Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 84 – Raid de nuit

Livre 1 chapitre 84 – Raid de nuit

L’avant-poste du Groenland avait mobilisé tous les soldats qu’il pouvait, y compris ceux qui ne faisaient pas du tout partie de l’avant-poste. Une campagne de recrutement massive mit une arme entre les mains de tous ceux qui pouvaient se battre. Stone était l’un de ces hommes désœuvrés, devenus soldats.

Il avait une vingtaine d’années et, comme beaucoup d’habitants des terres désolées, n’avait pas de nom propre. Stone avait choisi un surnom qu’il voyait souvent et qui s’était avéré être une bonne description. En grandissant, Stone était devenu aussi tenace et inflexible que son homonyme, et avait finalement atteint son potentiel de soldat courageux.

Pendant son enrôlement, Stone fut capable de battre deux soldats professionnels à lui tout seul, et ils l’avaient donc intégré à la défense du mur. À partir de ce moment, il fut un vrai guerrier.

« Vous êtes nouveau ? »

Une voix rauque et désagréable l’assaillit.

Stone vit un homme plus âgé se reposer sous un chapiteau, avec deux énormes sabres noirs comme armes. L’un était dans ses mains, et il en rectifia le bord contre une pierre à aiguiser. Une armure en cuir, meilleure que la moyenne, protégeait son corps et sa tête. L’armure semblait avoir été personnellement personnalisée et renforcée. Le plus gênant, cependant, était le visage hideux de l’homme. La moitié était enfoncée comme s’il avait pris un marteau dans la joue. Comment était-il encore en vie ?

Stone hocha la tête mais ne répondit pas.

« Un homme aussi jeune et en bonne santé que vous… pourquoi vous êtes-vous engagé ? » Le vétéran mit son épée sur le côté et prit une cigarette rugueuse roulée à la main à partir de sa taille. Il la mit dans sa bouche, l’alluma, et prit une longue traînée. « Il me semble que la vie de bandit serait meilleure. Personne ne vous dit ce que vous devez faire, aller où vous voulez… vous gagneriez probablement plus, mais surtout, vous choisiriez vos propres cibles. Si tu tombes sur quelque chose de plus fort que toi, cours. »

Stone fut surpris par l’homme étrange. « Vous n’aimez pas être un soldat ? »

« Les soldats font toujours face à l’inconnu. Même si vous savez que vous allez mourir, si le capitaine dit de vous battre, vous vous battez. Suivre les ordres, c’est la vie d’un soldat. »

« Il me semble que la vie d’un bandit n’est pas bien meilleure. Ils n’ont même pas d’endroit stable où poser leur tête », Stone s’opposa à l’opinion du guerrier grisonnant, « Le nouveau chef l’a dit. Toute personne qui s’est engagée a une place dans le fort. Tout ce que je cherche, c’est un endroit sûr pour dormir. »

« Hrmph . Le fort, hein ? Il faut respirer pour gagner cette bénédiction. » Cette fois, c’était un autre soldat qui avait parlé, un homme grand et costaud, sans un seul cheveu sur sa tête lisse. Son arme était une lance en fer posée sur son épaule. « Peut-être que si c’était Hydra qui nous menait, nous aurions une chance, mais cette femme ? Elle n’était qu’une de ses larbins. Tu sais au moins contre qui on se bat, petit ? Les balayeurs ! »

Stone continua à les défier. « Le nouveau chef n’est peut-être pas aussi fort que l’ancien, mais elle a cette banshee qui l’aide. Ils ont déjà retourné la situation. Ils disent que si quelqu’un refuse d’accepter le nouveau chef, la banshee se montre et lui met fin à sa vie. Si j’étais vous, je ferais attention à ce que je dis. »

L’homme chauve n’avait manifestement pas fait attention à l’avertissement.

« Bon, maintenant, ça suffit. On est là, alors inutile de jacasser. Nous sommes tous frères maintenant. Nous devons être intelligents en ces temps sombres. » Le vétéran arracha le mégot de sa bouche et le jeta par-dessus le mur. Son armure de cuir en patchwork grinça alors qu’il se levait et frappait une main sur l’épaule de Stone. « Tu es un chauve qui a veillé toute la nuit. Je vais faire venir les autres pour une patrouille. Appelez si vous voyez quelque chose. Baldy, tu t’occupes du sang neuf. »

« Je le ferai, capitaine ! »

La nuit était tombée rapidement. L’oasis était enveloppée dans un silence troublant.

Stone et Baldy étaient assis l’un en face de l’autre, éclairés par les flammes d’un feu de camp qui les séparait et dissipait l’air froid de la nuit. Ils se relayèrent pour parler et alimenter le feu.

Baldy sortit un gros biscuit et le brisa en deux. Il en donna un morceau à Stone. « Le service de nuit est long et difficile. Si vous ne mangez pas, vous ne pourrez pas rester concentré. »

Le biscuit était une pulpe saccadée faite de racines et de tiges écrasées, toutes des fibres grossières et amères qu’il n’était pas amusant de mâcher. Mais au moins, il leur remplissait le ventre et, dans les terres désolées, tout ce qui pouvait apaiser la faim était apprécié. Qui se plaindrait du goût ?

“Merci”.

Même ce petit morceau de biscuit valait beaucoup ici – beaucoup tueraient pour l’avoir. Être une nouvelle recrue typique n’était pas aisé et avait souvent engendré des journées sans repas.

« Le nouveau patron a commencé à distribuer toute la nourriture qui était stockée dans le fort », déclara Stone à son camarade. « Les gens ont de plus en plus d’argent pour eux et leur vie s’améliore. Nous devons battre ces balayeurs, pas leur rendre hommage – la vie s’améliorera encore plus alors ».

Baldy, par contre, n’avait jamais aimé le nouveau patron. Qu’est-ce que ce lointain avenir avait à voir avec tout cela ?

Stone lui mit un morceau de ce biscuit dur dans la bouche, le mâcha pour le ramollir avant de l’avaler.

Une rafale de vent souffla des particules de sable.

« Papa, du sable ? » La pierre était renfrognée par le vent. L’oasis était protégée par des ruines qui tenaient le désert à distance, alors d’où venait ce sable ? Aussi étrange que cela puisse paraître, il n’y prêta guère attention en poursuivant sa discussion avec le vieux guerrier. « Depuis combien de temps fais-tu cela ? »

« Trois ans, peut-être quatre. J’ai oublié. » Le bruit du sable qui fouette les murs s’intensifiait, remplissant leurs oreilles de bruit de frottement. Le chauve soupira. « Un type comme moi, sans réel talent, presque quarante ans… c’est à peu près le mieux que je puisse espérer. »

Stone ricana. « Allez, dans les terrains vagues, arriver à quarante ans est un exploit. J’espère que j’arriverai à ton âge. Je serais heureux. »

« Tu es jeune. Tu as du potentiel. » Le chauve secoua la tête, plein de jalousie. « Si tu arrives à mon âge, tu auras au moins gagné un nom pour toi ici. Tu seras quelqu’un. »

Mais Stone ne semblait pas intéressé par un tel avenir. « Panther était-il quelqu’un ? Snaketooth ? Ils sont morts. Même Hydra… ah, peu importe leur force, ils étaient encore insignifiants dans les friches. Moi ? Je ne veux pas mourir de faim. Je veux juste dormir dans un endroit sûr et profiter d’une femme de temps en temps. Je me contenterais de faire ça pendant quarante ans ».

Les exigences de l’enfant étaient très élevées. N’était-ce pas le rêve de tous les profiteurs ?

Baldy s’apprêtait à le ridiculiser un peu quand il remarqua que le sable devenait plus épais. Le sable commençait à affecter sa vision, et le bruit qu’il faisait en soufflant contre les murs le rendait difficile à entendre. Le sable était étonnant comme des gouttes de pluie, les recouvrant tous les deux d’une fine couche. Leur feu de camp crépitait, se maintenant à peine allumé.

« Qu’est-ce que c’est que tout ça ? » Baldy n’avait jamais vécu quelque chose comme ça. Il prit son arme et se leva. Il sortit sa tête du chapiteau pour jeter un coup d’œil. « Où est passé tout ce putain de sable ? ahh ! »

Un cri strident brisa le silence de la nuit !

Stone jouait avec le feu quand il sentit soudain un jet d’eau chaude lui traverser la joue comme une araignée. Un instant, il écoutait Baldy parler et l’instant d’après, son nouveau compagnon était par terre avec des membres qui s’agitaient. Ses yeux fixaient le lointain et ses lèvres s’agitaient, essayant désespérément de former des mots, mais rien d’autre que des syllabes inintelligibles jaillissaient. Une hache sortait d’entre ses yeux, à moitié enfoncée dans son crâne et assez profonde pour s’enfoncer au tiers de son cerveau.

«  Sneak attaaaack  ! »

Le cri de Stone changea la nuit de silence en chaos. Il prit son arme et se leva sans hésitation, quelques instants avant que l’énorme silhouette d’un balayeur ne s’abatte sur lui. Sa hachette mortelle était dirigée droit sur sa tête.

Clang !

Stone tenait un bouclier de tôle entre lui et l’attaque, dont l’impact avait secoué et engourdi son bras gauche. Sans réfléchir, il enfonça le couteau de sa main droite dans la poitrine du balayeur. Il entailla le cœur du mutant et fit jaillir le sang partout comme une fontaine. Stone essuya son visage et arracha son poignard du corps.

Whoosh-whoosh  !

Deux flèches d’arbalète tranchantes et glacées transpercèrent son armure fragile et firent sauter sa poitrine. Les yeux écarquillés, Stone se retourna et la silhouette d’un autre balayeur remplit sa vision. Il vit le reflet de sa hache pointée vers sa gorge.

Le monde entier de Stone tournait.

La tête du jeune homme s’effondra sur le sol et roula sur le mur. Son corps sans tête suivit.

Des milliers de balayeurs grimpaient sur les parapets, massacrant les soldats qui passaient.

Les balayeurs étaient de toutes sortes : des gardes forestiers lourdement blindés aux objets émaciés qui se bousculaient sur quatre membres et semblaient défier la gravité en griffant leurs victimes avec des serres mortelles. Certains d’entre eux avaient même des ailes, et bien qu’ils ne puissent pas voler, ils utilisaient les appendices tordus pour planer sur le vent maléfique jusqu’à l’avant-poste.

« Les balayeurs sont en train de percer ! Arrêtez-les ! »

Le vétéran meurtri s’était précipité sur le front avec une centaine de guerriers, et soudain, le bruit des cordes d’arc, des canons et du métal qui s’entrechoquent remplit l’air. Personne ne s’attendait à ce que les balayeurs escaladent les murs dans le silence le plus complet sous le couvert de la nuit. Le plus crucial pour cet assaut était cette étrange tempête de sable qui les avait mis à l’abri. Sans elle, ces nombreux balayeurs auraient certainement été découverts il y a longtemps.

Le vieux vétéran en était certainement capable. Il avait divisé plusieurs balayeurs en deux lorsqu’ils s’étaient présentés devant lui, criant des ordres alors qu’il chargeait : « Gardez-les dehors ! »

Soudain, une tornade apparut devant eux.

Le capitaine vétéran s’arrêta net. Une tornade, ici ? Il regarda le derviche qui n’aurait pas dû exister et vit soudain une silhouette cachée à l’intérieur. Il ne put distinguer aucun détail, mais il y avait bien une silhouette humaine au centre des vents violents. L’étranger semblait flotter au-dessus du sol et était vêtu d’une armure de l’autre monde. Deux yeux rouges crépitaient comme des éclairs de l’enfer dans l’obscurité.

« Crève ! »

Le vétéran chargea en avant, levant un sabre à deux mains. La silhouette sombre répondit en tapotant du doigt comme s’il ne faisait que repousser un parasite irritant.

Au milieu de sa course effrénée, le vétéran fut réduit en poussière, sans aucune pitié. Le capitaine était devenu un nuage de poussière dans le vent, disparaissant avec la brise comme s’il n’avait jamais existé.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 83 – Relief Menu Chapitre 85 – Inarrêtable