi que des sacrifices insondables pour que le vieil homme puisse rassembler tout cela. Sa mission n’avait pas été facile.

« Ne sois pas têtu. Reviens avec moi ! »

« Chacun a ses propres batailles à mener, et je ne reculerai pas des lignes de front tant que celle-ci ne sera pas terminée. Tant que l’on aura besoin de moi, je n’irai nulle part. Je suis sûr que tu comprends. » Le vieil homme était ferme. « Mais, puisque tu es ici, j’ai quelques jeunes soldats à te recommander. Quelques bons gars que j’ai déterrés et gardés près de moi au fil des ans. Avec un bon entraînement, ils nous seront d’une grande utilité. »

Buzzard soupira une fois de plus. Il connaissait le tempérament du vieil homme.

Il n’allait pas venir, mais ses recommandations étaient les bienvenues. Il avait confiance dans le jugement de son ami, et toute personne qu’il proposerait serait fiable.

« Il était temps. » Le vieux récupéra une montre de poche dans ses vêtements et jeta un coup d’œil. « Viens avec moi. »

Le jeune homme à la queue de cheval errait sans but autour du bar, s’ennuyant à mourir d’ennui, quand soudain il aperçut l’homme à la barbiche et son compagnon partit rapidement. Après une brève secousse, il laissa tomber ce qu’il tenait et se précipita à leur poursuite.

Le vieil homme avait tout prévu à la minute près. C’était la période la plus chargée pour les rues de l’avant-poste de Sandbar, et la foule était féroce. Lorsque lui et l’homme d’âge moyen se joignirent à la mêlée, ils disparurent instantanément. Le jeune serveur essaya de suivre mais s’arrêta à un carrefour. Plusieurs rues et ruelles glissaient devant lui comme une toile d’araignée. Il n’avait aucune idée de celle que ses cibles avaient prise.

Quelques minutes plus tard, dans un entrepôt abandonné.

La poussière et la puanteur de la moisissure imprégnaient l’air. La lumière d’une bougie luttait contre la brise. Sa frêle lumière scintillait contre l’obscurité et, comme le vieil homme, elle espérait juste remplir le monde d’un peu de lumière et de chaleur avant de s’éteindre.

« Ce sont les jeunes hommes dont je parlais. »

Il y avait six personnes devant l’homme à la barbiche. Le plus jeune avait une vingtaine d’années, et le plus âgé n’en avait pas plus de quarante.

« Je les ai cachés ici. Ils m’ont aidé à rassembler les informations dont nous disposons depuis une dizaine d’années. Le produit d’une recherche constante de talents. Chacun d’entre eux m’a suivi à travers le feu, et ils ont tous des compétences uniques. Que vous les entraîniez comme espions ou comme combattants de première ligne, ils seront vos soldats les plus fiables. Je peux le garantir sur ma vie ».

Buzzard fit un signe de tête. « Je m’assurerai de transmettre vos recommandations personnelles à Wolfblade1. »

« Attendez ! Si nous partons, qu’en sera-t-il de vous ? » Un des hommes avec une grande épée noire sur le dos prit la parole. « Je suis avec vous. Où que vous alliez, j’irai aussi. »

« Et moi aussi ! »

« Pareil pour moi ! »

Buzzard était ému par leur loyauté. La plupart des membres d’une cellule indépendante de Dark Atom rêvaient de rejoindre le groupe principal. C’était particulièrement vrai pour les espions des régions frontalières comme eux. C’était la promesse qu’ils pourraient s’installer dans un endroit où ils n’auraient pas à se soucier de la nourriture ou des vêtements, où on s’occuperait d’eux. Qui voulait vivre ainsi ? Comme des rats dans un égout ?

Pourtant, ces hommes étaient prêts à renoncer à cette opportunité pour rester avec le vieil homme qui les dirigeait.

« La mort viendra pour nous tous un jour, mais la foi est indestructible. » Le vieil homme leur répondit avec un sourire agréable. Il prit les bougies mourantes et les utilisa pour en allumer d’autres, répandant ainsi la lumière plus loin. « Tant que nous transmettrons la flamme de nos convictions, un jour, elle deviendra un feu de forêt. Quels regrets aurais-je dans la mort ? N’oubliez pas notre objectif ! »

Les six hommes se regardèrent.

Buzzard s’interposa, curieux de leurs réactions. « Vous avez d’autres buts ? »

Le vieil homme acquiesça d’un signe de tête. « Il y a une faille discrète dans l’enceinte de Skycloud City. Donnez-moi un peu de temps. Tant que cette ouverture subsiste, nous pouvons l’utiliser pour administrer un poison qui tuera des dizaines de milliers d’habitants de la ville. Ce sera une catastrophe dont la ville sainte ne se remettra pas. »

Alors que le plan glissait des lèvres du vieil homme, son visage devenait monstrueux et sinistre.

Buzzard n’avait jamais vu une haine de ce niveau. Le but solitaire de cet homme dans la vie était de voir la chute de la ville sainte. Mais, c’était un plan intéressant, et il avait ouvert sa bouche pour s’enquérir davantage quand –

Ding, ding  !

Le son d’une petite cloche avait doucement traversé l’air. Clair et mélodieux, il leur poignardait les oreilles comme une fléchette empoisonnée.

« Merde ! » Un des hommes à la porte fronça les sourcils. « Quelqu’un essaie de nous surprendre. Je crois qu’on est fichus. »

Un énorme homme noir leva une arme tout aussi massive dans son dos. Il commença à tirer des balles de la taille des pouces du bandolier autour de sa poitrine et à les introduire dans la chambre de tir. Click ! Click ! Il s’était avancé, avait visé la porte et avait tiré.

BANG !

Une grenade électrique avait explosé dans la zone. La porte de l’entrepôt avait été mise en pièces.

Avec un cri de choc et de douleur, la balle avait touché quelqu’un de l’autre côté et l’avait fait voler. Au calibre utilisé par ce grand homme, peu importe que la balle ait d’abord traversé la porte. Celui qu’il avait touché était mort.

« Putain ! » cria le vieil homme. « Buzzard, sors d’ici tout de suite ! »

« Mais toi… »

« Ce n’est pas le moment ! » Il secoua la tête, coupant l’autre homme. « Pensez à ce que vaut ce carnet. Tu dois l’apporter à Wolfblade quoi qu’il arrive. Sinon, tous nos efforts auront été gaspillés ! Maintenant, tais-toi et va-t’en ! »

Mais avant même que ses paroles ne soient entendues, les intrus réagissaient. Soudain, tout le bâtiment rugit comme si un ouragan s’était abattu sur eux. Les fenêtres claquèrent et les murs en bois s’effondrèrent, alors que soudain, une grêle de flèches s’abattit sur eux.

« Trouvez un abri ! »

Buzzard donna un coup de pied sur une table et se cacha derrière elle, juste à temps pour voir les balles mortelles de sept ou huit boulons pénétrer dans le bois. Les autres s’étaient précipités pour se protéger, mais l’un des jeunes hommes était trop lent, et un boulon d’arbalète avait pénétré dans l’œil. Il était en vie assez longtemps pour crier avant de s’effondrer sur le sol, mort.

1. Le nom doit être familier. C’est le nom du chef de Dark Atom.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Livre 2, Chapitre 8 – Groupe d’élite Menu Chapitre 10 – Attaque furtive