Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 10 – Attaque furtive

Livre 2, Chapitre 10 – Attaque furtive

Dix minutes plus tôt, Squall avait en effet perdu sa cible, mais au mépris de son nom, il n’avait pas choisi un chemin au hasard. Il avait trouvé un coin perdu et avait sifflé un appel pour rassembler les autres. Cloudhawk, Barb, le gros capitaine et ses hommes avaient tous convergé vers sa position.

Ils lui demandèrent des informations. Leur visage s’était alourdi lorsqu’il leur expliqua la situation. Avaient-ils déjà été repérés ?

« Je ne pense pas qu’on ait été repérés, sinon vous seriez déjà morts. Il n’est pas rare que des hommes comme eux prennent des précautions supplémentaires pour rester cachés. Il avait probablement préparé ça à l’avance, une route sûre au cas où. »

Le capitaine n’était pas un homme intelligent, mais il avait le bénéfice de six ans d’expérience en tant que soldat. Il avait entendu beaucoup de choses. Ici, son point de vue allait droit au but.

« C’est une habitude des insurgés expérimentés, une habitude qu’ils utilisent qu’ils soient suivis ou non, juste au cas où. Il est alerte, et cela va rendre les choses plus difficiles. Nous pouvons être sûrs d’être sur la piste d’un véritable espion. »

Les soldats du capitaine n’avaient fait que s’enthousiasmer de cette révélation.

« Nous voulions avoir une chance de faire nos preuves, non ? »

« Super. C’est vraiment génial ! »

« Y a-t-il quelque chose qui ne va pas avec vos têtes ? Nous les avons perdus ! » Barb perdit patience. « Qu’est-ce qu’on va faire maintenant ? Aller de maison en maison ? Ça va prendre une éternité, et ils vont sûrement savoir qu’on arrive. Nos cibles seront parties avant même qu’on les flaire. »

« Ne vous inquiétez pas. Nous avons toujours les choses sous contrôle. J’ai saupoudré le tapis du bar avec une poudre fluorescente. » Squall regarda le groupe désespéré avec un sourire. Il tira une petite tige de son dos et la secoua rapidement. A l’intérieur de la tige se trouvait un liquide inconnu qui, lorsqu’il était agité, commençait à émettre une faible lumière. « La poudre est inodore et difficile à détecter. Mais, sous la bonne lumière, elle devient claire comme le jour… là ! Pouvez-vous la voir ? »

Le grain fit pivoter la tige de quelques centimètres sur le sol, faisant quelques passages jusqu’à ce que deux paires d’empreintes apparaissent. Elles brillaient d’une faible couleur verte.

Cloudhawk était en extase. Le grain était plus utile qu’il ne l’avait laissé croire.

Barb était également impressionnée. « Tu as de sacrés tours dans ta manche, mec ! »

Les louanges du chasseur de démons le remplissaient de fierté, mais il ne le laissait pas paraître. Au lieu de cela, il continua à essayer de garder ses mots modestes. « Juste un peu de malice, c’est tout. »

Le soldat au nez cassé s’écria : « Alors qu’est-ce qu’on attend ?! Allons les chercher ! »

« Fermez-la ! Notre chef n’a pas donné l’ordre. Qu’est-ce qui vous presse tant ?! » Le gros capitaine posa son poing sur le casque du soldat. Il ne pouvait pas dire qu’il n’était pas aussi anxieux, mais il n’allait rien présumer avec trois autres personnes au-dessus de son poste qui menaient la barque. Il se tourna respectueusement vers le chasseur de démons masqué. « Monsieur, comme vous pouvez le voir, nous… »

Cloudhawk l’ignora et se tourna plutôt vers son jeune assistant. « Squall, peux-tu décrire l’homme que notre cible a rencontré dans le bar ? »

Le visage de Squall se crispait alors qu’il cherchait des détails dans son cerveau. « Je me souviens que le vieil homme l’a appelé Buzzard.

“Buzzard” ? Il ferma les yeux. « Un homme d’âge moyen, avec un grand nez pointu et une tête chauve ? »

« Vous l’avez rencontré ? » s’exclama-t-il.

Il ne s’attendait pas à ce que ce soit lui. Ses sourcils se rapprochèrent et après un moment de réflexion, il répondit : « Je l’ai vu une fois lors d’une de mes missions à travers les terres désertes. C’est un membre de confiance de Dark Atom, qui est dirigé par un homme nommé Wolfblade. Il est dangereux ».1

Le capitaine et ses hommes s’étaient visiblement tournés vers le maître chasseur de démons.

Un des hommes de confiance de Wolfblade ? C’était une nouvelle stupéfiante ! Dark Atom était un groupe d’hérétiques qui opéraient sur les terres élyséennes depuis des années – une épine constante dans le pied de Skycloud. C’était un groupe de païens fous qui laissaient des dégâts et une traînée de cadavres partout où ils allaient. Tous les habitants des terres saintes les considéraient comme des ennemis de leur mode de vie.

C’était un groupe bien organisé. Ils accomplissaient leur travail avec soin et gardaient tout secret. Personne n’avait encore trouvé leur cachette principale. Leur chef, Wolfblade, était un fou furieux et ambitieux dont le but principal était la destruction de Skycloud. Le capitaine de la garde pensait à l’origine que les hommes qu’ils traquaient étaient des comploteurs de variétés de jardin, mais en réalité, ils étaient tombés sur un complot de Black Atom !

Barb regarda Cloudhawk avec de grands yeux pleins d’admiration. « Tu es incroyable ! Je n’arrive pas à croire que tu sois allé au poing avec des membres de Dark Atom ! »

Celle-ci avait beaucoup d’imagination. Quand avait-il parlé de les combattre ?

Mais, il était vrai qu’il avait une certaine expérience des combats. L’homme qui avait représenté Dark Atom, et qui était venu acheter les fruits tordus du travail de l’Académicien, n’était autre que ce chauve au nez crochu.

Le monde était petit. Les chances de tomber à nouveau sur ce type ici…

La constatation rendait les choses plus difficiles qu’il ne l’avait prévu.

Cloudhawk avait vu ce que Buzzard pouvait faire. Il n’était pas moins capable de se battre que Hyène, ce qui signifiait que l’homme était carrément mortel. Pouvaient-ils le capturer avec seulement les quelques personnes qu’il avait amenées ? Cependant, la question de savoir s’ils le pouvaient ou non n’était pas la plus urgente. Il n’avait aucune raison de faire de Black Atom un ennemi. Parasite, la maladie qui lui avait été donnée par la trahison finale de l’Académicien, nageait encore dans son sang. Qui savait quelle sorte de mutation il provoquait ? Seul Dark Atom avait le pouvoir de l’aider. Se battre avec eux, c’était comme creuser sa propre tombe.

Barb avait envie de se battre. « Senior, donnez l’ordre. Je suis prête à mener la charge ! »

Il soupira. Il avait découvert cette information trop tard. Une fois que la flèche avait quitté l’arc, on ne pouvait plus la reprendre. « On ne peut pas courir à moitié armé. La sécurité est importante. Trouvons d’abord où ils se terrent. »

Seize personnes avaient suivi la piste verte jusqu’à un coin éloigné de l’avant-poste. Elle s’était terminée dans un entrepôt abandonné qui était autrement inintéressant.

Le Sandbar était rempli de marchands frontaliers. Par commodité, beaucoup d’entre eux construisaient des entrepôts pour leurs marchandises. Ces entrepôts n’étaient souvent utilisés que quelques fois avant d’être abandonnés. C’était le cas pour ce bâtiment, qui était en grande partie modeste et à l’écart. Bien sûr, c’était ce qui en faisait l’endroit idéal pour le complot. Il semblait qu’ils avaient trouvé le bon endroit.

« Vous, préparez-vous à enfoncer la porte. » Le capitaine de la garde commença à donner des ordres à voix basse, pointant d’abord un de ses hommes. « Les traîtres sont bien là-dedans, alors que tout le monde soit prêt. Une fois la porte ouverte, on commence l’attaque. Tuez-les tous jusqu’au dernier. Pas de quartier ! »

« Oui, monsieur ! »

Les soldats se dispersèrent, utilisant la couverture de la nuit et des tas de détritus pour masquer leur approche. Une fois le bâtiment encerclé, ils s’étaient accroupis et avaient attendu le signal. L’un d’entre eux s’était alors levé et s’était dirigé vers la porte d’entrée.

Le capitaine de la garde fit un geste, et le soldat chargea, prêt à faire irruption.

Puis, tout à coup, une forte détonation se fit entendre de l’intérieur, assez forte pour leur faire éclater les tympans. L’instant suivant, la porte robuste de l’entrepôt explosa vers l’extérieur en une pluie d’éclats. Le soldat du Skycloud était passé d’un sprint complet à un vol imprévu, alors qu’il se dirigeait soudainement vers l’arrière, en s’éloignant de l’entrepôt comme s’il avait été frappé par un taureau enragé. À quatre ou cinq mètres de là, il heurta le sol d’un bruit sourd.

« Enfoiré ! »

« Ils nous ont vus ! »

Plusieurs des soldats s’étaient déplacés pour tirer leur camarade hors des tirs. Son armure avait été réduite en miettes, et des éclats de celle-ci jonchaient le sol. Le malheureux s’était roulé dans la douleur. Sans la qualité supérieure de l’armure de Skycloud, il aurait été réduit en miettes.

Cependant, ce n’était pas parce que cela ne lui avait pas fait un trou de la taille d’une pastèque qu’il n’était pas en danger de mort. Il était au moins hors de combat, ce qui signifiait qu’ils avaient déjà un homme à terre. « C’est un sacré faux départ ! »

Barb était en état de choc. « Qu’est-ce qui se passe ? »

« Ils ont des putains d’armes, voilà ce qui se passe ! » Cloudhawk avait grandi dans les terrains vagues. Il savait les dégâts que ces armes pouvaient causer, alors il appela les autres. « Ne vous approchez pas ! »

« Fils de pute ! Ils ont des armes illégales ! Vous êtes tous morts, putain ! Vous m’entendez ? Hammy va venir te chercher ! » Le capitaine costaud voyait ses hommes comme des frères et voir l’un d’eux se faire sauter et être forcé de se battre pour sa vie l’avait mis en rage. « Tirez des flèches ! »

Les gardes n’avaient pas les arcs à longue portée utilisés par les soldats de Skycloud et avaient plutôt apporté avec eux des arbalètes à moyenne portée. Elles n’étaient pas différentes de celles utilisées par les gardes de la caravane de Bloomnettle, qui se composaient d’un corps d’arbalète et d’un carquois à haute pression. Chaque tambour contenait une douzaine de carreaux, et chacun d’eux avait la puissance d’arrêt d’une balle de fusil. Les arbalètes militaires étaient également plus puissantes que les arbalètes civiles et, bien qu’elles ne soient pas aussi puissantes que les arcs longs, elles étaient plus adaptées aux combats urbains de ce type.

Une douzaine d’arbalètes avaient vu le jour. Soudain, une grêle de carreaux déchira l’air.

L’attaque combinée était descendue sur l’entrepôt comme un ouragan. Les carreaux de six pouces étaient pratiquement inarrêtables dans un rayon de six mètres et avaient percé les murs en bois du bâtiment comme s’ils étaient faits de beurre. Les pointes des carreaux étaient également recouvertes d’une toxine paralysante, de sorte que même si elles ne faisaient qu’égratigner leurs cibles, cela suffirait à les mettre hors de combat.

Les barillets avaient été rapidement vidés. Il ne fallait que trois secondes aux gardes pour les remplacer par des tambours pleins.

En supprimant la nécessité de changer les carreaux de la manivelle, ces arbalètes étaient nettement supérieures aux modèles normaux. 2 Dans les combats rapprochés, elles étaient mortelles, et tout ennemi devenait pâle quand il découvrait ce à quoi il était confronté. Les soldats étaient occupés à recharger lorsque quatre ou cinq objets leur étaient lancés à travers des trous dans les murs.

« Bougez ! »

Tout autour de l’entrepôt, une série d’explosions avait secoué la terre. Les détonations n’avaient pas blessé Cloudhawk ni ses hommes, mais elles avaient créé un écran de fumée suffisamment épais pour les empêcher de voir. Les bruits de coups de feu retentissaient dans la brume et, de temps en temps, il y avait la lumière d’un feu. Ils se défendaient. « Arrêtez-les ! Pas un seul n’en sortira vivant ! »

Alors que le gros capitaine criait l’ordre, une silhouette s’était précipitée à travers la fumée comme un tigre bondissant de sa tanière. Il s’était élancé avec l’énorme épée noire dans ses mains.

L’arme s’était taillée une bande sanglante dans l’air. La tête d’un garde avait touché le sol à proximité et s’était éloignée en roulant.

« C’est dur ici ! »

Le capitaine leva son arbalète et tira cinq coups en un instant, mais le tueur disparut à nouveau dans le brouillard. Cependant, le capitaine n’était pas non plus un débutant. Deux de ses tirs étaient liés – un dans l’épaule du rebelle et l’autre dans sa poitrine. Les tirs étaient puissants, mais la constitution de l’homme était plus forte. Les carreaux n’avaient causé que des blessures mineures.

La fumée se mit à tourbillonner à nouveau. Cette fois, un homme énorme à la peau noire comme du charbon leva un pistolet tout aussi énorme.

Le capitaine se jeta sur le côté juste avant que le souffle assourdissant du canon de l’homme ne retentisse. Un autre soldat avait été abattu. Immédiatement après, l’homme à l’épée noire réapparut. Ses blessures laissaient échapper du sang, et les paralysants avaient commencé à se frayer un chemin dans ses veines, mais ils ne l’avaient pas encore terrassé. Il chargea sur le capitaine de la garde comme un rhinocéros fou.

1. Si vous vous souvenez bien, Buzzard était l’homme antagoniste qui avait rencontré Hyène à l’extérieur de la base de Blackwater lorsqu’il rachetait des mutants au chapitre 109.

2. Bon, ce sont donc des arbalètes automatiques à air comprimé. Littéralement, la seule différence entre cela et un fusil est la poudre à canon. Est-ce la poudre à canon que les Élyséens trouvent si tabou ?

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 9 – Conspirateurs Menu Livre 2, Chapitre 11 – Conflit de minuit