Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 85 – Inarrêtable

Livre 1 chapitre 85 – Inarrêtable

Un sentiment intense de danger réveilla Cloudhawk de son sommeil. Quelque chose n’allait pas.

Le malaise était plus intense que jamais. C’était comme si même son esprit tremblait dans la peur instinctive d’un prédateur ultime. Il sentait qu’il pouvait être englouti par la terreur à tout moment.

Ce soir, c’était la nuit !

Il prit son bâton d’exorciste et sauta du lit. Au même instant, une énergie épaisse planait sur tout l’avant-poste – comme les graines d’un pissenlit qui recouvrent le monde entier ou des cordes musicales invisibles à l’œil nu. De quelque part à proximité, les pulsations d’une puissante psyché s’était dirigée vers lui en vague distinctes.

Le démon ! Il était là !

Cloudhawk en était certain, car ce n’était pas la première fois qu’il sentait cette présence. Il l’avait sentie au loin lorsque l’avant-poste de Blackflag avait été attaqué, juste avant que la tornade de sable ne renverse ses murs. Il était maintenant de retour, et tout près.

Il pouvait même sentir sa position précise. Cette proximité signifiait que le démon ne regardait pas de loin – avait-il finalement perdu patience ? Prenait-il les choses en main ?

Le jeune homme ouvrit la fenêtre et fut immédiatement frappé au visage par une rafale de sable. Il fit la grimace contre son intrusion, ce qui confirma ses soupçons. Le démon devait être dans le camp. Une tempête de poussière comme celle-ci venait des terres désolées. Ce n’étaient pas apparus spontanément ici. Le démon avait dû utiliser un étrange pouvoir pour la créer.

Les capacités des démons et des chasseurs de démons étaient très similaires. Tous deux utilisaient des reliques pour créer des phénomènes surnaturels. Il n’avait aucun moyen de savoir ce qu’était cette relique, mais il pouvait spéculer sur la façon dont elle était utilisée.

Cloudhawk avait traversé les dimensions deux fois, et à chaque fois, il pouvait sentir l’essence de la réalité qu’il avait visitée. Tout – que ce soit l’eau, le bois, le métal ou la pierre – avait une certaine fréquence de “vibration”. Comme cette résonance était unique, chaque manifestation dans le monde physique était différente. Chaque type de résonance organisait les atomes et les molécules en des formes spécifiques qui apparaissaient aux gens comme l’eau, le bois, le métal, etc.

Ainsi, une puissance qui pouvait affecter la résonance pouvait modifier les propriétés fondamentales de cette chose. La Terre pouvait devenir du fer. L’or pourrait se transformer en eau. Tout pouvait être réalisé en manipulant ce pouvoir. Bien sûr, les humains normaux ne pouvaient pas observer ou accéder à ce pouvoir, et ce n’était que grâce aux effets miraculeux des reliques que les démons et les chasseurs de démons pouvaient manipuler la résonance.

Par conséquent, ce sable n’était pas naturel. Il ne provenait pas des terres désolées. Le démon l’avait répandu dans l’air grâce à son pouvoir, en changeant la constitution du vent et en réorganisant les atomes pour créer du sable. C’est ainsi que la tempête de sable était apparue, apparemment de nulle part. Le niveau de puissance nécessaire à sa création était tout simplement fantastique, et bien qu’il n’ait jamais rencontré le démon, il pouvait dire par son travail manuel qu’il devait être encore plus fort que la reine !

« Le lâche a-t-il enfin montré son visage ? » Après que Cloudhawk ait retrouvé la reine et lui ait fait savoir, ses yeux se remplirent d’une lumière froide et terrifiante. Ses mains étaient enroulées en poings, et soudain, on avait l’impression que l’air était bouillant. Elle avait chassé cette bête pendant un an : une année entière d’attente, d’inimitié, culminant finalement dans ce moment. « Je vais le tuer ! »

« Ralentissez ! » Cloudhawk lui bloqua le chemin et essaya de la calmer. « Vous ne pouvez pas vous précipiter. Je peux dire qu’il n’est pas un faible. Il est trop dangereux de se jeter sur lui. On doit trouver un plan. »

La reine le regarda à travers son hideux masque. « Qu’y a-t-il à réfléchir ? Aucun d’entre vous ne peut m’aider dans cette tâche. Ne vous mettez pas en travers de mon chemin ! »

Artémis accepta. Elle estimait qu’il était temps d’agir. « Si nous n’agissons pas maintenant, l’avant-poste pourrait être détruit. »

Le fléau de l’avant-poste de Blackflag et le meurtrier de Mad Dog et Slyfox avait été difficile à débusquer. Cloudhawk voulait aussi qu’il paie pour ses crimes, mais une poignée d’humains était-elle suffisante ?

Mantis, qui était resté silencieux jusqu’à présent, ajouta sa voix calme à la discussion : « Il n’est qu’une personne, et peu importe sa force, chacun a ses limites. Nous pouvons continuer à lui envoyer des gens jusqu’à ce qu’il soit épuisé ».

Artemis réagit en avançant d’un pas, folle de rage, le saisit et le souleva dans les airs. « Tu suggères que nous sacrifions les gens de l’avant-poste ? »

L’assassin s’était accroché à sa prise. Son expression n’avait jamais changé, et il avait prononcé ses mots sur un ton détaché et glacial : « C’est comme ça que nous survivrons. Sinon, rien ne l’arrêtera. Mieux vaut eux que toi – n’est-ce pas ? »

Artemis se tut. Tout le monde était silencieux. La méthode de Mantis consistait à jeter des vies sur le démon. Logiquement, c’était la méthode la plus efficace – forcer le démon à gaspiller son énergie psychique sur de modestes soldats, et une fois ses capacités épuisées, la reine pouvait passer la serpillière. C’était une stratégie raisonnable.

« Les balayeurs n’ont pas eu beaucoup de temps pour se préparer. A moins que je ne me trompe, ils ne devraient pas être trop nombreux. » Mantis poursuivit de sa voix froide et mortelle, « Sinon, ils ne se seraient pas cachés si longtemps dans l’oasis, essayant de nous garder dans l’obscurité. L’avant-poste a l’avantage du nombre. C’est maintenant une bataille d’usure. »

Artemis réfléchissait à ses paroles et trouva que Mantis avait raison. Même si elle n’était pas d’accord pour jeter des vies sur le démon, elle ne voulait pas non plus que tout soit détruit en une seule rencontre avec le monstre. Elle répondit : « Nous allons jeter tous ceux que nous avons sur eux ! »

Des sifflets perçants se firent entendre à travers l’avant-poste, annonçant que des balayeurs faisaient des brèches dans les murs. Leur emplacement signifiait que l’ennemi ne venait pas d’un seul endroit mais de plusieurs, rampant dans le sable et l’obscurité pour attaquer de tous les côtés. C’était une tactique utilisée pour confondre les défenseurs afin qu’ils ne puissent pas discerner leur nombre ou de quelle direction la force principale attaquait.

Cloudhawk s’écria sans plus réfléchir : « Le démon est à l’est. »

Artemis fit un signe de tête. « Très bien, alors nous ignorons les autres alarmes. Concentrons nos forces à l’est. Je les mènerai moi-même pour s’occuper de ce soi-disant démon ! »

Les troupes régulières de l’avant-poste du Groenland se comptaient par milliers, et si elles enrôlaient tous ceux qui pouvaient se battre, ce nombre atteignait presque dix mille. Avec le temps, aucune force ne pouvait arrêter une telle légion, quelle que soit la puissance du démon.

Mais à peine Artémis avait-elle pris sa décision qu’un des soldats de l’avant-poste entra dans la pièce. « Les balayeurs nous ont envahi, patron ! Le flanc Est se fait écraser. On ne peut pas les arrêter ! »

Le visage d’Artemis s’assombrit. « Qu’est-ce que tu dis ? Où est l’ennemi ? »

Le soldat se mit à bégayer, « Si, s’ils continuent comme ça, ils, ils vont arriver au fort d’une minute à l’autre. »

Son visage devint blanc. Artemis savait que cette foule de balayeurs serait forte, mais elle ne s’attendait pas à ce qu’ils soient aussi écrasants. Elle changea leur stratégie. « Fermez les portes du fort et rappelez le reste des soldats. Nous nous tenons ici ! »

La nuit était vouée à être chaotique. Des vents mordants fouettaient l’avant-poste, et le sable effaçait le ciel comme des vagues s’écrasant sur la colonie. La lumière de la lune et des étoiles avait disparu, et tous les braseros de l’avant-poste étaient éteints. Tout était plongé dans une obscurité si complète que personne ne pouvait voir ses mains devant son visage. Cependant, les soldats pouvaient voir les ombres des balayeurs, plus sombres que la nuit, se déplacer.

« Au feu ! Tirez maintenant ! »

Alors que les soldats préparaient une volée, le vent saturé de sable était rassemblé par une force inexplicable. Tout à coup, le sable se transforma en lances et le vent, aussi tranchant que des lames, se mit à siffler dans l’obscurité. Les soldats n’avaient aucun moyen de discerner d’où elles venaient.

Whoosh !

Une des lances de sable transperça la poitrine d’un défenseur.

Squelch !

Un vent tranchant intangible ouvrit la gorge d’un autre.

Le soldat essayait de crier mais ne réussit qu’à pulvériser du sang tout autour de lui. Un par un, les combattants condamnés étaient tombés à terre, morts. Le vacarme de centaines de pas s’était intensifié, causé par le retour des soldats de l’avant-poste qui avaient rencontré l’ennemi et leur chef de front alors qu’ils se dirigeaient vers le fort.

La qualité de l’air avait changé. Les innombrables granulés flottant au vent devinrent comme des mouchetures de fer rassemblées par un aimant invisible. Elles se rassemblèrent en une énorme figure qui avait commencé à prendre une forme humanoïde. Une tête, des yeux, des bras, des jambes, un corps…

Un géant de sable de quatre-vingts pieds de haut (24,3 mètres) était apparu en moins de vingt secondes. Il était composé de sable jaune, recouvert d’une coquille fissurée de la tête aux pieds. Le sable s’était déversé des fissures et s’était étalé tout autour comme une fine brume.

Il était si grand que les humains qui se tenaient devant lui étaient comme des insectes en comparaison !

Qui parmi les soldats avait déjà vu quelque chose d’aussi terrifiant et fantastique se produire devant lui ? Bien qu’ils aient eu l’impression d’être confrontés à un cauchemar, les défenseurs avaient instinctivement tiré, en vain. Les flèches et les balles arrachaient des morceaux de la créature, mais les trous qui en résultaient étaient simplement rebouchés lorsque le sable était de nouveau aspiré. Peu importait la puissance de feu qu’ils déployaient sur le titan, cela ne faisait aucune différence.

Les yeux du colosse brillaient d’un rouge écarlate. Tout doucement, il leva sa main droite et la fit redescendre en secouant la terre. Des pointes de sable jaillirent du sol et empalèrent des dizaines de défenseurs, les tuant instantanément.

C’était horrible à voir ! C’était comme la puissance d’un dieu ! Comment une personne normale pouvait-elle vaincre une telle créature ?

Les soldats de l’avant-poste jetèrent leurs armes et s’enfuirent dans toutes les directions. Le colosse ne les avait pas attaqués alors qu’il se dirigeait vers l’entrée du fort. Chaque pas faisait trembler le sol, et à son arrivée, la créature jeta son bras et enveloppa le fort dans une étreinte écrasante. Une scène terrifiante s’ensuivit.

Un étrange pouvoir issu de l’intérieur du titan de sable imprégnait les pierres du fort. Le solide granit se transforma en sable. Tout ce que le monstre touchait se désintégrait comme si le temps et les éléments l’avaient altéré, sauf que l’effet était instantané. D’énormes pans de mur s’étaient effondrés et avaient explosé en particules de sable dès qu’ils touchèrent le sol.

Les humains regardaient, terrifiés. Le fort était la structure la plus ancienne et la plus solide de l’Avant-poste du Groenland. Il avait persisté pendant des milliers d’années, résistant aux épreuves du temps et des intempéries. Il était devenu un symbole de sécurité et le refuge dont tant de gens rêvaient désespérément. Pris sous l’emprise de ce monstre, par un pouvoir qu’aucun homme ou femme ne pouvait imaginer, le fort s’était érodé peu à peu au fur et à mesure que les spectateurs étaient forcés de regarder. Peu à peu, leur rêve était détruit.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 84 – Raid de nuit Menu Chapitre 86 – Le terrible colosse